Archives

Los buenos amigos de Use Lahoz

Résultat de recherche d'images pour "use lahoz los buenos amigos" Use Lahoz (Barcelona 1976) es licenciado en Humanidades, colaborador de diversos medios de comunicación, autor de varios libros y de poemarios.

Le leí  El año que me enamoré de todas (2013) una novela con un título enigmático porque no tiene nada que ver con el libro que le valió el premio Primavera 2013: una novela al gusto de hoy , de corte romántico y moderno con personajes treintañeros « empantanados » que el autor tilda de « generación perdida ». Un libro que no me gustó del todo.

Los buenos amigos (2016) es un libro lindo, frondoso con más de 700 páginas que me costó tener en mano por lo pesado (un real problema físico). Es un libro que se puede considerar como el último de una trilogía junto con Los Baldrich (2009) y La estación perdida (2011). Un libro que tiene 4 partes que se podrían leer separadamente. Es una novela de aprendizaje o de formación, de un gran realismo sobre muchos temas como el éxodo rural hacia Barcelona, sobre la ascención social y el precio que hay que pagar por ello, sobre la fragilidad de la amistad y del amor.

Los buenos amigos son Sixto y Vicente. Un narrador omnisciente tiene como objetivo contarnos la historia entre los 8 y los 50 años de Sixto Baladia, un chico originario del pueblo ficticio de Espalión que terminará en un orfanato de Barcelona tras la muerte en un incendio de los padres.  El narrador no juzgará a los personajes y plantea al lector el dilema moral de cada uno de ellos; todos los personajes tienen profundidad psicológica. En el orfanato, regido por monjas, conocerá a Vicente Cástaras, un chico un poco mayor que lo tomará bajo su ala y lo protegerá, como un hermano mayor. Pero Sixto y Vicente son como las dos caras de una moneda: por un lado la marginalidad y la mala leche de Vicente y por el otro, el afán de surgir y de ser derecho en su vida de Sixto. Porque Vicente hará de su vida todo lo que Sixto quería evitar : chanchullos, mentiras, trapicheos, deshonestidades y traiciones.

En esta novela resalta una vez más esa noción tan española de « pueblo », el terruño del cual emana cada uno, las raíces profundas de cada español, es un puro e impactante atavismo.

Los dos muchachos serán inseparables, pero se van a distanciar cuando la monja Lucía despertará su sexualidad. Sixto dejará el orfanato muy temprano, a penas adolescente gracias a la tía Guillermina que lo ayudará a obtener un puesto de botones en un palacio barcelonés. Ahí empezará la ascención social de Sixto, sin falla y con esfuerzo.

La novela es muy detallista con todo, a veces son detalles ínfimos, pero que dan al relato alta dosis de verosimilitud. Un relato que tiene una estructura circular del texto que resultará redondo y no del todo cerrado porque el final es sorprendente y cada lector va a especular de manera diferente : triunfa el mal o triunfa el bien ?

La tela de fondo es muy ambiciosa porque nos brinda un retrato de España desde fines de los años 50 hasta los años 90, más o menos, con tópicos candentes como el imán que ejerce Barcelona sobre las provincias más pobres, el ambiente político y social del final del franquismo, la Transición española, el Destape con el auge de los sex shops, el hipismo, el auge económico de los años 80, el crecimiento urbano, la especulación inmobiliaria, etc, etc

Un libro bonito, lleno de enseñanzas buenas y malas, como la vida misma. Las 700 páginas vuelan al ritmo de una lectura atrapante, a veces pícara, a veces triste. Tan realista…Y me recuerda un par de libros leídos, también novelas de formación, como Las manos pequeñas de Andrés Barba (2008) un libro sobre el mundo despiadado de la infancia, comentado en octubre 2015 y El azar y viceversa de Felipe Benítez Reyes (2016) comentado en septiembre 2017, otro tocho pero nada de insufrible.

LOS BUENOS AMIGOS, Destino 2016,  ISBN 978-84-233-5142-8

Publicités

Clínica Jardín del Este de Elizabeth Subercaseaux

Résultat de recherche d'images pour "elizabeth subercaseaux"

Elizabeth Subercaseaux es una escritora, periodista y columnista chilena (Santiago 1945); es bisnieta del compositor alemán romántico Robert Schumann y de Clara Wieck-Schumann. Actualmente vive en EEUU (Pennsylvania) con su segundo marido. Ha sido traducida a varios idiomas y su mayor éxito de ventas es en Alemania.

Elizabeth Subercaseaux dedicó un libro a su ilustre tatarabuela Clara Schumann La música para Clara (2014).

Le he leído varios libros y me gusta su estilo que encuentro divertido-chic y tan chileno. La trilogía llamada Barrio Alto comprende: 1) Vendo casa en el barrio alto (2009), un libro muy divertido sobre un corredor de propiedades de la mejor alcurnia, que realiza compra y venta de casas porque el hombre está al tanto de absolutamente todo lo que sucede en la clase alta. Hay una descripción de una franja de la sociedad chilena completamente « momia »(=ultraderecha), pero en plena mutación. 2) Compro lago Caburga (2011) narra la especulación inmobiliaria alrededor de este lago Caburga armada por el corredor de propiedades, más un amigo especulador y un chino con las mil peripecias para adquirir los terrenos y la entrada en política del amigo. El tercer tomo es este, Clínica Jardín del Este (2013).  Otra obra leída es La Patria de cristal (2017), una novela histórica que abarca un siglo más o menos de la Historia de Chile y que no me gustó mucho porque hace de la Historia de Chile una especie de culebrón con los próceres de la Patria.

Clínica Jardín del Este es el tercer tomo de la trilogía Barrio Alto y me hizo reír a mandíbula batiente, pero también emocionar ante un caso humano de terrible alcance. La parte divertida narra la asociación especulativa del inenarrable Alberto Larraín Errázuriz con sus compadres de toda la vida para montar un business con las Isapres, esos seguros con que la gente de dinero cubre los gastos de salud. Pero aquí se trata de Cirugía Estética, rubro exclusivo para los happy few que pueden pagárselo. Hay situaciones tan cómicas y una crítica social tan acertada que me he reído de buenas ganas.

Por otro lado, surge en la historia una situación de un real dramatismo entre uno de los socios/amigotes de Larraín Errázuriz y una preciosa mujer misteriosa que no les voy a contar aquí porque menoscabará la lectura de esta estupenda novela.

CLÍNICA JARDÍN DEL ESTE, Catalonia 2013,  ISBN 978-956-324-150-1

Pourquoi j’ai mangé mon père de Roy Lewis

Résultat de recherche d'images pour "roy lewis" Roy Lewis est un écrivain, économiste et journaliste britannique (Felixstowe 1913-Londres 1996), spécialisé en sociologie et anthropologie. C’est un ancien de la London School of Economics.

Pourquoi j’ai mangé mon père est le titre en français du livre; ce titre est indiscret car il dévoile la fin de l’histoire, alors que cet ouvrage, publié en 1960 sous le titre de What We Did to Father, devenu The Evolution Man, est mieux adapté à mon avis.

C’est un petit livre de 170 pages qui se lit avec un sourire permanent, tellement il est plein d’anachronismes et d’anecdotes désopilantes qui nous ramènent en permanence à notre état de « modernité » décadente à partir de l’ère d’homo erectus.

Voilà une saga d’hominidés pithécanthropes vivant au pléistocène (=Paléolithique de l’Histoire), déjà un peu homo erectus mais encore arboricoles. Ils vivent en hordes et chassent pour survivre. Le chef de ce petit clan est Edouard, très progressiste, humaniste, visionnaire, réfléchissant en permanence en fonction de la horde à laquelle il veut du bien et ce bien doit émaner du progrès.

Sa première découverte va être le feu qu’il va ramener sur un brandon depuis le cratère d’un volcan en activité ! Cette découverte va entraîner des changements profonds et va permettre à la horde de se protéger mieux, de se chauffer, puis de cuire les aliments ce qui va faciliter la mastication et la digestion. Mais il ne restera pas là. Il va prôner l’exogamie. Améliorer l’utilisation du silex grâce au feu, découvrir l’arc…Ce sont des découvertes de premier ordre, que l’écrivain a rapprochés dans cette saga loufoque de quelques millions d’années.

Edouard a un frère, l’oncle Vania, complètement réac, anti-tout, râleur de première mais profiteur de première aussi. Lui, il ne veut rien changer, mais profite de tout. Il répète sans cesse une phrase comme un mantra Back to the trees !

Les enfants d’Edouard représentent déjà la génération qui veut le lucre afin d’obtenir une suprématie vis-à-vis des autres hordes. Et chacun d’entre eux va se démarquer par un trait particulier. C’est Ernest, le fils aîné qui est le narrateur de cette édifiante histoire.

Mais tant de progrès révolutionnaires vont finir par exaspérer les enfants parce que les autres hordes deviennent envahissantes, profiteuses et sans gêne, de telle façon que la petite horde d’Edouard avait du mal à maintenir le rang. Alors, les enfants  vont s’accorder et commettre le premier parricide de l’Histoire grâce à la dernière invention de leur père : l’arc. Ernest, notre narrateur, justifie l’acte comme un devoir qui leur incombait, celui de devenir humains, celui de tempérer le progrès par une sage prudence. Telle fut la fin de père en tant que chair. Et c’était celle qu’il eût désirée : être occis par une arme vraiment moderne et mangé d’une façon vraiment civilisée…

Un livre qui sous la dérision, incite à la réflexion. Une agréable et sympathique lecture à lire au deuxième degré car la teneur est riche en enseignements.

POURQUOI…Babel N° 215 1990 (RL 1960),  ISBN 978-2-7427-0844-4

Adiós a la familia de Braulio Arenas

Résultat de recherche d'images pour "braulio arenas" Braulio Arenas fue un poeta, dramaturgo y novelista chileno vanguardista (La Serena 1913-Santiago 1988), co-fundador del grupo de tendencia surrealista Mandrágora. Recibió el Premio Nacional de Literatura en 1984.

Adiós a la familia fue re-bautizada en 1938 con el título Sólo un día en el tiempo. La novela fue calificada por el propio autor como novela sentimental y publicada en 1961 tras 50 años de retoques !  La novela tiene un estilo entre poético y humorístico, con una neta posición « anti sentimental » como aquella de ciertos escritores europeos como Apollinaire (cf El poeta asesinado).

Es una lectura en la cual tenía grandes expectativas, pero que me ha dejado poca impresión. Nada de especial: una historia prístina, ningún manierismo, una prosa  correcta y un « no-sé-qué » de realismo mágico precursor más que de surrealismo. Un « toquecito » que me hizo recordar el estilo de la genial escritora chilena María Luisa Bombal (una coetánea de Arenas) .

Es un autor muy admirado por el escritor argentino César Aira, que le alaba Los esclavos de sus pasiones (1975), calificándolo como una joya rara (y una novela experimental según el autor).

El relato se articula alrededor de Leopoldo, un joven que va a morir de una enfermedad del corazón a breve plazo; lo sabe él, su familia y sus amigos. Especialmente sus amigas que se desviven por hacerle el resto de vida lo más placentera posible. Tenemos 5 mujeres alrededor de Leopoldo y cada una de ellas tiene una proyección de su personalidad. Las 5 se van a sacrificar por él sin lograr salvarlo. El relato abarca casi un siglo de acontecimientos nacionales e internacionales que darán relieve al conjunto. El grupo de jóvenes se conoce durante las vacaciones de verano de 1929 en un elegante balneario chileno;  Leopoldo debe dejar el colegio porque está condenado.

Pero la amistad sigue y los jóvenes se ven y pasean por una ciudad bastante acogedora en aquellos años. El grupo tiene como figura de líder al condenado a muerte, pero el destino irá dislocando al grupo y las cosas no resultarán de la manera tan lineal que el lector esperaba: una de las chicas partirá de viaje a Europa por dos años, otra se pondrá de novia, otra se suicidará tras el quiebre de la Bolsa de New York en 1929 con la consecuente bancarrota del padre, otra tendrá un accidente mortal, etc.

El mensaje es claro : a partir de una situación que no tiene otro desenlace posible y que se espera a corto plazo, surgen situaciones nuevas e inesperadas que alteran el final.

ADIÓS A LA FAMILIA, Editorial Universitaria 2000 (BA 1999),  ISBN 956-11-1545-X

Mélodie de Vienne d’Ernst Lothar

Résultat de recherche d'images pour "ernst lothar"  Ernst Lothar, de son vrai nom Lothar Ernst Müller est un écrivain, directeur de théâtre et scénariste autrichien (Moldavie 1890-Vienne 1974). La famille Müller s’installe à Vienne en 1897 où Lothar suivra des études de Droit. Il va se consacrer à l’écriture à partir de 1925 et fréquentera Stefan Zweig, Robert Musil, Joseph Roth. Ce livre, Mélodie de Vienne fut publié en Anglais en 1944 sous le titre L’ange à la trompette. Histoire d’une maison et en Allemand en 1946, lors du retour à Vienne de l’auteur qui avait fui le nazisme en 1938, s’installant à New York.

Ce vaste roman n’avait pas été réédité depuis 1963 et l’oeuvre a été redécouverte en Italie en 2013. C’est un bijou littéraire.

Dans les années d’après-guerre ce livre fut un best seller et il a été porté à l’écran en 1948 par Karl Hartl avec un grand succès populaire, on peut le voir sur Youtube en Allemand sous le titre Der Engel mit der Posaune ( youtu.be/QR7WcFd8uqc).  Une deuxième version cinématographique en 1950 fut filmée par le britannique Anthony Bushell.

Ce vaste roman est la saga de la famille Alt, des facteurs de pianos de père en fils et le livre s’articule autour de leur vaste demeure sise au 10 Sielerstätte, au coeur de Vienne. L’ancêtre Christophe Alt avait fabriqué un piano sur lequel a joué Mozart et la famille garde cette pièce comme un trésor dans leur salon jaune, une salle réservée aux réceptions.

La famille Alt au complet reside dans cette maison qui est divisée en appartements. Tous les personnages de cette vaste famille sont intéressants et bien esquissés. Nous serons les témoins privilégiés des avatars d’une  famille autrichienne mais derrière la saga des Alt l’auteur nous livre l’histoire de l’Autriche entre 1890 et 1940 environ.

L’ascension sociale de cette famille dans le cadre rigide de la société impériale austro-hongroise du XIXè siècle, oblige les Alt à se conformer aux règles de la Haute Société Viennoise.

Franz Alt est issu de la troisième génération, il tombera amoureux de la belle Henriette Stein qui a des origines juives, ce qui déplaira au clan Alt. Le mariage se fera contre tous et ce sera un mariage mal assorti malgré la naissance de quatre enfants dont le dernier est adultérin. Henriette a des moeurs trop libres pour l’époque. Les deux fils ainés son totalement différents : l’aîné, Hans sera le préféré de sa mère et deviendra un patriote; le deuxième Hermann s’opposera à la famille et deviendra pro nazi.

La fabrique de pianos va subir les temps nouveaux avec la révolte des ouvriers puis la réquisition par les nazis dans le cadre de la réorganisation des milieux d’affaires en raison des deux ascendances juives (la mère de Hans et Selma son épouse).

Le choc culturel fut particulièrement violent en Autriche à la fin du XIXè siècle, ce qui va secouer toutes les classes sociales mettant en cause les fondements même du pouvoir et de la légitimité. Ceci explique l’exceptionnelle éclosion culturelle de Vienne à cette époque.

Derrière la saga de la famille Alt défilent des faits historiques de premier plan tels que la fin de l’Empire austro-hongrois avec François-Joseph qui, au cours de 70 ans de règne, ne vit pas venir les changements, puis le suicide du Prince héritier Rodolphe (amant d’ Henriette dans le roman), l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand à Sarajevo, la Première Guerre Mondiale, l’essor du mouvement ouvrier, la montée du nazisme et l’Anschluss de l’Autriche…

Drôle de pays cette Autriche. Dans le roman page 288 Fritz Alt , frère de Hans, opine ainsi…D’accord, ailleurs qu’en Autriche on dirait que c’est de la folie ! Mais en Autriche, la folie procède de la méthode. L’Autriche est une communauté obligée, ça ne t’avait jamais frappé? Une cohabitation d’éléments disparates ! Les Tchèques détestent les Allemands. Les Polonais les Tchèques. Les Italiens les Allemands. Les Polonais les Tchèques. Les Italiens les Allemands. Les Slovaques les Tchèques. Les Slovènes les Slovaques. Les Ruthènes les Slovènes. Les Serbes les Italiens. Les Roumains les Ruthènes. Et les Hongrois tout ce qui n’est pas eux…Ceci donne une idée du rempart qui a constitué l’Autriche face à tant d’identités différentes, sans compter que l’Autriche est une frontière occidentale de l’Europe.

L’Autriche vue du dedans donne l’ampleur de la décadence dans laquelle elle s’est peu à peu enlisée. L’héritier de l’Empire, l’Archiduc Rodolphe, ne voulait pas régner car malgré une névrose, il percevait  ce qu’il y avait de faux et d’apprêté dans le système. Page 85 on peut lire des choses terribles de la part de Rodolphe envers l’Empereur, son père…La médiocrité, oui! Voilà ce qu’il adore! Surtout ne pas attirer l’attention! Sauver les apparences! Une amie pour causer, rien d’autre-bien entendu! Il aime tellement l’art! Et soigne sans aucun préjugé les relations avec les personnes de rang inférieur! Et n’a jamais, jamais eu de maitresse – un homme comme lui, irréprochable, si pieux! Laissez-moi rire! Quand je pense que le monde est encore dupe de cette comédie de décence et de popularité jouée par un homme que personne ne supporte: ni sa femme-qui le fuit-, ni ses enfants-pour qui il n’a pas l’ombre d’un sentiment-, ni ses ministres-qui le craignent, ni ses sujets-qu’il ne voit jamais! Un aveugle-sourd, fier d’être en retard sur son époque, et qui ferme la bouche à ceux qui voudraient lui ouvrir les yeux et les oreilles-pas avec passion, non, la passion lui est inconnue, mais avec cette morgue qui vous glace les sangs! Un homme qui se fie au  grand-oncle Albrecht complètement sclérosé, à cette nullité de Kálnoky et ne jure que par ce Taaffe encore plus incapable s’il est possible, et par Beck! Un homme sans imagination, sur qui tout glisse comme sur une pierre! Un homme atroce! Un homme auprès de qui il est impossible de vivre !

C’est une pépite, un livre intéressant et facile à lire dont le sujet recoupe un peu celui de l’oeuvre maitresse de son contemporain Robert Musil, de seulement 10 ans son aîné L’homme sans qualités, un autre roman sur le même thème mais difficile à lire car avant-gardiste et comportant plus de 2000 pages; ce livre n’a été disponible en français que depuis 2011  (deux tomes en Allemand parus en 1930 et 1933).

Une saga d’une ampleur comparable à Les Buddenbrook de Thomas Mann (1901) et à La famille Karnovski d’Israel Joshua Singer (1943).

MÉLODIE DE VIENNE, Liana Levi-piccolo 2016 (EL 1944),  ISBN 978-2-86746-972-5

Dernier jour à Budapest de Sándor Márai

Résultat de recherche d'images pour "sandor marai dernier jour a budapest"

Sándor Márai est un  écrivain et journaliste hongrois né en 1900; il s’est donné la mort à San Diego, USA, en 1989 où il vivait exilé depuis 1980 (il avait pris la nationalité américaine). Márai s’est exilé en 1948 lors de l’entrée des chars russes à Budapest, d’abord en Suisse puis en Italie et ensuite aux USA.

Pendant son exil et à partir de 1948, l’écrivain avait été totalement oublié en Europe où il sera redécouvert en 1990 après sa mort  grâce aux Éditions Albin Michel.

Aujourd’hui l’œuvre de Márai est considérée comme faisant partie du patrimoine européen avec une réputation à l’égal d’un Stefan Zweig, Joseph Roth, Arthur Schnitzler, Musil, Rilke, Kafka, Kundera,  etc. Ce sont des écrivains consacrés de la Mitteleuropa et Márai est l’un des derniers représentants de la culture brillante et cosmopolite de cette Mitteleuropa emportée par la chute de l’Empire austro-hongrois et par les totalitarismes. L’écrivain croyait sur la victoire de la morale sur les instincts, en la force de l’esprit et en sa capacité de maitriser les pulsions meurtrières de la horde. L’homme s’est tristement trompé.

 C’est un écrivain qui n’est pas facile à lire, son oeuvre est profonde, psychologique et désenchantée car elle reflète bien la fin d’un monde civilisé et cosmopolite qui s’est effondré avec l’arrivée des communistes en Europe de l’Est; de fait, ses livres furent brûlés par les communistes en place publique car ils représentaient une certaine idée de la bourgeoisie.

J’ai lu plusieurs livres de Márai et c’est déjà le cinquième livre commenté dans ce blog ! Mes préférences vont à Les braises (1942) parce que c’est un condensé de ce que représente le savoir faire de Márai : la confrontation de deux personnages dans un contexte très psychologique, très intellectuel.

Dernier jour à Budapest a été écrit en 1940 en hommage à l’écrivain Gyula Krúdy (1878-1933) et à la Hongrie d’entre-deux-guerres. Gyula Krúdy fut le maître de Sándor Márai.

C’est un roman que j’ai eu le plus grand mal à finir, je me suis ennuyée et agacée devant tant de références totalement hermétiques pour moi. Je crois que c’est une oeuvre pour hongrois cultivés.

Dans le livre, l’alter ego de Krúdy apparaît sous le sobriquet de Sindbad, c’est un chant désespéré de la part de Márai (dans sa veine désenchantée), un roman mélancolique avec un style désuet fait de longues phrases rythmées par des anaphores ad libitum (=reprise du même mot au début de phrases successives).

Ce Sindbad du roman est un écrivain hongrois disparu et un vrai anti-héros: c’est un sybarite qui recherche une atmosphère, des lieux, des odeurs…Il erre dans les cafés et les gargotes, les hôtels, le bain turc, il fuit la ville moderne. C’est un réac et un passéiste. Il mène une quête névrotique des souvenirs sur un passé révolu.

Sándor Márai a construit probablement un être pétri avec du réel mais aussi avec de la fiction : Sindbad est un dandy ténébreux, une légende de la bohème littéraire de Budapest d’entre-deux-guerres.

Sindbad savait tout des Hongrois et, toute la journée, il se disputait avec eux, il leur cherchait querelle, il critiquait leur terreur de la vie, leur tendance à l’excès, leur pudeur prudente; il critiquait tout ce qui avait trait à eux, parce qu’il les aimait. Et, surtout, il écrivait parce qu’il aimait sa patrie, qu’il avait besoin de pester contre elle et qu’il aurait aimé raviver les forces de sa nation. Il écrivait parce que ces forces, il les sentait partout, dans la façon de boire et de manger, dans l’attitude, la vision des choses, l’humeur, la conduite, le caractère. Il écrivait parce qu’il éprouvait de la compassion pour les Hongrois, pour ce peuple singulier et taciturne dont le destin était peut-être de posséder un système nerveux, un caractère et un goût plus subtils que le caractère et le système nerveux des peuples alentour. Le Hongrois pouvait être sévère, excessif et farouche mais cruel, jamais. Il était capable de rêver; il reste très peu de gens qui savent rêver dans le monde. Le Hongrois était capable de mourir pour sa retraite, tellement il la désirait, mais il était incapable, même pour elle, de se livrer à une malhonnêteté. Les Hongrois étaient solitaires; et Sindbad les aimait parce qu’il se sentait apparenté à chacun d’entre eux (page 146).

D’après la traductrice spécialisée dans Márai, Catherine Fay, (dont ce livre est la huitième traduction !), Sándor Márai a réussi à rentrer dans le souffle de Krúdy (considéré comme « un écrivain pour écrivains », pour vous situer la complexité de lecture) et à rendre, entre autres détails, l’importance que revêt le fleuve Danube dans l’âme d’un Hongrois car c’est une véritable colonne vertébrale de la Hongrie. Page 48…Sindbad entretenait de bonnes relations avec le Danube. Autant que possible, il avait toujours habité à proximité de ce corps immense et paresseux, il en connaissait chaque variation et chaque caprice, il connaissait sa voix et ses couleurs, ses oiseaux et ses humains, ainsi que ses mystères nocturnes, lorsque les suicidés font la course avec les mouettes rêveuses en direction de Paks, il connaissait la clameur de ses étés, sa blondeur et ses lubies de soie bleue, il connaissait le fleuve impatient comme un poète vagabond, le fleuve noir et tragique, porteur des secrets les plus abjects et des sanglantes menaces de la ville.

Oui un livre assez abscons pour qui n’a pas les clés des lieux et des personnages évoqués. J’ai trouvé page 228 un paragraphe qui résume assez bien la problématique soulevée par la lecture de cet ouvrage :Sindbad était descendu en ville à la recherche des souvenirs de sa vie et d’un monde disparu, et il y avait quelque chose de profond, d’élégant et de chevaleresque que seuls les connaisseurs étaient capables d’apprécier…Dame, oui, seuls les connaisseurs !

DERNIER JOUR À BUDAPEST, Albin Michel 2107 (SM 1979),  ISBN 978-2-226-39640-2

El cielo ha vuelto de Clara Sánchez

Résultat de recherche d'images pour " clara sanchez" Clara Sánchez es una profesora y escritora española (Guadalajara 1955) que ha obtenido los tres premios literarios más populares de España : el Alfaguara 2000 por Últimas noticias del paraíso; el Nadal 2010 por Lo que esconde tu nombre y el Planeta 2013 por este libro, El cielo ha vuelto.

Le leí Últimas noticias del paraíso (Alfaguara 2000) al cual encontré un tono innovador para aquellos años, un retrato de los tiempos modernos con la historia de un chico de clase media que crece y se desarrolla en medio de su urbanización conviviendo con gente variopinta. La novela habla de amor, de droga, de Internet, del tiempo libre y tiene un desenlace completamente amoral aunque positivo. Lo que sorprende es el tono nuevo, la mirada poética y reflexiva del protagonista, Fran, en medio de tanta mediocridad. Clara Sánchez explora una contundente realidad y demuestra que sólo se cumplen los sueños de quien los tiene y que creer en la suerte, es creer en la vida con todas sus infinitas posibilidades…

También le leí Lo que esconde tu nombre (Nadal 2010), una historia de suspense : una chica joven y madre soltera se refugia en un balneario español y conoce a una simpática pareja de ancianos noruegos que residen desde hace tiempo en el lugar; ellos la van a proteger, pero la chica se dará cuenta de que son antiguos nazis, buscados por un viejo sabueso argentino que ha dedicado su vida a rastrear a los asesinos del campo de Mauthausen…

Otra novela leída a Clara Sánchez es Entra en mi vida (2012), un thriller entorno a un rapto/robo de recién nacido; la verdadera madre está convencida al cabo de los años de que su criatura está viva. La novela tiene cortos y ágiles capítulos y aunque la trama no parece del todo verosímil, está bien narrada.

El libro El cielo ha vuelto ha sido galardonado con el Premio Planeta, el premio mejor dotado económicamente de España; no  me explico este premio porque ni la historia ni el estilo del libro tienen gran interés. Como lectora me siento timada. Por ahí leí esta frase impresa « Premio Planeta, premio chaveta« .

Es una novela desangelada con personajes carentes de empatía: la historia de Patricia relatada a la primera persona, una preciosa modelo de 26 años (¿acaso se puede ser modelo sin ser preciosa? perdonen la obviedad), casada, que ha ganado mucho dinero y cuya familia estima que debe acarrear con todos los gastos. El marido es un pintor sin estilo ni renombre que vive  enteramente a cuestas de ella. Los padres y la hermana le exigen dinero permanentemente.

Durante un ajetreado vuelo internacional, Patricia conoce a una extraña mujer medio bruja que le da a entender que alguien de su entorno le desea la muerte.  Patricia se auto-sugestiona y comienza a tener accidentes y a dudar de toda la gente que la rodea, incluida su interesada familia. Es una novela sobre la desconfianza.

El personaje de Patricia es bastante plano, no tiene materia: todos los otros personajes son como calcomanías que permiten el avance de la trama.

El libro podría tener cierto interés con el descriptivo del medio  de las pasarelas : su ruindad, los abusos sexuales, las drogas, las envidias y la sempiterna anorexia de fondo impuesta a las modelos. El final es algo sorprendente y abierto con un mensaje poco claro : Patricia toma unas gotas de un elixir preparado por su amiga bruja y al cabo de 10 minutos comienza a ver todo azul…ahora el cielo había vuelto...(¿Qué quiso decir la escritora?)

Una novela floja para un premio Planeta o es el premio que es flojo?

EL CIELO HA VUELTO, Booket 2014 (CS 2013),  ISBN 978-84-08-13248-6