Archives

Las maldiciones de Claudia Piñeiro

Résultat de recherche d'images pour "claudia piñeiro las maldiciones" Claudia Piñeiro es una escritora, dramaturga y guionista argentina (Buenos Aires 1960 ) con formación de contadora. Tiene amplia bibliografía con varios premios y libros llevados al cine. Le he leído casi todo lo publicado porque me gustan sus libros, que encuentro ahondados en lo humano y bien aterrizados. Esta es la cuarta reseña en el blog de un libro de Claudia Piñeiro después de Betibú (avril 2012) con más de 7 000 consultas, Un comunista en calzoncillos (mayo 2014) y Una suerte pequeña (enero 2016).

Las maldiciones (2017) es un libro que me gustó a medias, es decir, que la parte intrínsecamente política argentina no logró interesarme con tanta referencia que desconozco, pero la parte ficcional con un político dispuesto a todo (hasta comanditar un asesinato si necesario para llegar a sus propósitos), con la descripción vívida y sin concesiones de la « nueva política », me parecieron de un realismo aterrador y completamente universal. Francamente me parece que en las condiciones actuales, lo que llamamos aún eufemísticamente « democracia », ha llegado a cierta caducidad. Hay abusos y desusos por doquier.

Las maldiciones es un thriller político (de la llamada « nueva política » basada en el pragmatismo y en el marketing) y una novela coral con varios personajes protagónicos, pero también con el protagonismo de la ciudad de La Plata en Argentina.

Uno de los protagonistas es Román Sabaté, un muchacho que comenzará a trabajar para el político Fernando Rovira, líder del partido Pragma que él ha fundado. Rovira se presenta como candidato a gobernador de la provincia de Buenos Aires y defiende el proyecto de escindir esta provincia en dos, quedándose él con el mejor pedazo, y sobre todo sin La Plata, porque quiere presentarse a la candidatura suprema y existe una maldición con la gobernación de La Plata.

Es la maldición de Alsina o maldición de los gobernadores; está relacionada con la ciudad de La Plata donde una bruja llamada « la Tolosana », echó una maldición durante la inauguración de la ciudad (1882) para que ningún gobernador llegara a ser presidente de la República. (La escritora Piñeiro cuenta que esta ciudad de La Plata es una entidad muy literaria porque estaría fundada según un mapa de un libro de Julio Verne; se la conoce también como la ciudad de las Diagonales).

Román Sabaté trabaja para Rovira como personal trainer y de esta manera tiene acceso a la intimidad del líder político. Dentro de poco conocerá las razones por las cuales Rovira lo contrató y este es el meollo de la novela. Aquí el lector va a entender que la política no está hecha de propósitos para mejorar la vida del demos (del pueblo), sino que está hecha de bajos instintos hacia logros personales a lo que venga y como venga…

Hay un personaje probo en el libro, es el tío de Román: el tío Alfredo, adorador de Alfonsín(el primer presidente después de la dictadura, un radical), porque incarna al político de antaño con ideales y principios morales, al « caballero ».

Se toca en el libro un tema interesante: es la relación entre política y brujería y/o supersticiones. Como si la soledad a la que sume el poder y la incertidumbre que reina a menudo, favorecieran la eclosión de una necesidad por lo sobrenatural, por el esoterismo que atañe a menudo a los políticos y que resulta patética.

La escritora Claudia Piñeiro está casada en segundas nupcias con Ricardo Gil Lavedra, abogado y hombre político radical quien tiene que haberla aconsejado en algún momento con la maraña política.

LAS MALDICIONES, Alfaguara 2017,  ISBN 978-978-738-333-1

Publicités

Les Cygnes de la Cinquième Avenue de Melanie Benjamin

Résultat de recherche d'images pour "melanie hauser the swans of 5th avenue" Melanie Benjamin est le nom de plume de l’écrivain nord-américaine Melanie Hauser née Miller, auteur de nouvelles et de fictions historiques. Elle a dû changer son nom de plume après ses deux premiers romans en raison d’une homonymie avec la journaliste sportive Melanie Hauser devenant alors Melanie Lynne Hauser puis Melanie Benjamin à partir de 2010. Elle fait partie de la Maison d’édition Random House.

Les Cygnes de la Cinquième Avenue 2017 (The Swans of Fifth Avenue, 2016) est son cinquième roman historique. Il retrace surtout la vie de l’écrivain Truman Capote entre les années 55-68 autour de la vie d’une poignée de belles femmes riches et amies qu’il nomma « ses cygnes ».

C’est un livre que j’ai lu avec intérêt car il est très bien documenté sur le sujet: ces femmes de la post guerre qui furent des icônes incontestés de la mode et de bonnes manières, tout spécialement l’héroïne de ce roman, la très belle et inégalée Babe Paley née Barbara Cushing.

Babe Cushing faisait partie des trois fabuleuses soeurs Cushing qui avaient été formatées par leur mère pour devenir les épouses parfaites d’hommes riches, de véritables faire-valoir de maris riches et puissants enviés de tous, car possédant des épouses de rêve dévouées à leur ego.

Babe Cushing, après un premier divorce épousa William S. Paley, un magnat des médias, propriétaire de CBS, très bien introduit dans les milieux politiques huppés et dans les milieux artistiques et financiers malgré des origines juives. Elle lui donna deux enfants mais elle ne s’en est jamais occupée.

C’est le sémillant Truman Capote qui nomma ce groupe de femmes amies « les cygnes », car elles étaient toutes élancées et ultra minces, vêtues avec une élégance parfaite, ayant des codes vestimentaires stricts et des habitudes immuables comme par exemple de s’habiller pour se retrouver à déjeuner à La Côte Basque, un restaurant huppé de la 5è Avenue. Ces femmes menaient une vie sociale trépidante chaque jour de la semaine mais en réalité se morfondaient dans une solitude et un vide existentiels inimaginables.

Truman Capote fit la connaissance du groupe vers 1955, il avait alors un peu plus de 30 ans et il était assez séduisant : un blondinet de petite taille aux traits fins, soigné de sa personne, assez « intello » et possédant la langue la plus acérée et mortifère de tout Manhattan.

Babe Paley sera séduite par ce compagnon amusant qu’elle croisera dans des évènements mondains; elle l’introduira au sein de son groupe d’amies et très vite Truman Capote deviendra le compagnon inséparable de ces dames oisives, leur bouffon, leur amuseur, leur « rémora » aussi car il se fera inviter par tous. Son homosexualité affichée rassurera les maris. Truman Capote et Babe Paley deviendront des amoureux platoniques très proches, dépositaires chacun des secrets les plus intimes et inavoués de l’autre. Babe est complètement délaissée par son mari qui l’utilise comme faire valoir et Truman souffre d’un complexe qui lui vient de l’abandon affectif de la part de sa mère.

Truman Capote connut la gloire après la publication en 1965 de son roman phare De  sang froid, mais après ce succès immense, il connut la panne d’inspiration et il entama la lente dégringolade vers l’alcool et les drogues. C’est au cours de cette période qu’il va publier des chapitres de son prochain livre dans l’élitiste magazine Esquire et qu’il se servira de toutes les confidences que ses amies, les cygnes, avaient déposé au fil du temps et notamment celles de sa chère Babe Paley.

La trahison fut de taille. La chute de Capote fut retentissante et à la hauteur.

Voici un livre écrit avec beaucoup de grâce et d’élégance que j’ai eu plaisir à lire. Il mêle une bonne dose de faits historiques à une fiction si bien menée que le lecteur est embarqué dans une autre époque, aujourd’hui révolue, celle de l’élégance innée, celle d’une certaine insouciance, celle de l’Amérique du Nord comme parangon du confort matériel.

J’ai dans mes tablettes les oeuvres complètes de Truman Capote, lues il y a longtemps (1990 ?) publiées par Gallimard-Biblos. J’avais trouvé à l’époque que l’oeuvre de Capote était inégale et que notamment les nouvelles qui décrivaient La Louisiane, son État d’origine, étaient admirables et riches en couleur locale. Capote fut un ami intime d’enfance de Harper Lee dans leur patelin de Monroeville et il existe une légende comme quoi Capote est impliqué dans l’écriture du roman phare de Harper Lee Ne tirez pas sur l’Oiseau moqueur où il apparaît d’ailleurs sous les traits de Dill; aujourd’hui ce roman est un classique aux USA.

LES CYGNES, Albin Michel 2017,  ISBN 978-2-226-39213-8

La invención del amor de José Ovejero

Résultat de recherche d'images pour "jose ovejero la invencion del amor" José Ovejero es un escritor español (Madrid 1958), licenciado en Historia y Geografía.

Le leí  Las vidas ajenas (2005) premiado con el Premio Primavera de Novela del mismo año, un libro que me gustó porque está bien ordenado; sucede en Bélgica (dónde el autor reside en parte) en dos medios bien opuestos : el de la finanza, corrupto y « sobre » las leyes y el de los bajos fondos con vidas decadentes. El mundo del hampa sobrevive vaciando departamentos de difuntos e irrumpiendo en vidas ajenas. El otro ámbito busca planes para evadir dineros en Suiza. Los maleantes tratan de chantajear, pero salen perdiendo y el más corrupto es un abogado que asesora a un magnate y que urde un rescate de millones que son sólo para él…

La invención del amor (2013) recibió el Premio Alfaguara de Novela del mismo año. Es una novela urbana y madrileña con una historia insólita y poco creíble: la historia de una usurpación de identidad. Samuel es un cuarentón desilusionado de todo, sin ataduras ni compromisos, bastante cínico, un verdadero antihéroe de su tiempo. Un día recibe una llamada telefónica anunciándole la muerte de Clara en un accidente de la ruta. Y aunque no ha frecuentado a ninguna Clara, decide acudir al tanatorio, por curiosidad, por dejadez. A partir de ese momento Samuel se hace pasar por alguien que no es, otro Samuel que vive un piso más abajo, y hará todo lo posible por conocer a Clara, una supuesta amante.

Se lee en el libro…Samuel siempre ha evitado la palabra amor. Un sustantivo devaluado, una moneda tan usada que ha perdido el relieve de manera que se puede acariciar entre los dedos sin percibir imagen alguna; una moneda que no me atrevería a dar en pago por miedo a ser mirado como un estafador…(buena dosis de cinismo, eh?)

Poco a poco se irán incorporando en la novela otros personajes que gravitan en torno a Clara como su hermana Carina y tendremos un cuadro compuesto por diferentes puntos de vista que el lector irá asimilando. El relato es contemporáneo de una España en plena crisis donde los tenderos son chinos y se aburren (¿ venden acaso?), los camareros son sudamericanos y los capitales extranjeros…

Hay algo de humor negro en esta novela. Samuel el mentiroso, estaba ufano con su vida, pero está solo y se refugia en su terraza desde donde contempla el ancho mundo sin involucrarse,  fascinado por el vuelo de las aves (en este caso los vencejos) porque representan cierta libertad que él no tiene.

De esta red de mentiras Samuel saldrá transformado y el lector se sentirá perdido por momentos porque no vislumbra la salida y el relato es algo confuso.

El planteamiento de José Ovejero sobre el amor es interesante. Dice en una entrevista que uno se enamora cuando no conoce a la otra persona, y encima cuando le engaña dando la mejor versión de si mismo. Esa parte del enamoramiento es un invento. ¿ Y cuando empieza el amor? Cuando aceptas la realidad del otro, con sus limitaciones y sus imperfecciones, y cuando aceptas las tuyas.

Francamente no encontré que esta novela sea meritoria de un premio aunque la trama sea original, y no es la primera vez que el Alfaguara me defrauda. Los lectores avezados saben que esto de los premios a veces es más negocio que calidad literaria. Y a veces tengo la impresión que dan el premio más a la persona que al libro en cuestión, lo que puede ser defendible.

LA INVENCIÓN DEL AMOR, Alfaguara 2013,  ISBN 978-84-204-1469-0

Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain

 

Résultat de recherche d'images pour "marc dugain ils vont tuer robert kennedy"

Marc Dugain est un scénariste et romancier français né au Senegal en 1957. Son oeuvre est vaste et variée.

J’ai découvert cet auteur avec son livre La Malédiction d’Edgar (2005) qui narre de façon brillante l’hégémonie de John Edgar Hoover au sein du FBI pendant 48 années, un livre très documenté qui se lit comme un thriller et qui laisse pantois. J’ai tellement apprécié le livre, que j’ai eu envie de lire d’autres livres de Dugain. Ainsi, j’ai lu dans la foulée : le très primé La chambre des officiers (1999) qui raconte l’histoire de son grand père « gueule cassée », défiguré par un obus le premier jour des combats ! il restera 5 années à l’Hôpital du Val de Grâce où il va côtoyer d’autres estropiés avec lesquels il nouera des amitiés indéfectibles, l’écriture est très belle, par moments poétique; Campagne anglaise (2000), un roman assez original; Heureux comme Dieu en France (2002) que j’ai trouvé admirable sur la Résistance dans le style si limpide de Dugain; Une exécution ordinaire (2007) autre livre assez intéressant qui narre encore un sujet difficile, celui de la perestroïka et du monde des sous-mariniers (une élite) avec l’accident du sous-marin Oskar en mer des Barents avec 123 morts, sur fond de corruption.

Ils vont tuer Robert Kennedy (2017) est un autre livre intéressant et très documenté qui revisite l’histoire des années 60 et qui reprend cette véritable obsession de Dugain pour la famille Kennedy. Il est beaucoup question dans le livre de John Kennedy car sa personnalité très solaire a façonné la personnalité de Robert qui lui était totalement dévoué. La mort de John fut pour Robert un choc qui l’ébranla si fort, qu’il vécut après l’attentat dans la culpabilité et dans la dépression. Il est plus que probable qu’il ait eu la prescience de sa mort en se présentant à la présidence des EEUU en 1968, mais son caractère rêveur et son côté « boy -scout » n’ont pas faibli à l’heure des décisions. Le livre a un autre protagoniste en dehors de Robert Kennedy, c’est le professeur universitaire Mark O’Dugain de Vancouver presque l’alter ego de Marc Dugain, mais 3 ans plus âgé; un homme persuadé que la mort violente de ses deux parents est en rapport avec la mort des Kennedy, une véritable obsession avec à la fin du livre, une position très déstabilisatrice pour le lecteur car après tant de luttes et d’enquêtes pour relier les deux affaires, le doute s’infiltrera sur la santé mentale dudit Mark O’Dugain, laissant le lecteur dans la perplexité la plus totale.

Le livre défend tous azimuts la thèse du complot dans l’assassinat, à 4 ans et demi d’écart, des deux frères Kennedy; il va jusqu’à évoquer un Coup d’État via les magouilles politico-financières au sein d’une politique américaine baignant dans le mensonge. L’assassinat des Kennedy résulterait d’une coalition qui réunit la CIA, la mafia, l’armée, les Bush, Johnson et le clan texan, les anticastristes, le complexe militaro-industriel.

Le livre évoque les émeutes de Detroit en 1967 qui viennent d’être illustrées par le film de 2017 de Kathryn Bigelow avec un titre éponyme; en revanche, le livre ne fait pas état des révélations récentes relatives aux 3100 documents déclassifiés sur l’assassinat de JFK 54 ans après les faits. A la dernière minute, le président Trump a mis frein à la publication de plusieurs centaines de documents contenant de l’information « sensible » suivant les conseils du FBI et de la CIA…Ce qui est clair, c’est que les pistes sont brouillées, les documents sûrement « disparus » et qu’on ne saura jamais ce qui s’est passé au sein de la plus grande « démocratie » du monde qui s’érige souvent en donneuse de leçons…

Pour l’anecdote, c’est par ce livre que j’apprends que Robert Kennedy et Jacquie Kennedy ont eu une « affair » après le veuvage de cette dernière.

Résultat de recherche d'images pour "assassinat robert kennedy"

Robert Francis Kennedy (1925-1968), septième enfant de Joseph et Rose Kennedy

ILS VONT TUER, Gallimard 2017,  ISBN 978-2-07-269710-4

Ce que savait Maisie d’Henry James

Résultat de recherche d'images pour "henry james"

Henry James est un écrivain américain (New York 1843-Angleterre 1916), naturalisé britannique en 1915. C’est une figure du réalisme littéraire du XIXè  et un maître du roman et des nouvelles.  Il avait reçu une éducation cosmopolite et soignée entre l’Europe et les États Unis, avec notamment des études francophones en France et à Genève. Cette découverte précoce de l’Europe l’a nourri en littérature. Il a commencé des études de Droit à Harvard qu’il a abandonnées pour se consacrer entièrement à l’écriture.  Il fût un voyageur impénitent, un « citoyen du monde » : Angleterre, France, Suisse, Italie surtout. En 1876, après un échec d’installation à Paris, il s’installera à Londres jusqu’à sa mort en 1916.

C’est pendant ces 40 années londoniennes qu’Henry James va écrire l’essentiel de son oeuvre (20 romans et 112 nouvelles !): une œuvre très riche qui s’inspire en partie d’une bourgeoisie raffinée et de la découverte de l’Europe par des riches américains oisifs en formation culturelle et dans ce qu’ils appelaient le Grand Tour. L’expert d’Henry James, Franck Aigon (professeur de philosophie) a écrit si justement que la confrontation de la naïveté américaine et de l’expérience européenne n’est qu’un aspect d’une écriture qui s’emploie à sonder les cœurs en donnant toute leur place aux impressions et à la variation des points de vue (un peu à la façon d’un Sandor Márai, je trouve).

J’ai déjà commenté ici Confiance en mars 2017, Washington Square en mai 2017 et Les papiers d’Aspern en juillet de la même année.

Ce que savait Maisie ( What Maisie knew, 1897) est le roman le plus « dense » psychologiquement parlant de tous ceux que j’ai lus jusqu’à maintenant. Ce roman fut publié en 1896 sous la forme de feuilleton et en 1897 sous forme de volume; c’est le 14ème roman du prolifique H. James et peut-être le plus célèbre. Le roman fut traduit en français en 1947 par Marguerite Yourcenar; il a été adapté au cinéma en 2012 par David Siegel et Scott McGehee, une version moderne avec Julianne Moore et en 1995 pour la télévision française par Édouard Molinaro.

Le sujet du livre est assez hardi pour l’époque : imaginez les turpitudes du monde des adultes observées par une petite fille dont l’âge exact ne sera jamais précisé, mais que le lecteur peut situer entre les 8 et 10 ans. Elle observe le comportement des adultes, le réduit à sa capacité d’interprétation, mais le lecteur voit bien qu’elle est manipulée et que ces adultes se fichent d’elle comme d’une guigne. Une telle situation dans la société corsetée victorienne du  XIXè siècle était probablement exceptionnelle mais devenue banale un siècle plus tard.

La grande nouveauté dans le texte est d’introduire cette vision de la petite fille avec ses moyens psychologiques limités et de laisser deviner au lecteur l’amplitude des turpitudes et l’égoïsme inouï qui se cachent derrière les actions des adultes qui l’entourent. C’est aussi un plaidoyer de la part de l’écrivain contre le relâchement moral au sein d’une société victorienne réglée sur le respect des convenances et des apparences avec cette peur bleue de déchoir de sa caste, de faillir à son rang…

Maisie Farange est une petite fille assez délurée, assez fine mouche, non dépourvue de malice, au sein d’un ménage qui se déteste et qui a divorcé. Elle partage une garde alternée entre la mère et le père, avec une gouvernante-préceptrice qui s’occupera de son « éducation » dans chaque foyer. Elle est ballotée d’une maison à une autre, parfois de façon inopinée, et on se sert d’elle pour colporter des ragots ou semer la zizanie. Comme on l’écoute beaucoup, Maisie est très bavarde.

Le père et la mère vont se « remarier » rapidement : elle, avec un homme plus jeune; lui, avec la préceptrice de Maisie qui deviendra donc sa belle-mère. Très vite, les couples vont dysfonctionner à nouveau : le père de Maisie est de plus en plus absent. La mère de Maisie fréquente d’autres hommes… Maisie est l’exutoire de la haine respective que se vouent les deux parents, et sa solitude et le manque d’affection sincère font qu’elle s’attache à tout adulte qui l’approche un peu, liant ainsi des liens de substitution.

Le fond psychologique est traité avec la prescience d’un psychiatre ou d’un psychologue. Ceci est d’autant plus remarquable qu’Henry James ne s’est jamais marié et n’a pas eu d’enfants pour en étudier aussi finement le comportement. Admirable.

Ce que j’ai moins supporté est le style lourd et répétitif par moments de l’écrivain, dans un roman un peu plus long que ceux déjà lus (292 pages) et qui aurait gagné a être un peu plus aéré sans rien perdre de son acuité.

CE QUE SAVAIT MAISIE, OMNIBUS 2013, (HJ 1897),  ISBN 978-2-258-09877-0

Noticia de un secuestro de Gabriel García Márquez

Résultat de recherche d'images pour "garcia marquez novela de un secuestro"  Gabriel García Márquez  fue un gran escritor colombiano (Aracataca 1927-México 2014),  también un guionista, periodista, editor y hombre político. Recibió el Premio Nobel de Literatura en 1982. Se le relaciona como el adalid del realismo mágico;  su obra más conocida es la novela Cien años de soledad (1967), uno de los grandes clásicos hispánicos de todos los tiempos.

Le he leído varias obras y todo me ha gustado. No las voy a enumerar porque resultaría fastidioso. Creo que el último que le leí fue Memoria de mis putas tristes (2004) un opúsculo simpaticón.

Noticia de un secuestro (1996) es un libro algo especial y bastante interesante porque combina reportaje periodístico con un buen estilo narrativo. Y nada de realismo mágico, sino un realismo pútrido sobre las guerrillas colombianas. Es un testimonio del período de violencia inaudita que vivió Colombia con secuestros y asesinatos por parte del narco-terrorismo de los años 90 con un grupo  que se hizo llamar Los Extraditables, un grupo que emanaba del cartel de Medellín con Pablo Escobar a la cabeza.

Los Extraditables eran capos de la droga que lucharon contra la extradición de colombianos a los EEUU porque eran juzgados de manera muy dura. Como medio de presión utilizaron a la clase política y a los periodistas con raptos y asesinatos. Colombia se convirtió en un estado de guerra contra la mafia con redes de corrupción y de colusión evidentes y a todo nivel.

Para darse una idea de la hecatombe colombiana, se dice que entre 1958 y 2012 unas 220 000 personas murieron asesinadas, unas 25 000 desaparecieron y más de 4 millones fueron desplazadas por causa de los conflictos armados (narcotráfico o guerrillas). De los 220 000 asesinatos documentados, el 82 % atañe a civiles y unos 48 000 a los combatientes.

Tristes cifras para un país.

Página 29 se lee…Colombia no había sido consciente de su importancia en el tráfico mundial de drogas mientras los narcos no irrumpieron en la alta política del país por la puerta de atrás, primero con su creciente poder de corrupción y soborno, y después con aspiraciones propias….El motivo principal de esa guerra era el terror de los narco-traficantes ante la posibilidad de ser extraditados a los EEUU, donde podían juzgarlos por delitos cometidos allí, y someterlos a condenas descomunales. Uno de los gremios más afectados por aquella guerra ciega fueron los periodistas, víctimas de asesinatos y secuestros, aunque también de deserción por amenazas y corrupción. Entre setiembre de 1983 y enero de 1991 fueron asesinados por los carteles de la droga 26 periodistas de distintos medios del país.

El libro de García Márquez se centra sobre el rapto de periodistas o allegados a periodistas, con meses de detención en pésimas condiciones, pero con relativo buen trato y que servía de moneda de cambio. Solo he retenido los detalles de los secuestros porque los nombres de la gente me dicen poco o nada. Pero el operativo es francamente increíble. Es también interesante el retrato que se hace de Pablo Escobar, un desalmado que se enriqueció con la droga de una manera abismante, pero que sabía comprar a la gente y era muy apegado a su familia. Al parecer fue un hombre de honor que siempre cumplió su palabra aunque no daba su confianza a nadie. Los secuestrados desarrollan, unos más y otros menos, el síndrome de Estocolmo.

Una vez leí en algún texto que el peor de los monstruos lleva en sí algo de humano cuando se le mira de cerca…

NOTICIA DE UN SECUESTRO, Grupo Editorial Norma 1996,  ISBN 958-04-3427-1

Un amour au long cours de Jean-Sébastien Hongre

Résultat de recherche d'images pour "jean sebastien hongre"  Jean-Sébastien Hongre est un écrivain français d’origine Picarde né en 1967; il est aussi entrepreneur sur Internet. Un amour au long cours (2017) est son troisième roman.

C’est un roman qui a été lu à quatre yeux : deux de mon côté  et deux d’un côté masculin que je suis allée chercher. L’acceptation du partner masculin ne s’est pas faite de prime abord; il a fallu expliquer et négocier. Ce que je peux dire sur ce partner masculin c’est qu’il lit très peu, mais que son avis, lorsqu’il est sollicité, m’a paru toujours d’une grande justesse et pertinence dans l’analyse. Nous allons chacun lire le livre et coucher par écrit notre avis sans nous concerter afin que les choses restent authentiques. On y va…

L’AVIS FÉMININ :

C’est un roman dans l’air du temps qui ne peut pas laisser indifférent parce qu’à un moment ou un autre le lecteur se sent interpellé par le vécu du couple formé par Anaïs et Franck. Ce couple décidera d’établir un Code d’honneur en 10 Articles afin de s’analyser, se confier et essayer de tenir dans le temps. Chaque code est commenté par Anaïs et Franck, séparément en se lisant mutuellement et en s’expliquant quand il faut s’expliquer.

Cette idée d’établir un code est une bonne idée en soi mais qui me paraît quelque peu théorique et réductrice…Dans la vraie vie il y a plus d’impondérables, plus de situations inextricables, moins de franchise et de lucidité. L’excès d’affect nui à l’analyse.

J’ai bien senti que le livre était écrit par un esprit masculin, trouvant le personnage d’Anaïs un peu caricatural par moments, la note féminine un peu forcée.

Ce qui est sûr c’est que la vie de couple n’est pas un long fleuve tranquille et qu’il faut admettre assez tôt que les choses vont évoluer dans le temps et qu’il faudra s’adapter;  le chemin est long et périlleux, semé d’embûches.

Pour revenir à Anaïs et Franck, leur couple a souffert avec l’arrivée des deux filles, très proches dans le temps. Ceci a pris beaucoup trop d’énergie à la mère, cela l’a déstabilisée parce que elle s’est sentie seule, cela l’a éloigné de son couple pendant les années de la croissance. Puis, à nouveau le couple a été déstabilisé lorsque les deux filles sont devenues adolescentes avec des personnalités émergentes et conflictuelles; cette période les a rapprochés du père  ce qui est bien normal puisqu’elles étaient en compétition œdipienne avec la mère.  Nouvelle fissure du couple. En filigrane sont abordés des problèmes de société actuels concernant l’éducation des enfants qu’on tire vers le bas depuis quelques années;  j’ai bien noté le tact avec lequel l’écrivain dit les choses sans jamais les nommer,  mais  les parents concernés savent exactement de quoi il parle.

La décision d’Anaïs de faire lire son « journal » à son aînée m’a dérangé. Je trouve que l’on se doit de protéger ses enfants et ne pas les prendre pour confidents ni pour des amis. Les histoires des parents ce sont des histoires de couple qui ne concernent pas les enfants en aucune façon.

Le choix de l’écrivain pour la maladie d’Anaïs est très à la pointe : car la maladie de Lyme, cette maladie infectieuse à Borrelia serait assez répandue en Europe, transmise par certaines tiques. Je crois savoir qu’elle est l’objet d’un scandale sanitaire parce qu’elle est insuffisamment diagnostiquée pour la forme chronique. Elle est bien choisie car une fois que le diagnostic est fait, on peut guérir.

Bref, un livre pertinent sur la vie de couple (sur 20 ans d’évolution environ) car il évoque des problèmes que nous avons généralement connu à un moment ou à un autre de notre vie.

L’AVIS MASCULIN :

« Un amour au long cours » est il un roman ? Non, c’est à mon avis un témoignage de vie. Ce n’est pas la vie de Saint X, c’est le vécu d’un couple uni dans un projet de fidélité ; un projet formalisé par un règlement intérieur, dit « constitution », dont le but est de canaliser la vie du couple.

Le sujet est courageux car au lieu de céder au sensationnel comme le font les articles de presse relatant les prouesses des « people », il rappelle des valeurs morales fondamentales comme le partage, résister aux tentations, et d’autres, en étant quelque peu critique de l’éducation publique. Enfin, bien des choses qui méritent d’être dites. Un livre qui nous appelle à un examen de conscience : c’était eux et nous, qu’en est il ?

J’ai trouvé que le ressenti de la vie du couple était décrit avec une sensibilité principalement féminine et il me semble que l’animalité mâle était un peu effacée et ne s’exprimait pas autant que les actes décrits le suggèrent.

 

UN AMOUR AU LONG COURS, Éditions Anne Carrière 2017,  ISBN 978-2-8433-7878-2