Archives

Grossir le ciel de Franck Bouysse

Résultat de recherche d'images pour "franck bouysse grossir le ciel"

Franck Bouysse est un écrivain français (Brive-la Gaillarde 1965) de romans noirs; il se dédie à l’écriture de façon exclusive depuis 2004.

Grossir le ciel (2014) est déjà son neuvième roman et c’est un livre qui a reçu au moins 5 prix ! Je suis arrivée à cette lecture par le bouche à oreille et je reconnais que c’est une pépite. Tout d’abord ce style cru et précis de Bouysse, avec en même temps beaucoup de  poésie dans la prose et beaucoup d’humanité qui suinte à fleur de page. Puis, il y a cette histoire située dans les Cévennes, pays huguenot, avec une histoire mêlée de terroir, bouleversante. C’est un livre qui laisse des traces avec une histoire qui nous hante longtemps après avoir refermé le livre.

La clé du titre grossir le ciel, nous la connaîtrons à la fin du livre (une fin que j’ai trouvée un peu elliptique, peu tranchée): …alors, Gus se leva sans effort, marcha en direction de l’abbé et le trio se mit en route pour s’en aller grossir le ciel…

La temporalité du récit est clairement annoncée dans ce roman, c’est la mort de l’abbé Pierre, en janvier 2007. L’action se situe dans un hameau cévenol blanchi par la neige et gelé par le froid. Ce décès va perturber énormément Gustave Targot alias Gus car il ressent un véritable attachement envers le saint homme et il va suivre la cérémonie à la TV sans en perdre une miette.

Nous avons deux personnages :Gus et Abel, deux taiseux qui se connaissent depuis toujours puisque leurs fermes respectives sont à quelques 100 mètres de distance seulement dans le hameau des Doges, entre Mende et Alès . Abel est l’aîné de 20 ans. Leurs familles ont un contentieux qui date de l’époque des parents de Gus et dans ces contrées les secrets de famille restent enfouis chez ces taiseux.

Abel et Gus vont se côtoyer très peu, juste pour échanger du matériel agricole à l’occasion ou se prêter main forte si besoin, ou encore boire un coup de rouge chez l’un ou chez l’autre. Rien de plus. Mais ils se respectent. La région est dépeinte magistralement, un pays de solitude, une terre de légendes, une nature rude, un travail agricole digne du XIX siècle.

Gus vit tout seul depuis la mort de ses parents; il ne s’est jamais marié, sa seule compagnie est son chien Mars qu’il adore, ils vivent dans une parfaite symbiose. Abel en revanche, a été marié et a perdu sa femme en couches; quant à l’enfant, celui-ci a été placé tout de suite en institution car il est anormal. Ces deux là vont s’approcher sans se laisser envahir l’un par l’autre ni s’apprivoiser.

Un jour de l’hiver 2007,  Gus va commencer à soupçonner Abel parce qu’il va entendre des cris, une détonation et il découvrira quelques gouttes de sang frais sur la neige…Gus va alors commencer à espionner son voisin en cherchant des preuves visant à le compromettre; à partir de là nous rentrons dans un roman noir, très noir et le lecteur ira de surprise en surprise jusqu’au dénouement final.

Le roman est court mais puissant, il y a un huis-clos étouffant qui monte en puissance peu à peu et scotche le lecteur à sa lecture. Il y a le descriptif au détail près du rythme de la vie des deux hommes et aussi leurs joutes verbales, supposées s’échanger entre deux rustres, mais en fait d’une acuité psychologique étonnante. Dans leurs échanges il y a autant de sous entendus et des non-dits  que des choses concrètes. C’est très réussi. C’est un livre escarpé comme un à-pic et le lecteur va déraper et se faire mal. Dans ces terres de solitude et arides, les rancoeurs sont tenaces, les suspicions fréquentes.

D’aucuns définissent Franck Bouysse comme un poète de l’âme et je suis d’accord. Maintenant je sais que j’ai envie de lire tous ses livres.

Un exemple de la beauté de la prose de Bouysse…page 23 : Dehors, la nature était toujours en sourdine et le jour s’était levé. La neige tombait de nouveau, des flocons gros comme du duvet d’oie, qui semblaient ne jamais toucher le sol tellement ils étaient légers et repartaient dans l’air pour un tour avant de se poser au ralenti...

Bonne lecture pour ceux qui ne l’auraient pas encore lu.

GROSSIR LE CIEL, La manufacture de livres 2018,  ISBN 978-2-35887-257-7

Publicités

La herida de Jorge Fernández Díaz

Résultat de recherche d'images pour "la herida jorge fernandez diaz"

Jorge Fernández Díaz es un periodista y escritor argentino, nacido  en Buenos Aires en 1960 (barrio de Palermo) . Fundador de la revista cultural « adnCultura » junto con otro periodista y amigo, hoy día fallecido,  Tomás Eloy Martínez; esta revista fue  reconocida en 2009 con el Premio Atlántida.

El escritor Jorge Fernández Díaz Tiene un estilo muy personal, irónico y  sentimental, lo que me gusta. Su formación de periodista hace que sus escritos sean muy informativos.

Ya fueron comentados en este blog 4 libros de JFD: « Las mujeres más solas del mundo » en enero de 2013, « Alguien quiere ver muerto » a Emilio Malbrán » en junio 2013, « El puñal » en abril 2015 y « Te amaré locamente » en agosto 2016.

La herida (2017) es una secuela de El puñal con el protagonismo de Remil, el pistolero a sueldo de los servicios secretos argentinos, Remil como hijo de las remil putas como lo calificaban durante la guerra de las Malvinas. es un esbirro despiadado aunque sentimental a la orden del coronel Cálgaris que lo maltrata y desprecia. Es una novela que se ha vendido a más de 65 000 ejemplares en Argentina y que va por la tercera edición. Una película se prepara de El puñal.

Este tomo me ha gustado muchísimo menos que el primero por denso y algo verboso, por enrevesado hasta sentirme por momentos perdida entre los personajes y la acción.

Hay 2 líneas directivas en esta novela :  1) la búsqueda de una monja de origen italiano desaparecida de los barrios bajos de Buenos Aires donde ella tenía una permanencia en medio del narcotráfico comanditado por unos gangs peruanos. Remil partirá en busca de la monja a Italia, pero en Nápoles será el objeto de una encerrona que lo va a ridiculizar totalmente ante su cuerpo laboral, lo que indignará al coronel Cálgaris que lo mandará a la Patagonia y 2)  tendrá que proteger en Patagonia a dos señoras que trabajarán la imagen pública de un gobernador: una es estratega en comunicación y la otra es una diva del cine, dos personajes muy bien perfilados. De esta manera tendremos una descripción detallada de lo que puede ser la corrupción, la colusión en política (aquí y en la quebrada del ají…). El periodista utiliza la ficción para darnos un panorama atroz de una realidad quizás peor…

El final de la novela es algo abierto por lo que habrá probablemente otra entrega.

LA HERIDA, Destino 2017,  ISBN 978-84-233-5319-4

Perro muerto de Boris Quercia

 

Résultat de recherche d'images pour "boris quercia tant de chiens"

  Boris Quercia es un actor, director, guionista, productor y escritor chileno (Santiago 1967). Es el autor de una película de mucho éxito « Sexo con amor » del 2003, ganadora del Premio Altazor 2004.

Santiago Quiñones, tira (2010)  su primera novela policial con el tira Quiñones (Les rues de Santiago en francés) fue comentada en este blog en febrero 2018 , una novela que me encantó a pesar de ser extremadamente negra porque hiperrealista.

Su segunda novela es ésta, Perro Muerto (2015, Tant de chiens en francés) que le valdrá nada menos que el Premio de la Mejor Novela Policial Extranjera 2016, un Premio muy seguido en Francia donde las novelas del género policial tienen  un vasto público. Se dice que Quercia trabaja en una tercera entrega con el tira Quiñones y que la trilogía será el objeto de una serie para la TV; ya tienen un actor para el rol estelar que también lleva el nombre de Santiago : se trata de Tiago Correa.

Es otra novela negra que me encantó, tanto como la primera y que me gustaría leer traducida al francés porque el original conlleva tantos modismos « en chileno » que estoy curiosa de saber cómo se han traducido; he leído por ahí que la traductora ha hecho un trabajo soberbio.

Perro muerto, el título, no tiene nada que ver con la expresión chilena de « hacer perro muerto », es decir, partir sin pagar de un lugar. En la novela de Quercia se parte y se termina con una historia de perro y los pobres perritos no la pasan nada de bien, especialmente el quiltro del final.

Tenemos dos protagonistas : el tira Quiñones y el centro de la ciudad de Santiago. La novela comienza con una balacera entre narcos y policías donde Jiménez, un colega y amigo de Quiñones será herido mortalmente y legará al tira una investigación personal y fuera de la jerarquía sobre corrupción involucrando a menores de edad.

El tira se verá involucrado en una investigación sobre abuso sexual en menores abandonados en centros especializados y asesorados por el Estado ! Es una red de prostitución que involucra a políticos, policías, jueces y delincuentes. Este tira Quiñones vive a salto de mata, cada día más cínico y amoral y paradójico, porque al mismo tiempo ambiciona una vida de lo más normal, pero se deja ir a sus instintos y le va mal por todos lados. No se porta nada de bien, pero nadie se porta bien en la novela, hasta Marina, la enfermera y pareja del tira hace sus tráficos con morfina que saca de la clínica !

La ciudad céntrica de Santiago aparece como una urbe asfixiante y saturada de smog, un antro de inseguridad y de violencia donde los maleantes parecen más protegidos que los policías.

El autor opina de pasada sobre temas interesantes. Cito página 14…es un tipo largo, calvo, medio encorvado, como le pasa a la gente alta en Chile. Este es un país que castiga al que sobresale. La gente alta trata de pasar desapercibida, y los muy altos, como este tipo, se encorvan para sumarse al promedio…

La novela atrapa desde la primera página y no hay forma de soltarla hasta en desenlace final. Es una novela corta y ágil por lo que se lee de un tirón. Esperando el tomo tres, la voy a leer en francés para apreciar la traducción…

PS (avril 18,2018): lo leí en francés y aunque la traducción es muy buena, se pierde todo el lado « sabroso » de la prosa de Quercia. Cuando la frase es muy coloquial-chilena, desaparece de la traducción. Pero creo que es algo inevitable y que sólo leyendo la obra en el idioma vernáculo se pueden apreciar los matices y riquezas de una prosa. (Gracias a la amigota del alma, Fanfan, que me regaló el libro en francés).

PERRO MUERTO, Roja y Negra 2016 (BQ 2010),  ISBN 978-956-9659-26-3

La soif de Jo Nesbø

Jo Nesbø  Jo Nesbø est un écrivain et scénariste norvégien (Oslo 1960) auteur de polars et de livres pour la jeunesse. Son héros récurrent est l’inspecteur Harry Hole, un stéréotype d’inspecteur entre ours-alcoolo-tabagique, loup solitaire qui utilise des méthodes peu orthodoxes pour résoudre les cas, mais qui néanmoins est le meilleur dans sa branche. Les épisodes peuvent se dérouler en Norvège ou à l’étranger.

L’auteur Jo Nesbø a vendu plus de 30 millions d’exemplaires de par le monde. C’est impressionnant.

Un film sortira en novembre de cette année sur son livre Le Bonhomme de neige (2007) avec Michael Fassbinder dans le rôle d’Harry Hole.

La soif  est le 11ème épisode avec l’inspecteur Harry Hole et le premier polar que je lis de Nesbø. Je dois dire que je suis séduite; voici une lecture qui m’a rendu addicte, je ne pouvais pas arrêter de lire l’ouvrage de presque 600 pages que j’ai lu en trois fois…Ceci ne m’arrivait pas depuis la trilogie de Millenium du regretté Larson ou dans un degré moindre, avec Je ne suis pas Pilgrim de Terry Hayes. Mais franchement, en comparaison, Millenium me semble un manuel pour maternelle à côté de cette bombe d’horreur et d’efficacité.

Pour Nesbø, Harry Hole est un tissu de contradictions et c’est probablement ceci qui le rend si spécial, si humain.

Dans cet opus, Harry Hole est un homme marié et heureux avec sa femme Rakel, il a réussi (presque) à se sevrer de l’alcool et il est devenu maître de conférences à l’École Supérieure de Police. Mais des crimes sont ciblés sur des jeunes femmes qui utilisent une application pour un site de rencontres; ces crimes comportent des aberrations connues sous le nom de vampirisme : des individus aberrants qui boivent le sang des victimes suivant un rituel et qui éprouvent un assouvissement sexuel dans l’acte. A partir du deuxième cas, Harry Hole est prié de reprendre du service car le chef de la police d’Oslo a des prétentions politiques et il voudrait se servir de la résolution rapide de cette affaire pour obtenir le poste.

Très rapidement l’énigmatique Harry Hole va trouver quelques ressemblances avec l’unique enquête non résolue de sa carrière et cela va le booster terriblement dans la traque.

On apprend dans ce livre qu’il y aurait deux sortes de vampirismes : une première sorte où ils sont relativement inoffensifs, attirés par le mythe du demi-dieu buveur de sang et immortel sur lequel se bâtissent les récits de vampires modernes, une  sorte qui a été commentée par Freud. Mais il y a une deuxième sorte, appelée vampirisme clinique ou syndrome de Renfield caractérisé par l’obsession de boire du sang et en rapport avec des crimes d’une rare violence.

C’est le deuxième cas qui est exposé dans cet excellent polar qui vous maintient en haleine jusqu’à la fin avec un serial killer hors normes. J’ai découvert aussi la manipulation subtile et réussie de l’écrivain pour semer de fausses pistes et égarer le lecteur…L’hémoglobine dans ce polar se mesure au litre.

Ce serait de mauvais goût que de narrer la teneur du roman car les éventuels lecteurs n’auraient plus des découvertes à faire. Ce qui est sûr, c’est que je lirai d’autres tomes sur Harry Hole car plusieurs personnes m’ont dit que tous  étaient très bons.

LA SOIF, Gallimard 2017,  ISBN 978-2-070-14504-1

Cartel de Don Winslow

Résultat de recherche d'images pour "don winslow cartel" Don Winslow est un écrivain de romans policiers et metteur en scène américain (New York 1953); plusieurs de ses romans ont été adaptés au cinema, les droits cinématographiques de Cartel ont été rachetés par Ridley Scott, et Leonardo Di Caprio pourrait tenir le rôle d’Art Keller de la DEA .

Cartel (2015) est la suite de La griffe du chien (2005). Le premier tome couvre la période du trafic de drogue entre 1975-2000 et Cartel la période 2004-2014  quand les cartels mexicains de la drogue deviennent très puissants. Le livre aurait nécessité 6 ans de recherche et il a reçu le Prix « Mystère » de la Critique en 2017. Ce livre est dédié aux 130 journalistes mexicains tués pour s’être intéressés de trop près au monde de la drogue…

Dans Cartel, Adan Barrera est le personnage de fiction qui incarne le narco trafiquant Joaquin Guzman, alias El Chapo, chef du cartel de Sinaloa. C’est un volumineux roman de plus de 800 pages, un peu fouillis avec des personnages très nombreux au milieu desquels je me suis perdue par moments, mais qui fourmille d’informations sur ce triste trafic qui implique beaucoup de monde et qui remonte jusqu’au plus haut de l’Etat mexicain. Dans ce roman Don Winslow multiplie les points de vue, c’est un roman polyphonique avec plusieurs personnages et deux vedettes : le narco mexicain Adan Barrera et le fonctionnaire téméraire de la DEA  Art Keller. Ce roman traite du trafic de drogue entre les USA et le Mexique.

Certes, on écrit beaucoup sur la production, le transport et la diffusion de la drogue, mais on dit peu de choses sur la consommation ahurissante de drogue aux Etats Unis : pour qu’un tel trafic existe, c’est qu’il existe un marché florissant. Lequel est le plus corrompu ? Le vendeur ou l’acheteur? Et quel degré de corruption doit atteindre une société pour que sa population éprouve le besoin de se défoncer afin d’échapper à la réalité?

Keller sait ce qui c’est passé en 1985. Il y était. Il a intercepté les transports de cocaïne par avion, il a vu les camps d’entrainement, il sait que les USA ont utilisé les cartels mexicains pour financer les Contras au Nicaragua, mais il va réussir à mettre en prison le narco; mais Barrera va s’évader de la prison de Puente Grande en jouant des complicités et en crachant du fric à tous les niveaux. Ensuite ce sera une lutte à mort entre l’américain qui sert d’appât et le trafiquant dans un contexte de lutte sans merci entre les différents cartels mexicains et  les milices para-militaires. Les morts se chiffreraient autour de 100 000 en 10 ans avec beaucoup de victimes innocentes, ce qui aurait provoqué la révolte d’une partie du peuple.

Et pourtant Keller a sauvé la vie de Barrera avant que celui-ci se lance dans le trafic de drogue: il s’était retrouvé pris au coeur d’une opération militaire menée dans les champs de pavot du Sinaloa. Ils l’avaient tabassé, ils lui avaient versé de l’essence dans les narines, au point qu’il avait cru se noyer, puis ils avaient menacé de le balancer d’un hélicoptère en vol. Keller les en avait empêchés…Ce n’était que le début de la longue guerre de Keller contre les Barrera, un conflit de 30 ans qui allait lui coûter tout ce qu’il possédait, sa famille, son travail, ses croyances, son honneur, son âme…

Les différences de caractère entre Américains et Mexicains ressortent assez bien: si les Américains puissent leur force dans la victoire, celle des Mexicains réside dans leur capacité à supporter le malheur…les Américains sont habités par une croyance que tout problème a une solution, alors qu’un Mexicain sait que ce n’est pas forcément vrai…

Le transport de cette drogue se fait par camions, des dizaines de milliers traversent la frontière chaque jour, c’est la plus grande frontière commerciale du monde soit 85 milliards de US $ de marchandises par an. Si l’on fouillait chaque camion, cela paralyserait le commerce entre les deux pays.

Il faut avoir les nerfs solides pour lire ce livre car les scènes peuvent être gore : assassinats, décapitations, dépècements, victimes brûlées à l’essence, torturées, tout est décrit en détail. Les méthodes de traque aussi. La vie de ces narcos riches d’argent mais menant des vies misérables d’une planque à une autre, entourés de sbires, armés en permanence.

La série sur Netflix El Chapo (2017) a été tournée en 21 épisodes et 2 saisons sur la vie de Joaquin Guzman, alias Adan Barrera dans ce livre. La série est remarquable avec une approche plus intimiste du narco et une  image surréaliste de cette guerre impitoyable des gangs.

Une autre série très intéressante est Narcos (2015) avec 4 saisons et 40 épisodes pour nous narrer les cartels de la drogue colombiens et en particulier celui de Medellin avec Pablo Escobar, une autre machine à tuer…

CARTEL, Points Policier P4701(Seuil 2016, DW 2015),  ISBN 978-2-7578-6947-5

La víspera de casi todo de Víctor del Árbol

Résultat de recherche d'images pour "victor del arbol la vispera de casi todo"  Víctor del Árbol es un escritor español (Barcelona 1968) con estudios de Historia y un pasado de policía como mosso d’esquadra.

Comenté en este blog en enero 2013 su novela La tristeza del samurái (2011), libro que lo lanzó al estrellato, varias veces premiado y traducido a más de 10 idiomas. Una novela negra que me costó seguir…

La víspera de casi todo (2016) es su quinta novela, premiada con el Premio Nadal 2016, el premio comercial más antiguo de España creado en 1944 en honor del redactor en jefe de la Revista Destino, Eugenio Nadal Gaya.

Es una novela coral y otra novela negra, muy negra y con raíces históricas. Todos los personajes conllevan un pasado terrible y doloroso; hay dos personajes psiquiátricos, de los cuales un niño con el síndrome de Williams (=enfermedad genética rara que asocia malformaciones cardíacas con retraso mental y faciès particular) y el otro es el padre del inspector Germinal Ibarra internado por años en un asilo psiquiátrico.

Germinal Ibarra es un inspector cincuentón depresivo con un pasado oscuro que lo aplasta. El inspector resolvió un caso difícil en Málaga (el caso de Amanda, una niña violada y asesinada) y huyendo de la fama adquirida con el caso, se instaló en A Coruña, en un pueblo aislado llamado Punta Caliente (ficticio) que Víctor del Árbol sitúa en la Costa da Morte, una tierra desolada de Galicia. Punta Caliente lo sitúa entre la zona del faro de la Virxe da Barca y un acantilado de Camariñas.

En el libro varios personajes huyen de su pasado y se refugiarán en este lugar desolado que se presta al escenario ultra dramático : el inspector Ibarra huye de su fama y de su consciencia por haber matado al asesino pedófilo de Amanda; la madre de Amanda llega huyendo de su pasado y se hace llamar  Paola; Dolores es una portuguesa que huye de su marido y se refugia con su hija Martina que desaparecerá; Mauricio es un argentino que llega a hacerse cargo de su nieto Daniel tras la muerte en un  incendio de sus padres y de su hermano Julio. Todos los personajes conllevan un gran dolor interno o llevan heridas no cicatrizadas.

El relato, con un narrador omnisciente transcurre entre junio y agosto 2010 con un flash back hacia Málaga en 2007 para explicarnos el drama anterior vivido por el inspector.

Es una historia que me resultó demasiado recargada en melodramas y por ende, me resultó a veces algo pesada. Afortunadamente el relato está salpicado de referencias a la música, al cine y a la literatura : Mauricio vive escuchando tangos y Eva/Paola llega cantando una música de Johnny Cash (Hurt).

 

A Coruña, Costa da morte.

LA VÍSPERA DE CASI TODO, Destino Booket 2017 (VdA 2016),  ISBN 978-84-233-5187-9

La contrée finale de James Crumley

Afficher l'image d'origine

James Crumley est un écrivain américain (Texas 1939-Montana 2008) faisant partie de la dénommée École du Montana (ultime incarnation de l’Ouest américain avec de la littérature des grands espaces et du nature writing); c’est un spécialiste du roman noir avec des intrigues tordues et un style d’écriture très cru, voire vulgaire, mais drôle, mordant, désabusé. Ses intrigues questionnent des sujets tels que le bien et le mal, la violence, la dépendance, le pouvoir.

Il a créée parmi d’autres personnages, celui de Milton Chester Milodragovitch, dit Milo, un pur anti-héros qui rappelle beaucoup son propre personnage : vétéran du Viêt-nam, divorcé plusieurs fois, porté sur les femmes fatales, l’alcool, les drogues dures, les armes à feu et les nuits sans sommeil.

La contrée finale (2002) ou The Final Country (1996) est le quatrième et dernier volet de la saga de Milo Milodragovitch, un ancien adjoint du shériff de Meriwether (contrée fictive du Montana), devenu détective privé, un anti-héros par excellence et protagoniste de ce livre tendre et en même temps hyper dur.

C’est le premier livre que je lis de cet auteur et je dois dire que je suis baba devant sa logorrhée déjantée et percutante, par moments d’une drôlerie féroce. Son style me fait penser aux films de Tarantino avec des images si fortes que par moments j’avais l’impression de lire une BD. Et derrière une vulgarité certaine, il y a pas mal de tendresse voire par moments des envolées lyriques pour décrire cette nature somptueuse du Montana ou les paysages désolés de l’aride Texas. Bonne description aussi des mœurs locales avec des torrents d’alcool ingurgités par Milo et ses acolytes au fil des pages quand la bière se boit par packs el le whiskey par bouteilles entières. Le lecteur attrape une cuite rien que en lisant le livre. La drogue dure est aussi consommée en permanence par Milo. Il faut dire que le personnage roule sur l’or, même si en grande partie c’est de l’argent sale.

J’ai eu du mal avec la trame, mais il paraît que c’est la règle : elle est cahotante et les personnages surgissent inopinément  et le lecteur a du mal à les situer…Dans ce livre il y a une intrigue compliquée et pas claire au sens cartésien; mais la richesse du livre est ailleurs : le descriptif de personnages attachants et hauts en couleur locale ainsi qu’un descriptif des lieux géographiques entre le Texas et le Montana.

Milo est un ancien policier devenu privé assez miteux. Dans ce tome il a atteint un âge vénérable et se coule des jours pas tout à fait heureux avec Betty, une femme assez vénéneuse. Il sera contacté pour retrouver deux personnes; il sera grassement payé mais le pauvre Milo va cumuler un nombre incalculable d’agressions physiques. Il tient le coup en se soûlant méthodiquement et en avalant de la codeine et sniffant de la drogue en permanence. Il est toujours armé  et passe son temps à acquérir des armes de tout calibre qu’il connaît à la perfection et qu’il planque à droite et à gauche. Il y a un nombre incroyable de morts, à croire que ils sont encore à la période du wild wild ouest. Il y a plus de morts que dans un western, c’est sûr.

Chouette roman, ultra noir et corsé qui donne une bonne idée de l’Amérique profonde armée jusqu’aux dents et prête à dégainer. C’est désabusé et très inquiétant. Coup de chapeau au traducteur Philippe Garnier qui a su restituer le langage si savoureux et coloré de Crumley.

Un exemple du style…Une grande bringue de serveuse avec un sourire comme une calandre de Buick est arrivée à notre table et a attendu que j’enlève l’étui gris qui contenait les portables pour pouvoir poser nos drinks devant nous, des trucs géants parce que c’était happy hour. Elle voulait ouvrir une ardoise, proposer des assiettes d’amuse-gueule, se faire bien voir pour le pourliche, et peut-être même nous raconter sa vie. Des fois les gens d’ici sont si foutrement amicaux que ça me fait grimper aux rideaux. J’ai jeté un billet de cinquante tout froissé sur le plateau et lui ai dit de garder tout. Quand elle m’a gratifié du sourire, j’ai cru que la Buick allait me rentrer dedans…

Le roman se passe entre le Texas et le Montana, James Crumley était originaire du Montana et à la fin du livre il nous fait savoir combien Milo Milodragovitch, tout cabossé et mariné par les litres d’alcool ingurgités, est heureux de retourner dans le Montana tout en espérant plus jamais devoir revenir au Texas.

LA CONTRÉE FINALE, Gallimard La Noire 2002,  ISBN 2-07-049935-9