Archives de tags | saga

Dándole pena a la tristeza de Alfredo Bryce Echenique

Résultat de recherche d'images pour "alfredo bryce echenique dandole pena a la tristeza"

Alfredo Bryce Echenique es un escritor peruano (Lima 1939), muy conocido por su novela Un Mundo para Julius.

Le leí Un mundo para Julius (1970) y me reí con las peripecias del personaje pensando que el pasado de Julius pudo suceder en cualquier parte del mundo acaudalado de esa época y que el libro tiene poco sabor a Lima; el libro refleja una gran añoranza hacia un pasado glorioso y pintoresco. Reo de nocturnidad (1997), un título bonito para una historia original : la de un profesor de literatura comparada que llega a la ciudad francesa de Montpellier destrozado por una historia de amor sin arreglo que lo vuelve insomne, luego medio loco, alejándolo de una cierta realidad que necesita su ingreso en una clínica psiquiátrica; el relato es jocoso, pero se alarga demasiado. Dos Señoras conversan (1990) son tres relatos diferentes en el tono ya conocido entre divertido-satírico del autor. La amigdalitis de Tarzán (1999), con ese título risueño y original tenemos un libro que se quiere divertido , pero que resulta triste y desesperado con los amores platónicos y epistolares entre un cantautor peruano y una salvadoreña trotamundos e infeliz que viven sus amores por cartas mientras pasan los años y la vida. El huerto de mi amada (2002) obtuvo el Premio Planeta del mismo año , libro que encontré sin interés: la historia de un muchacho de 17 años que se inicia a la sensualidad con una mujer de 33, el relato puede resultar jocoso por momentos y la historia recuerda aquella de la película El graduado + un toque limeño high society. La vida exagerada de Martín Romaña (1981) es un mamotreto de 600 páginas por momentos francamente jocoso y otros, francamente delirante que narra las aventuras en París de un muchacho de buena familia confrontado a compatriotas revolucionarios y a mayo 68. No me esperen en abril (1995) es un mamotreto de 600 páginas lleno de emoción y articulado alrededor de un amor de toda la vida en la Lima de 1953-1980; me gustó más que Un mundo para Julius.

En este blog publiqué un billete sobre Cuentos y relatos en enero 2019 : una impresión de lectura más bien mediocre, donde nada descolla.

Dándole pena a la tristeza (2012) tiene un título precioso y nostálgico que no está explicado en el texto y que debe emanar del humor del autor. Es la saga a través de 3 generaciones de una familia de potentados peruanos, los de Ontañeta, un clan fundado por el antepasado Tadeo y continuado por Fermín Antonio y que se termina con Ramón. Al cabo de las tres generaciones quedan 7 sobrinos, como los 7 vicios y que cierran el pasado decoroso de la familia. La fortuna del clan proviene de la explotación de la minería andina.

Como en toda gran familia, los personajes son de toda calaña, viles o magníficos y con esa prepotencia que da el apellido, una estirpe que debe perdurar cueste lo que cueste, aunque sea un asesinato.

Y como a menudo en las grandes familias, ésta se va debilitando, envileciendo, degenerando y conociendo los avatares de la vida con el alcoholismo, la locura, la depresión, los malos instintos, la deshonestidad.

Otra vez Bryce Echenique escoge la alta sociedad limeña para narrar sus desperfectos y su inevitable « fin de race » con personajes esperpénticos y un aburrido y repetitivo cuadro costumbrista de cierta oligarquía limeño-europea.

DÁNDOLE PENA, Peisa 2012,  ISBN 978-612-305-024-5

La herida de Jorge Fernández Díaz

Résultat de recherche d'images pour "la herida jorge fernandez diaz"

Jorge Fernández Díaz es un periodista y escritor argentino, nacido  en Buenos Aires en 1960 (barrio de Palermo) . Fundador de la revista cultural « adnCultura » junto con otro periodista y amigo, hoy día fallecido,  Tomás Eloy Martínez; esta revista fue  reconocida en 2009 con el Premio Atlántida.

El escritor Jorge Fernández Díaz Tiene un estilo muy personal, irónico y  sentimental, lo que me gusta. Su formación de periodista hace que sus escritos sean muy informativos.

Ya fueron comentados en este blog 4 libros de JFD: « Las mujeres más solas del mundo » en enero de 2013, « Alguien quiere ver muerto » a Emilio Malbrán » en junio 2013, « El puñal » en abril 2015 y « Te amaré locamente » en agosto 2016.

La herida (2017) es una secuela de El puñal con el protagonismo de Remil, el pistolero a sueldo de los servicios secretos argentinos, Remil como hijo de las remil putas como lo calificaban durante la guerra de las Malvinas. es un esbirro despiadado aunque sentimental a la orden del coronel Cálgaris que lo maltrata y desprecia. Es una novela que se ha vendido a más de 65 000 ejemplares en Argentina y que va por la tercera edición. Una película se prepara de El puñal.

Este tomo me ha gustado muchísimo menos que el primero por denso y algo verboso, por enrevesado hasta sentirme por momentos perdida entre los personajes y la acción.

Hay 2 líneas directivas en esta novela :  1) la búsqueda de una monja de origen italiano desaparecida de los barrios bajos de Buenos Aires donde ella tenía una permanencia en medio del narcotráfico comanditado por unos gangs peruanos. Remil partirá en busca de la monja a Italia, pero en Nápoles será el objeto de una encerrona que lo va a ridiculizar totalmente ante su cuerpo laboral, lo que indignará al coronel Cálgaris que lo mandará a la Patagonia y 2)  tendrá que proteger en Patagonia a dos señoras que trabajarán la imagen pública de un gobernador: una es estratega en comunicación y la otra es una diva del cine, dos personajes muy bien perfilados. De esta manera tendremos una descripción detallada de lo que puede ser la corrupción, la colusión en política (aquí y en la quebrada del ají…). El periodista utiliza la ficción para darnos un panorama atroz de una realidad quizás peor…

El final de la novela es algo abierto por lo que habrá probablemente otra entrega.

LA HERIDA, Destino 2017,  ISBN 978-84-233-5319-4

Mélodie de Vienne d’Ernst Lothar

Résultat de recherche d'images pour "ernst lothar" Ernst Lothar, de son vrai nom Lothar Ernst Müller fût un écrivain, directeur de théâtre et scénariste autrichien (Moldavie 1890-Vienne 1974). La famille Müller s’installe à Vienne en 1897 où Lothar suivra des études de Droit. Il va se consacrer à l’écriture à partir de 1925 et fréquentera Stefan Zweig, Robert Musil, Joseph Roth. Ce livre, Mélodie de Vienne fut publié en Anglais en 1944 sous le titre L’ange à la trompette. Histoire d’une maison et en Allemand en 1946, lors du retour à Vienne de l’auteur qui avait fui le nazisme en 1938, s’installant à New York.

Ce vaste roman n’avait pas été réédité depuis 1963 et l’oeuvre a été redécouverte en Italie en 2013. C’est un bijou littéraire.

Dans les années d’après-guerre ce livre fut un best seller et il a été porté à l’écran en 1948 par Karl Hartl avec un grand succès populaire, on peut le voir sur Youtube en Allemand sous le titre Der Engel mit der Posaune ( youtu.be/QR7WcFd8uqc).  Une deuxième version cinématographique en 1950 fut filmée par le britannique Anthony Bushell.

Ce vaste roman est la saga de la famille Alt, des facteurs de pianos de père en fils et le livre s’articule autour de leur vaste demeure sise au 10 Sielerstätte, au coeur de Vienne. L’ancêtre Christophe Alt avait fabriqué un piano sur lequel a joué Mozart et la famille garde cette pièce comme un trésor dans leur salon jaune, une salle réservée aux réceptions.

La famille Alt au complet reside dans cette maison qui est divisée en appartements. Tous les personnages de cette vaste famille sont intéressants et bien esquissés. Nous serons les témoins privilégiés des avatars d’une  famille autrichienne mais derrière la saga des Alt l’auteur nous livre l’histoire de l’Autriche entre 1890 et 1940 environ.

L’ascension sociale de cette famille dans le cadre rigide de la société impériale austro-hongroise du XIXè siècle, oblige les Alt à se conformer aux règles de la Haute Société Viennoise.

Franz Alt est issu de la troisième génération, il tombera amoureux de la belle Henriette Stein qui a des origines juives, ce qui déplaira au clan Alt. Le mariage se fera contre tous et ce sera un mariage mal assorti malgré la naissance de quatre enfants dont le dernier est adultérin. Henriette a des moeurs trop libres pour l’époque. Les deux fils ainés son totalement différents : l’aîné, Hans sera le préféré de sa mère et deviendra un patriote; le deuxième Hermann s’opposera à la famille et deviendra pro nazi.

La fabrique de pianos va subir les temps nouveaux avec la révolte des ouvriers puis la réquisition par les nazis dans le cadre de la réorganisation des milieux d’affaires en raison des deux ascendances juives (la mère de Hans et Selma son épouse).

Le choc culturel fut particulièrement violent en Autriche à la fin du XIXè siècle, ce qui va secouer toutes les classes sociales mettant en cause les fondements même du pouvoir et de la légitimité. Ceci explique l’exceptionnelle éclosion culturelle de Vienne à cette époque.

Derrière la saga de la famille Alt défilent des faits historiques de premier plan tels que la fin de l’Empire austro-hongrois avec François-Joseph qui, au cours de 70 ans de règne, ne vit pas venir les changements, puis le suicide du Prince héritier Rodolphe (amant d’ Henriette dans le roman), l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand à Sarajevo, la Première Guerre Mondiale, l’essor du mouvement ouvrier, la montée du nazisme et l’Anschluss de l’Autriche…

Drôle de pays cette Autriche. Dans le roman page 288 Fritz Alt , frère de Hans, opine ainsi…D’accord, ailleurs qu’en Autriche on dirait que c’est de la folie ! Mais en Autriche, la folie procède de la méthode. L’Autriche est une communauté obligée, ça ne t’avait jamais frappé? Une cohabitation d’éléments disparates ! Les Tchèques détestent les Allemands. Les Polonais les Tchèques. Les Italiens les Allemands. Les Polonais les Tchèques. Les Italiens les Allemands. Les Slovaques les Tchèques. Les Slovènes les Slovaques. Les Ruthènes les Slovènes. Les Serbes les Italiens. Les Roumains les Ruthènes. Et les Hongrois tout ce qui n’est pas eux…Ceci donne une idée du rempart qui a constitué l’Autriche face à tant d’identités différentes, sans compter que l’Autriche est une frontière occidentale de l’Europe.

L’Autriche vue du dedans donne l’ampleur de la décadence dans laquelle elle s’est peu à peu enlisée. L’héritier de l’Empire, l’Archiduc Rodolphe, ne voulait pas régner car malgré une névrose, il percevait  ce qu’il y avait de faux et d’apprêté dans le système. Page 85 on peut lire des choses terribles de la part de Rodolphe envers l’Empereur, son père…La médiocrité, oui! Voilà ce qu’il adore! Surtout ne pas attirer l’attention! Sauver les apparences! Une amie pour causer, rien d’autre-bien entendu! Il aime tellement l’art! Et soigne sans aucun préjugé les relations avec les personnes de rang inférieur! Et n’a jamais, jamais eu de maitresse – un homme comme lui, irréprochable, si pieux! Laissez-moi rire! Quand je pense que le monde est encore dupe de cette comédie de décence et de popularité jouée par un homme que personne ne supporte: ni sa femme-qui le fuit-, ni ses enfants-pour qui il n’a pas l’ombre d’un sentiment-, ni ses ministres-qui le craignent, ni ses sujets-qu’il ne voit jamais! Un aveugle-sourd, fier d’être en retard sur son époque, et qui ferme la bouche à ceux qui voudraient lui ouvrir les yeux et les oreilles-pas avec passion, non, la passion lui est inconnue, mais avec cette morgue qui vous glace les sangs! Un homme qui se fie au  grand-oncle Albrecht complètement sclérosé, à cette nullité de Kálnoky et ne jure que par ce Taaffe encore plus incapable s’il est possible, et par Beck! Un homme sans imagination, sur qui tout glisse comme sur une pierre! Un homme atroce! Un homme auprès de qui il est impossible de vivre !

C’est une pépite, un livre intéressant et facile à lire dont le sujet recoupe un peu celui de l’oeuvre maitresse de son contemporain Robert Musil, de seulement 10 ans son aîné L’homme sans qualités, un autre roman sur le même thème mais difficile à lire car avant-gardiste et comportant plus de 2000 pages; ce livre n’a été disponible en français que depuis 2011  (deux tomes en Allemand parus en 1930 et 1933).

Une saga d’une ampleur comparable à Les Buddenbrook de Thomas Mann (1901) et à La famille Karnovski d’Israel Joshua Singer (1943).

MÉLODIE DE VIENNE, Liana Levi-piccolo 2016 (EL 1944),  ISBN 978-2-86746-972-5

L’enfant perdue (Tome 4) d’Elena Ferrante

Image associée

Elena Ferrante est le pseudonyme d’un écrivain italien qui cultive l’énigme depuis 25 ans . On pense qu’Elena Ferrante est originaire de Naples et qu’elle  serait née vers 1940. Le journaliste italien Claudio Gatti a soulevé l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de la traductrice romaine Anita Raja de 64 ans, hypothèse basée sur l’explosion des revenus de Mme Raja ainsi que ceux de la maison d’édition E/O qui publie Mme Ferrante. Il faut dire que depuis 20 ans cet écrivain se cache et qu’elle avait prévenu son éditeur avec ces mots… »de tous vos écrivains, je serai celle qui vous importunera le moins. Je vous épargnerai jusqu’à ma présence ».

Le nom d’Elena Ferrante serait inspiré d’Elsa Morante, l’écrivaine préférée d’Elena Ferrante (le jeu des boîtes chinoises en plus…). Cet auteur mystérieux est plébiscité dans le monde entier avec 10 millions (2 millions en France pour les 3 premiers volumes) d’exemplaires vendus et des traductions dans 42 pays… L’auteur reconnaît dans des interviews données par écrit la part importante de l’autobiographie dans son oeuvre. Derrière ses livres on sent une grande sincérité, un ton viscéral, un regard sur la condition des femmes et une approche très psychologique des personnages et des situations.

J’ai publié en août 2016 un billet sur un roman de 2002 qui m’avait pas mal remuée et beaucoup plu: Les jours de mon abandon, l’histoire d’une séparation narrée de façon si crue qu’elle devient surréaliste: un très bon et fort bouquin. Puis vint la tetralogie, avec  L’amie prodigieuse (Tome 1) commentée en octobre 2016, Le nouveau nom (Tome 2) en mars 2017, et Celle qui fuit et celle qui reste (Tome 3) en avril 2017.

Je conseille de lire la saga en faisant suivre les tomes car l’espacement  dans la lecture nuit beaucoup à la compréhension de la trame. J’ai été terriblement gênée avec la filiation et les noms des nombreux personnages et ce, malgré l’index en début d’ouvrage.

C’est une tétralogie napolitaine qui connait un succès mondial dont ce roman est le dernier volet. Il s’agit d’une saga d’environ 1700 pages autour de l’amitié  entre deux filles d’origine modeste dans le Naples de 1958. Une adaptation pour la télévision est en cours à Naples dans le quartier du Rione Lizatti qui aurait servi de cadre à cette saga. Il y aura 4 saisons de 8 épisodes; la France aurait acquis déjà des droits via Canal +.

Si le premier tome évoque l’enfance de Raffaella Cerullo (Lila, Lina) et d’Elena Greco jusqu’à leur adolescence, le deuxième tome évoque leurs vies entre l’adolescence et le mariage de Lila à l’âge de 16 ans, un mariage qui va tourner à la catastrophe. Le troisième tome narre le départ d’Elena Greco pour suivre des études à Pise (c’est celle qui fuit) alors que Lila reste à Naples où le mariage opulent avec l’épicier Stefano va sombrer corps et biens (celle qui reste).

Le quatrième tome va couvrir les 30 dernières années de l’amitié des deux femmes et les épreuves seront terribles pour les deux amies.

Lila est restée à Naples et a connu la misère après la séparation d’avec Stefano, elle a été souvent agressée, vilipendée, mal comprise, mais elle s’est battue jusqu’à ses dernières forces et a réussi à monter une affaire d’informatique qui marche bien avec Enzo, un homme qui lui est dévoué mais qu’elle n’aime pas (elle n’aime personne au sens conventionnel, même pas Elena je crois !). Quant à Elena, après avoir fait un mariage bourgeois et fréquenté un milieu intellectuel digne de son niveau d’études, elle va tout plaquer pour un amour de jeunesse (Nino Sarratore) et revenir à Naples où elle renouera avec la conflictuelle Lila. Les deux femmes, à 36 ans, vont retrouver le chemin de l’affection, elles si différentes en tout et pourtant si proches. Ce qui va les rapprocher est la maternité car elles auront un enfant à quelques semaines d’intervalle, Lila avec Enzo et Elena avec Nino, l’érudit devenu politicien, tellement inconstant.

La narratrice de leur histoire est Elena, nous ne connaitrons jamais le fond de la pensée de Lila qui cache bien son jeu et agit en conséquence, c’est au lecteur de se faire une opinion…

Ce qui rend cette saga prenante, je trouve, c’est que cette amitié est fort complexe. Comme le lecteur arrive à connaitre les deux femmes d’assez près et pendant des années, on a l’impression d’incursionner au plus profond d’elles mêmes et là, nous découvrons des personnalités qui baignent dans une humaine contradiction; c’est là la richesse de cette saga, je trouve. Ce sont des personnalités assez fortes, et Lila bien plus forte qu’Elena : car elle la domine (et Elena la craint), elle commande tout le monde, elle surveille chaque personnage du quartier avec ses yeux réduits à des fentes (comme un reptilien).

Et au-delà de l’amitié entre Lila et Elena il y a dans cette tetralogie beaucoup d’autres choses, comme le rôle que joue  l’éducation, le fond politique de l’inestable Italie, le tremblement de terre de 1980, les effets de la drogue sur le quartier et leur famille, la Camorra omniprésente, la violence dans les rapports entre les gens, les positionnements sur la condition des femmes et de la féminité venant de l’instruite Elena (…j’avais observé chez ma mère et chez les autres femmes les aspects les plus humiliants de la vie familiale, de la maternité et de l’asservissement aux mâles. Je dis que, par amour d’un homme, on pouvait être poussée à commettre n’importe quelle infamie envers les autres femmes et envers ses enfants, page 56).

Elena est accaparée par son travail d’écrivain et néglige beaucoup ses filles. On dirait qu’elle se cache derrière ce travail afin de ne pas faire face à beaucoup d’autres choses. Lila est beaucoup plus frontale et rencontre aussi des situations bien plus dramatiques à vivre.

Il y a dans ce livre un évènement tellement dramatique que la situation pour Lila devient presque inénarrable et cette condition va déterminer la descente aux enfers de Lila qui sera, pour une fois, anéantie. Elle va s’éclipser de la narration et on se souvient que la saga débute avec la disparition de toute trace matérielle de Lila et qu’Elena se décide à écrire leur histoire…

Une fresque qui laisse KO d’émotions, avec des personnages desquels on a du mal à s’en séparer. Tout ceci est à rattacher au style d’écriture très direct de l’écrivaine avec des bouleversements permanents au sein de la narration. Une des publications récentes qui m’aura le plus interpellé.

L’ENFANT PERDUE, Gallimard 2018,  ISBN 978-2-07-269931-3

Eva de Arturo Pérez-Reverte

Résultat de recherche d'images pour "eva arturo pérez reverte"

Arturo Pérez-Reverte (Murcia 1951), es un valor  de las letras hispánicas, es el autor español de más tirada. Es un escritor, periodista y reporter de guerra. Hace parte de la RAE desde 2003.

Su estupenda novela El maestro de esgrima (1988), la comenté en este blog en diciembre 2012 y El francotirador paciente (2013) en enero 2014, una novela que no me sedujo porque la encontré underground, decadente. Por supuesto que le he leído otros libros, pero como en aquella época no hacía fichas de lectura, no me siento autorizada para argumentarlos. Sobre mis cargados anaqueles espera lectura La Reina del Sur (2002).

Falcó (2016) es el primer tomo de una serie por venir y me gustó mucho : el intento ficticio por parte del espía Falcó de liberar de la prisión a Primo de Rivera. Este ágil tomo permite de descubrir a Lorenzo Falcó que trabaja para los servicios secretos de los nacionales (SNIO), un personaje de buena factura, cínico, elegante y mujeriego, pero « un cuchillero » sin estados de ánimo como diría su creador. Es un libro que se ha vendido bien : más de 300 000 ejemplares…

Eva es la segunda entrega (2017) y me ha gustado algo menos. Es más grueso y me aburrí un poco hacia la mitad del tomo, encontrando demasiada explicación. Vamos conociendo mejor a Lorenzo Falcó el ex traficante de armas, hoy espía y por ende me va gustando menos : un macho sans toit ni loi, mujeriego y depredador, carente de sentimientos, cínico, adicto a las cafiaspirinas, al alcohol y el tabaco, a los hoteles de lujo y a la ropa de marca. Su imagen de seductor empedernido no cuadra con la imagen de seductor sentimental que da en este opus.

La trama sucede esencialmente en mayo 1937, en Tánger, ciudad sobre la cual leí hace muy poco el libro Niebla en Tánger y también vi la excelente película La vida perra de Juanita Narboni, todo esto contribuyendo a dar una buena idea de esa ciudad internacional de los años 37 cuando Falcó parte a ésa para recuperar un cargamento de oro de España que los republicanos quieren mandar a Rusia para ponerlo a salvo; en esa época la ciudad de Tánger era un nido de espías y de esbirros de todo pelaje, de negociaciones turbias…

Todo el libro tiende a mantener una tensión psicológica con el encuentro entre Falcó y la rusa Eva Neretva, alias Eva Rangel en el primer tomo y Luisa Gómez en este, una rusa endoctrinada fanática y cruel, una espía sanguinaria, tan sanguinaria y despiadada como el propio Falcó.

El oro de España son 30 toneladas en la sentina de un barco republicano, el Mount Castle anclado en Tánger al cual se le opone el Martín Álvarez a cargo de los franquistas que deben recuperar el oro y llevarlo a España. La confrontación de los dos capitanes, de bandos opuestos, es muy bonita porque es la única parte del relato sana y honorable, con unos marinos que conocen el código del honor, la responsabilidad con la tripulación y con la carga, cierta dignidad, el sentido de la palabra dada.

Para nuestro héroe y para la rusa, la crueldad es solo un instrumento de trabajo y en ese sentido Lorenzo Falcó reconoce en la antipática rusa, su alter ego, una guerrera como él aunque ella es más implacable porque tiene fe en el futuro de la Humanidad, en su propio sacrificio, es heroica. Falcó no lo es, es por momentos un personaje despreciable.

Los personajes de la novela están bien trabajados, entre ellos el personaje del jefe de Falcó, el Almirante que lo maltrata y le confía misiones imposibles y arriesgadas. Al parecer la próxima aventura ya está esbozada : sucederá en Biarritz.

Résultat de recherche d'images pour "tanger 1937"

Tánger 1937

EVA, Alfaguara 2017,  ISBN 978-84-204-1957-2

La symphonie du hasard de Douglas Kennedy

Résultat d’images pour douglas kennedyÉcrivain et journaliste américain (New York 1955), vrai globe-trotter et francophile: Dublin, Berlin, Londres, Paris, New York, etc. C’est un romancier à succès qui vend des millions d’exemplaires, dont 7 millions en France! L’attrait de ses romans réside dans leurs questionnements sur l’Amérique et ses défauts, sur l’humanité en général, sur les relations hommes/femmes, sur l’Art, bref, des topiques universels voire intéressants.

Il a souvent situé  ses romans dans des endroits  différents : par exemple Cet instant là à Berlin, un autre au Maroc; un peu à la manière de Woody Allen qui nous promène d’une ville européenne à une autre avec ses derniers films.

La symphonie du hasard (The Great Wide Open, Book 1) est le premier volet d’une trilogie annoncée dont les prochaines parutions sont pour mars et mai 2018, et ce AVANT même la publication en langue anglaise qui aura lieu fin 2018 seulement; voici un auteur à succès américain qui valorise (et domine parait-il) notre langue. Cette trilogie va donner un roman fleuve d’environ 1300 pages qui a nécessité 18 mois d’écriture intensive.

C’est une lecture aisée avec un roman bien construit qui narre l’histoire d’une famille américaine de classe moyenne dans les années 70. La narratrice est Alice Burns, la seule fille du ménage Burns qui est composé par le père, éternel absent, aux activités mystérieuses, psycho-rigide et irlandais catholique; la mère est d’origine juive, complètement hystérique et dépressive, en lutte permanente avec son mari et ayant de gros problèmes avec ses enfants. Les enfants sont au nombre de trois, l’ainé Peter qui prendra assez vite le large par rapport à cette famille déstabilisante; le cadet est Adam, beaucoup plus malléable, plus fragile, qui ne saura pas échapper aux griffes du père et qui est détenteur d’un secret qui l’accable; il deviendra un loup de la finance à Wall Street avec une chute vertigineuse; et puis notre héroïne et narratrice, Alice Burns.

Il est intéressant de constater que Douglas Kennedy s’est mis une nouvelle fois dans la peau d’une femme dans un roman, ce serait la huitième fois pour le romancier et je trouve que cela est assez bien réussi en superficie mais Alice manque de féminité sentimentale dans le récit. Aussi, ce personnage féminin a beaucoup de points communs avec Douglas, car si l’on regarde de près, elle est née à New York en 1955 comme lui, elle a grandi au sein d’une famille conflictuelle de 3 enfants comme lui; elle aurait un vécu scolaire tel que celui de l’écrivain; elle est un rat de bibliothèque comme lui le fût en son temps et last but not least, elle fréquente l’Université de Bowdoin comme Douglas Kennedy.

Douglas Kennedy se coule tellement bien dans cette peau féminine que, comme Flaubert, il se serait écrié « Alice c’est moi ».

Alice Burns est éditrice à New York et elle visite chaque semaine son frère Adam qui est en prison, c’est le début de ce premier tome où Alice va se remémorer son passé au sein de cette famille de dingues sur fond de seventies : la guerre du Viet Nam, la politique pourrie, les manifestations, les émeutes raciales, le hippisme, la compétivité permanente, la réussite à tout prix,  le début de l’emprise des drogues, le grégarisme, la musique, le Roi-baseball, la vie scolaire et universitaire parfois cruelle (un « campus novel » en partie ce tome 1). Il y a un sens poussé du détail dans ce roman concernant la nourriture, les vêtements, les lieux, etc.

J’ai beaucoup aimé ce descriptif foisonnant de détails variés qui, relativement au descriptif de la vie scolaire aux USA, m’ont rappelé tellement fort mon époque de lycéenne en Amérique.

Tous les personnages centraux de ce roman sont détestables. En commençant par les parents : le père est tout le temps absent, c’est un cachottier qui apparemment travaille pour la CIA au Chili; la mère est simplement insupportable, la vraie mamma juive qui se mêle de tout, agressive, définitivement castratrice. Les enfants sont perdus; l’aîné fuira la maison très tôt et il est « trop bien pensant », éloigné de sa fratrie; le cadet aura une adolescence difficile car il est taraudé par la culpabilité;  Alice aura beaucoup de mal à s’émanciper et partira faire des études universitaires à sa façon, avec beaucoup de succès et un vécu scolaire et universitaire très marquants.

Bonne lecture, très près d’une réalité encore assez proche. De toute évidence je suivrai la saga.

LA SYMPHONIE DU HASARD, Belfond 2017,  ISBN 978-2-7144-7403-2

Nos souvenirs sont des fragments de rêves de Kjell Westö

Résultat de recherche d'images pour "kjell westö den svavelgula himlen" Kjell Westö est un écrivain et journaliste finlandais (Helsinski 1961) de langue suédoise.

Nos souvenirs sont des fragments de rêves (2018) est son troisième livre traduit au français.

C’est un bildungsroman ou roman de formation puisque nous suivrons la saga d’un finlandais depuis son adolescence jusqu’à la soixantaine environ.

Le narrateur est issu de la classe prolétaire et toute sa vie il sera confronté à la riche famille  Rabell qu’il va côtoyer tout le long de son existence, avec des comparaisons incessantes entre leurs membres et lui même ou sa famille. Les membres de la famille Rabell sont nombreux : le grand père Poa, altier et méprisant, le père Jakob dont on cache la folie, la mère Clara qui mène sa vie, le fils Alex (son ami) qui a honte de la folie de son père et camoufle sa maladie en inventant une absence, la fille Stella qui sera l’amour de la vie du narrateur avec laquelle il aura une relation ayant des hauts et des bas et qui finira par se transformer en amitié.

La saga de cette famille ainsi que le devenir du narrateur baignent dans les évènements historiques de la Finlande des années 70 jusqu’à nos jours. Il est intéressant de constater et de comparer les différences manifestes entre une mentalité scandinave et une mentalité latine: par exemple si l’on compare une saga comme celle-ci à une saga méridionale comme celle proposée par Elena Ferrante. Les deux livres comportent pareillement une ribambelle de personnages mais ce sont des personnages au comportement si opposé qui évoluent dans des ambiances si différentes; la comparaison est enrichissante.

Le livre est un gros pavé de plus de 500 pages qui m’a semblé long par moments; j’ai trouvé que le personnage principal était particulièrement atone, assez veule; j’avais l’impression que sa vie lui passait par dessus la tête comme un rouleau compresseur sans qu’il arrive à imprimer aux évènements la tournure qu’il souhaitait.

La vie n’est pas un long fleuve tranquille, c’est clair. Ainsi passa la vie du narrateur, un peu terne, un peu solitaire en somme. Rien de bien marquant.

Tout à la fin du livre Stella Rabell donnera un sens au titre du roman, car lors d’énièmes retrouvailles, cette fois en pure amitié, elle dira la phrase suivante…j’ai toujours pensé que la sensation de déjà vu n’est qu’une sorte d’angoisse face à l’irréalité de la vie. Nos souvenirs sont des fragments de rêves…

NOS SOUVENIRS, Éditions Autrement 2018 (KW 2017),  ISBN 978-2-7467-4634-3