Archive | juillet 2018

Crímenes y jardines de Pablo de Santis

Image associée

 Pablo de Santis (Buenos Aires 1963) es un escritor, periodista y guionista argentino.

Su libro El enigma de París (2007) obtuvo el Premio Planeta-Casa América y el premio de la Academia Argentina de Letras del mismo año; publiqué una reseña del libro este mes de julio y el libro tiene una secuela, se trata de Crímenes y Jardines (2013).

Le había leído El calígrafo de Voltaire (2001) que no me gustó por lo enrevesado y sobrecargado de la trama.

Es mejor leer los libros con alguna ilación sin tardar porque los personajes aún resuenan claramente y también las circunstancias.

Esta vez le encontré un poco más de interés a la lectura aunque también lo encontré demasiado recargado, con demasiados temas tratados al mismo tiempo, lo que le quita algo a la concentración del lector que puede sentirse desorientado por la mezcolanza de detalles y de hechos que parten a los cuatro puntos cardinales.

Retomamos 4 años después del episodio parisino, el personaje de Sigmundo Salvatrio del tomo anterior que fue el ayudante y representante del maestro Craig, fundador de la Academia Craig de Detectives; Salvatrio ha vuelto a Buenos Aires y ya ha sido intronizado como detective en el grupo de los Doce. Tras el deceso del detective Craig (por enfermedad), se instalará nada menos que en casa de su ex maestro, ocupando su oficina y conviviendo con la enigmática viuda, Margarita Craig en tanto que detective.

Rápidamente será solicitado para resolver el caso del asesinato del narcisista anticuario Isidoro Ranier que han encontrado en un estanque de agua negra atado junto a una estatuilla de Narciso mirándose en el agua… El anticuario hacía parte de un grupo de 5 amigos que se reunían en torno a los jardines, pero se trata de jardines « mentales », del pensamiento de los jardines…Los otros cuatro componentes del grupo son el poeta Jerónimo Seguí, el industrial Baltazar Dux Olaya, el psiquiatra Máximo Rank y el gran cazador Ignacio Clemm. Ranier, Dux Olaya y Seguí consideraban el jardín como un cosmos, donde los árboles, las plantas, las estatuas y las fuentes se disponían según un orden geométrico y simbólico. Para Rank y Clemm el jardín era un caos original, un edén salvaje. 

Hasta ahora el relato me pareció cautivador con la descripción de un Buenos Aires de fines del siglo XIX, el ambiente del anticuariado, el entorno de los personajes secundarios variopintos y  la acción de Salvatrio en su rol de detective. Pero la trama se pondrá enrevesada y por momentos pesada mezclando mitología, botánica y muchos otros datos que estallan como fuegos artificiales.

Pronto se sucederán los asesinatos y tendrán siempre un carácter mitológico.

La resolución del caso es lógica y no queda ningún cabo por atar, pero la impresión es pesada. Y repito que este segundo tomo me agradó más que el primero. Al conjunto le falta sencillez y naturalidad. A la relación de Salvatrio con Greta y a la del mismo Salvatrio con su casera le falta humanidad y por ende verosimilitud, suenan huecas.

Una lectura no tan regocijante ni entretenida, pero que se deja leer por la calidad de la escritura.

CRÍMENES Y JARDINES, Planeta 2013,  ISBN 978-950-49-3484-4

Publicités

Les cafards de Jo Nesbø

Résultat de recherche d'images pour "jo nesbø les cafards"

Jo Nesbø est un écrivain et scénariste norvégien (Oslo 1960), auteur de polars et de livres pour la jeunesse. Son héros récurrent est l’inspecteur Harry Hole, un stéréotype d’inspecteur entre ours-alcoolo-tabagique et loup solitaire qui utilise des méthodes peu orthodoxes pour résoudre les cas, mais qui néanmoins est le meilleur dans sa branche. Les épisodes peuvent se dérouler en Norvège ou à l’étranger.

L’auteur Jo Nesbø a vendu plus de 34 millions d’exemplaires de par le monde et il a été traduit dans plus de 50 langues. C’est tout à fait impressionnant.

Un film sortira en novembre de cette année (2018) sur son livre Le Bonhomme de neige (2007) avec Michael Fassbinder dans le rôle d’Harry Hole: c’est le septième opus avec ce détective.

J’ai commenté en mars 2018 mon premier Harry Hole: La Soif, qui correspond au dernier tome paru, soit le 11ème de la série. Je dois dire que j’en suis restée impressionnée et que je souhaitais en lire d’autres…

Voilà c’est fait, j’ai commencé la série et dans l’ordre avec L’homme chauve-souris (1997) commenté en avril 2018 dans le blog , un livre qui m’a plu moyennement car j’ai trouvé qu’il faisait un peu catalogue touristique sur l’Australie, brodé autour de l’assassinat d’une jeune norvégienne; dans le texte on comprend pourquoi l’inspecteur Hole est envoyé aux antipodes par sa hiérarchie: c’est pour se faire pardonner une bourde professionnelle énorme qui a valu la mort d’un collègue alors que l’inspecteur était passablement imbibé.

Les cafards (1998) est un opus qui m’a plu davantage. Harry Hole, revenu auréolé d’Australie avec un cas bien résolu, est envoyé en mission très délicate en Thaïlande : l’Ambassadeur norvégien a été trouvé poignardé dans un hotel de passe à Bangkok et la hiérarchie de la police confie la mission à Hole qui continue à se pinter lorsqu’il n’est pas de service ! Ce n’est pas une mission de tout repos car les Affaires Étrangères ne veulent pas ébruiter le fait que l’ambassadeur est peut-être compromis dans une affaire de moeurs.

Sur Harry Hole nous apprendrons davantage. Il a une soeur qu’il nomme La Frangine et qui est atteinte du syndrome de Down. Cette soeur aurait été violée et ce fait atroce n’a pas été élucidé.

A Bangkok il sera accueilli par des collègues locaux dont une étonnante chef de la Police d’origine américano-thaïlandaise aux habitudes fort curieuses et un physique étonnant: elle est chauve comme un oeuf suite à une pelade particulièrement sévère. Elle est secondée par des policiers locaux particulièrement discrets mais qui n’en pensent pas moins…

Le lecteur sera plongé dans tous les clichés locaux : prostitution et ses codes connus des usagers, pédérastie, drogue, trafics divers, corruption, pègre, étrangers véreux, politiques de même, affaires glauques, et circulation automobile infernale (j’ai en mémoire d’avoir attendu à l’entrée de Bangkok au feu rouge le plus long du monde. En effet, il faut une heure pour passer le dit feu-rouge).

La fin du roman est très mouvementée et peu claire. Je n’ai pas compris le lien entre le viol de sa pauvre soeur et cette affaire thaïlandaise…Si un lecteur a des idées claires la dessus, prière de me renseigner.

L’humour de Nesbø surgit toujours au fil des pages, mais cette fois-ci c’est plus indirect.

Et les cafards dans tout ceci? Je ne sais pas pourquoi l’auteur a donné ce titre à cet opus, mais en tout cas, page 118 nous avons un cours sur les cafards : Harry Hole une fois de plus est imbibé d’alcool…il vit quelque chose bouger dans la pénombre, sur le lavabo; une paire d’antennes qui se balançaient d’avant en arrière. Un cafard. Il était gros comme le pouce et une bande orange lui courait sur le dos. Il n’en avait jamais vu de tels auparavant, mais ce n’était peut-être pas si surprenant…Il avait lu qu’il existait plus de 3000 espèces de cafards. Il avait également lu qu’ils se cachent lorsqu’ils sentent les vibrations de quelqu’un qui arrive, et que pour un seul cafard découvert, il y a au moins dix qui ont réussi à se mettre à l’abri. Ce qui voulait dire qu’ils étaient partout. Combien pèse un cafard? Dix grammes? S’il en avait des centaines planqués dans les fissures et derrière la table, ça voulait dire qu’il y avait un kilo de cafards dans la pièce…

Un bon polar un peu trop vite expédié vers la fin, mais qui reste un bon polar. Cap sur le N°3 de la série intitulé Rouge-Gorge.

LES CAFARDS, Folio Policier N°418 (JN 1998 )2017,  ISBN 978-2-07-270808-4

El enigma de París de Pablo de Santis

Résultat de recherche d'images pour "pablo de santis el enigma de paris" Pablo de Santis (Buenos Aires 1963) es un escritor, periodista y guionista argentino.

El enigma de París (2007) obtuvo el Premio Planeta-Casa América y el premio de la Academia Argentina de Letras del mismo año. El libro tiene una secuela, se trata de Crímenes y Jardines publicado en 2013.

Esta vez trataré de leer los dos libros sin mucho tiempo entre los dos, aunque evito publicar billetes sobre libros del mismo autor muy seguido (para evitar repeticiones), y si tardo en hacerlo, pierdo mucho sobre la trama y sobre los personajes.

Esta lectura no me fue del todo agradable. Me dejó abotargada,  encontrando la trama recargada y por ende algo pesada, con demasiados detalles que hacen perder el interés. Hay una trama principal y varias historias secundarias que diluyen el caso. La calidad de la escritura es muy buena.

Y sin embargo…hay bastante material interesante como por ejemplo los métodos detectivescos que se usaban para resolver enigmas a fines del siglo XIX. Es una historia del grupo de Los Doce Detectives fundado por el argentino Renato Craig.

Los doce mejores detectives del mundo deben reunirse en Paris, pero Craig se ve aquejado de un proceso y decide hacerse representar por un muchacho inexperto aunque ambicioso e inteligente: Sigmundo Salvatrio, hijo de un zapatero y bonaerense.

Una vez en París se perpetrará un asesinato entre los detectives

Son tantos los detalles inherentes a los doce que me costó individualizar cada uno en el relato. También me costó su tiempo localizar el lugar de la acción al principio de la intriga . El grupo decide reunirse en Paris a la víspera de la Exposición Universal de 1889 con una torre de Eiffel en plena construcción y un debate terriblemente agitado en torno a este monumento que tenía sus detractores y que estuvo a punto de ser desarmado…(el mismo caso se repitió con la emergencia de la pirámide de Pei en el medio del Louvre).

La descripción del Paris de entonces es interesante como son interesantes los métodos de los sabuesos con sus magros procedimientos científicos pero mucha deducción, al estilo de un Sherlock Holmes y de un Watson. Porque cada uno de los doce tiene un ayudante que debe ser un factotum perfecto. En el relato detectives y ayudantes ofrecen una paleta de personalidades y peculiaridades divertidas o interesantes, bastantes caricaturales.

En París el detective más famoso es Darbon, que será asesinado, pero también existe Arzaky que es un polaco instalado en París y concurrente de Darbon. Existen verdaderas y fuertes rivalidades entre los detectives y entre los ayudantes.

Al final de la intriga sabremos que el joven e inexperto Salvatrio ha sido capaz de resolver el oscuro enigma del asesinato de Darbon y que el grupo de doce esta al punto de desaparecer por falta de cohesión interna. Sigmundo Salvatrio volverá a su tierra cargado de gloria y es probable que asistiremos a su ascenso profesional en el siguiente tomo…(que ojalá me resulte más ameno).

EL ENIGMA DE PARÍS, Planeta 2007,  ISBN 978-958-42-1686-1

Grossir le ciel de Franck Bouysse

Résultat de recherche d'images pour "franck bouysse grossir le ciel"

Franck Bouysse est un écrivain français (Brive-la Gaillarde 1965) de romans noirs; il se dédie à l’écriture de façon exclusive depuis 2004.

Grossir le ciel (2014) est déjà son neuvième roman et c’est un livre qui a reçu au moins 5 prix ! Je suis arrivée à cette lecture par le bouche à oreille et je reconnais que c’est une pépite. Tout d’abord ce style cru et précis de Bouysse, avec en même temps beaucoup de  poésie dans la prose et beaucoup d’humanité qui suinte à fleur de page. Puis, il y a cette histoire située dans les Cévennes, pays huguenot, avec une histoire mêlée de terroir, bouleversante. C’est un livre qui laisse des traces avec une histoire qui nous hante longtemps après avoir refermé le livre.

La clé du titre grossir le ciel, nous la connaîtrons à la fin du livre (une fin que j’ai trouvée un peu elliptique, peu tranchée): …alors, Gus se leva sans effort, marcha en direction de l’abbé et le trio se mit en route pour s’en aller grossir le ciel…

La temporalité du récit est clairement annoncée dans ce roman, c’est la mort de l’abbé Pierre, en janvier 2007. L’action se situe dans un hameau cévenol blanchi par la neige et gelé par le froid. Ce décès va perturber énormément Gustave Targot alias Gus car il ressent un véritable attachement envers le saint homme et il va suivre la cérémonie à la TV sans en perdre une miette.

Nous avons deux personnages :Gus et Abel, deux taiseux qui se connaissent depuis toujours puisque leurs fermes respectives sont à quelques 100 mètres de distance seulement dans le hameau des Doges, entre Mende et Alès . Abel est l’aîné de 20 ans. Leurs familles ont un contentieux qui date de l’époque des parents de Gus et dans ces contrées les secrets de famille restent enfouis chez ces taiseux.

Abel et Gus vont se côtoyer très peu, juste pour échanger du matériel agricole à l’occasion ou se prêter main forte si besoin, ou encore boire un coup de rouge chez l’un ou chez l’autre. Rien de plus. Mais ils se respectent. La région est dépeinte magistralement, un pays de solitude, une terre de légendes, une nature rude, un travail agricole digne du XIX siècle.

Gus vit tout seul depuis la mort de ses parents; il ne s’est jamais marié, sa seule compagnie est son chien Mars qu’il adore, ils vivent dans une parfaite symbiose. Abel en revanche, a été marié et a perdu sa femme en couches; quant à l’enfant, celui-ci a été placé tout de suite en institution car il est anormal. Ces deux là vont s’approcher sans se laisser envahir l’un par l’autre ni s’apprivoiser.

Un jour de l’hiver 2007,  Gus va commencer à soupçonner Abel parce qu’il va entendre des cris, une détonation et il découvrira quelques gouttes de sang frais sur la neige…Gus va alors commencer à espionner son voisin en cherchant des preuves visant à le compromettre; à partir de là nous rentrons dans un roman noir, très noir et le lecteur ira de surprise en surprise jusqu’au dénouement final.

Le roman est court mais puissant, il y a un huis-clos étouffant qui monte en puissance peu à peu et scotche le lecteur à sa lecture. Il y a le descriptif au détail près du rythme de la vie des deux hommes et aussi leurs joutes verbales, supposées s’échanger entre deux rustres, mais en fait d’une acuité psychologique étonnante. Dans leurs échanges il y a autant de sous entendus et des non-dits  que des choses concrètes. C’est très réussi. C’est un livre escarpé comme un à-pic et le lecteur va déraper et se faire mal. Dans ces terres de solitude et arides, les rancoeurs sont tenaces, les suspicions fréquentes.

D’aucuns définissent Franck Bouysse comme un poète de l’âme et je suis d’accord. Maintenant je sais que j’ai envie de lire tous ses livres.

Un exemple de la beauté de la prose de Bouysse…page 23 : Dehors, la nature était toujours en sourdine et le jour s’était levé. La neige tombait de nouveau, des flocons gros comme du duvet d’oie, qui semblaient ne jamais toucher le sol tellement ils étaient légers et repartaient dans l’air pour un tour avant de se poser au ralenti...

Bonne lecture pour ceux qui ne l’auraient pas encore lu.

GROSSIR LE CIEL, La manufacture de livres 2018,  ISBN 978-2-35887-257-7

Los buenos amigos de Use Lahoz

Résultat de recherche d'images pour "use lahoz los buenos amigos" Use Lahoz (Barcelona 1976) es licenciado en Humanidades, colaborador de diversos medios de comunicación, autor de varios libros y de poemarios.

Le leí  El año que me enamoré de todas (2013) una novela con un título enigmático porque no tiene nada que ver con el libro que le valió el premio Primavera 2013: una novela al gusto de hoy , de corte romántico y moderno con personajes treintañeros « empantanados » que el autor tilda de « generación perdida ». Un libro que no me gustó del todo.

Los buenos amigos (2016) es un libro lindo, frondoso con más de 700 páginas que me costó tener en mano por lo pesado (un real problema físico). Es un libro que se puede considerar como el último de una trilogía junto con Los Baldrich (2009) y La estación perdida (2011). Un libro que tiene 4 partes que se podrían leer separadamente. Es una novela de aprendizaje o de formación, de un gran realismo sobre muchos temas como el éxodo rural hacia Barcelona, sobre la ascención social y el precio que hay que pagar por ello, sobre la fragilidad de la amistad y del amor.

Los buenos amigos son Sixto y Vicente. Un narrador omnisciente tiene como objetivo contarnos la historia entre los 8 y los 50 años de Sixto Baladia, un chico originario del pueblo ficticio de Espalión que terminará en un orfanato de Barcelona tras la muerte en un incendio de los padres.  El narrador no juzgará a los personajes y plantea al lector el dilema moral de cada uno de ellos; todos los personajes tienen profundidad psicológica. En el orfanato, regido por monjas, conocerá a Vicente Cástaras, un chico un poco mayor que lo tomará bajo su ala y lo protegerá, como un hermano mayor. Pero Sixto y Vicente son como las dos caras de una moneda: por un lado la marginalidad y la mala leche de Vicente y por el otro, el afán de surgir y de ser derecho en su vida de Sixto. Porque Vicente hará de su vida todo lo que Sixto quería evitar : chanchullos, mentiras, trapicheos, deshonestidades y traiciones.

En esta novela resalta una vez más esa noción tan española de « pueblo », el terruño del cual emana cada uno, las raíces profundas de cada español, es un puro e impactante atavismo.

Los dos muchachos serán inseparables, pero se van a distanciar cuando la monja Lucía despertará su sexualidad. Sixto dejará el orfanato muy temprano, a penas adolescente gracias a la tía Guillermina que lo ayudará a obtener un puesto de botones en un palacio barcelonés. Ahí empezará la ascención social de Sixto, sin falla y con esfuerzo.

La novela es muy detallista con todo, a veces son detalles ínfimos, pero que dan al relato alta dosis de verosimilitud. Un relato que tiene una estructura circular del texto que resultará redondo y no del todo cerrado porque el final es sorprendente y cada lector va a especular de manera diferente : triunfa el mal o triunfa el bien ?

La tela de fondo es muy ambiciosa porque nos brinda un retrato de España desde fines de los años 50 hasta los años 90, más o menos, con tópicos candentes como el imán que ejerce Barcelona sobre las provincias más pobres, el ambiente político y social del final del franquismo, la Transición española, el Destape con el auge de los sex shops, el hipismo, el auge económico de los años 80, el crecimiento urbano, la especulación inmobiliaria, etc, etc

Un libro bonito, lleno de enseñanzas buenas y malas, como la vida misma. Las 700 páginas vuelan al ritmo de una lectura atrapante, a veces pícara, a veces triste. Tan realista…Y me recuerda un par de libros leídos, también novelas de formación, como Las manos pequeñas de Andrés Barba (2008) un libro sobre el mundo despiadado de la infancia, comentado en octubre 2015 y El azar y viceversa de Felipe Benítez Reyes (2016) comentado en septiembre 2017, otro tocho pero nada de insufrible.

LOS BUENOS AMIGOS, Destino 2016,  ISBN 978-84-233-5142-8

Le dernier coyote de Michael Connelly

Résultat de recherche d'images pour "the last coyote michael connelly"

Michael Connelly est un très grand auteur de polars nord-américain (Philadelphie 1956) ; c’est le « père »  du  detective de LAPD Hyeronimus Bosch, alias Harry Bosch, que j’affectionne particulièrement parce que sa personnalité taciturne me plait. Connelly est un écrivain très prolifique avec une publication par an et parfois jusqu’à deux.  Je crois qu’à la date d’aujourd’hui il arrive à plus de 28 publications depuis 1992.

C’est le quatrième livre de Connelly publié dans ce blog après : La lune était noire (2000) en juillet 2013, Le cinquième témoin (2011) en février 2015 et Mariachi Plaza (2014) en août 2017.

Le dernier coyote (1995) est une relecture et je dois dire que j’ai davantage apprécié que la première fois, étant particulièrement interpellée par la douleur du personnage de Harry Bosch, par le profond bouleversement de son for intérieur, par les implications dans sa vie de l’assassinat de sa mère.

Dans ce tome, Harry Bosch est suspendu de ses fonctions et renvoyé chez la psychologue du Service après qu’il eut agressé physiquement un collègue en le faisant passer à travers une vitre (il aurait pu le tuer!), mais Harry Bosch, à très juste titre, est excédé par les positions et le jeu de sape de son collègue.

Cette suspension dans ses fonctions d’inspecteur dans le LAPD fait que Harry va réouvrir un dossier vieux de 33 ans, non résolu. C’est le dossier de l’assassinat de sa mère, une prostituée retrouvée dans une benne et dont le crime n’a pas été élucidé; en outre ce dossier montre des signes évidents de défaillance dans l’investigation.

L’histoire malheureuse de Harry Bosch, qui décide de devenir policier à la suite d’un passé lourd comme celui-ci, me rappelle un autre très bon roman policier à succès : Le Dahlia Noir de James Ellroy, une autre histoire de crime non élucidé  sur une starlette de LA, assassinée dans les années 50 (Elizabeth Short); la mère de James Ellroy sera aussi assassinée quelques 11 années après et le crime ne sera pas résolu non plus.

Dans Le dernier coyote Harry Bosch va ressortir le vieux dossier et essayer de reconstituer l’histoire. Très vite il va s’apercevoir que le cas gêne encore certains milieux politiques…Il aura le plus grand mal à réunir des preuves. Il recevra des menaces. Tout au long du roman on a l’impression que le sort s’acharne sur lui : radié du poste d’inspecteur, vilipendé par les collègues, sa maison détruite par le tremblement de terre de 1994 et vouée à la démolition, son histoire d’amour compliquée avec Jasmine…

Le titre du livre émane de l’apparition recurrente d’un coyote efflanqué qui vivote dans le canyon où Harry possède sa maison. Harry est littéralement hanté par la vision du coyote qui a l’air perdu et malheureux comme lui même.

Un excellent Connelly, pétri dans la douleur morale d’un Harry Bosch plus fragile que jamais, plus sauvage que jamais, plus déterminé que jamais et qui ira jusqu’au bout de l’affaire et dont la clef du mystère surprendra le lecteur. Un de mes préférés.

LE DERNIER COYOTE, Points Roman N° P781, (MC 1995), ISBN 978-2-02-043813-1