Archive | juillet 2019

Campo del cielo de Mariano Quirós

Résultat de recherche d'images pour "mariano quiros campo del cielo" Mariano Quirós es un escritor, comunicador social y gran lector argentino (Resistencia 1979). Campo del cielo (2019) es su segundo libro de cuentos, ambientado en la provincia del Chaco en el norte de Argentina, pero en un pueblo totalmente ficticio.

(El Chaco se encuentra en el norte-centro de Argentina (hay también un Chaco boliviano y paraguayo). La vegetación es tupida entre boscosa y selvática, el calor es horrendo y existen unos animalejos de lo más extraños: coatíes, hurónes, nutrias, zorrinos, víboras yarará, tatúes mulita, corzuelas, chanchos salvajes, osos hormigueros y tapires…

(Y Campo del cielo existe; Campo del cielo es la región del Chaco austral en el límite de las provincias argentinas del Chaco y Santiago del Estero), una región del norte que recibió hace miles de años una lluvia de meteoritos metálicos después de la explosión en la atmósfera de un asteroide de unos 840 000 kg durante el holoceno (período posglacial).

Campo del cielo es un compendio de 10 cuentos estupendos ambientados en esta región tan especial que imprime a su geografía y a sus gentes un carácter algo peculiar, hecho de rareza, de violencia. Los cuentos están bien escritos y magníficamente hilvanados de manera original porque se van reencontrando los mismos personajes en varios cuentos, pero en historias completamente diferentes, lo que le da más peso y credibilidad al relato, al mismo tiempo que se ahondan los caracteres. Los lazos familiares son importantes en estos relatos, lo que le da universalidad a las historias.

Otro punto original a mi parecer, es el nivel de lectura que procuran los cuentos. Hay un nivel muy neto y llano, con una historia muy clara, con humor, pero al mismo tiempo reina un clima de extrañeza, de algo soterrado, de algo no explicado, que provoca temor, desamparo. Está mencionada varias veces la presencia entre los lugareños del « chupacabras », una bestia terrorífica del imaginario colectivo local.

Por supuesto, todos los relatos giran en torno a la presencia de los meteoritos y de Campo del cielo, el suelo argentino que recibió el impacto (varias decenas de km cuadrados !). Los personajes de los cuentos son bien « raritos », turbios y los hay francamente terroríficos. La turbiedad podria estar relacionada con la presencia de los meteoritos y de sus hipotéticas irradiaciones.  El límite entre el bien y el mal no está claramente definido y el comportamiento de algunos personajes queda poco o mal entendido, pero esto es el encanto del libro.

Me gustó también la incorporación en algunos relatos de las creencias indígenas locales integradas a la presencia de los meteoritos; encuentro que es enriquecedor e interesante de constatar cómo esas culturas milenarias han integrado la dualidad tierra-cielo.

Excelente lectura. Un autor sólido a quien le gusta poner sus personajes en situación incómoda.

Résultat de recherche d'images pour "campo del cielo"

CAMPO DEL CIELO, Tusquets 2019,  ISBN 978-987-670-558-1

Des Éclairs de Jean Echenoz

Résultat de recherche d'images pour "des eclairs jean echenoz"

Jean Echenoz est un écrivain français (Orange 1947) qui a fait des études de Sociologie et de Génie civil. On vient de lui décerner le huitième Prix BnF (2016) pour l’ensemble de son oeuvre. Sa technique d’écriture est particulière car il alterne les figures de style, les jeux de mots, l’ambiguïté et use d’un symbolisme autour des noms propres de personnages. On dit aussi qu’il écrit des romans géographiques car on voyage beaucoup en le lisant. Il a su décaler son univers romanesque vers la sotie ou vers les récits excentriques à la façon d’un Sterne ou d’un Diderot, d’un Perec ou d’un Queneau. C’est un romancier inventif, un champion de la toponymie, un « nouveau romancier » mais pas  un romancier nouveau.

C’est le sixième livre d’Echenoz dans ce blog, la lecture a été toujours un plaisir renouvelé, car ses sujets varient beaucoup.

Je commence à lui trouver une petite ressemblance avec Jean-Paul Dubois, tous les deux très éclectiques et pince-sans-rire, avec une petite nuance il me semble : Dubois approfondit un peu plus la psychologie de ses personnages. Je les apprécie énormément tous les deux.

Des Éclairs (2010) est le dernier volet du cycle romanesque de 3 vies : une biographie basée sur la vie de l’ingénieur serbo-croate Nikola Tesla et le troisième après Ravel (2006) et Courir (2008) (sur le coureur tchèque Emil Zátopek). Je n’ai pas lu ni le premier ni le deuxième mais le troisième m’a intéressé à cause du nom Tesla porté par la voiture Tesla Model 3 que j’ai eu la chance d’essayer aux USA. Étonnante voiture. Et ce nom, qui a été invoqué par le propriétaire de la voiture a piqué ma curiosité, je ne savais rien sur lui.

Mais attention, le lecteur est prévenu par le romancier, il s’agit d’une « fiction sans scrupules biographiques » ! Et pour commencer, Jean Echenoz l’a prénommé Gregor tout court à la place de Nikola.

Nikola Tesla est né au sein de l’empire austro-hongrois, en terre croate bien que de famille serbe en 1856  et il est mort en 1943 à New York. Il a été très tôt brillant et a initié des études d’ingénieur, jamais achevées pour des raisons d’argent. Il n’empêche qu’il a été très tôt repéré et a pu partir aux USA directement dans le laboratoire de Thomas A Edison, patron de la General Electric qui l’a mal utilisé. Ensuite, il a atterri chez Georges Westinghouse, patron de la Western Union, éternel rival d’Edison et richissime homme d’affaires qui va le prendre sous son aile pour aussi l’exploiter et, notamment devenir encore plus riche grâce aux retombées de l’application du courant alternatif développé par Tesla. Les épisodes où Edison essaie de se venger de Tesla sont d’un comique supérieur notamment la supposée invention de la chaise électrique par un coup de marketing publicitaire absolument génial.

Mais ce Tesla était un homme hors du commun, au physique comme au mental. Au plan physique, il mesurait 2 mètres et il était très bel homme. Au mental, c’était une intelligence supérieure, polyglotte, ayant le don de l’éloquence voire du baratin, inventeur-né mais un peu fou en plus d’antipathique, maniaque, mauvais caractère, asexué et dépensier. Aujourd’hui on le qualifierait de sociopathe (mais c’est le sort inéluctable de tout vrai génie, non?).

Il fût un inventeur incroyable, un concepteur du courant alternatif, un précurseur du tout électrique mais un piètre homme d’affaires. Il a déposé quelques 300 brevets, mais mal défendus et il se les a fait voler. On l’a traité de génie mais aussi d’imposteur car il excellait à parader et montait des numéros pour l’épate, dignes d’un cirque et loin de la science pure.

Il était bourré de manies et de phobies comme l’aversion aux microbes. Mais il était fasciné par les oiseaux et notamment par les pigeons qu’il nourrissait, chérissait, soignait.

Le livre fourmille d’anecdotes, de nature scientifique ou tout à fait pédestres. Celle qui m’a fait le plus fait rire mais en même temps presque pleurer de compassion, c’était lorsqu’il tombe amoureux d’une pigeonne, assez racée mais pigeonne quand même. Cela jouxte le pathétique.

C’est un petit livre (175 p.) qui se lit très bien mais qui ne va pas en profondeur du personnage singulier que fut cet homme. En revanche c’est d’une grande drôlerie voire d’une cruauté certaine par moments. Un petit bijou.

Résultat de recherche d'images pour "tesla biographie"

Le beau et ténébreux Nikola Tesla. Quel regard.

DES ÉCLAIRS, L’Éditions de Minuit 2010,  ISBN 978-2-7073-2126-8

Ordesa de Manuel Vilas

Résultat de recherche d'images pour "ordesa manuel vilas"

Manuel Vilas es un escritor y poeta español (Huesca 1962).

Ordesa (2018) vendría siendo su sexta novela y ha sido un fenómeno literario en España desde su publicación en enero 2018, va por la 14-ava edición y más de 100 000 ejemplares vendidos ! Ha sido catalogado como libro del año por varios periódicos.

Ordesa es el nombre de un hermoso valle pirenaico, frontera natural entre Francia y España, de belleza sobrecogedora y  que Manuel Vilas solía visitar con su padre en coche en los años 60-70 porque su padre amaba este lugar.

¿Cómo explicar un tal éxito?  Primero que nada es un relato autobiográfico, una muy moderna autobiografía donde el autor  escogió la total sinceridad, sin tapujos ni interpretaciones para hablar de su familia y de si mismo. Y resulta que poniendo sus verdades al alcance de todos, detiene la universalidad de un tema que nos incumbe por algún lado : el amor que se profesa la gente al interior de la célula familiar. Lejos de esto los cánones de conducta, cada familia tiene sus códigos y secretos.

Otro punto que ha impactado en España es el relato conmovedor de esta familia española de clase media-baja que podría simbolizar el naufragio de toda una clase media española en las dos últimas décadas.

Estos dos puntos hacen que sea una obra más que autobiográfica, una obra de memoria casi colectiva.

Manuel Vilas hizo de este libro una oda de amor hacia sus padres. Aunque es una obra que viene tarde porque ellos ya no están y se fueron sin saber que su hijo Manuel los quería tanto. Las cosas antes se decían menos, las cosas se especulaban.

Y a los 50 años, cuando el autor se encontrará solo y desamparado tras el fallecimiento de su madre en 2014, a la vez que divorciado, con un trabajo flaqueando, un problema de alcohol y con los hijos crecidos, cada vez más ausentes y poco efusivos, entonces todo se le viene abajo y decide escribir este libro sobre su niñez (feliz) con lo poco que sabe de su familia y allegados. Es una verdadera catarsis.

Esta familia era bastante original, se hablaban poco, cada uno en su esfera personal con sus fobias y polaridades. Un poco cada uno por su lado. Lo que si recuerda Vilas era lo feliz que se sentía de tener dos padres tan guapos y lo feliz y protegido que se sentía cuando estaba con ellos. Resulta curioso constatar cómo las situaciones se repiten en las familias, así por ejemplo, en esta familia la situación de Manuel Vilas con sus padres está reproduciéndose con sus hijos.

Me llamó la atención en el libro la excesiva presencia de la muerte, invocada demasiado a menudo, macabra. Pero el estado de ánimo del autor debía estar muy deteriorado y sumergido en la depresión para pensar tanto en este trámite que por lo demás es muy fugaz.

Es un libro bonito, hecho de sinceridad, de verdad, de emoción,  con un retrato de España en los años 60-70 y de la ciudad de Zaragoza.

« Somos lo que recordamos » dice en un momento Manuel Vilas (pero también lo que olvidamos, agrego yo).

Tiene el autor el gusto exquisito de citar la bella canción de Violeta Parra que pueden escuchar al final de esta reseña porque le va como un guante.

Violeta Parra – Gracias a la Vida (Thanks to life)En directPlaylist (0)Mix (50+)

ORDESA, Alfaguara 2018,  ISBN 978-84-204-3169-7

La mort de Virgile de Hermann Broch

Résultat de recherche d'images pour "hermann broch" Hermann Broch fût un romancier, philosophe, essayiste et dramaturge autrichien (Vienne 1886-USA 1951). Il abandonna la riche filière industrielle paternelle pour se consacrer à des études supérieures puis à l’écriture; Hermann Broch fût un grand lecteur et admirateur de Franz Kafka, James Joyce. Son roman le plus connu est la trilogie Les somnambules parue entre 1928 et 1931 et qui voit défiler la société autrichienne préhitlérienne; mais son chef d’oeuvre incontesté est La Mort de Virgile, publié aux USA en 1945 dans une traduction anglaise et dont l’écriture va accaparer Broch durant des années.

Il faut rappeler que peu après l’Anschluss, Broch, qui avait des origines juives, fût emprisonné peu de temps puis libéré grâce à l’intervention de ses amis influents tels que James Joyce, entre autres. Il s’est installé par la suite définitivement aux États Unis.

Une adaptation radiophonique de La Mort de Virgile a eu lieu en 2004 par la philosophe Gwenaëlle Aubry sur France Culture.

La Mort de Virgile dont la première version (plus courte) se nommait Le Retour de Virgile, a été lue par l’auteur à la radio autrichienne le 18 mars 1937 alors qu’il se trouvait en prison.

Le livre est bâti sur les 18 dernières heures de la fin de vie de Virgile lequel est ramené en piteux état de Grèce où il avait contracté la malaria. Broch a organisé cette temporalité en 4 chapitres liés au cycle de la vie: L‘arrivée, La descente, L’attente et Le retour. Et la mort est racontée en 4 mouvements qui correspondent aux 4 éléments naturels : l’eau, le feu, la terre et l’air (éther).

Dans ce texte empreint de mysticisme, Broch va consacrer 600 pages a une sorte de rêve, de délire agonique, d’une lente surrection des souvenirs les plus intimes de Virgile. C’est un texte mystique, impregné de la présence du Christ qui va hanter tout le roman (à noter la conversion au christianisme de Broch) et son originalité est de nous présenter le Sauveur comme le pressentiment d’une Voix et d’une Chair. L’auteur développe les thèmes de la vie et de la mort, la responsabilité du poète face à l’irruption du Mal : la maladie, la misère du peuple. (p.29 …Le Mal, un déferlement immense d’une malédiction indicible, inexprimable, inconcevable).  L’auteur Broch se base aussi sur la légende qui dit que Virgile voulait détruire l’Énéide. 

Nous sommes à Brindisi en septembre 19 av JC,  Publius Vergilius Maro (Virgile) est un poète latin très reconnu, né le 15 octobre 70 av JC à Andes, Lombardie. Il revient malade de Grèce atteint de malaria: l’empereur Auguste est allé le chercher  là, car Virgile a manifesté le désir de brûler le texte de l’Énéide qui flattait Auguste; le poète trouve que l’Énéide est une oeuvre inachevée et il voudrait l’offrir en sacrifice aux dieux.  Or ce poème que Virgile a mis les 11 dernières années de sa vie à écrire, rend un hommage appuyé à Auguste, grand vainqueur  d’Actium, et qui est au début de son règne, un règne enfin pacifique.

Le blogueur Juan Asensio (Stalker) a écrit une brillante analyse sur ce livre difficile. Et je cite ici un passage excellent…Virgile serait une sorte d’Orphée, selon Broch, mais moins puissant que ce dernier, qui parvint tout de même, quelques instants, à suspendre la création au pouvoir de son chant dont la tâche sacrée est de demeurer, face à tous les dangers, le gardien du langage, son rédempteur profane. Il voit comme Virgile est à la charnière de deux époques historiques mais aussi entre deux modalités de manifestations du divin. Parce qu’il écrit, parce qu’il s’est inspiré d’Orphée, parce qu’il a écouté ce que des centaines de voix plus anciennes que la sienne lui ont murmuré, parce qu’il a fait de son oeuvre et surtout de l’Énéide, le lieu d’une écoute respectueuse du bruissement infini de la langue (paragraphe riche en anaphores à l’instar de Broch, prose d’Asensio de grande beauté et de sens).

P.173…Ainsi sans doute en allait-il d’Orphée et de sa poésie, l’enchanteur des êtres à l’écoute, lui enveloppé comme eux de pénombre, comme eux, lié à la beauté par un charme démoniaque, encore que don divin; il était un porteur d’ivresse mais non un porteur de salut pour l’humanité, cela, il lui était à jamais interdit de l’être: car le porteur de salut a dépouillé  le langage de la beauté, il est parvenu au-dessous de cette surface froide, au-dessous de la surface de la poésie, il est parvenu à atteindre les simples paroles, qui, en vertu de leur proximité de la mort et de leur connaissance de la mort, possèdent le pouvoir de frapper à la clôture qui enferme le prochain, d’apaiser son angoisse et sa cruauté et de le rendre accessible à un secours authentique, il est parvenu au langage de la bonté spontanée, au langage de la vertu simple, humaine spontanée, au langage de l’éveil.

Après dures négociations, Auguste sauvera le manuscrit des flammes.

Le livre de Broch n’est pas un roman mais un texte poétique avec des phrases interminables « à la Proust », un monologue intérieur qui ne s’achève jamais mais sans la signification qui existe chez Proust. C’est un délire, un rêve entre comateux et éveillé qui se remémore, mais se perd aussi. Il existe une moyenne de 2 phrases par page et j’ai fait une nouvelle expérience de dédoublement de la pensée en lisant et en même temps en pensant à autre chose bien concrète. A la fin de la page je m’apercevais du dédoublement et la relisais bien concentrée pour me dire, à la fin, que je n’obtenais pas plus de renseignements; c’était en réalité un rêve éveillé, incantatoire, hypnotique et seule la musicalité du phrasé avait une signification car le reste était abscons. Le texte est surabondant en anaphores qui servent à lui donner un rythme, une musicalité.

Par moments le texte peut être si beau qu’il nous élève nettement au dessus d’une certaine médiocrité. Félicitations au traducteur qui a su garder le côté très lyrique à la métrique. Il faut lui rendre hommage, il s’agit d’Albert Kohn.

Mais par bonheur, tout le livre n’est pas délire et les conversations entre Virgile et Auguste sont de haute teneur politique et philosophique, ainsi que les conversations entre Virgile et ses deux plus vieux amis qui seront aussi ses exécuteurs testamentaires. Elles restent d’une notable modernité.

Pour le blogueur Jimmy Morneau (Littérature.blogspot) le livre de Hermann Broch doit être considéré comme une oeuvre lyrique. Le lyrisme appréhende les réalités psychiques les plus profondes. Le but de l’ouvrage serait de dévoiler l’alternance incessante du rationnel et de l’irrationnel, à chaque instant. La mort de Virgile serait l’exemple parfait d’un propos relativement « petit » (la mort d’un poète) mais transposé dans la fureur de l’écriture. (comme cela est bien dit).

Cette lecture est une mise à l’épreuve du lecteur, c’est une expérience en soi, mais il faut beaucoup de patience et d’un esprit libre de toute préoccupation.

Un aperçu de cette prose (p.26)…On pouvait respirer le crépuscule comme de l’air, on le sentait, comme celui-ci, ouvert sur les espaces, on le sentait comme le liquide où plongeaient les quilles des navires, et c’était un fluide où baignait le monde extérieur et intérieur, où baignait l’âme, un fluide aérien et glissant qui s’écoulait de ce monde vers l’au-delà, de l’au-delà vers ce monde, un fluide de lumière crépusculaire faisant entrevoir l’entrée de la connaissance sans être cette connaissance elle-même, pourtant son premier dévoilement, son premier pressentiment, un pressentiment ténébreux de la voie que le navire va prendre dans les ténèbres…

Un autre p.120…son corps gisait, malade et vieilli par la fatigue, étalé dans un assoupissement saturnien au-dessus des zones de son moi, qui se faisaient sans cesse plus transparentes, plus évanescentes, et qui, abandonnées même par les démons, se dépeuplaient, immobiles comme des fenêtres aveugles sans perspective; rien d’autre n’était resté, aucun autre souvenir, puisque tout ce qui avait été jadis un enrichissement de sa vie, tout ce qui avait été jadis plus fort que la menace du temps, toute la force d’un souvenir obligatoire, tout cela avait vieilli avant lui, avait vieilli plus rapidement que lui-même, lui avait échappé pour sombrer dans les créations indécises, dans les expériences indécises, tout cela avait été emporté par le vent comme des feuilles mortes, emporté par le souffle des saisons, épuisé par les saisons, rien qu’un froissement oublié…

LA MORT DE VIRGILE, Gallimard 1955,  ISBN 978-2-07-022153-0

Amanecer de hielo de Laura Falcó

Résultat de recherche d'images pour "amanecer de hielo laura falcó" Laura Falcó Lara es una editora española (Barcelona 1969) con estudios de Filología inglesa y Dirección de Empresas.

Amanecer de hielo (2017) es su quinta novela, un policial que se deja leer aunque está lleno de incongruencias. Vamos primero a lo positivo que le encontré a la lectura : el caso, lo encontré original y quise saber sobre el desenlace.

 Hete aquí un caso policial donde, desde el principio del libro se sabe que un joven español radicado en el pueblo noruego de Alesund es salvajemente asesinado. Al mismo tiempo que una mujer joven que le rendía visita en aquellos días (y con una promesa de romance) desaparece. Un asesinato y una desaparición desde las primeras páginas. Ninguna pista. La curiosidad pica por saber más.

Y aquí vienen las incongruencias : el padre y la madre de las víctimas acuden a Alesund, destrozados y desamparados como se debe. Y conversan y se desenvuelven in situ como si fuesen bilingues en noruego y los noruegos bilingues en español ! Rápidamente los padres destrozados harán turismo. Turismo ! en ese contexto y para rematar, vivirán un romance. La chica secuestrada que además es periodista, detiene un carnet y un lápiz con el cual comienza a describir su calvario. Le confiscaron todo menos el carnet ? Y el desenlace me pareció altamente improbable, tirado por los pelos.

Y página 178 el padre del chico se hace la reflexión siguiente sobre el blanqueamiento del dinero proveniente de la droga…tal vez era un delito grave, sin duda algo sucio y reprochable...tal vez ? Pero qué vergüenza poner en duda la proveniencia de un dinero que causa la destrucción de tanta gente !

Esas son las razones por las cuales no me ha gustado este libro. Me entretuve un poco, pero perdí mi tiempo.Résultat de recherche d'images pour "alesund"

Alesund

AMANECER DE HIELO, Edhasa 2017,  ISBN 978-84-350-1126-6

Chevrotine d’Eric Fottorino

Résultat de recherche d'images pour "eric fottorino chevrotine" Éric Fottorino est un journaliste, romancier et essayiste français (Nice 1960).

Chevrotine (2014) est un roman tragique construit autour d’une mésalliance entre un pêcheur éperdu d’amour, Alcide  Chapireau et une belle manipulatrice, Laura.

Chapireau est veuf et élève seul ses deux garçons nés d’un premier mariage heureux; c’est un être placide et content de son sort, devenu ostréiculteur et éleveur de moules dans cette bourgade en bord de mer nommée Coup-de-vague (nom fictif). Vient perturber cette harmonie familiale, l’irruption de Laura, une femme divorcée avec un enfant qui commence par charmer les deux garçons puis le père. Elle sait faire, c’est une panthère.

Père et enfants vont tomber sous le charme. Alcide et Laura se mettront en ménage et très vite elle lui donnera une fille qu’ils prénommeront Automne.

Cette vie familiale, au début idyllique deviendra un enfer en huis clos car Laura est une narcissique perverse, elle prend plus qu’elle ne donne, elle aime détruire essentiellement par une parole assassine, mais elle sait aussi être violente.

Dans ce huis clos délétère, Alcide Chapireau perd pied, se laisse faire, chaque jour un peu plus jusqu’à tout perdre : ses deux fils, ses amis, son espace vital; son monde sera littéralement atomisé. Il devient la tête de turc de cette femme jamais rassasiée par ses maléfices, toujours à trouver de nouvelles lubies. La seule fois où Chapireau n’écoutera pas sa femme c’est quand celle-ci s’entichera d’acheter un appartement cousu en ville, alors qu’ils habitent une maison face à la mer avec un paysage magnifique à leurs pieds.

Ceci jusqu’à l’explosion finale. Le lecteur arrive préparé. La lente description du calvaire d’Alcide Chapireau fait que le dénuement est compréhensible. A la fin du livre, Alcide Chapireau est malade et voudrait raconter par le détail son histoire à sa fille Automne, âgée de 20 ans, mais il n’arrivera pas.

J’ai apprécié la qualité de l’écriture, simple et élégante. Mais je n’ai pas apprécié l’histoire de ce couple mal assorti. Il me semble que la femme souffre d’un trouble sévère de la personnalité qui n’est pas esquissé ici. D’accord. Et la personnalité de Chapireau m’a paru si veule, si pitoyable face à l’importance de tout ce qu’il perdait, à croire que quelque part lui aussi avait perdu la raison. On sait comment cette femme le tenait, mais tout de même, quelle aboulie ! (un extrait de la teneur du texte…il laissait Laura le dévaster, piétiner son lien avec ses garçons et disposer de sa vie. Vivant en éternel accusé, il voyait dans l’amour douloureux de Laura le seul amour possible. Chapireau ignorait que les enfants peuvent cesser d’aimer leurs parents.

Belle métaphore avec l’ouragan Xynthia, lequel en février 2010 ravageait la Charente-Maritime et la Vendée et qui provoque l’effondrement partiel de la maison du pauvre Chapireau à l’unisson de son couple.

Cette histoire m’a fait penser à une autre histoire lue récemment, celle écrite par Jean-Paul Dubois dans Le cas Sneijder, un autre homme qui ne saura pas se défendre face à une autre femme narcissique et perverse.

CHEVROTINE, Gallimard 2014,  ISBN 978-2-07-014601-7

Ángeles y solitarios (5) de Ramón Díaz Eterovic

Résultat de recherche d'images pour "angeles y solitarios ramon diaz eterovic"

Ramon Díaz Eterovic es un escritor chileno (Punta Arenas 1956), creador del personaje del detective privado Heredia, protagonista de más de 20 títulos de novelas negras.

Díaz Eterovic ha sido galardonado con numerosos premios y hasta tres veces con el Premio Municipal de Santiago género novela (1996, 2002 y 2007) y con el Premio del Consejo Nacional del Libro y de la Lectura (1995, 2008 y 2011).

Una parte de la obra del autor fue adaptada para la TV chilena en 2005 bajo el título de Heredia & Asociados; se puede ver en Youtube aunque es una adaptación libre de los libros. Se ve con interés por el ambiente tan chileno-capitalino aunque va demasiado rápido, prefiero los libros.

El escritor utiliza la novela policial para hablar de temas sensibles en la sociedad chilena, como los detenidos desaparecidos, el narcotráfico, el tráfico de armas, la carencia de una real democracia, las traiciones de todo tipo. Díaz Eterovic quiere escribir una comedia humana chilena con temas e historias que reflejan diferentes aspectos de la sociedad.

El autor ha sido objeto de estudios y publicaciones por el catedrático chileno Guillermo García-Corales, quien escribió « las novelas de Díaz Eterovic son novelas de consciencia y estética urbana y representan la mejor expresión del relato detectivesco en el Chile de la nueva narrativa de los años 90″. (cf « Poder y crimen en la narrativa chilena contemporánea: las novelas de Heredia » y « Ramón Díaz Eterovic, reflexiones sobre la narrativa chilena de los años 90″).

Publiqué en avril 2019 un billete sobre La ciudad está triste (1987) el primer tomo de la serie al cual le encontré « gusto a poco », pero como una promesa por venir. El segundo tomo, Solo en la oscuridad (1992) me gustó muchísimo más porque se perfila mejor la personalidad de Heredia y la del mundo en el que se mueve. Nadie sabe más que los muertos (1993) es el tercer opus de la serie y me gustó medianamente porque lo encontré bastante enrevesado con plétora de personajes y algo tirado por los pelos.

Ángeles y solitarios (1995) es el quinto de la saga y fue premiado;  me gustó algo más porque hay buena acción y porque al pobre Heredia lo tratan algo mejor. Esta vez se trata nada menos que de la venta de armas a nivel estatal ! Con gente implicada a alto nivel. Novela ganadora del Premio Municipal de Literatura de Santiago 1996.

Una ex amante y periodista le escribe unas líneas para ponerlo al tanto de unos asuntos turbios que está investigando (cinco años que no sabía nada de ella). Heredia se interesará en el caso con su compinche Dagoberto Solís, el tira y amigo del colegio quien se ha reincorporado a la Policía de Investigación desde hace 6 meses (estaba retirado en Quintero, con un bar a cuestas).  Correrán los dos compinches riesgos desmesurados, sobre todo el pobre Solís;  siempre entablan diálogos bastante jocosos así como también con el quiosquero Anselmo, un vivaracho que nunca se queda callado. Los diálogos permiten a Díaz Eterovic sacar a relucir dichos y maneras coloquiales-chilenas (…tristones como apaleo de perros…)

En el plano sentimental Heredia se emparejará con una chica muy joven, aunque bastante madura y con un nombre rarísimo: Griseta… y la pareja le durará por lo menos a lo largo del opus dejando la impresión que la cosa puede seguir.

Pero qué manera de beber la de Heredia ! Se lo pasa de tugurio en tugurio y liba en permanencia, a veces hasta la embriaguez total. Pero al detective no le tiembla la mano cuando hay que apoyar sobre el gatillo…

 Heredia es un ente borracho y peleador, pero saca cada referencia literaria…sorprendente de la parte del personaje. Resulta anacrónico.

El gato Simenon cobra cada vez más relevancia, Heredia le habla como si entendiera, pero en realidad el gato le sirve de vertedero de consciencia. Por ejemplo página 40 le habla al gato y éste le responde:  « Me preocupa mi ración diaria de salmón » y Heredia  contesta « Jurel tipo salmón, querrás decir. En este país todo es tipo algo: aguardiente tipo pisco, cebada tipo café, dictadura tipo democracia ».

Un tomo 5 que denota desde ya un texto más pulido, más complejo y con ese fondo tan relevante de poesía urbana.

ÁNGELES Y SOLITARIOS, LOM Ediciones 2008 (RDE 1995),  ISBN 978-956-00-1006-3