Archive | mars 2020

Coule la Seine de Fred Vargas

Fred Vargas (auteur de Pars vite et reviens tard) - Babelio  Fred Vargas est le nom de plume de Frédérique Audoin-Rouzeau, écrivaine, archéo-zoologue et médieviste française (Paris 1957). Elle est connue pour ses polars mettant en scène le Commissaire Jean-Baptiste Adamsberg. Elle fait partie des 10 romanciers les plus vendus en France.

Cela faisait trop longtemps que je n’avais pas lu un Vargas et le dernier livre pour lequel j’ai écrit une fiche de lecture, c’est Sous les vents de Neptune (2004), le 4ème de la série avec le Commissaire Adamsberg, qui reçut le Trophée 813 francophone de la même année, adapté pour la TV en 2008 par Josée Dayan.  Dans ma fiche, j’ai donné une appréciation moyenne avec un polar un peu compliqué dont l’histoire se passe  entre Paris et Québec, peu crédible, mettant  en scène un meurtrier en série de toute une vie, traumatisé dans son enfance par une mère hautaine et un père souffreteux.

Coule la Seine (2002) c’est un recueil de 166 pages avec 3 nouvelles du Commissaire Adamsberg, histoires déjà publiées ailleurs : Salut et Liberté (1997), La nuit des brutes (1999) et Cinq francs pièce (2000). Les trois histoires mettent en valeur le Commissaire Jean-Baptiste Adamsberg, un personnage atypique, flâneur, ayant une nette tendance réflexive et aux méthodes peu orthodoxes, flanqué de son deuxième (et anti-thèse), le Capitaine Danglard, un homme méthodique et scientifique adonné au vin blanc et à la bière.

Ce fût un régal de lecture avec des dialogues fantastiques, d’une fraîcheur et drôlerie avec un à-propos délicieux. Le cadre est très parisien et charmeur.

Je me suis régalée de ces trois histoires où les cas policiers n’étaient, en fait que des faire-valoir pour un langage fleuri, non dénué de profondeur, qui transpire l’amour envers l’humain. Je comprends l’engouement unanime du lectorat pour cette auteure.

COULE LA SEINE, Viviane Hamy 2002,  ISBN 978-2-087858-166-9

La Beatriz Ovalle de Jorge Marchant Lazcano

Résultat de recherche d'images pour "jorge marchant lazcano" Jorge Marchant Lazcano es un escritor, dramaturgo y periodista chileno (Santiago 1950). La Beatriz Ovalle es su primera novela, publicada en Buenos Aires en 1977 con gran éxito y con la idea genial de transformar el título original de Beatriz Ovalle (anodino) en el actual, mucho más representativo del mensaje que conlleva la novela.

Me ha encantado esta lectura porque da cuenta perfecta de un personaje femenino arquetípico de la burguesía chilena. Y en tela de fondo un excelente análisis histórico de la sociedad chilena en la época abarcada en esta historia.

La Beatriz Ovalle, un título muy adecuado y que ilustra esa manera tan chilena/coloquial de hablar que tiene la gente (al parecer sucede también en otros países de Latinoamérica): cuando habla, la gente pone un artículo determinado a los nombres propios; esta muletilla abarca todas las clases sociales. No hablan de Beatriz Ovalle sino de la Beatriz Ovalle, no hablan de Beatriz, sino de la Beatriz sin que haya ninguna intención peyorativa hacia la persona, es una muletilla nacional y por cierto, poco elegante. Esto concuerda con otra manía de los chilenos que consiste en poner motes a la gente, por lo general refiriéndose a defectos físicos como « el gordo o la gorda », el « negro o la negra », « el chico » (por lo petiso), etc, etc.

Entonces, la Beatriz Ovalle es una niña mimada de la clase media-alta (aunque no del mejor pelaje, pero en todo caso con dinero) que nos inicia en su vida íntima : sus años de colegio selecto, sus frecuentaciones, sus primeros amoríos, su vida casera, sus padres y hermanas, su primer noviazgo y la ruptura cuando ella encuentra al « hombre de su vida », un anulado en matrimonio (en la época del relato no existía el divorcio en Chile,  había que recurrir a una anulación pasando por Roma, acto estrictamente reservado a la clase alta). A todas luces su primer novio la frecuentó sólo para salvar las apariencias y poder exhibir una heterosexualidad, en condiciones que el texto insinúa que el jovencito tiene otras tendencias.

La Beatriz Ovalle creerá encontrar al amor de su vida en brazos de este hombre « diferente », pero no podrá adaptarse a una vida sexual libre y sin complejos en el seno de su pareja. No lo podrá vivir porque no ha sido preparada ni por su familia ni por la sociedad a vivir las cosas del sexo de manera libre. Va a fracasar en su unión y tendrá que emigrar a otros cielos (Argentina) para poder vivir libremente una sexualidad, fuera del sacrosanto matrimonio, de la familia y del país.

La pobre Beatriz Ovalle estaba condenada al fracaso de todas maneras : con su primer novio que reunía todas las condiciones deseadas por la familia : apellido, clase social, amistades, educación, belleza, pero cuya naturaleza íntima estaba escondida. Y con su segundo novio que la encandiló por su desparpajo frente a las cosas del sexo, pero que ella no pudo asimilar porque estaba definitivamente con un « formato » impreso en su personalidad y dictado por su educación.

Tenemos un análisis de la condición femenina, familiar y societal estupendo que explica muy bien la alta tasa de matrimonios insatisfechos y de fracasos matrimoniales de la época.

Hoy en día en que las cosas parecieran haber cambiado en la sociedad chilena, por lo menos por lo que se logra leer en publicaciones y sucesos sociales, la tasa de éxito en la pareja , sigue mediocre y trastabillante. Acaso, a pesar de tantos cambios a todos los niveles, en el fondo, las mentalidades no han cambiado mucho.

Un libro que se lee muy bien, interesante, bien escrito. El descubrimiento de un autor, lo que me incita a leerle más obras.

LA BEATRIZ OVALLE, Tajamar Editores 2017 (JML 1997),  ISBN 978-956-9043-45-1

Entre mes mains le bonheur se faufile d’Agnès Martin-Lugand

Agnès Martin-Lugand - BabelioAgnès Martin-Lugand est une écrivaine française (Saint-Malo 1979) ayant une formation de psychologue clinicienne; elle a délaissé sa profession après six années d’exercice à Rouen dans le cadre de la protection de l’enfance, pour se consacrer à l’écriture. Son premier roman Les gens heureux lisent et boivent du café (2013) a connu un énorme succès (deux millions d’exemplaires vendus). Il est devenu un roman graphique en 2019. C’est une écrivaine très prolifique avec une publication par an; cela represente un travail considérable.

J’ai commenté dans ce blog Les gens heureux lisent et boivent du café en juin 2013, roman qui m’a laissé une impression de charme, une énorme admiration/épatement pour les circonstances de l’édition du bouquin et rien de plus. Le livre en 2013 inaugurait cette mode des photos en noir et blanc sur la couverture et aussi cette mode des titres looooongs dont on a du mal à mémoriser le tout (et la mode n’a pas complètement disparu je crois).

Entre mes mains le bonheur se faufile (2014) est son second roman. Je suis tombée par hasard sur le livre et j’en ai profité pour le lire car il faut toujours approfondir  l’impression sur un auteur afin de mériter d’en parler. C’est encore une lecture facile, dans la gamme littéraire du feel good, mais aussi un roman de formation où nous suivrons l’épanouissement  de l’héroïne, Iris, à travers le monde de la Haute Couture (trajectoire professionnelle et privée).

Ici l’écrivaine nous sert une histoire un peu comme un conte de fées, avec une écriture trop colloquiale et par moments carrément mièvre avec des personnages trop « stéreotypés » et une surabondance de clichés. Nous avons aussi un descriptif du monde de la Haute Couture et des salons parisiens avec la typologie des habitués (presque toujours les mêmes personnes qui se croisent).

Quelle est l’histoire ? C’est celle d’Iris, une petite Madame Bovary de province qui s’ennuie à mourir dans son rôle d’épouse d’un docteur très affairé professionnellement et sexuellement. La profession de docteur, cela est connu, connait un taux élevé de divorces (ou d’échecs) et l’on imagine parfaitement les raisons. De plus, Iris a été brimée dans sa vocation de styliste et de couturière (c’est la pire chose qui puisse arriver à une personne, je trouve) par ses parents d’abord puis par son mari. Bravant tout, Iris va partir seule à Paris pour se former et bien sûr, elle va connaitre le succès, car elle le mérite amplement. Iris est une ingénue et le prix à payer c’est qu’elle sera manipulée et trahie. Dans la souffrance elle va connaitre la rédemption et peut-être le bonheur.

Une lecture légère comme une bulle de champagne. C’est déjà pas mal, non?

ENTRE MES MAINS, Pocket 2014 (AML 2014),  ISBN 978-2-266-30280

Cuestión de inercia de Matías Kunstmann

Tajamar publica “Lo improbable de mí”, la laureada novela de ...

Matías Kunstmann es un escritor y poeta chileno (Concepción 1974), abogado de profesión con un Magister en la Universidad de Toronto. Es un autor que descubrí con el libro Lo improbable de mí (2011) comentado este mes en otro billete; Lo improbable de mí es su primera novela, premiada por el Consejo Nacional del Libro a la mejor obra literaria categoría novela inédita 2010. No quedé muy deslumbrada con esta lectura que narra las peripecias de un chileno becado de la prestigiosa Universidad de Columbia quien se dedica más  a lo no-académico que a sus estudios; además que el libro tiene capítulos enteros con información sobre  física cuántica que dan un peso inútil al texto, pero no agregan ningún interés para un lector profano.

Cuestión de inercia (2014) es un libro con una portada preciosa y elegante (la pondré al final del billete), reflejando una escultura en madera de Patrick Steeger, escultor chileno (titulada ¿Por qué le resulta al revés?).

El título del libro (bastante original) se desliza quizás en la página 31…Simplemente tomo la vida como viene. Otros en mi situación quizás hubieran aspirado a más, más de cualquier cosa, pero más: más tiempo, más plata, más amigos, familia, una mujer. Pero no era mi caso. Al menos no hasta el día en que la quietud – que no es más que inercia infinita si es uno mismo el cuerpo en movimiento – cayó como peso muerto ante mis ojos y me sacó del tranquilo plano en que habitaba.

El libro es un compendio de 9 relatos de desigual duración (entre 2 y 19 páginas) donde el segundo, da el nombre a la obra. Es una obra bastante metaliteraria con citaciones de autores y obras como por ejemplo página 24 se parte con la citación de un cuento de Dorothy Parker (autora muy conspicua que trataré de leer), se sigue con Hemingway para pasar a un Conrad Aiken. Y hay muchas otras referencias literarias, se nota que el autor lee.

Los relatos no lograron interesarme ni por la temática, ni por el estilo (poco preciso) ni por el vocabulario (que sería la guinda sobre la torta, pero enfin, para mí eso cuenta). Y si hay que escoger uno, me quedo con el primero « Armas para la guerra« , probablement con rasgos autobiográficos; el relato narra el misterio que constituyó la vida de su abuela Laura Cross, la « pobre Laura » que nadie conoció bien ni supo apreciar lo culta e interesante persona que fue, nunca dio a conocer su cara oculta, nunca se impuso. Y en este relato encontré una cita magnífica que probablemente reutilizaré aludiendo siempre al escritor Kunstmann.

Se trata de esta frase : Books are weapons in the war of ideas, una frase que figuraría en la primera página de The Pocket Book of American Short Stories.

Libro Cuestion de Inercia, Matias Kunstmann, ISBN 9789569043666 ...

 

CUESTIÓN DE INERCIA, Tajamar Editores 2014),  ISBN 978-956-9043-66-6

Heather Mallander a disparu (1) de Robert Goddard

Résultat de recherche d'images pour "robert goddard into the blue"

Robert Goddard est un romancier anglais né en 1954 dans le Hampshire, auteur de romans policiers et de romans à énigmes. Il a étudié l’Histoire à Cambridge puis travaillé dans le journalisme, dans l’enseignement et dans l’administration scolaire avant de se consacrer exclusivement à l’écriture. Il possède une vaste bibliographie de plus de 28 romans parus depuis 1986, mais pour le moment seulement 10 ont été traduits en français et publiés par  Sonatine Éditions. Il a été redécouvert aux États Unis avec un grand succès. Actuellement l’écrivain vit en Cornouailles.

C’est un romancier qui se laisse lire, qui amuse et intéresse par ses intrigues pleines de rebondissements et souvent une conspiration longtemps gardée secrète dont la révélation va bouleverser une vie. C’est très délassant , il suffit de ne pas le lire les uns après les autres pour mieux les apprécier car son style se répète.

J’ai déjà commenté trois de ses romans dans le blog :  Par un matin d’automne ( In Pale Battalions, 1988) en juillet 2013, un roman  épais qui m’avait captivé par ses rebondissements incessants, un vrai page-turner, mon premier Goddard. Puis Le temps d’un autre (Borrowed Time, 1995) en janvier 2016 qui m’avait un peu moins séduite par un côté invraisemblable: cette espèce d’attraction maladive du protagoniste pour l’énigmatique Lady Paxton.  Les Mystères d’Avebury (Sight Seen, 2005) en juin 2017, un  « pur » Goddard et encore un page-turner construit autour de secrets avec un vrai tempo de thriller.

Heather Mallander a disparu (Into the Blue 1990) est le quatrième opus que je lis à R. Goddard. Il a reçu le Prix Smith Good Read Award et le Prix des Lecteurs 2013; ce livre forme partie d’une série chronologique de trois livres avec comme personnage principal Harry Barnett, suivi de Out of the Sun (1996) et de Never Go Back (2006), ces deux derniers non encore traduits en français. Heather Mallander a disparu a été porté à la TV anglaise en 1997  sous le  titre en anglais  par Jack Gold comme directeur.

Heather Mallander a disparu est une lecture de 700 pages très agréable, avec plein de personnages bien campés, des péripéties, des mystères et une trame si compliquée et riche en événements que la résumer c’est vous l’éventer.

Raconter l’intrigue ce serait spoiler le livre et c’est bien dommage parce que c’est tout l’attrait de cette lecture. Disons en gros que Heather Mallander est une belle anglaise de 27 ans venue soigner ses peines à Rhodes où Alan Dysart (député et sous secrétaire d’État) possède une belle maison gardée à l’année par Harold (Harry) Barnett. Ce Harry Barnett est un peu un anti-héros, falot à souhait, mais c’est lui qui mènera la danse. La belle Heather va disparaitre alors qu’elle se promenait avec Harry. Alors, tout accuse Harry qui mènera sa propre enquête à partir de photos laissées par Heather. Nous avons droit au déroulement de la dite enquête à la manière d’Agatha Christie où tous les personnages ont quelque chose à se reprocher; ici les personnages  sont assez bien campés et suffisamment différents pour que l’on s’intéresse à eux. Ils comportent tous une part de mystère avec parfois de la menace latente ce qui ajoute des petits frissons à la lecture.

Nous avons une histoire pleine de rebondissements qui se tient bien. Comme à son habitude Goddard apporte mystères et résolutions au fil des pages avec parfois un descriptif très long mais qui éclaire bien les lieux et les habitudes des habitants, même si par moments cette minutie descriptive lasse un peu.

J’ai été frappée par la médiocrité du personnage central, Harry Barnett, un profil si bas confronté à des situations hautes en couleurs et pleines de significations. Il y a une belle brochette de salauds en haut de l’échelle sociale, prêts à tout pour garder la mainmise sur les affaires. Et Heather Mallander dans ce récit? C’est une des figures féminines très énigmatiques jusqu’au dénouement final.

Une lecture épatante pour se distraire avec un argument complexe où l’auteur se fait plaisir pour nous égarer en conjectures. Mais toutes les astuces seront expliquées à la fin. Un autre aspect positif de ce roman, à mon goût, est le descriptif détaillé de l’entourage, que ce soit de l’Angleterre, de l’île de Rhodes ou de la Grèce. C’est très fouillé  et cela me rappelait le divin Balzac et ses descriptifs.

C’est un autre « pur » Goddard avec tous ses ingrédients favoris: mystères, secrets, sentiments variés, études de moeurs, bon ancrage géographique. Dans celui-ci il y une énigme assez prenante et insidieuse. J’ai trouvé la fin assez gore. Et par association d’idées, je n’ai pas cessé de penser à l’excellent film A couteaux tirés (2019) de Rian Johnson, un régal. Et dont on annonce une suite pour 2021.

Into the Blue Poster

 

 

HEATHER MALLANDER, Livre de Poche N°32874, 2013(RG 1990),  ISBN 978-2-253-16953-6

No hay que mirar a los muertos de Mauricio Electorat

Résultat de recherche d'images pour "mauricio electorat" Mauricio Electorat es un periodista, escritor y poeta chileno (Santiago 1960) licenciado en Filología Hispánica de la Universidad de Barcelona. Residió largos años en Paris.

Le leí un par de libros y es un autor que se lee fácil porque su prosa es muy dialogada, desgraciadamente ambos libros fueron leídos en francés lo que no permite apreciar las subtilidades de la lengua  de un autor en su lengua vernácula . En todo caso le leí El paraíso tres veces al día (1995) publicado en francés con una traducción literal del título (a veces cambian tanto los títulos de un idioma a otro que cuesta identificarlos después); el libro es un excelente policial ambientado en Paris (se sabe que Electorat vivió en Paris entre 1987 y 2005),  con muy pocas alusiones a Chile : un cuidador de noche de un hotelucho de mala muerte se enreda en una aventura escabrosa con una euro-asiática amoral y cruel que le roba dinero a un caïd de la droga; un relato ágil, bien escrito, cautivante y con una nota original. El libro fue premiado con el Premio del Consejo Nacional del Libro y la Lectura en Chile y el Premio Municipal de Literatura de Santiago.

El otro libro leído es el muy galardonado La burla del tiempo (2004), un título precioso, traducido al francés en 2005 como Sartre et la citroneta. Este libro recibió el Premio Biblioteca Breve 2004, el Premio Nacional del Libro y la Lectura, el Premio Rhône Alpes a la mejor novela extranjera publicada en Francia, fue finalista del Premio Altazor 2005 (premio chileno que se suspendió en 2015, falta de financiamiento y que debe su nombre a la obra homónima del poeta chileno Vicente Huidobro). Pero sobre todo, el libro fue seleccionado entre las 100 mejores novelas en lengua castellana de los últimos 25 años por la Revista colombiana Semana en 2007. El libro narra los contratiempos de un estudiante chileno universitario e izquierdista, de buen origen social,  obligado a exiliarse por haber participado en manifestaciones anti-pinochetistas. El estudiante llega a Paris, fundará una familia rememorándose los años de protesta estudiantil, alocados y agitados. El estilo del libro me exasperó por momentos porque es muy entrecortado, también es muy politizado lo que  me aburrió un poco.

No hay que mirar a los muertos ( 2014) es su cuarta novela, un libro interesante, sin mayor pretensión estilística exponiendo unas vivencias que huelen a verdades dolorosas : un exiliado en Francia, vuelve a Chile con motivo de la agonía de su padre, un ex-comunista que pudo huir de Chile vía la Embajada de Francia cuando sucedió el golpe de Estado de 1973. Huirá con su esposa, pero sin sus tres hijos que quedarán al cuidado de buenas y abnegadas tías durante un tiempo, hasta poder juntarse con los padres en Francia. El mayor de los tres hijos es el narrador y los otros dos son mellizos (varón y mujer).

Los mellizos volverán a Chile y harán sus vidas en un país muy cambiado, con una mentalidad más « europea », en todo caso más cosmopolita que los hace ver y pensar de manera diferente. El hijo mayor-narrador se queda en Francia, en Lyon, donde vive al justo porque no sacó una carrera; escribe novelitas policiales del género que llaman peyorativamente en Francia « roman de gare ». Cuando vuelve a Chile en las tristes condiciones de la agonía del padre, debe encarar a sus hermanos gemelos cuyas vidas han tomado rumbos insospechados en un Chile neoliberal.

Novela interesante que permite juzgar el Chile de la globalización. Et título, algo extraño sin el contexto emana de un texto poético de Armando Rubio Huidobro (Chile 1955-1980)…No hay que mirar a los muertos/ los desconocidos no devuelven el saludo/ No hay que mirar a los muertos/ quien los mira una vez, se va con ellos… 

NO HAY QUE, Tajamar Editores 2014,  ISBN 978-956-9043-75-8

Transparence de Marc Dugain

Résultat de recherche d'images pour "transparence marc dugain"

Marc Dugain est un scénariste et romancier français né au Senegal en 1957. Son oeuvre est vaste et variée.

J’ai découvert cet auteur avec son livre La Malédiction d’Edgar (2005) qui narre de façon brillante l’hégémonie de John Edgar Hoover au sein du FBI pendant 48 années, un livre très documenté qui se lit comme un thriller et qui laisse pantois. J’ai tellement apprécié le livre, que j’ai eu envie de lire d’autres livres de Dugain. Ainsi, j’ai lu dans la foulée : le très primé La chambre des officiers (1999) qui raconte l’histoire de son grand père « gueule cassée », défiguré par un obus le premier jour des combats ! ; Campagne anglaise (2000), un roman assez original; Heureux comme Dieu en France (2002) que j’ai trouvé admirable, sur la Résistance, dans le style si limpide de Dugain; Une exécution ordinaire (2007) autre livre assez intéressant qui narre encore un sujet difficile, celui de la pérestroïka et du monde des sous-mariniers (une élite) avec l’accident du sous-marin Oskar en mer des Barents avec 123 morts, sur fond de corruption; Ils vont tuer Robert Kennedy (2017)  intéressant aussi et très documenté que revisite l’histoire des années 60 et que reprend cette presque obsession de Dugain pour la famille Kennedy.

Transparence (2019) m’a laissé un relent de tristesse, c’est une dystopie avec une teneur assez proche d’une réalité actuelle.

Dans cette dystopie le texte est écrit par une femme condamnée par une maladie grave et qui choisira de disparaitre sans laisser de traces vers les années 2068. Cette femme est une folle illuminée, une sorte de Cassandre sans ses ébats, et diaboliquement intelligente,  manipulatrice, qui a fait fortune en montant une société appelée Transparence qui permettait de choisir un partenaire en se servant d’un logiciel riche de données très personnelles (QI, psychologie, goûts, profil ADN, sexualité, etc); le cross-match de ces données permettait de profiler les gens  et les apparier dans les meilleures perspectives de réussite. Riche de cette expérience très lucrative elle va se revêtir de dons messianiques pour fonder avec autre 12 partenaires très choisis, une autre société appelée Endless, un programme qui permet l’immortalité sans la possibilité de se reproduire à condition d’être « choisi » par ce programme. A partir de cette idée fumeuse, elle et ses acolytes vont monter une  escroquerie à l’échelle planétaire grâce à leur collection de millions de données…

À l’ère de la globalisation  sauvage, toute la planète tomberait dans le panier y compris la toute puissante Google qui travaille sur l’IA et le concept d’immortalité. Ainsi, pour cette folle illuminée, la planète Terre pourrait être dominée par LA Révolution Numérique et ses effets pas toujours profitables pour le commun des mortels.

Le scénario fait froid dans le dos car les humains apparaissent plutôt comme des inhumains mus exclusivement par l’appât du gain et rien d’autre avec notre planète transformée dans une vaste poubelle destinée à une inéluctable disparition. On lit aussi une critique acerbe envers l’actuel Président des EEUU car l’année 2020 est très souvent citée en référence; dans ce texte, Donald Trump est appelé « le Peau-Rouge des Blancs suprémacistes » qui flatte les instincts les plus vils d’une partie considérable de ses concitoyens, un Trump, un  escroc de l’immobilier devenu présentateur de télé-réalité.

Un livre assez cérébral, totalement dénué de sentimentalité où émerge le spectre terrifiant du réchauffement climatique.

TRANSPARENCE, Gallimard 2019,  ISBN 978-2-07-279703-3