Archive | octobre 2018

Rouge-gorge (3) de Jo Nesbø

Résultat de recherche d'images pour "jo nesbo rouge gorge"

Jo Nesbø est un écrivain et scénariste norvégien (Oslo 1960), auteur de polars et de livres pour la jeunesse. Son héros récurrent est l’inspecteur Harry Hole, un stéréotype d’inspecteur entre ours-alcoolo-tabagique et loup solitaire qui utilise des méthodes peu orthodoxes pour résoudre les cas, mais qui néanmoins est le meilleur dans sa branche. Les épisodes peuvent se dérouler en Norvège ou à l’étranger.

L’auteur Jo Nesbø a vendu plus de 34 millions d’exemplaires de par le monde et il a été traduit dans plus de 50 langues. C’est tout à fait impressionnant.

Un film est sorti en novembre 2017 sur son livre Le Bonhomme de neige (2007) avec Michael Fassbinder dans le rôle d’Harry Hole: cela correspond au septième opus avec ce détective.

J’ai commenté en mars 2018 mon premier Jo Nesbø: La Soif (2017),  le 11ème de la série et je suis restée pas mal impressionnée  souhaitant en lire d’autres mais dans l’ordre: L’homme chauve-souris (1997) est le premier de la série, commenté en avril 2018, un livre qui m’a plu moyennement car j’ai trouvé qu’il faisait un peu catalogue touristique sur l’Australie, brodé autour de l’assassinat d’une jeune norvégienne; dans le livre on comprend pourquoi l’inspecteur Hole est envoyé aux antipodes par sa hiérarchie: c’est pour se faire pardonner une bourde professionnelle énorme qui a valu la mort d’un collègue alors que l’inspecteur était passablement imbibé d’alcool. En juillet 2018 j’ai commenté le N°2 Les cafards 1998), qui se déroule en Thaïlande où Harry Hole doit résoudre un cas délicat de meurtre d’un diplomate norvégien dans des conditions plus que louches.

Rouge-gorge (2000) est le N°3 avec Harry Hole et cette fois nous sommes en Norvège. Cela a été pour moi une lecture plus que laborieuse car je me suis ennuyée par moments. Disons que j’ai dû lire une centaine de pages avant de comprendre clairement les tenants et aboutissants, puis 300 pages pour ressentir que la lecture devenait palpitante.

Et pourtant le sujet est intéressant: la Deuxième Guerre Mondiale et les soldats norvégiens engagés dans les troupes allemandes, partis faire la guerre avec les allemands. Beaucoup en sont morts et les rescapés ont soit déserté à Leningrad, soit regagné la Norvège où ils furent considérés comme traitres à la Patrie et emprisonnés. Dans ce contexte de nazisme s’insère la trame de Rouge-Gorge qui navigue entre 1944 et l’année 2000 autour de l’existence de groupes néonazis en Norvège et en Suède.

Le pauvre Harry Hole, trois ans après l’affaire thaïlandaise et qui n’est pas tout à fait guéri de son alcoolisme intrinsèque, tout en étant un policier hors pair, va être embarqué dans ces milieux interlopes de néonazis après une bavure (encore une!) avec les services secrets américains à l’occasion d’une visite du président des USA en Norvège et aussi après la terrible mésaventure de sa coéquipière Ellen. La hiérarchie va l’assigner au SSP (Service de Surveillance de la Police) comme une façon de le mettre à l’abri. Au sein de cette branche de la police, il fera la connaissance de Rakel Fauke, une belle femme qui travaille dans le même service et avec qui il se trouvera très vite des atomes crochus. Mais c’est sans compter que Berndt Brandhaug, un conseiller aux Affaires Étrangères (qui ressemble comme une goutte d’eau à DSK…), a jeté aussi son dévolu sur la belle et dans ce cas, la hiérarchie ne trouve rien de plus normal que de délocaliser Hole et de l’envoyer au fin fond de la Suède « surveiller » des groupes néonazis…

Mais le pauvre Harry reviendra très vite à Oslo car l’affaire se complique et on a tellement besoin de lui…

J’ai trouvé toute cette affaire tellement compliquée, tarabiscotée, avec beaucoup trop de personnages qui surgissaient à l’improviste, porteurs de noms difficiles à mémoriser et à différencier. Bref, par moments je pédalais dans la choucroute et cela m’a été désagréable. Le côté sympa du roman tient aux chapitres ultra courts, mais tout de même il faut tenir 600 pages en édition de poche !

Et Rouge-Gorge dans tout cela ? C’est le surnom de Gudbrand Johansen quelqu’un que l’on recherchera longtemps dans le roman et qui pensait que la façon « la plus humaine » de tuer, c’était à la baïonnette en coupant la carotide. Le seul moment jouissif du roman, c’est quand il dégomme Berndt Brandhaug, le magnifique salopard.

Attendons le N°4 et la rédemption avec ce cher Harry Hole.

ROUGE-GORGE, Folio Policier 450, 2018 (JN 2000),  ISBN 978-2-07-270809-1

La plaza del Diamante de Mercè Rodoreda

Résultat de recherche d'images pour "merce rodoreda" Mercè Rodoreda es  una gran escritora española de lengua catalana (Barcelona 1908-Gerona 1983), traducida a más de 40 idiomas y que cultivó varios géneros: poesía, teatro, cuentos y sobre todo, novelas. Desde 1929 empezó a considerar la escritura como un oficio y cada día se encerraba en un palomar azul de la casa materna que le sirvió de inspiración para escribir La plaza del Diamante. En el año 2008 se celebró el « año Rodoreda » para recordar el centenario de su nacimiento.

La producción literaria catalana de la posguerra se diferencia de la española porque se produjo generalmente en el exilio o de forma clandestina.

Leí de Mercè Rodoreda  Espejo roto (1974) considerada como su obra más ambiciosa y perfecta: la saga de una familia catalana que comienza con el matrimonio del patriarca con una mujer de baja extracción aunque preciosa que había cometido un desliz. Cuando la mujer enviuda se vuelve a casar con otro hombre rico que trae al hogar un hijo ilegítimo que se enamorará de su media hermana. ¿Y el espejo? pues para la escritora un espejo refleja y en la novela la autora refleja la vida y lo escrito sobre esta familia que son solo fragmentos de  vida; el espejo a lo largo de la vida era solo un espejo roto.

La plaza del Diamante es una obra maestra y es arduo escribir un billete sobre una obra tan rica y compleja.

En todas las obras de Rodoreda la protagonista tiene un vacío existencial, encontrándose abandonada de todos y sin una función concreta.

La plaza el Diamante (1962) la escribió en Ginebra en 1960, durante el exilio; la novela se considera como la obra más importante de la narrativa catalana de la posguerra, ambientada en el barrio popular de Gracià en Barcelona; es una novela histórica, psicológica, costumbrista y universal que da para varios niveles de lectura, con muchas metáfóras y simbolismos.

El libro corresponde a una estructura de Bildungsroman o novela de formación porque seguiremos paso a paso el destino de Natalia desde su formación individual y luego colectiva (relacionada con un tiempo histórico dramático) hasta la madurez y una metamorfosis. La novela versa sobre el aislamiento, la soledad y el silencio de una mujer de esa época y en esas condiciones.

La obra de Rodoreda se ha comparado  con la de Virginia Woolf por el estilo y la capacidad descriptiva y se caracteriza por un fuerte simbolismo utilizado para expresar los pensamientos internos de los personajes y por la presencia en la obra de personajes femeninos de diferentes estratos sociales y culturales

Se hizo de La plaza del Diamante une serie para la TV española en 1982 con Silvia Munt en el rol de Natalia/Colometa  con Francesc Betriu como director, es excelente y muy fiel al libro utilizando el texto casi al pie de la letra. La serie de 4 episodios de 50 minutos puede verse gracias a la filmoteca de RTVE en Internet. Hay una buena impresión de la Barcelona gótica.  En 2014 la obra fue llevada al teatro con Lola Flores en el rol protagónico.

Résultat de recherche d'images pour "affiche serie TV la plaza del diamante"

LA NOVELA : la novela tiene una estructura circular porque comienza y termina en la plaza del Diamante, una plaza del barrio de Gracià (erigida sobre un terreno comprado en 1860 por un joyero). La plaza es una metáfora de libertad para Natalia, una chica como tantas, de clase obrera cuya vida y esperanzas fueron destrozadas por la Guerra Civil. Natalia va  a pasar de la potestad del padre a la potestad de un marido que la aniquila totalmente, robándole hasta el nombre decidiendo que se llamará Colometa (diminutivo de coloma o paloma pequeña en catalán).

Natalia vive con su padre y la segunda esposa de éste, trabaja en una pastelería hasta que conoce a Quimet en la fiesta de San Juan en la plaza del Diamante. A partir de este encuentro, Quimet decide de todo, la aniquila como persona y la llama Colometa o María. La pareja tendrá dos niños y vive bien aunque Quimet es algo desaprensivo y soñador, violento y tiránico en su hogar, es el reflejo del rol paternalista. Quimet sueña hacer fortuna con la crianza de palomas y toma para ello parte del espacio de libertad que tenía Colometa en el terrado de su apartamento y decide construir allí un palomar. Las palomas invadirán el espacio de Colometa que comienza a odiarlas. Estas palomas en el relato son un símbolo (entre otros tantos símbolos como el color azul, las flores, el gato de la suegra, los lazos de la suegra, el embudo etc). Las palomas aquí tienen un símbolo de sujeción y de fragilidad pero no de libertad porque están enjauladas exactamente como Colometa. La construcción del palomar es otro elemento simbólico que supone un microcosmos social donde todas las clases están representadas por tantos estilos de palomas diferentes.

La actitud de rechazo de las palomas será la primera rebeldía de Colometa y un paso hacia su madurez y la recuperación de una identidad.

Quimet partirá a la guerra y no volverá como muchos, dejando una viuda y dos niños totalmente desamparados. Es tal la miseria de Colometa que la pobre mujer piensa envenenar a sus hijos con aguafuerte y luego suicidarse, pero un tendero del barrio que la conocía bien a última hora le tiende la mano y le propone primero ayuda y luego matrimonio. Es un matrimonio blanco porque el buen hombre ha quedado lisiado después de la guerra.

Gran parte de la novela funciona con un monólogo interior donde Colometa habla y comenta su vida de manera simple, casi simplona, pero sincera e inocente; los años se suceden desde antes de la Segunda República (capítulos I a XVII), pasando por la Guerra Civil (capítulos XVIII a XXXII) hasta la posguerra (capítulos XXXIII a XLIX) . Es más o menos de los años 1928 a los 50 y tantos.

Los espacios domésticos de Natalia/Colometa son cerrados contrastando con los espacios masculinos que son abiertos. Colometa circula primero en el apartamento del padre y la pastelería donde trabaja, luego en el apartamento de Quimet, luego en el apartamento donde ejerce de criada para terminar en el apartamento de su segundo marido.

Las calles en la novela (Colometa tiene miedo de la calle Mayor) son metáforas de cierta fuerza social que le impide avanzar en la vida. Al principio de su vida Colometa tiene miedo de los espacios abiertos y se confina en sus cuatro paredes. En cambio en el período de su madurez su agorafobia se transformará en claustrofobia y elle busca los parques y jardines abiertos y con flores (pasión de Rodoreda).

Al final de la novela Natalia está preparada para reconstruír su personalidad y parte a visitar los lugares donde vivió armada de un cuchillo que simboliza la ruptura con lo anterior. Así, dará un alarido descomunal como para romper el silencio y la pasividad de su pasado.

Una obra de una gran riqueza interpretativa que con tanto simbolismo me recuerda lo mejor de la obra de la escritora chilena María Luisa Bombal una contemporánea (1910-1980).

LA PLAZA DEL DIAMANTE, Pocket Edhasa 2009 (MR 1962),  ISBN 978-84-350-1841-8

Témoin involontaire de Gianrico Carofiglio

Résultat de recherche d'images pour "témoin involontaire" Gianrico Carofiglio est un magistrat, écrivain et homme politique italien (Bari 1961).

Témoin involontaire (2002) est le premier tome d’une série avec l’avocat Guido Guerrieri de la ville de Bari; quatre autres tomes sont déjà publiés et traduits en français. Un film pour la TV italienne fût tourné en 2007 par Alberto Sironi et vous pouvez le voir sur Youtube en italien sous le titre original de Testimone inconsapevole (durée 1h47); avec Emilio Solfrizzi dans le rôle de l’avocat Guido Guerrieri. C’est un film à part entière très fidèle au texte, avec moins de détails quotidiens que dans le livre, très axé sur le procès et avec une fin modifiée par rapport au livre qui va « plus vite » avec la relation entre Guido et Margherita.

Dans ce premier tome Carofiglio développe richement l’art du contre-interrogatoire avec ses modèles d’interaction et c’est intéressant.

Ce livre m’avait été chaudement recommandé et je dois avouer que au début j’ai été décontenancée par cette lecture en me disant « mais, qu’est-ce que j’ai à faire des mésaventures de cet avocat avec un profil de loser, de anti héros? ». Puis, lorsque l’humour ravageur du personnage et l’explication de sa dépression furent évidentes, j’ai trouvé que la lecture était très addictive, plus intéressante que bien d’autres lectures similaires et sémillante de détails de la quotidienneté de l’avocat! La richesse du texte va jusqu’à nous donner une recette de cuisine (les polpetti de poulet que je vous donnerai en fin d’article) et un vin de la région de Lecce (Pouilles) que j’ai réussi à trouver dans un magasin de vins italiens et qui est délicieux, velouté et équilibré : le Salice Salentino-Riserva que je vous recommande (attention, il titre 16°5).

Le polar tourne autour d’une affaire judiciaire relativement simple : un Sénégalais, Abdou Thiam,  vendeur à la sauvette sur une plage de Bari est accusé du meurtre d’un petit garçon de 9 ans qui réside tous les étés à Bari avec les grands parents et qui fréquente la plage tous les jours; il était ami avec Thiam. Tout, absolument tout accuse le Sénégalais. L’avocat pénaliste Guerrieri, sera contacté afin d’assurer la défense de Thiam et peu à peu sera convaincu de la sincérité de l’accusé. Le procès ira aux assises et la plaidoirie est essentielle pour convaincre les jurés. Aucun détail ne peut être négligé car Thiam risque la peine à perpétuité.

La deuxième partie du roman développe la construction de la défense. C’est intéressant et instructif.

L’intérêt de ce polar pour moi n’est pas dans la partie judiciaire mais dans tout ce qui entoure la vie de l’avocat et la psychologie de Guido Guerrieri.

Ce livre me rappelle le cinéma italien néoréaliste de la post guerre avec une  foultitude de petits détails contenus dans la narration qui sont d’une richesse incroyable comme dans la tétralogie d’Elsa Ferrante : c’est très cinématographique.

Il faudra suivre la trajectoire de Guido Guerrieri car le lecteur est bien conscient qu’il va entamer sous nos yeux une nouvelle relation sentimentale avec l’énergique Margherita…

POLPETTIS  DE POULET (=CROQUETTES): cuire puis hacher le poulet avec 100 grammes de jambon cuit. Mettre le tout dans un saladier avec un oeuf, du parmesan râpé, une pincée de noix muscade, sel et poivre. Mélanger à la cuillère de bois puis former les croquettes avec les mains, grosses comme un oeuf. Les passer dans un autre jaune d’oeuf battu avec un peu de sel et une goutte de vin. Rouler les croquettes dans la chapelure mélangée avec un soupçon de noix muscade et les faire dorer à feu modéré dans de l’huile d’olive. Accompagner  d’un Salice Salentino ou n’importe quel autre vin sous la main. Buon appetito.

NB : ni la quantité de poulet ni le vin pour la préparation ne sont donnés; la recette figure page 103.

TÉMOIN INVOLONTAIRE, Rivages/Noir 658, 2018 (GC 2002),  ISBN 978-2-743-61-7202

El fin de la historia de Luis Sepúlveda

Résultat de recherche d'images pour "el fin de la historia luis sepulveda"

Luis Sepúlveda es un escritor, periodista y cineasta chileno (Ovalle 1949), autor de cuentos y novelas. El hombre fue un verdadero globe- trotter entre los años 1983 y 1988. Desde 1997, el escritor reside en Gijón, España.

Como escritor, saltó a la fama en 1992 con su precioso libro Un viejo que leía novelas de amor, una novela que fue el resultado de la convivencia durante 7 meses con los indios shuar o jíbaros en la selva ecuatoriana. Este libro fue llevado dos veces al cine : por el chileno Miguel Littin en el 2000 y por el australiano Rolf de Heer en el 2001, película que vi y que me gustó, con Richard Dreyfuss en el papel del viejo; el libro se vendió a más de 18 millones de ejemplares y  fue traducido a 14 idiomas.

Le he leído varios libros, aunque suelo encontrarlos algo desiguales en interés; en todo caso  me gusta su escritura sencilla, llena de anécdotas y aferrada a un realismo social y geográfico; la escritura de Sepúlveda  aparece como una evolución del neorrealismo hacia nuevas tendencias.

Comenté en octubre 2016 su compendio de 12 cuentos La Lámpara de Aladino (2008), varios de los cuentos me resultaron muy bonitos y en septiembre 2018 comenté su cuento-fábula Historia del caracol

El fin de la historia (2017) me gustó y no me gustó. Me explico. Me gustó por la manera tan personal que tiene Sepúlveda de escribir, sencilla y ágil, con toques de alta chilenidad y con pinceladas de humor muy al pasar que me hacen sonreír. O sea, una lectura entretenida.

Lo que no me gustó fue la trama de esta novela que encontré enrevesada, sobrecargada de personajes que salían como diablos de una caja, novela llena de rusos y de guerrilleros de todo pelaje. Y tres personajes chilenos que pudieron ser mejor esquizados pero que me resultaban como un cabello en una sopa chilena. Son tres esbirros formados a la dura, asesinos sicarios : Belmonte, Espinoza y Salamendi, con un curriculum vitæ digno de los servicios secretos israelíes y que se darán un gusto en escribir el fin a la historia (página 84). Lástima que sea poco claro el final e incluso la historia misma,  que por lo demás terminará bien terremoteada « a la chilena ».  Hay detalles al por mayor sobre guerras- guerrillas en los cuatro puntos cardinales con toneladas de datos balísticos y otras pesadeces.

Una curiosidad es que uno de los personajes, si no el principal es Juan Belmonte (con nombre de torero) que ya había surgido en la novela de Sepúlveda Nombre de torero (1994).

Una lectura en la cual tenía altas expectativas, pero que me dejó algo perpleja.

EL FIN DE LA HISTORIA, TusQuets-Andanzas 2017,  ISBN 978-84-9066-416-2

Glaise de Franck Bouysse

Résultat de recherche d'images pour "glaise franck bouysse"

Franck Bouysse est un écrivain français de romans noirs (Brive-la Gaillarde 1965); il se dédie à l’écriture de façon exclusive depuis 2014.

C’est un auteur qui m’a fait grande impression car il m’a métaphoriquement « décoiffée » avec Grossir le ciel (2014), son neuvième roman qui  se déroule dans les Cévennes, un livre commenté  en juillet 2018; après cette expérience j’ai eu très envie de relire d’autres ouvrages et ce fut Plateau (2015) qui se déroule en Haute Corrèze, commenté en septembre 2018  que j’ai trouvé, certes très beau et fort, mais dont la prose m’a paru un peu touffu.

Glaise (2017) se déroule dans le Cantal et je dirais que sa puissance narrative se trouve au milieu du ton sec de Guérir le ciel et le ton un peu trop disert de Plateau…mais « la patte » de l’écrivain est maintenant reconnaissable entre toutes.

Ici nous avons encore une histoire assez rèche entre taiseux, entre ruraux durs à la tâche, des gens détenteurs de secrets enfouis et ayant entre eux des relations pour le moins complexes. L’action se situe en août 1914 dans le Cantal, quelque part entre St Paul-de Salers et le Puy Violent. La glaise est omniprésente dans le roman : celle du terroir auvergnat, celle des tranchées de la Grande Guerre, véritable cimetière à ciel ouvert des poilus et la glaise qui sculpte Joseph, 15 ans, l’un des personnages du livre.

Il y a 3 fermes impliquées dans ce récit.

La ferme de Chantegril des Lary avec Marie la vieille mère à la santé fragile, Victor son fils qui doit partir pour la guerre, marié avec Mathilde qui devra assumer les travaux de la ferme secondée de leur fils Joseph  âgé de 15 ans. Tout près habite Léonard, un vieux paysan qui aide tout le monde et qui est le mentor du jeune Joseph car n’ayant pas de descendance, Léonard l’a pris sous son aile. La femme de Léonard est Lucie, aujourd’hui impotente et aigrie, une ancienne raboteuse, plus ou moins sorcière, que l’on consulte encore dans le coin.

Puis il y a la ferme des Grands- Bois qui appartient à Valette, un type violent, sournois et envieux, vicieux et estropié d’un membre supérieur ce qui l’a empêché d’être enrôlé, marié avec Irène qu’il maltraite et père  d’Eugène, d’à peine 20 ans, parti aussi se battre. Dans cette ferme arrivera Hélène avec sa fille Anna qui sont venues se réfugier pendant la guerre, envoyées par le frère de Valette qui est aussi enrôlé dans l’armée.

Peu à peu entre toutes ces personnes va se créer une ambiance étouffante faite d’harcèlement physique, d’agressions verbales, de sous entendus, de secrets enfouis, de folie latente. Le huis clos relatif s’y prête bien et l’écrivain Bouysse est passé maître pour faire monter l’angoisse. Les pics de violence ne manquent pas au tableau lui donnant une touche d’hyperréalisme à la limite du supportable. En parallèle nous assisterons à l’éclosion d’un amour pur entre Anna et Joseph malgré l’adversité ambiante.

Cette fois la prose est aussi « envolée » par moments, moins chargée, mais toujours avec ces touches de poésie rude bien adaptées aux lieux. Un petit exemple ci-après page 48….une fois dehors, il sentit un peu de fraîcheur balayer son visage et la tension le quitter à pas comptés, pendant qu’alentour bafouillaient des animaux nocturnes. Il voyait le ciel illuminé, tordu par les montagnes. Joseph savait que les étoiles dansaient mieux au mois d’août. Il attendit que l’une d’elle, décrochée de quelque incroyable socle, traversât l’univers d’un infini à l’autre, prêt à jeter dans son sillage le seul vœu qu’il eût en tête. Elles ne manquaient pas d’habitude, ces étoiles-là, lors des claires nuits d’été, comme si une bouche céleste s’était amusée à les cracher à l’envi...

Un livre aussi envoûtant et hypnotique que les autres par la qualité de la prose, par la beauté dépouillée des lieux et par l’intensité animale des personnages dépeints.

GLAISE, La Manufacture de Livres 2017,  ISBN 978-2-35887-239-3

El asesinato de Laura Olivo de Jorge Eduardo Benavides

Résultat de recherche d'images pour "el asesinato de laura olivo"

Jorge Eduardo Benavides es un escritor peruano (Arequipa 1964). Su primera novela Los años difíciles (2002)la reseñé en septiembre 2012 : una novela política sobre los últimos años de la primera presidencia de Alan García; el libro hace parte de una trilogía de novelas políticas junto con El año que rompí contigo (2003) y Un millón de soles (2008), estas dos últimas no han sido leídas por mi.

Reseñé en enero 2018 su entretenida novela Un asunto sentimental (2012), una obra muy buena para ilustrar un relato metaliterario y un verdadero ejemplo en lo que se refiere a mezclar realidad y ficción con maestría; en esta obra aparece Laura Olivo. El enigma del convento (2014) lo reseñé en abril 2018 : una novela histórica entre la España post napoleónica y la ciudad de Arequipa de principios del siglo XIX.

El asesinato de Laura Olivo (2018), Premio de Novela Fernando Quiñones, es un policial  protagonizado por  un detective peruano en Madrid apellidado Larrazabal alias el Colorado. Es un policía que huyó de su país por exceso de probidad y que trabaja en Madrid para un abogado, también peruano, que será asesinado por los narcos. Arrienda un pequeño y primoroso departamento en el barrio popular de Lavapiés (qué nombre tan feo!) y la casera le propondrá la cesión del departamento en pago si logra elucidar un asesinato que acusa a todas luces a su sobrina, una joven periodista, Lucía Luján.

El investigador Larrazabal es muy simpático y es una mezcla de negro con vasco lo que descoloca un poco a los españoles. Y tiene una novia, una chica marroquí que lucha entre sus genes de cultura árabe y sus vivencias libertadoras. Es una chica de su tiempo y buena lectora que lleva su pasión hasta asistir a reuniones literarias. Hacen una linda pareja multicultural, abierta a la integración.

El interés del policial, a mi parecer, es que transcurre en los medios de la edición y de los escritores ya que la asesinada es nada menos que una famosa y poderosa agente literaria de Barcelona, Laura Olivo con muchos enemigos y razones para eliminarla aunque todo acusa  a la señorita Luján.

La novela tiene diálogos entretenidos, pero también bastante verborrea lo que hace que la lectura sea pesada por momentos. Lo que es interesante es el texto sobre los tejes y manejes de la gente que trabaja con la literatura : se verán fraudes, plagios, amenazas, envidias, celos, venganzas, resentimientos y animosidad. Hay muchos egos inflados inversamente proporcionales al talento de quienes los detentan (página 117) y todo esto en un ambiente de mercado editorial casi en naufragio por la crisis y también por la sobreabundancia de publicaciones, no todas de nivel interesante.

Aparecen en la novela varios nombres de escritores ficticios o muy reales como por ejemplo el del escritor chileno Jorge Edwards que juega un papel en la trama de la novela.

Una lectura que que logra entretener por momentos y que informa sobre el mundo editorial.

EL ASESINATO DE LAURA OLIVO, Alianza Editorial 2018,  ISBN 978-84-9181-052-0

Vous plaisantez, monsieur Tanner de Jean-Paul Dubois

Résultat de recherche d'images pour "vous plaisantez monsieur tanner"

Jean-Paul Dubois est un écrivain français (Toulouse 1950) qui a fait des études de Sociologie, ayant travaillé comme journaliste et grand reporter. Sa bibliographie est assez vaste: 15 romans et son oeuvre pose un regard désabusé et distancé sur le monde et les rapports humains; ses héros ont souvent une vie névrosée et ses personnages sont originaires de Toulouse comme lui même, mais il est aussi attiré par l’Amérique.

Il y a des choses récurrentes dans les romans de Dubois : le prénom Paul pour le héros,  ou d’Anna pour l’épouse; le rugby apparaît souvent, mais aussi  des accidents et des morts brutales. La voiture est aussi un sujet important dans certains de ses livres.

On dit que cet écrivain est vraiment lui même quand il est drôle dans la tragédie et lorsqu’il rend cocasses des situations tristes.

J’ai lu son roman Une vie française (2004) un livre qui m’a plu beaucoup : la vie en parallèle de Paul Blick avec l’Histoire de la France entre 1950 et 2004; il y a une confrontation entre une vie chaotique-atypique et l’Histoire de la Vè République, ses grandeurs et ses bassesses. Le rythme du livre est soutenu, dévorant, avec une tension psychologique hors pair et une fin bouleversante. La succession (2016), sélectionné pour le Prix Goncourt m’a plu aussi beaucoup, reconnaissant aisément ce style si particulier à l’auteur avec son humour décalé et aiguisé.

Vous plaisantez, monsieur Tanner (2006) est un court roman avec des chapitres ultra courts, facile à lire et hilarant en même temps que dramatique.

Le protagoniste, Paul Tanner hérite d’une belle demeure familiale mais en piteux état. Pour la restaurer il va vendre son ancienne maison et va entamer sous nos yeux un via crucis inimaginable avec la succession des corps de métiers nécessaires à la remise en état. Je pense que la plupart d’entre nous ont vécu au moins un épisode parmi tous les épisodes tragi-comiques arrivés à monsieur Tanner. On rit beaucoup, souvent jaune avec cette galerie savoureuse et moqueuse de personnages hauts en couleur. Les qualités humaines et professionnelles de la plupart des artisans ne sont malheureusement pas à la hauteur des attentes. Il y a des abus et des supercheries plus que de raison.

Il s’agit probablement d’un récit autobiographique en partie avec des anecdotes que monsieur Dubois a dû récolter par ci par là. Tout sonne terriblement vrai.

Un livre jubilatoire pour celui ou celle qui n’a pas de chantier en ce moment. Car si par malheur on traverse une période de travaux, il vaut mieux passer outre cette lecture afin de ne pas perdre le sommeil et son latin par la même occasion.

VOUS PLAISANTEZ, Collection Points 1705, 2007 (J-P.D 2006),  ISBN 978-2-7578-0474-2