Archive | juin 2018

Clínica Jardín del Este de Elizabeth Subercaseaux

Résultat de recherche d'images pour "elizabeth subercaseaux"

Elizabeth Subercaseaux es una escritora, periodista y columnista chilena (Santiago 1945); es bisnieta del compositor alemán romántico Robert Schumann y de Clara Wieck-Schumann. Actualmente vive en EEUU (Pennsylvania) con su segundo marido. Ha sido traducida a varios idiomas y su mayor éxito de ventas es en Alemania.

Elizabeth Subercaseaux dedicó un libro a su ilustre tatarabuela Clara Schumann La música para Clara (2014).

Le he leído varios libros y me gusta su estilo que encuentro divertido-chic y tan chileno. La trilogía llamada Barrio Alto comprende: 1) Vendo casa en el barrio alto (2009), un libro muy divertido sobre un corredor de propiedades de la mejor alcurnia, que realiza compra y venta de casas porque el hombre está al tanto de absolutamente todo lo que sucede en la clase alta. Hay una descripción de una franja de la sociedad chilena completamente « momia »(=ultraderecha), pero en plena mutación. 2) Compro lago Caburga (2011) narra la especulación inmobiliaria alrededor de este lago Caburga armada por el corredor de propiedades, más un amigo especulador y un chino con las mil peripecias para adquirir los terrenos y la entrada en política del amigo. El tercer tomo es este, Clínica Jardín del Este (2013).  Otra obra leída es La Patria de cristal (2017), una novela histórica que abarca un siglo más o menos de la Historia de Chile y que no me gustó mucho porque hace de la Historia de Chile una especie de culebrón con los próceres de la Patria.

Clínica Jardín del Este es el tercer tomo de la trilogía Barrio Alto y me hizo reír a mandíbula batiente, pero también emocionar ante un caso humano de terrible alcance. La parte divertida narra la asociación especulativa del inenarrable Alberto Larraín Errázuriz con sus compadres de toda la vida para montar un business con las Isapres, esos seguros con que la gente de dinero cubre los gastos de salud. Pero aquí se trata de Cirugía Estética, rubro exclusivo para los happy few que pueden pagárselo. Hay situaciones tan cómicas y una crítica social tan acertada que me he reído de buenas ganas.

Por otro lado, surge en la historia una situación de un real dramatismo entre uno de los socios/amigotes de Larraín Errázuriz y una preciosa mujer misteriosa que no les voy a contar aquí porque menoscabará la lectura de esta estupenda novela.

CLÍNICA JARDÍN DEL ESTE, Catalonia 2013,  ISBN 978-956-324-150-1

Pourquoi j’ai mangé mon père de Roy Lewis

Résultat de recherche d'images pour "roy lewis" Roy Lewis est un écrivain, économiste et journaliste britannique (Felixstowe 1913-Londres 1996), spécialisé en sociologie et anthropologie. C’est un ancien de la London School of Economics.

Pourquoi j’ai mangé mon père est le titre en français du livre; ce titre est indiscret car il dévoile la fin de l’histoire, alors que cet ouvrage, publié en 1960 sous le titre de What We Did to Father, devenu The Evolution Man, est mieux adapté à mon avis.

C’est un petit livre de 170 pages qui se lit avec un sourire permanent, tellement il est plein d’anachronismes et d’anecdotes désopilantes qui nous ramènent en permanence à notre état de « modernité » décadente à partir de l’ère d’homo erectus.

Voilà une saga d’hominidés pithécanthropes vivant au pléistocène (=Paléolithique de l’Histoire), déjà un peu homo erectus mais encore arboricoles. Ils vivent en hordes et chassent pour survivre. Le chef de ce petit clan est Edouard, très progressiste, humaniste, visionnaire, réfléchissant en permanence en fonction de la horde à laquelle il veut du bien et ce bien doit émaner du progrès.

Sa première découverte va être le feu qu’il va ramener sur un brandon depuis le cratère d’un volcan en activité ! Cette découverte va entraîner des changements profonds et va permettre à la horde de se protéger mieux, de se chauffer, puis de cuire les aliments ce qui va faciliter la mastication et la digestion. Mais il ne restera pas là. Il va prôner l’exogamie. Améliorer l’utilisation du silex grâce au feu, découvrir l’arc…Ce sont des découvertes de premier ordre, que l’écrivain a rapprochés dans cette saga loufoque de quelques millions d’années.

Edouard a un frère, l’oncle Vania, complètement réac, anti-tout, râleur de première mais profiteur de première aussi. Lui, il ne veut rien changer, mais profite de tout. Il répète sans cesse une phrase comme un mantra Back to the trees !

Les enfants d’Edouard représentent déjà la génération qui veut le lucre afin d’obtenir une suprématie vis-à-vis des autres hordes. Et chacun d’entre eux va se démarquer par un trait particulier. C’est Ernest, le fils aîné qui est le narrateur de cette édifiante histoire.

Mais tant de progrès révolutionnaires vont finir par exaspérer les enfants parce que les autres hordes deviennent envahissantes, profiteuses et sans gêne, de telle façon que la petite horde d’Edouard avait du mal à maintenir le rang. Alors, les enfants  vont s’accorder et commettre le premier parricide de l’Histoire grâce à la dernière invention de leur père : l’arc. Ernest, notre narrateur, justifie l’acte comme un devoir qui leur incombait, celui de devenir humains, celui de tempérer le progrès par une sage prudence. Telle fut la fin de père en tant que chair. Et c’était celle qu’il eût désirée : être occis par une arme vraiment moderne et mangé d’une façon vraiment civilisée…

Un livre qui sous la dérision, incite à la réflexion. Une agréable et sympathique lecture à lire au deuxième degré car la teneur est riche en enseignements.

POURQUOI…Babel N° 215 1990 (RL 1960),  ISBN 978-2-7427-0844-4

Adiós a la familia de Braulio Arenas

Résultat de recherche d'images pour "braulio arenas" Braulio Arenas fue un poeta, dramaturgo y novelista chileno vanguardista (La Serena 1913-Santiago 1988), co-fundador del grupo de tendencia surrealista Mandrágora. Recibió el Premio Nacional de Literatura en 1984.

Adiós a la familia fue re-bautizada en 1938 con el título Sólo un día en el tiempo. La novela fue calificada por el propio autor como novela sentimental y publicada en 1961 tras 50 años de retoques !  La novela tiene un estilo entre poético y humorístico, con una neta posición « anti sentimental » como aquella de ciertos escritores europeos como Apollinaire (cf El poeta asesinado).

Es una lectura en la cual tenía grandes expectativas, pero que me ha dejado poca impresión. Nada de especial: una historia prístina, ningún manierismo, una prosa  correcta y un « no-sé-qué » de realismo mágico precursor más que de surrealismo. Un « toquecito » que me hizo recordar el estilo de la genial escritora chilena María Luisa Bombal (una coetánea de Arenas) .

Es un autor muy admirado por el escritor argentino César Aira, que le alaba Los esclavos de sus pasiones (1975), calificándolo como una joya rara (y una novela experimental según el autor).

El relato se articula alrededor de Leopoldo, un joven que va a morir de una enfermedad del corazón a breve plazo; lo sabe él, su familia y sus amigos. Especialmente sus amigas que se desviven por hacerle el resto de vida lo más placentera posible. Tenemos 5 mujeres alrededor de Leopoldo y cada una de ellas tiene una proyección de su personalidad. Las 5 se van a sacrificar por él sin lograr salvarlo. El relato abarca casi un siglo de acontecimientos nacionales e internacionales que darán relieve al conjunto. El grupo de jóvenes se conoce durante las vacaciones de verano de 1929 en un elegante balneario chileno;  Leopoldo debe dejar el colegio porque está condenado.

Pero la amistad sigue y los jóvenes se ven y pasean por una ciudad bastante acogedora en aquellos años. El grupo tiene como figura de líder al condenado a muerte, pero el destino irá dislocando al grupo y las cosas no resultarán de la manera tan lineal que el lector esperaba: una de las chicas partirá de viaje a Europa por dos años, otra se pondrá de novia, otra se suicidará tras el quiebre de la Bolsa de New York en 1929 con la consecuente bancarrota del padre, otra tendrá un accidente mortal, etc.

El mensaje es claro : a partir de una situación que no tiene otro desenlace posible y que se espera a corto plazo, surgen situaciones nuevas e inesperadas que alteran el final.

ADIÓS A LA FAMILIA, Editorial Universitaria 2000 (BA 1999),  ISBN 956-11-1545-X

Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates de Mary Ann Shaffer & Annie Barrows

Résultat de recherche d'images pour "mary ann shaffer annie barrows" Mary Ann Shaffer est une éditrice, bibliothécaire puis libraire américaine (Virginie 1932-2008) qui a fini ce livre avec l’aide de sa nièce Annie Barrows (San Diego 1962):un roman épistolaire inoubliable, paru en 2008 sous le titre The Guernesey Literary & Potato Peel Society. Annie Barrows quant à elle,  est une écrivaine américaine auteur de livres pour enfants, détentrice d’un BA à Berkeley sur Histoire Médievale. L’aide d’Annie Barrows a été nécessaire lorsque la santé de Mrs Shaffer devint défaillante. Ce livre reçut le prix du Meilleur Livre par le Washington Post l’année de sa parution. C’est un livre qui a rencontré un grand succès et qui a été traduit déjà dans plus de 32 langues.

Mary Ann Shaffer découvrit Guernesey en 1976 et se décida à écrire sur cette île Anglo-Normande qui fût le seul territoire britannique occupé par les allemands lors de la DGM.

Ceci est une relecture après la sortie, la semaine avant-dernière, du film éponyme du britannique Mike Newell que j’ai trouvé très réussi; en même temps je me rendais compte que j’avais pas mal oublié les détails du livre qui m’avait laissé à l’époque un très bon souvenir. Et quel plaisir de découvrir à l’affiche du film deux excellentes actrices de la série Anglaise Downton Abbey : Lily James (Juliet Ashton) et Penelope Wilton (Mrs Crowley).

Très curieusement cette relecture m’a laissé un peu moins enthousiaste que la première fois, tout en lui conservant des côtés très-très agréables bien que j’ai ressenti certaines longueurs et un côté assez désuet.

Tout d’abord le sujet historique, peu exploité, voire méconnu, est intéressant. Ces îles Anglo-Normandes « oubliées » par Churchill qui n’a pas voulu les ravitailler pendant l’occupation en se disant que ces denrées allaient être confisquées par les allemands et nourrir ainsi les troupes d’occupation. Cette population civile a réellement connu la faim la plus atroce de tous les territoires occupés et si la population n’est pas morte de faim, c’est parce qu’ils mangeaient la croûte des arbres et les pissenlits par la racine ou peu s’en fallait… Hitler avait envoyé pas moins de 16 000 prisonniers de guerre dans ces îles, prisonniers qui étaient traités comme des esclaves pour construire des fortifications.

Puis il y a le côté si Anglais et si charmant du roman, avec cet humour so British, fait de dérision et de détachement (et Bravo! aux auteures américaines d’avoir su imprimer cette ambiance). Il y a aussi la qualité des personnages secondaires, tellement dotés de  profondeur humaine, chacun avec son propre positionnement face à une réalité très dure. L’Occupation est décrite du point de vue exclusif des îliens, sans interférences extérieures. Un autre point de vue intéressant est celui des occupants: à la fin de cette guerre, ces « pauvres » allemands furent « oubliés » et abandonnés à leur sort par leur État Major : ils crevaient de faim et ne savaient pas à quelle sauce ils allaient être mangés, car des deux côtés, il n’y avait pas de communication.

L’histoire est simple. Une jeune écrivaine Anglaise à succès, Juliet Ashton, reçoit de la part de Dawsey Adams, un fermier de Guernesey,  une demande de documentation sur un très bon auteur Anglais (Charles Lamb). Juliet, généreuse et ouverte, lui en envoie un tome via son éditeur londonien. Ainsi, au fil des lettres, va s’instaurer une correspondance suivie entre Juliet et Dawsey. Peu à peu, Juliet Ashton saura qu’il existe un club littéraire sur l’île, qui a été crée dans le but d’abuser les allemands et de se réunir pour ripailler autour d’une rare nourriture cachée aux occupants. Un des membres du club avait imaginé cuisiner une tourte avec les épluchures de patates…(fort dégoûtante, d’ailleurs)… De cette manière, Juliet Ashton a le sentiment qu’il existe un très bon sujet de roman, d’autant plus qu’elle est en manque d’inspiration.

Au lendemain de la guerre Juliet va partir pour Guernesey rencontrer tous ces gens qui ont échangé une correspondance avec elle et nous aurons droit à la deuxième partie du roman qui va s’ourdir de visu avec le groupe. C’est très humain, très bien vu, drôle et triste à la fois comme la vie même.

Ci-après l’affiche du film:

Résultat de recherche d'images pour "affiche film le cercle littéraire"

 

 

LE CERCLE LITTÉRAIRE, 10/18 domaine étranger 2009,  ISBN 978-2-264-05351-0

La herida de Jorge Fernández Díaz

Résultat de recherche d'images pour "la herida jorge fernandez diaz"

Jorge Fernández Díaz es un periodista y escritor argentino, nacido  en Buenos Aires en 1960 (barrio de Palermo) . Fundador de la revista cultural « adnCultura » junto con otro periodista y amigo, hoy día fallecido,  Tomás Eloy Martínez; esta revista fue  reconocida en 2009 con el Premio Atlántida.

El escritor Jorge Fernández Díaz Tiene un estilo muy personal, irónico y  sentimental, lo que me gusta. Su formación de periodista hace que sus escritos sean muy informativos.

Ya fueron comentados en este blog 4 libros de JFD: « Las mujeres más solas del mundo » en enero de 2013, « Alguien quiere ver muerto » a Emilio Malbrán » en junio 2013, « El puñal » en abril 2015 y « Te amaré locamente » en agosto 2016.

La herida (2017) es una secuela de El puñal con el protagonismo de Remil, el pistolero a sueldo de los servicios secretos argentinos, Remil como hijo de las remil putas como lo calificaban durante la guerra de las Malvinas. es un esbirro despiadado aunque sentimental a la orden del coronel Cálgaris que lo maltrata y desprecia. Es una novela que se ha vendido a más de 65 000 ejemplares en Argentina y que va por la tercera edición. Una película se prepara de El puñal.

Este tomo me ha gustado muchísimo menos que el primero por denso y algo verboso, por enrevesado hasta sentirme por momentos perdida entre los personajes y la acción.

Hay 2 líneas directivas en esta novela :  1) la búsqueda de una monja de origen italiano desaparecida de los barrios bajos de Buenos Aires donde ella tenía una permanencia en medio del narcotráfico comanditado por unos gangs peruanos. Remil partirá en busca de la monja a Italia, pero en Nápoles será el objeto de una encerrona que lo va a ridiculizar totalmente ante su cuerpo laboral, lo que indignará al coronel Cálgaris que lo mandará a la Patagonia y 2)  tendrá que proteger en Patagonia a dos señoras que trabajarán la imagen pública de un gobernador: una es estratega en comunicación y la otra es una diva del cine, dos personajes muy bien perfilados. De esta manera tendremos una descripción detallada de lo que puede ser la corrupción, la colusión en política (aquí y en la quebrada del ají…). El periodista utiliza la ficción para darnos un panorama atroz de una realidad quizás peor…

El final de la novela es algo abierto por lo que habrá probablemente otra entrega.

LA HERIDA, Destino 2017,  ISBN 978-84-233-5319-4

Mélodie de Vienne d’Ernst Lothar

Résultat de recherche d'images pour "ernst lothar" Ernst Lothar, de son vrai nom Lothar Ernst Müller fût un écrivain, directeur de théâtre et scénariste autrichien (Moldavie 1890-Vienne 1974). La famille Müller s’installe à Vienne en 1897 où Lothar suivra des études de Droit. Il va se consacrer à l’écriture à partir de 1925 et fréquentera Stefan Zweig, Robert Musil, Joseph Roth. Ce livre, Mélodie de Vienne fut publié en Anglais en 1944 sous le titre L’ange à la trompette. Histoire d’une maison et en Allemand en 1946, lors du retour à Vienne de l’auteur qui avait fui le nazisme en 1938, s’installant à New York.

Ce vaste roman n’avait pas été réédité depuis 1963 et l’oeuvre a été redécouverte en Italie en 2013. C’est un bijou littéraire.

Dans les années d’après-guerre ce livre fut un best seller et il a été porté à l’écran en 1948 par Karl Hartl avec un grand succès populaire, on peut le voir sur Youtube en Allemand sous le titre Der Engel mit der Posaune ( youtu.be/QR7WcFd8uqc).  Une deuxième version cinématographique en 1950 fut filmée par le britannique Anthony Bushell.

Ce vaste roman est la saga de la famille Alt, des facteurs de pianos de père en fils et le livre s’articule autour de leur vaste demeure sise au 10 Sielerstätte, au coeur de Vienne. L’ancêtre Christophe Alt avait fabriqué un piano sur lequel a joué Mozart et la famille garde cette pièce comme un trésor dans leur salon jaune, une salle réservée aux réceptions.

La famille Alt au complet reside dans cette maison qui est divisée en appartements. Tous les personnages de cette vaste famille sont intéressants et bien esquissés. Nous serons les témoins privilégiés des avatars d’une  famille autrichienne mais derrière la saga des Alt l’auteur nous livre l’histoire de l’Autriche entre 1890 et 1940 environ.

L’ascension sociale de cette famille dans le cadre rigide de la société impériale austro-hongroise du XIXè siècle, oblige les Alt à se conformer aux règles de la Haute Société Viennoise.

Franz Alt est issu de la troisième génération, il tombera amoureux de la belle Henriette Stein qui a des origines juives, ce qui déplaira au clan Alt. Le mariage se fera contre tous et ce sera un mariage mal assorti malgré la naissance de quatre enfants dont le dernier est adultérin. Henriette a des moeurs trop libres pour l’époque. Les deux fils ainés son totalement différents : l’aîné, Hans sera le préféré de sa mère et deviendra un patriote; le deuxième Hermann s’opposera à la famille et deviendra pro nazi.

La fabrique de pianos va subir les temps nouveaux avec la révolte des ouvriers puis la réquisition par les nazis dans le cadre de la réorganisation des milieux d’affaires en raison des deux ascendances juives (la mère de Hans et Selma son épouse).

Le choc culturel fut particulièrement violent en Autriche à la fin du XIXè siècle, ce qui va secouer toutes les classes sociales mettant en cause les fondements même du pouvoir et de la légitimité. Ceci explique l’exceptionnelle éclosion culturelle de Vienne à cette époque.

Derrière la saga de la famille Alt défilent des faits historiques de premier plan tels que la fin de l’Empire austro-hongrois avec François-Joseph qui, au cours de 70 ans de règne, ne vit pas venir les changements, puis le suicide du Prince héritier Rodolphe (amant d’ Henriette dans le roman), l’assassinat de l’Archiduc François-Ferdinand à Sarajevo, la Première Guerre Mondiale, l’essor du mouvement ouvrier, la montée du nazisme et l’Anschluss de l’Autriche…

Drôle de pays cette Autriche. Dans le roman page 288 Fritz Alt , frère de Hans, opine ainsi…D’accord, ailleurs qu’en Autriche on dirait que c’est de la folie ! Mais en Autriche, la folie procède de la méthode. L’Autriche est une communauté obligée, ça ne t’avait jamais frappé? Une cohabitation d’éléments disparates ! Les Tchèques détestent les Allemands. Les Polonais les Tchèques. Les Italiens les Allemands. Les Polonais les Tchèques. Les Italiens les Allemands. Les Slovaques les Tchèques. Les Slovènes les Slovaques. Les Ruthènes les Slovènes. Les Serbes les Italiens. Les Roumains les Ruthènes. Et les Hongrois tout ce qui n’est pas eux…Ceci donne une idée du rempart qui a constitué l’Autriche face à tant d’identités différentes, sans compter que l’Autriche est une frontière occidentale de l’Europe.

L’Autriche vue du dedans donne l’ampleur de la décadence dans laquelle elle s’est peu à peu enlisée. L’héritier de l’Empire, l’Archiduc Rodolphe, ne voulait pas régner car malgré une névrose, il percevait  ce qu’il y avait de faux et d’apprêté dans le système. Page 85 on peut lire des choses terribles de la part de Rodolphe envers l’Empereur, son père…La médiocrité, oui! Voilà ce qu’il adore! Surtout ne pas attirer l’attention! Sauver les apparences! Une amie pour causer, rien d’autre-bien entendu! Il aime tellement l’art! Et soigne sans aucun préjugé les relations avec les personnes de rang inférieur! Et n’a jamais, jamais eu de maitresse – un homme comme lui, irréprochable, si pieux! Laissez-moi rire! Quand je pense que le monde est encore dupe de cette comédie de décence et de popularité jouée par un homme que personne ne supporte: ni sa femme-qui le fuit-, ni ses enfants-pour qui il n’a pas l’ombre d’un sentiment-, ni ses ministres-qui le craignent, ni ses sujets-qu’il ne voit jamais! Un aveugle-sourd, fier d’être en retard sur son époque, et qui ferme la bouche à ceux qui voudraient lui ouvrir les yeux et les oreilles-pas avec passion, non, la passion lui est inconnue, mais avec cette morgue qui vous glace les sangs! Un homme qui se fie au  grand-oncle Albrecht complètement sclérosé, à cette nullité de Kálnoky et ne jure que par ce Taaffe encore plus incapable s’il est possible, et par Beck! Un homme sans imagination, sur qui tout glisse comme sur une pierre! Un homme atroce! Un homme auprès de qui il est impossible de vivre !

C’est une pépite, un livre intéressant et facile à lire dont le sujet recoupe un peu celui de l’oeuvre maitresse de son contemporain Robert Musil, de seulement 10 ans son aîné L’homme sans qualités, un autre roman sur le même thème mais difficile à lire car avant-gardiste et comportant plus de 2000 pages; ce livre n’a été disponible en français que depuis 2011  (deux tomes en Allemand parus en 1930 et 1933).

Une saga d’une ampleur comparable à Les Buddenbrook de Thomas Mann (1901) et à La famille Karnovski d’Israel Joshua Singer (1943).

MÉLODIE DE VIENNE, Liana Levi-piccolo 2016 (EL 1944),  ISBN 978-2-86746-972-5

La otra casa de Jorge Edwards

Résultat de recherche d'images pour "jorge edwards"

Jorge Edwards Valdés es un gran escritor chileno (Santiago 1931) con estudios de leyes y de Filosofía en Princeton, siguiendo después la carrera diplomática que culminó con el puesto de Embajador de Chile en Paris. Ha recibido numerosos premios siendo el Cervantes 1999 el más prestigioso. Hace parte de la Generación del 50 chilena, aunque él se considera algo marginal a este movimiento. Actualmente reside en Madrid.

He comentado en este blog gran parte de su bibliografía (13 libros, catorce con éste) porque es un escritor que me gusta como escribe. No todos los libros me  han gustado de la misma manera, sino que he sentido una neta preferencia por algunos títulos.

La otra casa (Ensayos sobre escritores chilenos),  es un libro algo aparte puesto que reúne crónicas de Edwards sobre otros escritores, un sujeto deleitoso para  la rata de biblioteca que soy. El libro fue editado por la Universidad Diego Portales en 2006 y concierne muchos literatos, entre prosistas y poetas.

Los artículos de Edwards son muy interesantes porque al mismo tiempo que cita  notas biográficas, cita y analiza la obra y da opiniones sobre el autor y su contexto. Hace pasarelas entre el autor y otros temas, lo que enriquece. Vale decir que Jorge Edwards conoció a muchos y que frecuentó a no pocos lo que agrega una nota intimista al relato. El estilo es muy « edwardesco », muy correcto, con algunos pinchazos de lo más elegantes. Nadie sale mal parado, ni siquiera el « niño Bolaño » que ya ha ascendido a las esferas de santo-mártir de las letras, que no chilenas, sino internacionales…(Chile le quedó chico al niño Bolaño).

Las crónicas sabrosas de Edwards conciernen los escritores chilenos siguientes : Alberto Blest Gana (considerado como el padre de la novela chilena), Federico Gana, Gabriela Mistral, José Santos González Vera, Joaquín Edwards Bello (tío de este Edwards Valdés), Vicente Huidobro, Neftalí Reyes alias Pablo Neruda, Gonzalo Rojas, Nicanor Parra, Francisco Coloanne, Jorge Millas, Luis Oyarzún, José Donoso, Enrique Lihn, Alberto Rubio, Luis Alberto Heiremans, Claudio Giaconi, Roberto Torretti, Jorge Teillier, Óscar Hahn, Mauricio Wacquez. Hay muchos otros citados.

La verdad es que después de leer este ensayo enjundioso me han quedado muchas ganas de leer a varios de ellos que jamás soñé  poder hacerlo, sencillamente porque no sabía nada al respecto. Don Jorge Edwards Valdés ha vivido, ha leído, ha compartido, ha comparado y ha reflexionado sobre muchos escritores contemporáneos o no. Y ello se nota en estas crónicas sabrosas de las letras chilenas y del tiempo que pasa.

LA OTRA CASA, Ediciones Universidad Diego Portales 2006 (Colección Huellas),  ISBN 956-7397-94-5