De terre et de mer de Sophie Van der Linden

Afficher l'image d'origineSophie van der Linden est une romancière, critique, éditrice et rédactrice en chef française (Paris 1973); spécialisée dans l’album pour la jeunesse.

De terre et de mer est son troisième roman après La fabrique du monde (2013) et L’incertitude de l’aube (2014).

De terre et de mer (2016) est un court récit (roman?) de 144 pages, parfaitement orchestré autour de deux personnages principaux qui seront à peine esquissés : la farouche Youna et le reconduit mais néanmoins toujours épris Henri. Les lieux et les dates sont elliptiques : l’île de B; mais l’affaire Caillaux de 1914 et l’appel aux armes à la fin du livre nous permettent de dater l’action avec toute précision.

Henri arrive à l’île de B à la recherche de Youna qu’il a aimé autrefois, laquelle ne donne plus de nouvelles depuis trois ans. Youna a décidé de retourner à ses sources c’est à dire à l’île de B. car elle veut sa liberté, elle n’a pas renoncé à Henri mais elle a répondu à un appel ou à un instinct, celui d’une liberté;  autrefois Youna peignait, aujourd’hui elle est herboriste. Henri travaille dans la lithographie; ceci devrait les rapprocher. L’île est un microcosme où tous s’observent et doivent garder les apparences pour aspirer au respect collectif. Car il est impensable que Henri débarque sur l’île à l’improviste, cela pourrait  compromettre Youna.(Mais enfin, tu as bien su comment sont les choses ici, les gens, surtout! La moitié de l’île sait qui tu es dans cette maison, à quel instant tu es rentré, sorti, rentré de nouveau, ce que nous avons fait, où nous sommes allés. Le bourg ne bruit que de cela. Si tu restes la nuit, alors demain matin plus personne ne me regarderait sur l’île. Ça veut dire que tu ne peux parler à personne, que tu ne comptes plus à leurs yeux. Autrement dit, que tu es mort. J’ai trop lutté pour exister ici, pour exercer ma liberté, ma solitude sans être rejetée, pour être respectée dans mes choix…) Et lorsque Henri débarque, sonné, sur le continent, les cloches sonnent, c’est l’ordre de mobilisation générale en France ce 2 août 1914.

Il y a un troisième personnage dans l’île, un Boche errant qui se sent agressé et persécuté (son origine allemande lui avait attiré la défiance puis la violence) ce qui est la résultante du climat de la pré- guerre de 1914.

L’écriture est certes délicate et toute en nuances, mais c’est une esquisse pas forcément exquise et qui me laisse entre les doigts comme une poussière d’étoiles, un rien évanescente, un début de quelque chose à venir…rien d’autre. A mon avis c’est plus que léger.

Merci à Babelio et aux Éditions Buchet-Chastel pour cette lecture.

DE TERRE ET DE MER, Buchet-Chastel 2016,  ISBN 978-2-283-02994-7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s