La liste de mes envies de Grégoire Delacourt

https://i0.wp.com/www.lepoint.fr/images/2012/02/27/delacourtune-515330-jpg_352067.JPGPublicitaire et écrivain français (Valenciennes 1960). Il a suivi des études chez les jésuites à Amiens, puis des études de Droit à Grenoble qu’il a abandonné. Il rentre dans la publicité en 1982 et fondera sa propre agence avec sa femme en 2004.

Il publie son premier livre à 50 ans avec un immense succès et plusieurs prix, c’était L’écrivain de la famille en 2011, récit en partie autobiographique. Vint ensuite celui-ci en 2012 La liste de mes envies qui s’est vendu à des milliers d’exemplaires avec une adaptation au théâtre et des droits cinématographiques où la belle Mathilde Seigner incarnera le rôle de Jocelyne Guerbette. Son troisième opus est déjà en librairie La première chose qu’on regarde (2013).

J’ai beaucoup aimé ce livre, car l’écriture va droit au cœur et fait florès à chaque fois. On a beau dire que les clichés se succèdent, j’ai trouvé que l’auteur m’émouvait souvent, et la fin est grandiose et étonnante. Grand merci à Marisol A. pour m’en avoir touché un mot sur ce livre.

Une mercière d’Arras est heureuse en ménage, en affaires. Elle se sent amoureuse de son mari et fait des plans pour l’aider à réaliser des rêves tout à fait à leur portée. Mais voilà,  elle  gagne 18 millions d’euros à un jeu de hasard et alors elle va comprendre que son bonheur sera anéanti par ce gain. Et elle n’a pas tort car à partir de ce moment, les choses vont s’enchaîner négativement et sa vie va basculer. Je ne voudrais pas dévoiler le dénouement car cela est l’intérêt majeur de ce court et bien ficelé roman. J’ai beaucoup aimé la fin parce que Jocelyne a eu l’immense courage de tourner la page de son bonheur passé ; je lui reconnais aussi la force de savoir exactement ce qu »elle veut après un bouleversement pareil.

Page 44,  il y a une très belle phrase qui en dit long: J’aimerais avoir la chance de décider de ma vie, je crois que c’est le plus grand cadeau qui puisse nous être fait. C’est une  phrase que Jocelyne avait écrite dans son journal intime, lorsque elle le tenait encore. Prémonitoire, non ?

LA LISTE DE MES ENVIES, JC Lattès 2012,  ISBN 978-2-7096-3818-0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s