Le Bureau des Jardins et des Étangs de Didier Decoin

Résultat de recherche d'images pour "didier decoin" Didier Decoin est un écrivain et scénariste français (Boulogne-Billancourt 1945); il fait partie de l’Académie Goncourt depuis 1995.

Le Bureau des Jardins et des Étangs (2017) est un très joli roman, original et assez fouillé qui lui a demandé 12 années de travail. L’écrivain dit s’être inspiré des étampes du peintre Ando Hiroshige (1786-1864). Ce livre aurait pu être écrit par un des maitres japonais,  car il y a une recherche de la beauté et de la poésie, et aussi un style assez cru par moments. On sait aussi que l’auteur se serait inspiré de l’écrivain japonais Yasunari Kawabata dans sa quête du beau et en outre dans les journaux de dames de Cour du Japon médiéval.

Ci-après une estampe d’Hiroshige :

Résultat de recherche d'images pour "ando hiroshige peintre"

Nous sommes dans le Japon du XIIè siècle, époque Heian, et Didier Decoin nous raconte l’histoire d’une pauvre paysanne illettrée, Miyuki,  qui a connu un bonheur simple mais intense avec son mari Katsuro, un pêcheur de carpes inégalé. Ces carpes, d’une beauté parfaite et que seul Katsuro sait apprivoiser, servent à peupler les bassins de la cité impériale d’Heiankyõ. Katsuro les pêche mais les respecte et les cajole;  les carpes le lui rendent bien parce qu’elles font un long voyage en confiance. Mais Katsuro aura un accident et périra en revenant chez lui. Sa femme, complètement désemparée et profondément attristée, décide de faire le voyage et livrer  peut-être pour la dernière fois de belles carpes au jeune empereur. C’est un voyage semé d’embuches et un voyage initiatique pour cette petite paysanne. Elle vivra mille aventures et manquera d’être assassinée.

Néanmoins, après moult péripéties, elle pourra revenir dans son village juste au moment ou un tremblement de terre va engloutir complètement le village. Au milieu de cette dévastation tellurique, elle aperçoit une carpe exceptionnelle et veut la sauver afin de la rendre au lit de la rivière.

Toutes les actions de Miyuki se font en mémoire de son bien aimé mari qui lui a tant appris.

Ce livre est jalonné de détails sur le Japon antique. C’est très pittoresque et tellement différent de notre culture : un Japon polythéiste (800 000 dieux régnant sur le Japon à cette époque), assez renfermé sur lui même, avec des coutumes ancestrales très marquées.

Une des coutumes par exemple, lorsque les couples étaient pauvres et ne pouvaient pas s’offrir des noces, ils se mariaient par « intrusion nocturne » , c’est à dire une forme d’union assez répandue et qui ne coûtait rien : le prétendant s’introduisait plusieurs nuits d’affilée dans la chambre de la « fiancée » et s’accouplait avec elle pour que l’union soit officielle.

A cette époque à la Cour impériale il était de bon ton de se laquer les dents en noir et c’était de la plus haute vulgarité que d’exhiber des dents d’un blanc éclatant.

L’organisation par le jeune empereur de joutes odorantes ou takimono awase, avec cette année le défi de trouver une senteur évoquant « une demoiselle dans la brume », une odeur infiniment complexe, infiniment mouvante, infiniment vivante d’une jeune femme dont chacun de ses quatre membres, chaque béance de son corps, chacune des douze robes de son jünihitoe, avait libéré et mêlé ses émanations.

Le descriptif de la nature est somptueux : même après la chute de leurs feuilles, les arbres avaient continué de former des voûtes obscures, de sombres tunnels inachevés. À présent que l’humidité déposée par les brouillards d’automne noircissait leurs troncs et leurs branches maîtresses, que les lichens passaient du beige au brun, ce monde obscurci donnait l’impression d’un resserrement, d’un tassement. La lumière du jour était devenue très ténue, comme absorbée par le vernis ténébreux qui semblait suinter des arbres. La forêt avait alors présenté un aspect non seulement nocturne mais confus, enchevêtré, impénétrable.

Une lecture envoûtante, différente, ensorceleuse.

LE BUREAU DES JARDINS, Stock 2017,  ISBN 978-2-234-07475-0

Publicités

Une réflexion sur “Le Bureau des Jardins et des Étangs de Didier Decoin

  1. MERCI. J’adore les jardins surtout japonais et la littérature japonaise en général.C’est pour moi un peuple beaucoup plus raffiné que les chinois Le japonais sont d’un raffinement extrême !!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Je lirai ce livre SUREMENT ………………..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s