Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson

Jonas Jonasson est un suédois  né en 1962; c’est un journaliste ayant travaillé à la télévision comme producteur et aussi comme consultant dans les médias.  Ce livre paru en Suède en 2009 ( 2011 en France) est  son premier roman et il connait un beau succès, surtout par le bouche à oreille: il s’en est vendu plus d’un million d’exemplaires en Suède ! Et il sera porté à l’écran par une équipe suédoise cette année.

Il s’agit d’un livre franchement hilarant, loufoque,  irrésistible et qui confirme que les suédois peuvent aussi nous faire rire (  lire aussi le livre de Katerina Mazetti Le mec de la tombe d’à côté ), livres en dehors du boom des écrivains scandinaves auteurs de polars. Ce livre est truffé de coups de théâtre. C’est un roman inclassable.

Il nous raconte l’histoire de Allan Karlsson centenaire qui se sauve de sa proprette, mais barbante maison de retraite le jour de ses 100 ans car il en a marre du dragon qui garde la dite maison, alias Soeur Alice . Il sera entraîné dans des aventures  d’une drôlerie incroyable, racontées dans un style simple et très naïf dont il faut rire au deuxième degré. Je pense que ce livre devrait être remboursé par la Sécurité Sociale, tellement il est déjanté et jouissif, jubilatoire dans le burlesque; sa lecture rend de bonne humeur et la bonne humeur améliore la santé, alors il ne faut pas se priver. De plus  ceci est très rare en cette période de morosité générale.

Au cours de sa cavale, le centenaire va constituer au fil des rencontres un groupe de potes fait de farfelus de premier choix: le chapardeur professionnel Julius Jonsson, le chef d’une bande de délinquants Per-Gunnar Gerdin , Benny le vendeur de hot dogs hyper cultivé et haï par son frère ( car il a dilapidé l’héritage familial), la rousse flamboyante Gunilla  qui jure avec de gros mots à chaque phrase et qui réussira à vamper Benny dès le premier regard, l’inspecteur de police Aronsson complètement esseulé, déboussolé et malheureux, le procureur Ranelid  obsédé   par sa carrière, Bosse le frère de Benny qui s’est enrichi en vendant des poulets élevés en Pologne sous le label suédois car avant la revente il les gave d’un sirop aromatisé qui leur donne une saveur incomparable ou la revente des pastèques en provenance du Maroc ou d’Espagne qu’il revend après leur avoir injecté un kilo de sirop de sucre à chacune… etc.

J’ai adoré et franchement ri avec le début et la fin du roman; un peu moins au milieu qui m’a paru long et faisant un peu « trop » avec la vie en flash- back dudit centenaire: il fût un artificier brillant autodidacte, sollicité par les grands de ce monde pour la connaissance de son métier qu’il possédait jusqu’à la bombe atomique, et du coup il a été un acteur capital des grands évènements du XXème siècle. Excusez du peu.

Très bons moments passés avec ce livre duquel  il était parfois difficile de s’en séparer.

ADDENDUM: 15/06/14, je viens de voir l’excellent film du suédois Felix Herngren, tiré du roman éponyme. C’est pas mal du tout, loufoque à souhait, avec des gags bien menés. Il n’était pas du tout évident de filmer un livre pareil, foisonnant en péripéties, avec des gadgets comme l’éléphante. Mais c’est réussi et on rit beaucoup. Bravo.

LE VIEUX QUI…,Collection Pocket N° 14857 (2011),  ISBN 978-2-266-21852-8

2 réflexions sur “Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s