Archives de tags | littérature nordaméricaine

Sur un mauvais adieu de Michael Connelly

Résultat de recherche d'images pour "the wrong side of goodbye michael connelly"

Michael Connelly est un très grand auteur de polars nord-américain (Philadelphie 1956) ; c’est le « père »  du  détective du LAPD Hyeronimus Bosch, alias Harry Bosch, que j’affectionne particulièrement parce que sa personnalité taciturne me plait. Connelly est un écrivain très prolifique avec une publication par an et parfois jusqu’à deux !  Je crois qu’à la date d’aujourd’hui il arrive à plus de 40 publications depuis 1992.

C’est le neuvième livre de Connelly commenté dans ce blog après : La lune était noire (2000) en juillet 2013, Le cinquième témoin (2011) en février 2015, Mariachi Plaza (2014) en août 2017, Le dernier Coyote (1995) en juillet 2018, Deuil Interdit (2005) en septembre 2018, Wonderland Avenue (2002) en novembre 2018, A genoux (2006) en janvier 2019, Les neuf dragons (2009) en février 2019 et Jusqu’à l’impensable en avril 2019. D’autres suivront, c’est sûr, car pour certains ce sont des relectures et c’est un plaisir renouvelé où je m’attarde sur des détails concernant la vie de Bosch plus que sur les cas policiers. (Je recommande vivement de les lire dans un ordre chronologique pour suivre la vie privée et professionnelle du détective qui est aussi mouvementée et intéressante que les cas policiers).

La série pour la TV Bosch (5 saisons) a été aussi une agréable découverte sur Amazon Prime avec des visages à mettre sur des personnages récurrents et un Harry Bosch plus vrai que nature dans la personne du comédien Titus Welliver que je ne connaissais pas et que maintenant je ne peux plus dissocier de mon imaginaire.

Sur un mauvais adieu (The Wrong side of Goodbye, 2016) je trouve que le titre est un peu ambigu pour un bon Connelly, 22èmè de la série !. Il a été classé meilleur polar/thriller 2016 par le Washington Post. C’est un opus avec son demi-frère, l’avocat de la défense Mickey Haller. C’est curieux de constater que les deux frères s’entendent bien (uniquement dans le cadre du travail car ils ne se fréquentent pas en dehors), alors qu’ils sont des deux côtés de la barrière: l’un est flic et l’autre est avocat de la défense; prêt à défendre n’importe quelle cause même contre la police.

Côté intrigue celle-ci est double.

Harry Bosch a été « mis à la retraite forcée » de LAPD suite au dernier cas évoqué dans Jusqu’à l’impensable. Il faut rappeler que Harry doit lutter chaque fois contre sa hiérarchie, il est souvent la tête-de-turc de quelqu’un, en général d’un supérieur. parce qu’il agit presque toujours en électron libre, en suivant ses intuitions et sans compter ni son temps ni sa peau. Il s’attire souvent la malveillance des collègues.

Dans ce tome, nous le retrouvons travaillant ad honorem pour San FernandoPD, une banlieue de la tentaculaire Los Angeles où il s’adonne, quelques jours par semaine, aux cas non résolus, ceci lui permet de récupérer la plaque de policier et de s’en servir dans son travail. De plus, et pour remplir sa marmite (et payer l’université de sa fille Maddy) il travaille comme détective privé.

C’est en tant que privé que nous avons la première énigme. Un milliardaire fait appel à lui pour rechercher d’éventuels héritiers et lui demande d’être d’une totale discrétion. Cette enquête va raviver les souvenirs vécus par Harry Bosch au Viet Nam où il était expert dans les tunnels; c’est très intéressant (par exemple quand il explique que pour pouvoir circuler dans ces tunnels, il était astreint de manger de la nourriture vietnamienne pour ne pas se faire repérer par l’odeur dégagée car il fallait sentir comme eux).

En même temps il se verra impliqué dans une enquête visant à retrouver un violeur en série qui s’attaque à un profil bien précis de femmes à San Fernando.

Le lecteur aura une démonstration pas-à-pas du savoir faire en matière d’enquête par ce cher Harry Bosch. Sa constance, son souci du détail, sa recherche permanente du point de vue, sa patience et sa détermination. On assiste au déroulement détaillé d’une enquête policière avec les moyens modernes.

Il y a une belle confrontation entre le modus operandi des deux frères: le droit et incorruptible Harry Bosch et l’avocat retors, roué et prêt à tout pour gagner ses pépettes. Ils ont chacun besoin de l’autre mais sans pour autant abandonner leurs positions. Cela fait plaisir de voir qu’ils peuvent travailler ensemble pour le bien de la Société et se compléter à la perfection.

Côté vie privée de Bosch dans cet opus il y a très peu de chose. Harry Bosch s’occupe de temps en temps de sa fille et tremble pour elle chaque fois qu’il est immiscé dans une affaire. Cette fois il n’a pas tort car les forces du mal ont bien saisi qu’il a une fille. Sa fille Maddy étudie la Psychologie à Chapman University et elle n’est plus colocataire avec la fille de Mickey Haller; les deux filles n’ont pas tissé de liens solides ainsi que leurs pères l’avaient souhaité. Harry Bosch s’arrange pour voir sa fille chaque fois qu’il le peut et en général autour du campus.

Les deux enquêtes sont passionnantes dans ce livre, pleines de rebondissements avec des fins surprenantes. Et de la reconnaissance à la fin pour Harry Bosch.

SUR UN MAUVAIS ADIEU, Calmann- Lévy Noir 2018 (MC 2016),  ISBN 978-2-7021-5652-0

Confiance d’Henry James

Résultat de recherche d'images pour "henry james"  Henry James fut un écrivain américain (New York 1843-Angleterre 1916); il s’est naturalisé britannique en 1915. C’est une figure du réalisme littéraire du XIXè  et un maître du roman (20 romans) et des nouvelles (112 nouvelles). Il a reçu une éducation cosmopolite et soignée entre l’Europe (dans ce que l’upper class appelait le Grand Tour) et les États Unis, avec notamment des études francophones en France et à Genève. Cette découverte précoce de l’Europe l’a nourri en littérature. Il a commencé des études de Droit à Harvard qu’il a abandonné pour se consacrer entièrement à l’écriture. Ses premières publications se font autour de 1871 avec un roman publié sous forme de feuilleton, comme c’était fréquent à l’époque (cf Balzac). C’est un voyageur impénitent, c’est un « citoyen du monde » : Angleterre, France , Suisse, Italie surtout. En 1876, après un échec d’installation à Paris, il s’installera à Londres jusqu’à sa mort en 1916.

C’est pendant ces 40 années londoniennes qu’Henry James va écrire l’essentiel de son oeuvre (20 romans et 112 nouvelles !); une œuvre très riche et qui s’inspire en partie d’une bourgeoisie raffinée et de la découverte de l’Europe par des riches américains oisifs en formation culturelle. L’expert ès- Henry James, Franck Aigon (professeur de philosophie) a écrit si justement que la confrontation de la naïveté américaine et de l’expérience européenne n’est qu’un aspect d’une écriture qui s’emploie à sonder les cœurs en donnant toute leur place aux impressions et à la variation des points de vue (un peu à la façon d’un Sandor Márai je trouve).

Confiance (Confidence 1879) fait partie des années de formation de James, c’est un roman d’inspiration sentimentale avec une histoire centrée sur les atermoiements du cœur et les chausse-trappes de l’amour, la confrontation de la naïveté et de l’expérience, la force souterraine du désir, la difficulté de percevoir d’autrui autre chose qu’un jeu d’apparences, un attachement au monde et aux manifestations de la vie sociale qui se nourrit d’impressions (cf introduction de Franck Aigon).

Confiance est le cinquième roman de l’auteur et le deuxième rédigé depuis son installation à Londres. C’est un roman très riche dans la profondeur psychologique des personnages et par moments pour moi, d’un modernisme certain ainsi que d’une liberté de ton sous des aspects très collet monté, si propre à la bonne société bostonienne. J’aborde ce roman dans l’Édition Omnibus qui en comporte 4 autres avec une excellent préface de Franck Aigon plus une mini présentation au début de chaque roman.

Bernard Longueville et Gordon Wright sont deux amis américains riches et oisifs qui parcourent une partie de l’Europe pour se former et se cultiver. Bernard est sollicité par son ami afin qu’il donne son avis sur Miss Angela Vivian qu’il courtise et qu’il voudrait peut-être épouser (Gordon dit à Bernard « je veux me marier les yeux ouverts. Je veux connaître ma femme. On ne connaît pas les gens quand on est amoureux. Vos impressions sont déformées). Miss Vivian parcourt aussi l’Europe, chaperonnée par sa mère et visiblement elles sont en chasse d’un beau parti pour Angela  qui est une belle plante un peu sécrète, en tout cas une personne réfléchie. On sent sous des extérieurs de velours l’âpreté d’une chasse au mari de la part de la mère, même si la fille ne se prête pas toujours au jeu. Ceci est un trait très américain où « business is business » ou « time is money ». Mais ceci est enfoui dans la subtilité et les bonnes manières d’une société très prude et parfois implacable.

Nous aurons ainsi des pages et des pages d’un incessant marivaudage autour du thème de l’amour, du mariage, de la fréquentation et de la confiance que peuvent se faire deux amis de la même caste pour juger une possibilité d’alliance. Sous des aspects badins il y a une critique et un point de vue assez acerbe et intéressant.

Même si ce roman sent un peu le suranné et le bavard, il y a une vraie étude psychologique en profondeur  des personnages à une époque où les écrits psychologiques de Freud n’avaient pas encore surgi dans le subconscient de tout le monde.

CONFIANCE, Omnibus 2013,  ISBN 978-2-258-09877-0

Le fils de Philipp Meyer

Afficher l'image d'originePhilipp Meyer est un écrivain américain (Baltimore 1974) avec des études d’anglais à l’Université de Cornell.

« Le fils » paru en France en 2014 (« The son« , 2013) est son second roman,  finaliste du Prix Pulitzer 2014 aux USA (catégorie roman); en France il a reçu le Prix des lecteurs du livre de poche 2016 et le Prix le choix des libraires 2016.

Le livre est un pavé de 700 pages qui narre la saga de la famille texane McCullough à travers quatre générations. Cette famille est à la dimension du grand pays qui est l’Amérique puisque la narration va de la conquête de l’Ouest jusqu’à nos jours. C’est une lecture intéressante et très copieuse; le livre est lourd et difficile à maintenir en main longtemps. Il me semble qu’en ce moment la  mode est à l’écriture de chapitres intercalés faisant des sauts temporaux assez marqués; dans Le fils  chaque génération à son chapitre et apporte sa pierre à l’édifice narratif. Cela m’insupporte, cela me distrait, cela me déconcentre, mais ceci est un ressenti très personnel. J’aurais préféré une suite linéaire avec les chapitres narrant la vie du fondateur de la dynastie(de loin les meilleurs à mon goût), Eli McCullough dit le Colonel, suivi des biographies de ses enfants et arrière-petits enfants; inutile de dire que l’arbre généalogique en début du roman a été consulté souvent…Je trouve que le récit de la vie  des générations plus récentes est quelque peu bâclé, notamment la biographie qui apparaît en dernier, celle d’Ulises Garcia, le personnage qui va clore la saga.

Le personnage de l’aïeul Eli McCullough est très fort; nous allons le connaitre plus par ses exploits que par ses pensées intimes, mais quels exploits, dignes du wild far West. La vie du Colonel racontée par le romancier donne un aperçu de ce qui fut la Conquête de l’Ouest avec ces strates successifs de populations qui se sont fait la guerre en permanence,  ce qui  donne toute sa valeur au vocable que l’on entend souvent chez les nord-américains:  « struggle for live ». Eli McCullough naquit en 1836, date de la déclaration d’indépendance de la République Texane  par rapport à la tyrannie mexicaine… Les siècles de présence espagnole au Texas n’avaient mené nulle part : depuis 1492 ils soumettaient tous les indigènes sur leur route, mais les Apaches Lipans ont arrêté net les conquistadors; après sont arrivés les Comanches qui ont jeté les Apaches à la mer, détruit l’armée espagnole et soumis le Mexique. Alors, le gouvernement mexicain voulut coloniser le Texas : tout homme prêt à s’établir à l’ouest de la Sabine River allait recevoir deux mille hectares de terres. La philosophie comanche envers ces envahisseurs était d’une exhaustivité biblique : torturer et tuer les hommes, violer et torturer les femmes, emporter les enfants et en faire des esclaves ou les adopter. Du temps de l’enfance d’Eli McCullough le vaste territoire américain était en guerre et Eli a été capturé par les Comanches après le massacre de sa famille (à l’exception du père). Il sera adopté par la tribu après moult rites d’initiation Comanche assez sauvages et il deviendra  « presque » assimilé sous le nom de Tiehteti.  Il y restera 3-4 ans.

Alors qu’aux oreilles des Blancs, les noms des Indiens manquaient de dignité et de logique parce que les Comanches considéraient comme tabou d’utiliser le nom d’un mort. Contrairement aux Blancs, chez qui des millions de personnes se partagent une poignée d’appellations toutes interchangeables au final, un nom Comanche vivait et mourait avec la personne qui le portait. Ce  n’étaient pas les parents qui choisissaient le nom de leur enfant, mais un membre de la famille ou une personnalité de la tribu, parfois en mémoire d’une action accomplie par cette personne, ou d’après tel objet qui l’inspirait. Certains membres de la tribu se voyaient « renommés » deux ou trois fois au cours de leur vie adulte, selon que leurs amis et leur famille trouvaient une appellation plus intéressante.

Pour les Comanches, les Blancs étaient fous parce qu’ils voulaient tous devenir riches sans s’avouer qu’on ne peut  s’enrichir qu’en prenant ce qui appartient à d’autres et parce qu’ils ne voient pas ceux qu’on vole, ou qu’ils ne les connaissent pas ou qu’ils ne leur ressemblent pas, alors ce n’est pas vraiment du vol. Mais les seuls non Indiens que les Comanches détestaient étaient les Texans parce qu’ils les considéraient comme cupides et violents.

Page 211 Meyer écrit : ...l’Empire Comanche s’étirait du Mexique aux Dakotas, à savoir la zone la plus dense en bisons de tout le continent. Ils chassaient le bison  à la lance ou à l’arc, ils étaient inégalés dans cette chasse; tout leur était utile dans cet animal : ils buvaient son sang directement sur ses veines en cas de soif, avant qu’il ne coagule; ils raffolaient du foie frais de bison arrosé de sa bile puis ils dépeçaient la bête avec une précision de chirurgien. Les tribus du Nord les chassaient de manière saisonnière, mais les Kotsotekas, dont le territoire était au centre, chassaient toute l’année : l’été, les mâles, plus gras, et l’hiver, les femelles. Les Comanches étaient la tribu la plus crainte par les Anglos et les autres indiens, car ils étaient des guerriers à cheval d’une adresse à nulle autre pareille, ils collectionnaient les scalps qu’ils arboraient comme des trophées de guerre. Ils ont été décimés par la variole et par les guerres contre les Blancs et les autres tribus. Leurs rites étaient extrêmement sauvages et très codés.

Dans le ranch d’Eli McCullough on avait trouvé des pointes de flèche préhistoriques, aussi bien des pointes de Clovis que de Folsom, et pendant que le Christ allait au  Calvaire, les Indiens Mogollons se tapaient dessus avec des haches de pierre. À l’arrivée des Espagnols il y avait les Sumas, les Jumanos, les Mansos, les Indiens de la Junta, les Conchos, les Chisos et les Tobosos, les Ocanas et les Cacaxtles, les Coahuiltecans, les Comecrudos…mais savoir s’ils avaient éliminé les Mogollons ou s’ils en descendaient, mystère. Tous furent éliminés par les Apaches, éliminés à leur tour – au Texas du moins – par les Comanches. Eux-mêmes éliminés par les Américains.

Eli McCullough va commencer l’immense fortune familiale en achetant quelques arpents de terre après sa séparation d’avec les Comanches et s’être désengagé de l’armée Confédérée (d’où lui venait le surnom de Colonel); une terre bien irriguée que va lui permettre d’élever du bétail et de s’enrichir assez rapidement puis acquérir de nouvelles parcelles de terre (voire illégalement). A la fin de sa vie il se tournera vers le pétrole que l’on va forer dans ses vastes territoires.

Le deuxième personnage est le fils du Colonel, Peter McCullough qui ne sera pas du même avis que le père pour l’exploitation du ranch; il misera seulement sur le développement des pâturages et l’élevage alors que le Colonel a déjà des vues sur le pétrole, il a aussi de l’empathie pour les mexicains. Il épousera une riche texane mais sera malheureux en amour jusqu’à sa rencontre avec Maria Garcia qui le fera fuir le clan et faire souche à part.

Le troisième personnage est  Jeanne Anne McCullough, arrière petite fille du Colonel et qui l’a bien connu puisqu’il est mort centenaire. Jeanne Anne n’a pas fait d’études remarquables, mais après son mariage d’amour avec Hank, un géologue foreur qui travaillera sur les champs de pétrole de la famille, elle apprendra beaucoup et deviendra encore plus riche grâce à son flair infaillible et à son réseau de contacts. C’est une femme d’affaires impitoyable à la Dallas.

La quatrième génération sera représentée par Ulises Garcia, personnage qui va boucler le roman de façon un peu abrupte à mon goût. Il surgit comme un diable de sa boîte pour disparaître aussitôt.

Une fresque impressionnante qui comprend toute l’Histoire de l’Amérique du Nord axée sur le Texas. Cette saga romancée met bien en évidence la violence latente qui existe dans ce vaste continent et qui resurgit périodiquement parce que presque la totalité de la population mâle est armée et prête à dégainer en cas de conflit.

LE FILS, Albin Michel 2014,  ISBN 978-2-226-25976-9