Archive | avril 2017

Le Bureau des Jardins et des Étangs de Didier Decoin

Résultat de recherche d'images pour "didier decoin" Didier Decoin est un écrivain et scénariste français (Boulogne-Billancourt 1945); il fait partie de l’Académie Goncourt depuis 1995.

Le Bureau des Jardins et des Étangs (2017) est un très joli roman, original et assez fouillé qui lui a demandé 12 années de travail. L’écrivain dit s’être inspiré des estampes du peintre Ando Hiroshige (1786-1864). Ce livre aurait pu être écrit par un des maitres japonais,  car il y a une recherche de la beauté et de la poésie, et aussi un style assez cru par moments. On sait aussi que l’auteur se serait inspiré de l’écrivain japonais Yasunari Kawabata dans sa quête du beau et en outre dans les journaux de dames de Cour du Japon médiéval.

Ci-après une estampe d’Hiroshige :

Résultat de recherche d'images pour "ando hiroshige peintre"

Nous sommes dans le Japon du XIIè siècle, époque Heian, et Didier Decoin nous raconte l’histoire d’une pauvre paysanne illettrée, Miyuki,  qui a connu un bonheur simple mais intense avec son mari Katsuro, un pêcheur de carpes inégalé. Ces carpes, d’une beauté parfaite et que seul Katsuro sait apprivoiser, servent à peupler les bassins de la cité impériale d’Heiankyõ. Katsuro les pêche mais les respecte et les cajole;  les carpes le lui rendent bien parce qu’elles font un long voyage en confiance. Mais Katsuro aura un accident et périra en revenant chez lui. Sa femme, complètement désemparée et profondément attristée, décide de faire le voyage et livrer  peut-être pour la dernière fois de belles carpes au jeune empereur. C’est un voyage semé d’embuches et un voyage initiatique pour cette petite paysanne. Elle vivra mille aventures et manquera d’être assassinée.

Néanmoins, après moult péripéties, elle pourra revenir dans son village juste au moment ou un tremblement de terre va engloutir complètement le village. Au milieu de cette dévastation tellurique, elle aperçoit une carpe exceptionnelle et veut la sauver afin de la rendre au lit de la rivière.

Toutes les actions de Miyuki se font en mémoire de son bien aimé mari qui lui a tant appris.

Ce livre est jalonné de détails sur le Japon antique. C’est très pittoresque et tellement différent de notre culture : un Japon polythéiste (800 000 dieux régnant sur le Japon à cette époque), assez renfermé sur lui même, avec des coutumes ancestrales très marquées.

Une des coutumes par exemple, lorsque les couples étaient pauvres et ne pouvaient pas s’offrir des noces, ils se mariaient par « intrusion nocturne » , c’est à dire une forme d’union assez répandue et qui ne coûtait rien : le prétendant s’introduisait plusieurs nuits d’affilée dans la chambre de la « fiancée » et s’accouplait avec elle pour que l’union soit officielle.

A cette époque à la Cour impériale il était de bon ton de se laquer les dents en noir et c’était de la plus haute vulgarité que d’exhiber des dents d’un blanc éclatant.

L’organisation par le jeune empereur de joutes odorantes ou takimono awase, avec cette année le défi de trouver une senteur évoquant « une demoiselle dans la brume », une odeur infiniment complexe, infiniment mouvante, infiniment vivante d’une jeune femme dont chacun de ses quatre membres, chaque béance de son corps, chacune des douze robes de son jünihitoe, avait libéré et mêlé ses émanations.

Le descriptif de la nature est somptueux : même après la chute de leurs feuilles, les arbres avaient continué de former des voûtes obscures, de sombres tunnels inachevés. À présent que l’humidité déposée par les brouillards d’automne noircissait leurs troncs et leurs branches maîtresses, que les lichens passaient du beige au brun, ce monde obscurci donnait l’impression d’un resserrement, d’un tassement. La lumière du jour était devenue très ténue, comme absorbée par le vernis ténébreux qui semblait suinter des arbres. La forêt avait alors présenté un aspect non seulement nocturne mais confus, enchevêtré, impénétrable.

Une lecture envoûtante, différente, ensorceleuse.

LE BUREAU DES JARDINS, Stock 2017,  ISBN 978-2-234-07475-0

Los Señores de Luis Alberto Sánchez

Résultat de recherche d'images pour "luis alberto sanchez"

Luis Alberto Sánchez fue un gran personaje peruano multifacético ( Lima 1900-1994 ), conocido como  » el Patricio de la cultura nacional » : escritor, abogado, historiador, maestro,  periodista, crítico literario, tres veces Rector de la Universidad de San Marcos, político : Presidente del Senado, Vicepresidente de la República y Primer Ministro. Y lo que  lo hace más entrañable a mis ojos : gran lector. Su obra más destacada fue sobre Manuel González Prada, un ensayista, (pensador anarquista y poeta peruano ).

Don Luis Alberto Sánchez posee una vastísima bibliografía.

Comenté en este blog en marzo 2012 su interesante libro sobre Guatemala y su cultura La Tierra del Quetzal, un libro que me recomendaron en Guatemala.

Los Señores es el primer tomo de una trilogía con Los Burgueses y Los Redentores.

Don Luis Alberto tiene especiales dones de escritura : fuera de presentar hechos históricos verídicos, tiene una escritura muy amena y  divertida por momentos. Destaco especialmente lo bien que describe físicamente  sus personajes : no falta ni un detalle. Es también un excelente crítico social.

Este tomo pudo llamarse Los Señorones porque describe la Lima política de 1900, hasta poco después de la PGM. En aquella época los políticos eran todos de rancio abolengo, producto de las mejores familias peruanas que se pasaban el mando presidencial unos a otros y se conocían todos. Aún así las intrigas y los golpes de estado reales o fallidos, eran moneda corriente. Dice Don Luis Alberto que la Lima de estos señorones ocupaba un área de 8 Km cuadrados, poco más que un barrio contemporáneo y que la flor y nata de la villa eran unos 10 mil blancos de alto y mediano linaje, que reinaban sin corona, haciendo sentir su peso sobre otros 40 mil blancos más o menos claros, de linaje menos brillante y el resto de diverso color, olor y grosor…

De manera muy resumida, la historia del Perú a principios del siglo XX se conoce como la República Aristocrática u oligárquica (1895-1919) con 2 partidos políticos : el Demócrata o pierolista y el Civil o civilista. Conoceremos en el detalle la vida de los presidentes José Pardo y Augusto Leguía. Este último enfrentó un fallido golpe de Estado, promovido por Carlos de Piérola, hermano del ex presidente Nicolás de Piérola. Esta novela se extiende hasta el segundo gobierno de Leguía autodenominado Patria Nueva.

La parte política es la parte que menos me interesó del relato porque no soy ninguna experta en Historia del Perú, pero lo que si me interesó fue aprender como era la Lima de entonces, como vivía la gente en aquel tiempo, de qué se entretenía, qué se comía a diario en las casas, las horas de visita a la enamorada, las tertulias y  mil detalles cotidianos.

La descripción de un almuerzo en una casa de alcurnia…la mesa tenía capacidad para unas 16 personas. Trajeron una inmensa sopera. La madre de Carmen Rosa, con un enorme cucharón de plata sirvió la sopa color atomatado, con fideos gruesos, oliente a orégano, despidiendo vapor. Llegó la fuente del segundo plato, acompañada por otra de arroz. La primera contenía unos pallares bien cocidos, perfumados y humeantes. Sirvieron el vino.  Habían traído el tercer plato : un enorme asado que olía a comino, orégano y pimienta. Lo acompañaba una ensalada de verdísimas lechugas y unas pocas cebollas cocidas. El postre fue de huevos a la nieve. Al final sirvieron el té.

También hay buenas descripciones  del clima de Lima, donde la palabra plomizo vuelve con regularidad, también la palabra garúa, esa lluvia fina que no empapa pero que es desagradable. Página 9…el cielo era plomizo, la ciudad también. En verano emigraba todo el que podía hacia la costa. En invierno se usaban zapatones de jebe, paletós y a veces paraguas. Las lloviznas eran sin embargo leves. La ciudad tenía el cielo plomizo. El atuendo también. No el alma, leve, fisgona hipocritona e intrigante. Plomo y pluma, bostezo y arrumaco. Las nubes se desleían en el fondo incoloro del cielo. Los pianitos ambulantes amenizaban hasta el anochecer las calles somnolientas. Al anochecer, el aire se poblaba de pregones. Las puertas eran altas, sólidas. Detrás de las rejas las núbiles amantes ofrecían la mano, los labios y lo que se pudiera, a sus galanes empinados en el afán de traspasar las rejillas y vencer los enrejados y las virtudes no muy tercas de sus enamoradas. Laudable ejercicio de voluntad, imaginación y manos. La ciudad estaba bañada por un reflejo plomizo. Plomo, color nacional.(un descriptivo digno de un Balzac)

La Lima de entonces…era domingo. A las 10 de la mañana las calles parecían un bostezo. Las pulperías acababan de abrir perezosamente sus puertas. Repicaban sobre el empedrado los cascos del caballo de la lechera. Una chola gorda con tosco sombrero de Jipijapa, terciado el pañolón negro sobre el insultante pecho, pregonaba su mercancía. A cada lado de la montura pendía un gran porongo del que sacaba la leche con un vaso de latón de medio litro. Las sirvientas salían a la puerta y alcanzaban sus vasijas a la chola, que las llenaba según la medida que señalaba el parroquiano.

En aquella época las elecciones las dirigían los mayores contribuyentes : esto es, los más ricos. Ellos seleccionaban su aparato electoral. Sólo votaban los alfabetos, mayores de 21 años, es decir, menos del 10% de la población apta del Perú. Fuese como fuese, tal era la ley (pg. 51). Pero los que gobernaban, por ejemplo los civilistas, estaba bien porque eran los únicos que sabían gobernar, eran cultos, tenían relaciones y no necesitaban robar (pg 100).Digo yo, ¿acaso han cambiado las cosas? Caramba.

La novela termina con la vuelta del exilio de Leguía (un demagogo formidable, sic) y la proclamación de la Patria Nueva. Eso de la Patria Nueva esta muy bien. Estamos hartos de los señorones, de los cogotudos, de los civilistas.

Una lectura interesante y agradable.

LOS SEÑORES, Mosca Azul Editores 1983

Celle qui fuit et celle qui reste d’Elena Ferrante (Tome 3)

Résultat de recherche d'images pour "elena ferrante"

Elena Ferrante est le pseudonyme d’un écrivain italien qui cultive l’énigme depuis 25 ans . On pense qu’Elena Ferrante est originaire de Naples et qu’elle  serait née vers 1940. Le journaliste italien Claudio Gatti a soulevé l’hypothèse qu’il pourrait s’agir de la traductrice romaine Anita Raja de 64 ans, hypothèse basée sur l’explosion des revenus de Mme Raja ainsi que ceux de la maison d’édition E/O qui publie Mme Ferrante. Il faut dire que depuis 20 ans cet écrivain se cache et qu’elle avait prévenu son éditeur avec ces mots…de tous vos écrivains, je serai celle qui vous importunera le moins. Je vous épargnerai jusqu’à ma présence. C’est la première fois que je peux me procurer une hypothétique photo d’Elena Ferrante pour illustrer ce billet; mais je pencherais volontiers, peut-être, pour une écriture à deux mains car je sens que certains aspects très féminins de l’écriture ne peuvent pas avoir été écrits par un homme.

Le nom d’Elena Ferrante serait inspiré d’Elsa Morante, l’écrivaine préférée d’Elena Ferrante (le jeu des boîtes chinoises en plus…). Il est à noter que cet auteur mystérieux est plébiscité dans le monde entier avec 5 millions d’exemplaires vendus ! et des traductions dans 42 pays… L’auteur reconnaît dans des interviews données par écrit la part importante de l’autobiographique dans son oeuvre. Derrière ses livres on sent une grande sincérité, un ton viscéral, un regard sur la condition des femmes avec une approche très psychologique des personnages et des situations.

J’ai publié en août 2016 un billet sur un roman de 2002 qui m’avait pas mal remuée et beaucoup plu: Les jours de mon abandon, l’histoire d’une séparation narrée de façon si crue qu’elle devient surréaliste. Un très bon et fort bouquin. Puis un billet sur L’amie prodigieuse (Tome 1) en octobre 2016 et un autre sur Le nouveau nom (Tome 2) en mars 2017.

C’est une tétralogie napolitaine qui connait un succès mondial dont ce roman est le troisième volet. Seuls les trois premiers tomes sont disponibles en français (L’amie prodigieuse depuis 2014, Le nouveau nom depuis 2016 et Celle qui fuit et celle qui reste depuis 2017); il s’agit en tout d’une saga d’environ 1700 pages autour de l’amitié  entre deux filles d’origine modeste dans le Naples de 1958. Une série de cette saga est en préparation pour la TV avec 8 épisodes pour chaque livre et la participation d’Elena Ferrante avec le scénario. La France aurait acquis déjà des droits via Canal +.

Si le premier tome évoque l’enfance de Lila Cerullo (ou Lina) et d’Elena Greco jusqu’à leur adolescence, le deuxième tome évoque leurs vies entre l’adolescence et le mariage de Lila à l’âge de 16 ans. Un mariage qui va tourner à la catastrophe.

Pour ce troisième volet (Storia di chi fugge e di chi resta), d’abord une petite explication sur le titre. « Celle qui fuit » est Elena Greco car elle part suivre des études universitaires à Pise. « Celle qui reste » est Lila, elle reste dans ce quartier napolitain pauvre qui s’en sort mal dans les années 60. C’était afin d’échapper à sa condition miséreuse que Lila épousera Stefano, l’épicier, mais elle comprendra le jour même du mariage qu’elle a fait une énorme bêtise.

Dans Celle qui fuit et celle qui reste, les deux amies s’acheminent vers la trentaine. Lila a quitté son mari et vit précairement sous sa condition d’ouvrière sous payée et harcelée. Quant à Elena, après ses études elle  épouse un professeur universitaire de bonne famille engagée politiquement; les motivations d’Elena ne sont pas très claires, on imagine que c’est pour échapper à son sort de prolétaire et aussi de s’éloigner de la smala napolitaine, et mettre de la distance avec Lila qu’elle craint. Elle la craint tellement, parce qu’elle se trouve dans une espèce de dépendance psychologique vis-à-vis d’elle et aussi parce qu’elle lui attribue des « pouvoirs maléfiques » à distance;  à un moment de sa vie, elle va souhaiter la mort de Lila !

Dans ce troisième volet les deux amies se verront peu, et ce sera via le téléphone qu’elles auront le plus souvent des contacts. Dans ce volet le rôle principal revient à leur quartier napolitain : Lila voudra revenir et Elena fera des allers- retours, comme si  son for intérieur la ramenait toujours vers Naples.

Des amies ? Non, deux personnalités avec un constant jeu de miroir et une tendance nette  à la malveillance, la jalousie, la méchanceté gratuite de la part de Lila. De la part d’Elena c’est la dépendance, les atermoiements, la culpabilité, les hésitations, les remords permanents, jusqu’à la peur. On dirait qu’Elena n’a pas trouvé sa place dans une vie qui lui échappe, qu’elle ne maitrise pas du tout : ni sa vie de femme, ni sa vie de mère ni sa vie d’écrivain non plus. Toujours assujettie aux vibrations émanant de Lila. Elles sont en constante compétition.

En revanche, quelle détermination farouche de la part de Lila qui assume ses choix pleinement tout en ruminant ses vengeances. C’est une personnalité très négative, assez destructrice, même si elle peut s’avérer d’une grande générosité matérielle. Elle exerce aussi une attraction fatale sur les hommes qui l’approchent. Et elle les manipule tous.

Il n’y a pas dans ce troisième volet que les vies de Lila et d’Elena. Il y a aussi en toile de fond le panorama de l’Italie dans les années 70, déchirée par l’affrontement des classes (ouvriers et fascistes), l’éclosion du terrorisme, la libération de la femme, la revendication de la sexualité féminine et la mise en cause de la maternité, des liens parentaux, des milieux culturels et universitaires. C’est d’un grand réalisme social. Tout est finement évoqué et transposé à la vie de nos deux héroïnes.

A la fin du roman, il y aura enfin un sursaut de la part d’Elena. Elle prendra une décision terrible. L’équivalent d’un tsunami émotionnel qui pourrait donner lieu à des complications sans fin, ou peut-être, au bonheur retrouvé?

L’index de personnages en début du livre est indispensable pour suivre les filiations des acteurs de ce drame permanent à la « sauce italienne » dans le brûlant Mezzogiorno.

CELLE QUI FUIT, Gallimard 2017 (EF 2013),  ISBN 978-2-07-017840-7

El bosque de los Pigmeos de Isabel Allende

Résultat de recherche d'images pour "isabel allende el bosque de los pigmeos trilogia"

Escritora chilena (Lima 1942) con estudios de periodismo. Inició su carrera de escritora en la prensa  y en la televisión. Tras el golpe de Estado militar de 1973, se exilió en Caracas donde comenzó su producción literaria con  La casa de los espíritus  que la lanzó en 1982,  al estrellato literario. En el año 2000 se le concedió el Premio Nacional de Literatura y en 2003 el Premio Iberoamericano de Letras José Donoso, hace parte de la Academia de las Artes y Letras de los EEUU desde 2012.

Es una escritora que vende : más de 65 millones de libros de por el mundo y ha sido traducida a unos 35 idiomas; es actualmente la escritora viva más leída en el mundo ¿Qué tal?

Comenté en este blog en mayo 2014 su trepidante novela El juego de Ripper que me entretuvo, un género hasta ahora inédito en su bibliografía : el thriller, y en julio 2016 El amante japonés que me gustó algo menos porque encontré que la novela se ponía algo « pesada » por momentos.

El Bosque de los Pigmeos (2004) hace parte de la trilogía « Las memorias del Águila y del Jaguar » con La ciudad de las Bestias (2002) y El Reino del Dragón de Oro (2003). Son novelas de aventuras a la Indiana Jones con elementos fantásticos, escritas como un script de cine y entretenidas para todo público porque la escritora es muy amena. Los otros dos opus los leí hace tiempo. La ciudad de las bestias sucede en la selva amazónica en el límite con Venezuela donde Alexander Cold y Nadia Santos parten a la aventura con una tribu de indios milenarios; es una novela ecológica y que prona la tolerancia. El reino del dragón de oro retoma las aventuras de Alexander y Nadia en el Tibet, con la gruñona abuela Kate Cold quien trabaja nada menos que para el National Geographic; buscan el dragón de oro que vale una fortuna (los norteamericanos reducen todo al dinero), pero que representa para el rey el símbolo del poder.

El bosque de los Pigmeos sucede en África y tenemos otra aventura trepidante con Alexander, el nieto de la gruñona y « vieja » Kate (67 años), mandona como ella sola, pero aguerrida. Los acompaña la joven Nadia Santos que vive en Nueva York con Kate y es de origen brasileño; la chica se está metamorfoseando en una bella e intrépida muchacha y está despertando poco a poco la lujuria de Alexander. Tienen otros acompañantes, dos fotógrafos uno de los cuales será herido al principio del relato y evacuado sanitariamente y el otro que le tiene fobia a los reptiles… Sin olvidar a la piloto y posesora del avión que los interna en la jungla, una especie de Indiana Jones femenina, bebedora de cerveza y fumadora empedernida y que no le teme a nada, excepto a los cocodrilos. El grupo se verá envuelto en unas aventuras increíbles al límite de lo verosímil , pero poco importa porque por momentos el relato es trepidante y regocijante. Isabel Allende no olvida su dominio de lo mágico y de lo  fantástico con los dones de Alexander que se puede transformar en jaguar y de Nadia que se puede transformar en águila.

Si quieren volver al mundo de la adolescencia y vibrar con aventuras aquí tienen una lectura entretenida.

EL BOSQUE DE LOS PIGMEOS, Editorial Sudamericana 2004,  ISBN 950-07-2573-8

La vierge froide et autres racontars de Jørn Riel

Résultat de recherche d'images pour "jorn riel" Jørn Riel est un écrivain danois (Odense 1931) qui vécut 16 années au Groenland sur l’île d’Ella avec une mission scientifique. De ce séjour, il publiera une dizaine de tomes humoristiques sur l’Arctique. (Il est préférable de les lire dans l’ordre car les personnages sont introduits peu à peu et les aventures font allusion aux aventures précédentes).

Ce tome de la collection 10/18 est une compilation de 4 livres comportant chacun plusieurs histoires assez courtes. Je vais les lire en quatre fois car je crains de tout mélanger en les lisant d’un coup.

La vierge froide existe en version BD depuis 2011 avec des dessins d’Hervé Tanquerelle.

La vierge froide et autres racontars (1974) comprend 10 récits qui se lisent très bien car l’auteur va droit au but. Les personnages reviennent dans les histoires et il est vrai que peu à peu on les situe assez bien. Les dix histoires sont assez truculentes et les sujets assez variés. Il paraît incroyable que ces trappeurs puissent vivre dans des conditions aussi précaires, dures, risquées, extrêmes. Mais ils s’en sortent, même sans femmes. À propos des femmes, elles planent à l’état de rêves, de créatures imaginées pour chacun de ces rudes gars vivant sur la banquise. Et les gars arrivent à garder la raison, même si certains sont de vrais frappadingues. On arrive à comprendre  l’importance qu’ont les chiens isolés ou les meutes de chiens dans ces parages, de vrais compagnons pour ces humains un peu particuliers; par exemple Pjosker, le chien d’Herbert…Pjosker était le plus fort, le plus intelligent et le plus beau des chiens du nord-est du Groenland. Selon Herbert. Il était grand comme un loup blanc du Canada, avec une étoile noire sur le poitrail et des pattes larges comme des couvercles de margarine. Une oreille dressée, l’autre pendante. Pjosker était le seul chien d’Herbert. Il avait perdu les autres lors d’une descente du Glacier de Rie, peu de temps après le décès d’Alexandre…

Il n’y a aucune grivoiserie dans cette compilation, Jørn Riel est très fin et allusif avec ses histoires, et le lecteur doit ajouter de son imagination pour certaines situations. J’ai bien ri par moments, par exemple avec l’histoire Le vent du sud-est,  qui est une bise glaciale qui sert à calmer le rut de ces mâles : il suffit d’affronter cette bise de face et sans culotte, et ça marche…(pas d’engelures?).

Ou l’histoire désopilante du coq Alexandre qui vivait dans la cabane d’Herbert qui est une pipelette égrenant pendant des heures (solitude oblige) ses histoires écoutées stoïquement par Alexandre lequel ne résistera pas à la saison sans lumière du Groenland.

Ou l’histoire du tatoueur qui arrive à faire « fortune » dans les parages. Et comment tout le monde veut avoir un tatouage. Le tatoueur  fait son beurre en réclamant des peaux : de renard, de phoque « première classe », d’ours et selon un barème : un coeur avec le mot MAMAN dedans vaut une peau de renard ou 2 de phoque; une goélette à 2 mâts, 3 renards ou 2 de phoque; un 3- mâts carré,  5 renards, un demi-ours ou 10 phoques…

Ou l’histoire du lieutenant Hansen qui avait fait partie  des dragons du Jylland et qui arrive en « pays polaire » pour former une milice qui pourrait, rapide comme l’éclair, déferler n’importe où et contre n’importe qui et écraser l’intrus. Il rassemble presque tous les trappeurs et les emmène en campagne dans la banquise. Les gars vont se venger de la façon la plus drôle qui soit. Inénarrable: ils vont essayer de le congeler…

La vierge froide est un court récit qui donne le nom au recueil et il est excellent. Cette vierge froide est créée de l’imagination de Mad Madsen qui mit tout son imaginaire érotique pour créer une créature si fabuleuse que son « coturne » en tomba amoureux et veut la lui « racheter »…

Joyeuses funérailles est aussi désopilant…un gars meurt de crise cardiaque en revenant du dehors et son « coturne » doit lui organiser des funérailles dignes de lui; pour cela il va l’asseoir en l’attachant sur une chaise au dehors pour le congeler dans cette position afin qu’il puisse présider la beuverie. Le problème est qu’il décongèle au bout d’un certain temps; alors on le ressort pour qu’il recongèle et rebelote, la beuverie reprend. Cette beuverie est telle qu’un gars installé dans le douillet cercueil du mort afin de se reposer, est lancé par mégarde dans la mer gelée…heureusement que le bois flotte…La plus drôle et cruelle des histoires. J’en ris encore.

Toutes les histoires sont très bonnes, un régal de fraicheur, c’est le cas de le dire, on est dans la banquise.

LA VIERGE FROIDE, 10/18 2012 (JR 1974),  ISBN 978-2-264-05851-5

El temblor del héroe de Álvaro Pombo

Résultat de recherche d'images pour "alvaro pombo el temblor del heroe"  Álvaro Pombo es un poeta, escritor y hombre político español (Santander 1939). Es miembro de la RAE desde 2004 en el sillón J. Ha recibido numerosos premios literarios.

Le he leído algunos libros : Donde las mujeres (1996)Premio Nacional de Narrativa, un libro muy bien escrito aunque denso, con escaso diálogo y mucho descriptivo de un mundo interiorizado de mujeres: una madre separada con 3 hijos y una hermana soltera que vive cerca, burguesas que viven encerradas en un mundo autosuficiente. La hija mayor no es del marido, sino de un amante, pero hubo un trato. La hija mayor lo sabrá a los 27 años y este secreto es la causa de la fuga del hogar tan encerrado que le acarrea dependencia. Es una novela muy fuerte. La cuadratura del círculo (1999) Premio Fastenrath de la RAE, es un libro que me pareció novedoso al principio y luego fastidioso. Me interesó por tratarse de un relato acaecido en 1120 con esa manera cruda y truculenta del  parlar del medioevo, pero fuera de algún vocabulario selecto, la trama se puso lancinante y poco interesante. El cielo raso (2001) Premio Fundación José Manuel Lara : me resultó ilegible, sin estilo, aunque con buen vocabulario y con meta-literatura y nociones filosóficas. Es la historia de un homosexual que busca su vía. La fortuna de Matilda Turpin (2006) Premio Planeta : mucha verborrea, poca acción y poca descripción psicológica de Matilda Turpin, una mujer que al cabo de 18 años se dedica a las finanzas, falleciendo rápidamente de un cancer, dejando un viudo y 3 hijos, los dos mayores casados y el tercero homosexual y resentido contra los padres a quienes acusa de abandono…Un dramón.

El temblor del héroe (2012) Premio Nadal  es un libro que me ha gustado aunque es un libro bastante complejo y algo pretencioso con tanta referencia filosófica y literaria, pero es un libro interesante con un postulado  sobre la insustancialidad de los seres. Se dice que es la novela más filosófica de Pombo, tildada por la crítica como « cuento moral », « fábula moralizante », « drama filosófico » o « tragedia psicológica ». Cada cual encontrará su preferencia. Álvaro Pombo auto-define su método literario como psicología-ficción.

El texto necesita un segundo nivel de lectura para comprender lo que hay detrás de una trama bastante lineal y con pocos personajes. Pero los personajes son muy interesante y después de una primera lectura, hay profundidad sobre el estudio de estados anímicos y  estados de consciencia de los personajes de  la novela. Es un libro con trascendencia filosófica y moral,  una obra con juego de espejos donde el mismo Pombo se auto-cita página 95 …recordó un texto de Pombo donde se insiste en eso: « el laberinto nos confundió de esfuerzo »…

Empezando, el título es bastante paradójico porque un héroe no tiembla y se puede acercar a Dios por su naturaleza extraordinaria. Entonces, ¿de qué héroe estamos hablando?

Los personajes :

Román, un profesor de filosofía sesentón, jubilado reciente, bastante « perdido » y con una crisis existencial desde que no tiene oyentes, sus alumnos; es un intelectual que solo tiene labia para transmitir sus conocimientos y que no sabe involucrarse con la gente, siempre guardando las distancias, lo que lo ha aislado humanamente: no tiene amigos, no tiene relaciones. Página 38 el personaje de Román dice…sufro un cierto deterioro físico. Artrosis multiarticular. El verdadero miedo, la angustia, nunca se da toda a la vez. El terror de fondo es secreto. Es por partes. Tras la jubilación se adentra uno en lo invisible. El desamor de los demás. El desamor creciente hacia uno mismo, el tedio.  El puro desamor que lo va convirtiendo a uno en un dejado, un desocupado, un enajenado, un marginado, un depreciado, devaluado, un bobo. Sobradamente capaz aún, para mayor sarcasmo, de automoción y autarquía.  Pombo emite la idea que a Román le falta ahora el furor heroico (la palabra héroe-heroico está repetida por los menos 12 veces en el libro), un concepto desarrollado por Giordano Bruno en el Renacimiento italiano, un entusiasmo y una fuerza morales que permiten a un Hombre inspirado, acercarse a Dios, o sea, es una fuerza vital de la cual Román está, ahora,  desprovisto.

Bernardo, otro sesentón, también profesor jubilado, homosexual promiscuo y manipulador, que trata de mantenerse en forma física con el patinaje, lo que le permite tener un « terreno de caza » con los jóvenes que se dejan seducir por su aspecto juvenil aunque bastante descuidado y deteriorado. Bernardo también patina en la vida, porque solo se desliza por ella para embaucar a todos, sacarles dinero o bienes materiales; a su edad no tiene un lugar decente donde vivir, no tiene dignidad y es hipócrita, utilizando la religión para huir de sus deberes de ciudadano y de responsable de sus actos.

Román y Bernardo son gemelos opuestos

Héctor es un joven periodista en formación, abandonado por padres drogadictos y confiado a una abuela, no tiene amigos; fue violado por su profesor cuando era adolescente y el profesor no es otro que Bernardo que ha logrado mantenerlo bajo su ala, haciéndolo dependiente de una relación que ya no existe, pero que marcó con fuego a Héctor. Este joven y bello efebo se acercará a Román a fin de entrevistarlo para un periódico digital en la rúbrica Los inactuales, o gente que tuvo relevancia cultural, educativa o política (unos has been) y que ya no la tiene. Poco a poco, conversando, se irá inmiscuyendo en la vida de Román. Héctor presentará su antiguo profesor a Román y lo apoyará cuando el « cantamañanas » de Bernardo solicitará el arriendo de un piso a Román. Este efebo etéreo, devuelve a los dos profesores « sin furor heroico » una imagen narcisista positiva.

Existe un triángulo amoroso platónico entre Román, Bernardo y Héctor. Todos los personajes conllevan un sentimiento de culpa.

Elena y Eugenio, es una pareja de médicos ortopedistas, otrora alumnos de Román y que han mantenido contacto con él porque les gusta discutir y filosofar y reconocen que el profesor tuvo mucha influencia con las opciones que tomaron en sus vidas. Ellos representan el mundo adulto « cabal », capaces de curar los cuerpos, pero incapaces de actuar ante los desmanes de Román y de Bernardo. Elena está eróticamente interesada en Román, pero este solo está platónicamente interesado en ella; ella lo percibe y sabe que Román solo quiere su compañía; Elena piensa que el interés físico puede ser todo lo trivial y pasajero que se quiera. pero es intensísimo. Es un gran arrebato que moviliza los lados más desactivados del alma.

Román, Bernardo y Héctor son personajes desfasados, perdidos, impotentes ante un mundo que cambia y que acepta el mal.¿ Y quien es el héroe entonces?  No es Román que carece de su querido furor heroico. Tampoco es Bernardo, el perfecto anti héroe  que no tiembla ante las dificultades y los dramas. El único héroe es Héctor, el joven y desvalido Héctor que responsabiliza frente a ciertos actos. Tenemos tortuosas relaciones humanas marcadas por la dependencia de unos a otros.

Los capítulos son bastante cortos y están tratados como secuencias. Hay humor en el libro a pesar del tema trascendente, lo que da lozanía a la narración. Es una lectura reflexiva, introspectiva, no es una obra de tipo comercial.

EL TEMBLOR DEL HÉROE, Ediciones Destino 2012,  ISBN978-84-233-2491-0

Brunetti entre les lignes de Donna Leon

Résultat de recherche d'images pour "donna leon"

Donna Leon est une écrivaine nord-américaine (New Jersey 1942) ayant exercé plusieurs métiers avant de conquérir une notoriété internationale avec les enquêtes du Commissaire Guido Brunetti.  Elle vit à Venise depuis 1969, dans le quartier du Cannaregio, c’est une raison pour laquelle elle a refusé jusqu’à maintenant que ses romans soient traduits à l’italien afin de garder son total anonymat à Venise…Ses plus fervents lecteurs se trouvent en Allemagne et en Autriche.

Elle fuit Venise lors du Carnaval en raison de l’agitation excessive autour de cet événement. Madame Leon est une férue de musique baroque, notamment de Hændel, participant  activement à des événements ayant un rapport avec la musique baroque.

Elle avoue lire peu de romans policiers tout en gardant une grande estime pour l’auteure de polars britannique Ruth Rendell.

Le premier opus avec le Commissaire Brunetti remonte à 1997, c’était Mort à La Fenice, mon préféré.  Madame Leon raconte que l’inspiration pour créer le personnage de Brunetti lui vint par défi et par jeu lors d’un entracte au théâtre La Fenice.

Actuellement elle  est à son 25è livre; l’écrivaine avoue nécessiter un an pour écrire un épisode, toujours comportant environ 360 pages et elle s’applique une discipline rigoureuse :  1 page par jour y compris dimanche en se nourrissant de l’atmosphère si particulière de Venise et en lisant soigneusement les faits divers dans les journaux locaux : Il Gazettino et La Nuova Venezia.

Une série de 24 épisodes de 90 minutes a été tournée par la TV allemande  et diffusée par France 3 en 2010 sous le titre de Commissaire Brunetti avec Joaquim Król dans le rôle du commissaire. Toutes les scènes extérieures ont été tournées à Venise; l’appartement des Brunetti a été situé sur le Grand Canal à l’embouchure du Rio di San Polo. J’aime beaucoup cette série allemande, d’abord parce que les physiques des acteurs m’ont semblé si adéquats par rapport à l’idée que je m’en faisais d’eux. Puis, de revoir Venise dans ses petits recoins me comble de bonheur, même si les intrigues policières ne sont pas particulièrement palpitantes.

J’ai lu presque tous les opus et en possède 11 avec celui-ci, et j’ai publié un billet en mars 2016 sur L’inconnu du Grand Canal.  C’est toujours un plaisir de parcourir Venise avec le Commissaire Brunetti, de le suivre dans sa vie familiale et d’apprendre plein de petits détails sur la vie des « vrais Vénitiens ». Je voudrais depuis longtemps relire les romans de Donna Leon pour repérer justement tous ces détails et les noter sur un papier, je n’ai jamais le temps…

Brunetti entre les lignes (By its cover, 2014) est un bon opus, c’est le 24è épisode : un seul mort, beaucoup de bavardages et Venise dans toute sa splendeur. Le sujet m’a insupporté : on vole et on dégrade en arrachant des pages à des incunables dans la Bibliothèque Merula (nom fictif, mais un humaniste italien Giorgio Merula vécut au XVè…). Je frémis d’horreur en pensant à de tels actes criminels perpétrés sur des livres anciens. Et il parait que cela existe bel et bien et qu’il y a tout un commerce autour.

Pour revenir à ce tome, il est toujours plaisant de retrouver Brunetti, toujours marié avec la belle et culte Paola, professeur d’anglais. Leurs deux enfants sont adolescents maintenant : Raffi et Chiara. Et en dehors de nous promener dans Venise comme si nous y étions, nous assistons à leur vie privée avec menus et vins affichés. Le commissaire rentre tous les jours déjeuner chez lui ainsi que son épouse (ah! la belle vie). Paola Brunetti est très cultivée, mais aussi excellente cuisinière; elle   est la fille du comte Falier et les rencontres du ménage Brunetti avec les beaux parents dans leur palace, mettent très bien et avec finesse les différences entre la vieille noblesse et un roturier même très bien dégrossi, tel que notre Brunetti. Le comte Falier a des manières surannées, une vraie élégance morale.

Il faut lire entre les lignes pour sentir le choc que ressentent les vénitiens, par exemple, lorsque ces monstres de la mer, ces paquebots de plus de 2 000 passagers accostent directement sur le Grand Canal. Page 20 Brunetti remarque que le sol est humide et constellé de vastes flaques d’eau, qui s’étendent le long des murs des immeubles. Il regarde sur le bord du quai  le niveau de l’eau et constate qui se trouve à plus de 50 cm en dessous et que toute cette eau ne peut s’expliquer que par le passage du navire. Et il était censé croire, lui et ses concitoyens que l’administration prend pour des idiots, que ces bateaux ne font subir aucun dommage aux matériaux composant la ville…

Force est de constater que les pauvres Vénitiens sont envahis massivement tout le long de l’année. Page 98 Brunetti prend la large Via Garibaldi, un des rares quartiers de la ville avec encore essentiellement des Vénitiens. Il suffisait de voir les gilets en laine beige et tous ces cheveux coupés court et soigneusement permanentés pour être sûrs que les vieilles dames étaient bien du cru. Ici, les gens achetaient des choses dont ils avaient besoin dans leurs cuisines; ils achetaient aussi du papier hygiénique, ou encore les tee-shirts en coton blanc uni qu’ils portaient à la place de maillots de corps.

Le commissaire Guido Brunetti va mener l’enquête aidé par Vianello et la signorina Elettra, un as de l’informatique sachant soutirer du web des renseignements mieux qu’un hacker chevronné.

La fin de l’histoire est originale puisque Donna Leon livre les renseignements et le lecteur se raconte la fin…Pas mal du tout et merci à toi Catherine S. pour ce cadeau.

BRUNETTI ENTRE LES LIGNES, Points Roman P4486(2017) Donna Leon 2014, ISBN 978-2-7021-5717-6