La traversée amoureuse de Vita Sackville-West

Afficher l'image d'origine

Vita Sackville-West est le nom de plume de Lady Nicolson (née Victoria Mary Sackville-West) née  dans le Kent le 9 mars 1892 et décédée en 1962: une poétesse, romancière, essayiste, biographe, traductrice et jardinière anglaise. Elle nous a laissé une œuvre littéraire riche et abondante. Elle fut une femme étonnante, avant-gardiste, moderniste.  Elle a été la première et unique écrivain a avoir reçu deux fois le Hawthornden Prize,  en 1926 pour The land et en 1933 pour Collected poems. Son nom est associé au Groupe Bloomsbury (groupe qui réunit un certain nombre d’artistes et d’intellectuels britanniques depuis les premières années du XXè siècle jusqu’au début de la Seconde Guerre Mondiale) en raison de son lien avec Virginia Woolf, fondatrice du Groupe, bien que certains soutiennent qu’elle n’a jamais été membre actif.

Elle fut très connue pour sa vie aristocratique exubérante, son mariage solide avec le diplomate Harold Nicolson, a qui elle a donné deux fils, mais aussi par ses amours saphiques passionnées avec des femmes romancières comme Violet Trefusis (fille bâtarde du roi Edward VII)  et Virginia Woolf, entre autres.

La traversée amoureuse (No signposts in the Sea, 1960) est le dernier roman de Vita Sackville-West, paru moins d’un an avant sa mort. Ce livre avait été traduit il y a déjà 50 ans par Nadine Korobetsky et publié sous le titre de Escales sans nom; la traductrice a revu sa copie avec émotion 50 années après et c’est la version que j’ai lu.

C’est une auteure que j’apprécie beaucoup car la finesse psychologique de ses analyses est stupéfiante de modernité et d’audace. J’ai publié deux billets dans ce blog sur deux de ses romans : Au temps du Roi Edouard en janvier 2013 et Toute passion abolie en novembre 2013. Les deux courts romans sont bluffants.

La traversée amoureuse est d’un tout autre registre. Ici nous sommes loin des frivolités et des marivaudages de la High Society; le petit livre est une succession de réflexions sur des sujets très sérieux : l’amour, la mort, l’amitié, la jalousie. J’ai eu du mal à me raccrocher au récit, mais une fois l’histoire bien lancée, j’ai été séduite. Le narrateur est un homme et l’écrivaine a su imprimer à son personnage une dimension hautement crédible. Ce personnage s’appelle Edmund Carr, un célèbre éditorialiste politique britannique, la cinquantaine, vieux garçon maniaque, épris de Laura Drysdale qu’il a croisée lors des diners à Londres. C’est une veuve autour de la quarantaine, élégante et discrète, réservée,  qui sait tenir une conversation; elle représente pour Edmund tout ce qu’il a vainement cherché chez une femme, la quintessence de la femme qu’il aurait aimé épouser.

Lorsque Edmund apprend que Laura va entamer une longue croisière autour du monde et que lui même est atteint d’une maladie fatale à brève échéance, il se décide à tout plaquer et à s’embarquer sur le paquebot afin de pouvoir l’approcher. Edmund et Laura seront forcément très proches et vont se découvrir de nombreuses affinités; mais il y a à bord d’autres hommes, notamment le beau et intéressant colonel Dalrymple (ah, ces noms anglais…). Le colonel, un homme érudit et mondain va tourner autour de Laura ce qui va déclencher un sentiment d’extrême jalousie chez Edmund, ceci servira à le rattacher furieusement à la vie sur Terre.

Au cours de cette traversée, nous avons un véritable huis clos avec des personnages qui vont se révéler plus ou moins intéressants, mais tout est remarquablement décrit sans aucune mièvrerie et avec une folle élégance. La fin du livre est aussi assez surprenante et je laisse aux lecteurs la possibilité de la découvrir par eux mêmes.

On sent au fil de la lecture que les personnages d’Edmund et de Laura comportent beaucoup de la propre personnalité de Vita Sackville-West.

 

LA TRAVERSÉE AMOUREUSE, Livre de Poche 34239,  ISBN 978-2-253-06949-2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s