Saules aveugles, femme endormie d’Haruki Murakami

Afficher l'image d'origineÉcrivain japonais (Kyoto 1949) auteur de best sellers : romans, nouvelles et essais; il a été traduit à plus de 50 langues et il est pressenti comme nobélisable depuis déjà quelques années. On rapproche son style de la littérature postmoderniste (à l’opposé de la quête moderniste de sens dans un monde chaotique), du réalisme magique teinté de surréalisme, baignant dans la poésie et l’humour malgré une dimension très mélancolique du narrateur.

Les thèmes chers à cet auteur sont : 1)  l’étrange ou l’irrationnel dans des vies assez plates avec en même temps du réalisme donnant une ambiance insolite dite « murakamienne »;   2)   le détachement fait de désenchantement ou de désillusion : le fatalisme zen du « allons bon« , « Eh bien oui, c’est la vie » des personnages qui sont détachés familialement, socialement et culturellement (avec des références loin de la culture japonaise : ils écoutent de la musique occidentale, boivent du whisky, mangent des pâtes). Très souvent ces personnages n’ont pas de nom (ou ils sont désignés par des périphrases), les lieux ne sont pas indiqués (ou par périphrase: « ma ville natale ») ou sont des génériques (Tokyo et son quartier de Shibuya);   3)  la musique est omniprésente car Monsieur Murakami est un passionné de jazz et de rock;   4)   l’intertextualité est permanente avec des références à des livres ou à la lecture en général avec une mise en abîme dans la construction des romans;   5)   l’identité de genre est questionnée par certains personnages.

J’ai découvert cet auteur avec son roman Kafka sur le rivage (2002) que j’avais beaucoup apprécié, même si ce n’est pas du tout le style de littérature que je préfère. Mais cette maitrise pour passer d’un univers rationnel et concret à un univers complètement décalé, m’a littéralement « scotchée », c’est terriblement déconcertant et intriguant; on sent bien que cet écrivain a beaucoup bourlingué en Occident car sa littérature est certes très japonaise, mais très « fusion » avec l’Occident aussi. C’est un style très cérébral, très masculin qui me fait penser un peu au style du mexicain Jorge Volpi, mais ce dernier est beaucoup moins poétique que Murakami, moins sensuel.

J’ai publié dans ce blog en décembre 2015 un billet sur son très bon roman L’incolore Tsukuru Tazaki et ses années de pèlerinage (2014), je remarque aussi le très bon choix des titres des romans en français, évocateurs de poésie.

Afficher l'image d'origine

Saules aveugles, femme endormie (2006) a une très jolie couverture dans  cette édition de Belfond; elle me fait penser aux photographies de Frédéric Clément qui illustrent l’édition 2000 chez Albin Michel de Belles endormies de Kawabata (photo ci-après). Le livre de Murakami comporte 23 nouvelles écrites entre 1980-2005, publiées au Japon dans des magazines et collections diverses. Le contenu de ce livre a été sélectionné par H. Murakami et publié en anglais en 2006 avant même d’être publié en japonais (2009). L’écrivain considère que ce recueil est son premier recueil en anglais.

Afficher l'image d'origine

J’ai bien aimé ce recueil parce qu’il représente assez bien cet univers « murakamien » aperçu au fil des lectures: le basculement subtil entre réalité et autre chose, les touches de poésie, l’ironie des situations, la limite si diffuse entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas; j’ai trouvé que certaines de ces nouvelles étaient remarquables, d’autres un peu moins, l’ensemble pas mal. Mais je préfère de loin ses longs romans où le lecteur a tout le temps de s’installer et d’éprouver le bouquet de surprises qui lui réserve l’écrivain. Ici, le récit est beaucoup trop bref et les nouvelles décontenancent plus que passionnent le lecteur. On a l’impression aussi, à tort ou à raison, qu’il y a beaucoup d’éléments autobiographiques dans ces nouvelles.

Dans l’introduction de la version anglaise Haruki Murakami déclare « l’écriture de romans est un défi, l’écriture de nouvelles est une joie. Si l’on compare l’écriture de romans à la plantation d’une forêt, alors l’écriture de nouvelles revient à planter un jardin ».

SAULES  AVEUGLES, FEMME ENDORMIE, Belfond 2008,  ISBN 978-2-7144-4284-0

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s