Henri Matisse de Marcelin Pleynet

Afficher l'image d'origine Marcelin Pleynet est un romancier, critique, essayiste et diariste français (Lyon 1933). Il a écrit de nombreux livres sur les peintres et notamment celui-ci. Marcelin Pleynet a été secrétaire de la revue Tel Quel, dirigée par son ami Philippe Sollers. La chaire d’esthétique de l’École Nationale Supérieure des Beaux-Arts lui a été confiée lors de l’ouverture en 1987. Il est l’auteur du livre Système de la peinture publié en 1977.

Sur Marcelin Pleynet, en relation avec ce livre, on a écrit…de Cézanne à Picasso et à Matisse, voilà sa trajectoire; il y a dans la peinture de Cézanne des choses qui n’ont jamais été vues, que ce soit par Matisse ou Picasso. Matisse étant plus intéressé par la couleur et Picasso par la forme. La liberté, l’audace, la vérité des inventions formelles et chromatiques feront écrire à Guillaume Apollinaire que Matisse est « le fauve des Fauves », sa peinture avait  tellement scandalisé que la foule a brûlé en effigie Nu bleu, souvenir de Biskra (1906), lors de l’exposition itinérante de l’Armory Show à Chicago en 1913...(ci-après):

Le livre de Pleynet sur Henri Matisse fut publié dans les années 90 par Gallimard et en collection de poche vers 1993. C’est pour moi l’envie de savoir un peu plus sur l’approche de la peinture par Matisse qui a motivé ma curiosité. Cet homme, Henri Matisse, est venu assez tard à la peinture après des études de droit qu’il a abandonnées et une maladie grave du caecum qui l’immobilisa en 1890.

Les données bibliographiques sur Matisse son connues de tous: il est né en 1869 au Cateau-Cambrésis, commune du Nord-Pas-de-Calais-Picardie, une région riche grâce à la filature et au tissage; cette région le marquera, et on pourra dire de lui qu‘il avait le textile dans le sang et  il saura se montrer extrêmement attentif au choix des étoffes dont il se vêtait ; nul peintre moderne n’a consacré autant de soins à la garde-robe où il choisissait les vêtements de ces modèles.(P. Schneider) . Il est mort en 1954 à Nice à l’âge de 85 ans. Il a mis longtemps a percer en tant que peintre; il commença à être connu vers 1905-1906.

Il a été reçu au concours d’admission de l’École des beaux-arts en 1895 et il a fréquenté l’atelier de Gustave Moreau entre 1893 et 1898. Il a étudié ensuite ses maîtres au Louvre puis s’est intéressé à la palette claire des impressionnistes et néo-impressionnistes, de Cézanne aux Orientaux.

Il expose par la première fois en 1896 plusieurs tableaux au salon de la Société nationale des beaux-arts et au vu du succès rencontré, il est élu membre associé du salon. L’État achète une de ses toiles La Liseuse pour le Château de Rambouillet, alors résidence sporadique du Président Félix Faure, où il fut accroché; cet artiste, Matisse, a apporté un renouveau assez violent à la peinture telle qu’on la connaissait dans les années 1905-1906. Une anecdote est restée dans les annales, c’est le jour où Henri Matisse a montré ses oeuvres au grand Rodin, lequel lui aurait dit … « Pignochez, pignochez. Quand vous aurez encore pignoché cela quinze jours, vous viendrez me le montrer« . Matisse  commença à être reconnu vers 1898, mais il ne fut entièrement lui- même qu’à partir de 1905 : il avait alors 35 ans…

Mais que se passe-t-il donc alors dans l’art de Matisse et qu’en est-il de cette levée de boucliers à propos de  » la salle aux fauves », au Salon d’automne quand on déclare devant la sculpture du très académique Marque, exposée au milieu de la salle consacrée à Matisse et à ses amis :  » un Donatello parmi les fauves« . Le mot restera et fera école car il servira à désigner sous un même vocable des artistes fort dissemblables les uns des autres tels que Matisse, Manguin, Derain, Vlaminck, Rouault…Le scandale éclate, les uns crient à la fumisterie (« on a jeté un pot de peinture à la face du public« ), les autres au génie.

Je dois dire que je me suis profondément ennuyée à la lecture de ce livre; lecture que j’ai été plusieurs fois tentée d’arrêter, oui, d’arrêter car j’avais l’impression de ne pas progresser dans la compréhension que je recherchais et si j’ai été jusqu’au bout, ce fut par déférence pour ce peintre qui a tellement apporté à la peinture moderne. Je ne sais pas à qui la lecture de ce livre peut profiter, peut-être aux spécialistes, mais pas à la lectrice dilettante que je suis.

Un exemple de l’aridité du texte, page 132…en suivant cet ordre, somme toute chronologique, on constate que le détail (la ronde du Bonheur de vivre), passant par le volume cylindrique du relief sur bois de 1907, produit une oeuvre frontale, mais tridimensionnelle (le relief Nu de dos de 1909) et, en 1909 et 1910, les deux grandes versions peintes de La Danse (New York et Leningrad). Or, compte tenu du tempérament de Matisse, et des transformations que subit son art d’une année sur l’autre, on peut constater,  entre la première version de La Danse dite La Danse I de 1909 (aujourd’hui à New York) et la seconde version dite La Danse II (aujourd’hui à Leningrad), un même mode de rapport et de mise en place que celui que nous avons pu trouver entre les versions I et II du Jeune Marin de 1906 et les versions I et II du Luxe (1907).  Ah la la la, quel galimatias avec des pages et des pages comme ceci. Quel ennui.

Ci-après un document rare, Henri Matisse s’exprimant sur son art :

Et ici un video (en anglais de 5min55) où l’on peut apprécier la chapelle de Vence avec l’éclat des couleurs grâce à la luminosité du Midi. Il y a aussi une brève video où l’on peut apercevoir celle qui fut son infirmière Monique Bourgeois, déjà portant les habits comme la soeur dominicaine Jacques-Marie :

HENRI MATISSE, Folio Essais 215 (2002),  ISBN 2-07-032747-7

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s