Amours de Léonor de Récondo

Afficher l'image d'origine Léonor de Récondo est né en 1976; c’est une violoniste de renom, spécialisée dans le baroque qui a fondé avec son mari, le tenor Cyril Auvity, l’ensemble baroque L’Yriade. C’est aussi un écrivain français qui connait un grand succès avec le style de son écriture, une écriture épurée et directe, mais toute en nuances et en sensibilité.

Elle publia en 2010 son premier roman La grâce du cyprès blanc. Amours est son quatrième roman, paru en 2015 et détenteur des prix RTL/Lire et du prix des Libraires; en 2016 elle s’est vu discerner en plus le prix des étudiants francophones.

Amours fait une référence d’entrée avec le chef d’oeuvre de Flaubert, Madame Bovary puisque dès la première page l’héroïne, Victoire, prend un livre sur ses rayonnages et c’est Madame Bovary, un livre qu’elle a pu lire seulement une fois mariée car sa mère le jugeait inconvenant pour une jeune fille : …un homme au moins est libre…Mais une femme est empêchée continuellement…Sa volonté, comme le voile de son chapeau retenu par un cordon, palpite à tous les vents; il y a toujours quelque désir qui entraîne, quelque convenance qui retient...

Amours se passe en  huis clos dans une demeure cossue du Berry, où Anselme de Boisvaillant est notaire. Il est marié en deuxième noces depuis cinq ans à Victoire, une jeune femme qu’il a épousé sans amour à travers les annonces du journal Le chasseur français; il l’a épousée pour perpétrer sa race et qui sait, transmettre un jour sa charge de notaire à un fils, mais il ne la désire pas, c’est un homme assez frustré. Victoire s’ennuie dans ce mariage, elle ne connait rien à l’amour et les accouplements avec son mari la dégoûtent sans qu’elle puisse en formuler la raison. De plus elle ne conçoit pas d’enfant au grand regret d’Anselme et de la belle mère.

Parmi les serviteurs il y a Céleste, une jeune fille transparente, insignifiante, mais fraîche avec ses dix-sept ans. Anselme exerce un droit de cuissage sur Céleste sans que celle-ci puisse se plaindre ou se rebeller. C’est courant à l’époque, où les murs cachaient des amours ancillaires. Un enfant sera conçu de cette relation adultère. Et brusquement la sage et assez soumise Victoire va décider de garder Céleste et son enfant au lieu de les chasser, comme il est d’usage à l’époque parce qu’elle veut s’approprier cet enfant qu’elle sait de son mari car pour elle c’est une façon  de se libérer du devoir conjugal.

 Victoire ne possède pas du tout l’instinct maternel, raison pour laquelle Céleste devra s’approcher de son enfant afin de lui sauver la vie. Ainsi, peu à peu, ces deux femmes malheureuses vont se rapprocher et vont découvrir l’amour, d’abord d’elles mêmes, puis de leurs corps qui se cherchent. Elles verront surgir ensemble toute une sensualité faite de douceur et de tendresse qu’elles ne connaissaient pas auprès du mâle, sans toute la violence autour de la possession charnelle.

C’est un texte à la gloire de l’amour de la féminité ;  je pense que ce texte véhicule une problématique de portée  universelle, ce qui explique l’accueil si unanimement dithyrambique auprès du lectorat. L’écrivain passe au peigne fin des existences troubles jusqu’au tréfonds de leur âme et tout est évoqué avec subtilité : les hontes sociales, les désirs intimes, les besoins physiologiques, les peurs ancestrales, les secrets de famille, une certaine bien-pensance, le carcan de la religion…L’amour maternel est peu évoqué dans ce livre, mais effleuré; le petit Adrien est comme un objet dont on s’en sert comme une monnaie d’échange afin de régler d’autres problèmes, même si Céleste comprend instinctivement que si elle ne le prend pas dans ses bras cet enfant va se laisser mourir…

C’est un véritable trésor que ce livre qui résonne comme une musique de chambre avec de parfaits legatos. Léonor de Récondo a dit à propos de son livre  : « chacun s’approprie le livre, à sa façon » et cela sonne juste.

AMOURS, Sabine Wespieser Éditeur 2015,  ISBN 978-2-84805-173-4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s