Vivant, où est ta victoire ? de Steve Toltz

Afficher l'image d'origineSteve Stolz est un écrivain australien (Sydney 1972), un globe trotter qui s’est établi à New York après avoir bourlingué dans divers métiers. Il s’est fait connaitre sur la scène internationale après un premier roman: Un partie du tout (2009) qui fut finaliste d’au moins deux prix prestigieux.

Vivant, où est ta victoire ? (Quicksand 2015) est un livre qui sort sept années après son premier ; c’est une lecture qui m’a été proposée dans le cadre de Masse Critique de Babelio avec l’Éditeur Belfond.

C’est un livre que j’ai abandonné autour de la page 135, trouvant que la lecture ne m’apportait rien d’intéressant, et que en plus,  m’exaspérait. J’avais l’impression de voir défiler un film en accéléré comme si l’écrivain avait avalé trop de caféine et que les idées lui venaient par rafales et qu’il nous racontait toujours la même chose. Au bout de 135 pages je n’ai pas réussi à saisir la profondeur des deux personnages principaux : Liam, le policier,  écrivain-raté et Aldo, le raté-escroc qui va de déconfiture en déconfiture. Les deux zigues sont des amis d’enfance et ils se tolèrent bien mais  se connaissent mal et se jugent tout le temps. Au bout d’un moment, Liam décide d’écrire un livre sur son pote d’enfance et je ne sais pas si l’entreprise va  réussir, mais j’abandonne la partie par KO.

Je salue au passage la traduction de Jérôme Schmidt qui a su rendre cette prose drue sous forme de mélopée sans fin .

Des exemples de cette prose exquise : avant le verdict, ma famille n’encourageait pas vraiment ma créativité de jeune adolescent; j’écrivis des textes courts à propos des infidélités de mon père avec des hommes ou de la dysmorphie du corps de Molly, mais aussi une pièce en un acte où mes parents étaient décrits comme des violeurs et où je leur demandais de jouer leurs propres rôles (page 28)…Officier de police de Nouvelle-Galles du Sud. Oui. C’était ça, ma voie de garage. Et c’est ainsi, cher lecteur, que pour quelque stupide et perverse raison un apprenti écrivain passif, paresseux et peureux – pas plus combatif que respectueux des lois -, devint flic (page 35).

Merci à Babelio et aux Éditions Belfond de la confiance accordée, même si ce livre n’a pas réussi à m’intéresser.

VIVANT, OÙ EST TA VICTOIRE ?, Belfond 2016,  ISBN 978-2-7144-6059-2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s