Prendre Gloria de Marie Neuser

Afficher l'image d'origineMarie Neuser est un écrivain français (Marseille 1970), agrégée d’Italien; elle enseigne à Marseille, mais possède d’autres langues. Sa bibliographie comprend aujourd’hui cinq livres.

Prendre Gloria (2016) fait partie d’un diptyque avec Prendre Lily (2015), deux livres qui concernent la trajectoire d’un psychopathe, mais ce sont deux livres que l’on peut lire séparément. Prendre Lily aborde la fin de cette histoire en Angleterre et Prendre Gloria, le début de l’affaire en Italie.

Ces deux livres sont basés sur une histoire vraie qui défraya la chronique en Italie entre 1993 et 2011 : dix-huit années pour venir au bout de cette énigme judiciaire ! Le vrai cas concerne la disparition d’Elisa Claps (Gloria Prats dans le roman), à l’âge de seize ans dans la ville de Potenza (région du Basilicate). Le cas est resté irrésolu pendant 17 ans faute d’avoir trouvé le cadavre; l’affaire a pu se développer à nouveau à partir des données en provenance d’Angleterre où résidait le suspect. Apparemment le « secret d’état » en Italie aurait couvert ce cas criminel (page 202 : vous savez, en Italie, on a peut-être les plus grands artistes, mais certainement pas les plus grands flics).Mais ce cas ne serait pas la seule affaire criminelle concernant la disparition de jeunes filles en rapport avec cette grande société secrète et taiseuse qu’est l’Église; dans les dernières décennies il y a eu aussi la disparition de Martina, une jeune citoyenne vaticane, au sortir d’une église où elle était allée prendre son cours de hautbois, et Sandra, une autre jeune fille que personne n’avait retrouvé après qu’elle s’était rendue dans un monastère pour une retraite spirituelle.

Ce thriller est très différent dans sa présentation de ce que nous avons l’habitude de lire. Car dès les premières pages le lecteur connait l’assassin (un imbécile borderline depuis l’enfance, compulsif et impulsif, obsessionnel et obsédé, un insecte doté d’un QI d’ingénieur et d’un univers mental d’enfant de 6 ans…). Marie Neuser  nous dissèque l’affaire pas à pas en se posant constamment la question : pourquoi? et comment? Au début de ma lecture j’ai été quelque peu excédée par la lenteur et je dois avouer que les sauts temporels dans le récit m’ont aussi gêné car chaque fois je devais faire l’effort de resituer le personnage dans le temps et dans l’action. Après tout, nous allons suivre les mêmes personnes pendant dix-huit années, cela fait long. Ce fut un parti pris de la part de l’écrivain de nous imposer ces sauts temporels afin de redonner de la dynamique au récit.

La trame concerne le cas d’un jeune psychopathe dans une paisible petite ville italienne, un psychopathe fétichiste : il était attiré par les chevelures féminines, surtout blondes qu’il découpait de façon impulsive; son cas avait été dépisté assez tôt par son comportement aberrant, mais sa famille était puissante et les faits avaient été enterrés. Le garçon n’a jamais bénéficié d’un traitement adéquat et avec le temps ses agissements ont largement dérapé constituant un cas criminel .

Ce serait déplorable de dévoiler la trame de ce thriller, mais ce qui est remarquable est de constater le poids considérable qu’à la religion dans la société italienne et aussi le poids très fort de la famille, beaucoup plus fort qu’en France avec la pratique courante d’une sorte d’omertà intra-familiale inviolable (dans un pays où l’art du silence est administré dès le sein de la mère). Pas à pas Marie Neuser nous montre comment des pistes flagrantes furent laissées de côté dès le départ par la police et la justice et comment la famille du suspect s’est protégée et comment des témoins importants ont été escamotés du procès, voire assassinés. Au sommet de la pyramide, Marie Neuser suggère l’existence d’un complot au plus haut de l’état qu’elle appelle Le Système, une sorte de logia maçonnique et mafieuse destinée à protéger ses membres et à éliminer ceux qui gênent.

Au total, un thriller différent où tout l’appareil de justice italien sort avili et corrompu par des forces occultes qui tirent les ficelles.Voici ce que Marie Neuser fait dire à une juge italienne qui a fait partie du procès au début de celui-ci : elle connaissait parfaitement, de par sa magistrature, le jeu des lois et des tarifs des gens d’honneur, et elle n’avait jamais perdu de vue que dans ce pays, réputé pour être celui de l’inorganisation la plus totale, une seule chose était parfaitement réglementée et ne se permettait jamais aucun écart, Le Système.

PRENDRE GLORIA, FleuveNoir 2016,  ISBN 978-2-265-11452-4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s