Le temps d’un autre de Robert Goddard

Afficher l'image d'origineRomancier anglais né en 1954 dans le Hampshire, auteur de romans policiers et de romans à énigmes. Il a étudié l’Histoire à Cambridge puis travaillé dans le journalisme, dans l’enseignement et dans l’administration scolaires avant de se consacrer exclusivement à l’écriture. Il possède une vaste bibliographie  (avec plus de 20 romans depuis 1986) et pour le moment seulement 3 ou 4 romans traduits en français par  Sonatine Éditions. Il a été redécouvert aux États Unis avec un grand succès. Actuellement l’écrivain vit en Cornouailles.

J’ai commenté son roman intitulé Par un matin d’automne en juillet 2013, roman  épais qui m’avait captivé par ses rebondissements incessants. Un vrai page turner.

Le temps d’un autre (Borrowed time, 1995) est aussi un roman très épais (600 pages)  qui confirme cette habitude du romancier anglais à écrire des romans à énigmes qui s’ensuivent comme un chapelet. Mais cette fois j’ai été un peu moins captivée, trouvant parfois des longueurs dans la dynamique de l’action. Puis, bien que le roman arrive à être captivant par moments, j’ai ressenti que cette histoire était peu crédible.

Pourquoi? Parce que toute l’intrigue du roman est construite autour de l’intérêt maladif (à mon goût) qu’éprouve le protagoniste, Robin Timariot, pour l’énigmatique Lady Louise Paxton. Il va la croiser quelques minutes au cours d’une randonnée pour ensuite n’avoir de cesse  de savoir tout sur cette femme séduisante et mystérieuse. Il va devenir à la limite impertinent en s’accrochant ainsi à cette famille. De plus j’ai trouvé que le personnage était trop falot, ce qui ne concordait pas avec cette espèce d’ obsession envers Lady Paxton. Mais de quoi se mêlait-t-il ? Je me suis posée la question tout au long de la lecture. Bien que Robin Timariot soit le narrateur dans ce récit, le lecteur ne connaît pas le fond de sa pensée, et le lecteur a l’impression désagréable qu’il se laisse manipuler par tout le monde. Agaçant.

J’ai beaucoup souri et  apprécié les considérations de l’écrivain envers le personnage du fonctionnaire européen qui est Robin Timariot. J’imagine que c’est ainsi que les Anglais voient ces fonctionnaires européens riches en prébendes de tout genre : des tire-au-flanc planqués derrière des emplois  régaliens. Page 84 nous lisons : il n’est pas facile de démissionner si vous êtes un fonctionnaire titulaire de la Commission Européenne. A vrai dire, c’est presque impossible, parce que toute tentative en ce sens est officiellement interprétée comme une demande de congé de longue durée. Quand je donnais la mienne à mon chef d’unité délicieusement consterné en ce matin de juillet 1990, il la traita comme une demande de ce que nous autres eurocrates appelons un congé de convenance personnelle. Congé sans solde, en moins grandiose. Congé sabbatique, si vous préférez. Carrière en congélation. Pendant un an à la première demande, mais automatiquement renouvelable pour une deuxième année et ensuite une troisième; en encore plus longtemps, en théorie.

LA TRAME: Robin Timariot est haut fonctionnaire à Bruxelles et à l’occasion du décès d’un frère, il  doit retourner en Angleterre pour le remplacer au sein d’une affaire familiale importante et prendre le poste de directeur (fabrique de battes de cricket) . Il croisera par hasard une femme qui lui fera une forte impression mais cette femme  sera assassinée quelques heures plus tard. Il sera littéralement hanté par l’ affaire et se rapprochera de la famille afin d’apprendre des choses sur la victime.

Mais de quoi se mêle Robin Timariot ? Il gravite et s’immisce au sein de cette famille Paxton de façon malsaine, voire déplacée. Non, mais quel pot de colle.

A partir de cela, les choses vont se compliquer parce que les gens ne sont pas ce qu’ils paraissent. Il y a du mensonge,  de fausses apparences et des complications en cascade avec un final assez inattendu.

LE TEMPS D’UN AUTRE, Livre de Poche 33657 (2015),  ISBN 978-2-253-18422-5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s