L’Enfant léopard de Daniel Picouly

Description de cette image, également commentée ci-aprèsÉcrivain français (Villemomble 1948), et aussi animateur de TV, auteur dramatique, scénariste de BD et comédien.

L’enfant léopard obtint le Prix Renaudot 1999.

Voici une lecture que je n’ai pas appréciée. D’abord par le sujet que j’ai trouvé quelque peu déplacé, puis par le style narratif, trop trépidant et faussement drolatique.

Le sujet : au cours des 12 dernières heures de la reine Marie Antoinette, avant qu’elle ne monte sur l’échafaud, on imagine un complot pour la ravir à la guillotine via les égouts de Paris, un complot que comme chacun le sait, a échoué. Aussi le roman attribue à la reine un enfant adultérin avec le nègre Zamor, enfanté en même temps que sa fille Marie Thérèse et qui aurait été substitué, caché et élevé par celle qui fut son amie, la princesse de Lamballe. Au cours du trajet entre la prison de la Conciergerie et l’échafaud la reine aurait souhaité apercevoir cet enfant si délaissé par le destin avant de mourir. L’enfant âgé de 15 ans serait atteint d’une maladie de peau responsable d’un épiderme tacheté rappelant un léopard.

Plusieurs personnages vrais de la Révolution sont évoqués dans le livre tels que Robespierre,  la princesse de Lamballe, Madame du Barry, Danton et même la méconnue Olympe de Gouges qui mourut guillotinée et sur laquelle une fort jolie pièce de théâtre fut jouée cette année à Montparnasse par Annie Vergne Olympe de Gouges, porteuse d’espoir (une femme pionnière, féministe qui écrivit sur l’esclavage et sur les droits de la femme et de la Citoyenne en 1791).

Ce livre fournit une galerie, voire un catalogue de personnages, tous des gens de couleur qui constituent une espèce d’inframonde au sein d’un Paris sous la Terreur avec un quartier reservé plus ou moins aux gens de couleur et appelé Harlem. Presque tous ces personnages sont des  gens en marge de la loi à part deux policiers aux noms très couleur locale comme le brigadier-chef Edmond Cercueil et le brigadier Jonathan Fossoyeur, prédestinés les mecs !

Une lecture sans intérêt pour moi. Même pas drôle, comme on dit maintenant.

L’ENFANT LÉOPARD, Livre de Poche (15074), 2011(Grasset & Fasquelle 1999)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s