Les fauves d’Ingrid Desjours

Ingrid Desjours est une écrivain et psychologue française (1976), spécialisée en psycho-criminologie. À partir de l’année 2007 elle va se dédier entièrement à l’écriture de thrillers et aussi des scénarios pour la TV. Sa bibliographie s’agrandit d’année en année;  « Les fauves » est  son cinquième roman, inaugurant la nouvelle collection de polars et thrillers de Robert Laffont « La Bête Noire ».

Les fauves est le premier livre que je lui lis et je suis impressionnée par son savoir faire  pour maintenir  la tension psychologique chez le lecteur: les révélations se font au compte goutte avec un super revirement à la fin du livre.

Si par moments je suis restée littéralement happée par cette lecture, en même temps  cela m’a dérangé car ce thriller colle trop à une réalité parisienne quotidienne faite de violence urbaine, de manipulation de l’information, de désenchantement général. Tout ceci a des relents de décadence. Ce mot décadence revient plusieurs fois dans le livre, et  je suis d’accord , mais cela me désole profondément.

C’est un très bon thriller mené de main efficace dans les milieux du journalisme, des islamistes, des djihadistes, de la police (bien désarmée et molle), de la drogue, d’un Paris dangereux et trop vulnérable. C’est un livre imprégné de l’après 7 janvier 2015, le jour de l’attentat  dans les locaux de Charlie Hebdo : un choc que le peuple français a reçu en pleine figure.

Le titre du livre vient des démons intérieurs qui taraudent l’esprit de certains particulièrement chez les  soldats qui reviennent de la guerre (ici la guerre d’Afghanistan). Le corps des soldats peut revenir indemne, mais  leur esprit est ébranlé par le désordre psychique connu comme « choc post traumatique  » ; ces anciens militaires sont souvent obligés de continuer à se doper aux amphétamines afin de baigner dans l’adrénaline qui leur permet de fonctionner au quotidien. Ce type de profil est souvent recherché comme garde de protection rapprochée:  des hommes rompus au combat sachant manier des armes. Ce type de personne, c’est Lars, un personnage important  du livre assez bien campé, chez qui est bien décrit le côté fauve contrebalancé par un côté tendre et  pur : deux pôles assez antinomiques et paradoxaux, mais qui peuvent coexister.

Le thriller tourne autour de l’histoire de Haïko, une journaliste parisienne de 35 ans, belle, qui adore être sous les feux de la rampe. Elle a créée une organisation qui vise à sauver des jeunes tombés sous l’emprise des  djihadistes. Mais derrière l’organisation de Haïko se cachent beaucoup d’autres sujets obscurs, très obscurs. La mère  de Haïko est une autre journaliste de choc très connue dans le milieu, riche ( Ingrid Desjours me fait penser à Anne Sinclair…), elle engage des gardes du corps pour la sécurité de sa fille, car Haïko est l’objet d’une fatwa . Le responsable des trois gardes du corps est Lars, un athlète qui revient d’Afghanistan.

Le thriller va s’emballer et procurer  de vraies sueurs froides qui baignent dans une réalité tellement bien dépeinte que cela est presque imagé.   L’écrivain Desjours emploie un langage direct,  efficace, par moments assez cru ce qui rajoute de la crédibilité.

J’ai bien aimé ce livre, mais j’ai ressenti comme un malaise à sa lecture : une écriture super efficace,  impeccable, tendue, dynamique, (comme un script pour le cinéma) , mais un sujet  beaucoup trop dérangeant pour que je me sente à l’aise. Ce livre nous jette à la figure la gangrène qui s’est créée autour de notre environnement, la constatation d’une certaine décadence.

Une réunion organisée par Babelio et l’éditeur Robert Laffont autour du livre a été très réussie :cela nous a permis d’approcher l’écrivain qui est une femme charmante,  parlant bien de son métier et de ses méthodes de travail. Nous avons eu la surprise d’assister en direct à une démo de self défense de la part de vrais professionnels de combat.

Merci  à Babelio et aux Editions Robert Laffont (La Bête Noire) pour cette bonne lecture dans le cadre de Masse Critique.

LES FAUVES, La Bête Noire (Laffont) 2015,  ISBN 978-2-221-14595-1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s