Concerto pour quatre mains de Paul Colize

Afficher l'image d'originePaul Colize est un auteur belge de polars (Bruxelles 1953) avec déjà une liste impressionnante de publications. L’amour du polar lui viendrait de sa grand mère qui en lisait un par jour…Sinon il a travaillé comme consultant en management et organisation.

Pour moi c’est une heureuse découverte grâce aux rencontres organisées par Babelio: une  rencontre avec un écrivain et son livre et la possibilité d’une dédicace. Je puis affirmer que Mr Colize est un homme charmant à l’humour fin.  Il travaille ses romans d’après une documentation très fouillée, il choisit une intrigue assez sophistiquée et il possède pas mal d’humour.

Pour fêter son arrivée dans la maison Fleuve noir, il a sorti ce très bon thriller psychologique d’un grand réalisme écrit avec un style au langage épuré, taillé à la serpe avec une fluidité du propos telle, que le livre constitue presque un script pour le cinéma. Les chapitres sont courts et efficaces , à « l’américaine », avec des changements brusques dans l’action, ce qui accroche le lecteur et rend la lecture très dynamique.

Concerto pour quatre mains (2015), Prix Arsène Lupin 2016, n’est pas un polar à proprement parler, comme d’autres l’ont déjà signalé, mais un roman de gangsters. C’est d’abord le SUPER gangster, Franck Jammet, beau et intelligent, pianiste (d’où le titre évocateur de grande musique), fils de bonne famille qui a mal tourné à cause d’un « argent trop facile » . Cet homme va organiser des casses avec un soin méticuleux, en choisissant des comparses  de choc, et avec l’intention de ne pas verser une goutte de sang.

Mais ceci est un vœu pieux, car dans le cadre du grand banditisme on n’hésite pas une seconde à tirer sur le premier malheureux qui gêne le bon déroulement du plan.

Le roman décrit par le dedans ce banditisme organisé de manière scientifique, avec la description du milieu de la pègre belge et leur système pénal bancal.  Le pendant au banditisme est donné par Maître Jean Villemont, un brillant avocat pénaliste vite atteint du syndrome de Stockholm avec ses clients et qui sera mêlé à une affaire très vicieuse.

Ces malfrats qui vont réussir des casses incroyables, ne vont pas cesser d’en organiser d’autres parce qu’ils voudront  récupérer  toujours plus d’argent. Leur appât du gain n’a pas de limites et ce qu’ils recherchent le plus, c’est la sensation enivrante de l’adrénaline coulant à flots; le butin devient presque secondaire.

Un polar haletant, écrit de façon efficace et avec une fin qui rachète  un peu de  moralité. La morale devrait être que les avocats pénaux ne restent pas trop longtemps sur les affaires, car cela est source de corruption. La jaquette du livre est très réussie avec le dessin d’un piano à partir des lettres. Bravo !

CONCERTO…, Fleuve noir 2015,  ISBN 978-2-265-09937-1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s