Archive | juillet 2015

De bonne famille d’Isabella Bossi Fedrigotti

La comtesse Isabella Bossi Fedrigotti est une journaliste et écrivain italienne (Roveto 1948). Elle se fit connaitre en 1980 par son roman sur Garibaldi Amore mio, uccidi Garibaldi. Le roman De bonne famille date de 1991, il fut couronné par le prix Campiello la même année.

C’est  Bookycooky, une amie babeliote (réseau Babelio, amis de lectures) qui m’en a parlé en premier à l’occasion d’un échange sur nos lectures.

C’est un livre qui se lit bien, très fluide, et dont la traduction de Danièle Valin a gardé toute l’élegance de la langue italienne. C’est un roman à deux voix, les voix des soeurs Virginia, l’aînée, et Clara, la cadette. Nous ne connaitrons pas le patronyme de cette famille, mais nous saurons qu’elles habitent une vaste demeure familiale à M. non loin de l’Autriche, dans un paysage montagneux, beau et solitaire. C’est une famille qui a beaucoup de traditions et d’interdits, c’est une famille très bourgeoise mais appauvrie.

Le premier récit est celui de la cadette, Clara, une personne qui vécut toute sa jeunesse à l’ombre de ses parents et de sa grande soeur, étant bien moins jolie, mais surtout très timide et réservée. Clara va nous raconter comment elle va rater ses deux histoires sentimentales parce que Virginia va s’immiscer de façon perfide et de telle façon que ses relations seront rompues à jamais et  Clara restera vieille fille. Elle n’aura pas de vie sentimentale, mais elle fera en sorte de conserver le patrimoine legué par ses ancêtres. Virginia en revanche est un panier percé et dilapide sans se poser de questions notamment sur le fait qu’elle est en train d’expolier sa soeur. La seule relation proche de Clara est Beppina, sa servante depuis toujours, attachée foncièrement à cette famille alors que, à partir d’un certain moment, elle est bien plus riche que les deux soeurs. A la fin de sa vie Clara est consciente que les enfants et petits enfants de Virginia lui tournent autour exclusivement par rapport à l’héritage.

Le récit de Virginia est radicalement différent, son point de vue est très égoïste et elle ne se pose jamais de questions sur une éventuelle souffrance de Clara. Elle a mené sa vie à sa façon, loin de la maison familiale et quand les choses tournent mal, elle y retourne et se sert sur le patrimoine mobilier et les objets de valeur. Si Clara ne manifestait pas un certain sérieux et attachement vis-à-vis de son patrimoine, tout partirait à la vente. Par rapport aux relations sentimentales que sa soeur eut un jour , le lecteur est à même de comprendre le niveau de manipulation et j’oserais dire, de perversité qu’elle a déployé avec sa cadette. De plus, Virginia, se sachant la plus belle et la plus désirable, elle estime que tout lui est dû; elle n’exprimera jamais un quelconque regret.

En vieillissant les deux soeurs vivront en se regardant en chiens de faïence, partageant de rares moments ensemble et sans jamais communiquer entre elles et clarifier leurs positions.

Livre intéressant qui soulève le problème de la profonde solitude au quotidien entre deux personnes de la même famille, plongées dans une totale incommunication.

DE BONNE FAMILLE, Hachette Littératures 1997(Milan 1991),  ISBN 2-01-23-5315-0

Los bogavantes de Abel Posse

Abel Posse

Abel Parentini Posse, más conocido como Abel Posse es un escritor argentino (Córdoba 1934) : novelista, ensayista, diplomático de carrera y académico. Estudió Derecho en Buenos Aires y Ciencias Políticas en París. Es miembro de la Academia Argentina de Letras desde diciembre 2012 y autor de una extensa obra bibliográfica: 14 novelas, 5 ensayos, cuentos y poemas.

Alcanzó notoriedad internacional con su Trilogía del Descubrimiento: el primer tomo fue Daimón en 1978, seguido de Los perros del paraíso en 1983 (publiqué un billete en mayo 2013) y terminando con Largo atardecer del caminante en 1992. Los tres tomos recibieron premios.

El escritor ha sido consagrado como uno de los maestros de la « nueva novela histórica de América Latina« . Fue Director del Centro Cultural argentino en Paris entre 1981-1985  totalizando unos 8 años de residencia en Paris.

Abel Posse llegó a Paris en 1958, a los 24 años cuando Paris era un centro cultural de gran auge con la figura tutelar de Jean Paul Sartre que volvía de Cuba en aquel entonces y con otros personajes como Cortázar, Neruda y otras lumbreras.  Los bogavantes, su primera obra narrativa,  es un libro catalogado « de crisis » para él,  lo empezó  en 1962-63 en Tübingen,  terminándolo  en 1967-68 en Moscú. En aquella época Abel Posse se decía anarquista independiente como tantos otros escritores.

Según el trabajo de Alejandro Hermosilla, Los bogavantes haría parte del nouveau roman que dio tanto que hablar en aquellos años y que fue un grupo encabezado por Marguerite Duras.

Los bogavantes  es un nouveau roman alrededor de tres personajes en crisis que se buscan un destino; el telón de fondo es el Paris rebelde de 1968, la España mística y  Cuba revolucionaria. Estamos en el período de crisis intelectual y de valores que sufrió el Occidente después de las dos grandes guerras mundiales.

Los personajes en crisis de la novela son tres:  Francisco Elizábal, un estudiante en pintura originario de Burgos que busca otras formas de conocer, de mirar que no remitan a las formas automatizadas, utilitarias y cotidianas; es un pintor aprendiz obsesionado por la belleza y que terminará loco.  Marcelo es un diplomático argentino con desgana de funcionario aburrido, un intelectual lúcido, decadente y depravado.  Susana es una joven argentina fervorosamente idealista que terminará en Cuba como maestra de escuela.

Tenemos un triángulo amoroso con una integración del Hombre en un mundo amoral y tecnificado. Se puede decir que los tres personajes de Los bogavantes viven atenazados por la imposibilidad de realizar un cambio, un viaje interior y exterior para reconstruír las bases de una sociedad en la que están inmersos.

El libro empieza como un diario del cínico diplomático Marcelo ( ¿el alter ego de Posse?) y sus deambulaciones por el París de aquellos años lo que me recuerda Rayuela de Cortázar. Marcelo es depravado porque teniendo más de 40 años no duda en seducir o casi violar a Françoise, una joven liceana menor de edad !(Página 15…Poseer a Françoise, realmente poseerla, equivalía a pervertirla (llevarla a una zona de sexualidad tan intensa y animal que fuese rayana con lo monstruoso). Era necesario no solamente destruir su virginidad física sino también la metafísica, tarea ésta mucho más complicada y sutil. Y se puede decir que ya hemos hecho bastante camino desde aquel primer encuentro a la salida de la escuela secundaria para jeunes filles, cuando me sentí avergonzado de seguirla y todavía más avergonzado cuando ella lamía aquel helado que le había regalado mientras yo escrutaba a quienes nos miraban, temeroso de que pensasen que no era su padre… !(lo encuentro sencillamente asqueroso).

No debía querer mucho a Jean Paul Sartre el escritor Posse porque página10 leemos…caminé esperando la hora de la cena. Cerca de Saint Germain pensé en Sartre: una costurera del siglo XIX tejiendo sus libros de filosofía. Su inigualable paciencia masturbatoria. Sentí una llamarada de súbita furia contra la imagen de ese bizco humanista que imaginaba al lado de su lámpara, entre sus pipas, avergonzado de su cuenta bancaria, junto a una de esas ventanas de la rue Bonaparte.Y página 19 vuelve a la carga: Atardecer. Siento una súbita furia por los intelectuales llamados humanistas. Esa gente de « buena voluntad »(inútil) : Chaplin, Russell, Casals, Sartre y su mujer. Un asco irreprimible por esos moralistas que buscan cualquier conflicto internacional para salvarse, para arreglar cuentas con sus éticas de pequeños burgueses.(Me olvidaba de Schweitzer, un maestro de la especie.) (¿No será hereditario ? ya que Sartre era pariente de Schweitzer;  se necesitaba valor en la década del 60 para escribir ésto sobre el aún « endiosado » y aún no caído del pedestal bizco JP Sartre).

Francamente no me gustó esta novela que encontré decadente aunque bien escrita. No basta escribir con buenos términos, es necesario lograr que la lectura sea interesante. Lo que la salva un poco es, por momentos, un humor feroz donde resalta la detestación del escritor por el matrimonio llamado erocidio, especie de castración o semiimpotencia.

LOS BOGAVANTES, Editorial Argos Vergara 1982,  ISBN 84-7178-402-5

Manderley for ever de Tatiana de Rosnay

 

Afficher l'image d'origineTatiana de Rosnay est un écrivain, journaliste et scénariste franco-britannique (France 1961 ),  qui peut écrire directement en français ou en anglais; au moins trois de ses livres ont été publiés d’abord en anglais. Elle connaît un  franc succès à partir de 2007 avec le roman  » Sarah’s key » traduit en français par  « Elle s’appelait Sarah » dont on a tiré le beau film homonyme de Gilles Paquet-Brenner en 2010.

Tatiana de Rosnay  a un beau palmarès, jugez plutôt : huitième écrivain français le plus lu en Europe en 2010 et cinquième auteur français le plus lu en 2011.

Je l’ apprécie particulièrement car son style est  direct, sans fioritures et elle sait aller au fond des choses. Manderley for ever est le sixième livre d’elle commenté dans ce blog, après Le coeur d’une autre, Amsterdamnation, Spirales, Café Lowendal et Son carnet rouge.

Pour l’écriture de Manderley for ever, Tatiana de Rosnay a changé de style , passant d’une écriture  épurée et  directe, a un style beaucoup plus ampoulé, plus touffu, plus fouillé, ce qui convient bien a la biographie. Cette biographie de Daphné du Maurier est foisonnante de détails sur sa vie intime et sur les lieux  et les atmosphères qu’elle a fréquentés. C’est un livre que j’ai beaucoup apprécié, même si je l’ai trouvé  un peu long vers la fin. Il me semble avoir débusqué un point très fort en commun  entre Daphné du Maurier et Tatiana de Rosnay : la fascination qu’éprouvent toutes les deux pour les lieux, les endroits clos: les maisons pour du Maurier et les appartements pour de Rosnay.

Grâce au livre de Tatiana de Rosnay, j’ai découvert un écrivain dont le livre phare, Rebecca, m’avait fait grande impression  il y a quelques années. Le film tiré du livre en 1940 par Hitchcock est aussi bien quoique un peu éloigné du texte. Je  garde en mémoire une impression d’étrangeté, de malaise.

Daphné du Maurier a eu une vie très riche, menée tambour battant et à sa façon; on peut dire aussi qu’elle a mené une vie très libre pour l’époque et surtout pour son milieu social.

Ce qui frappe tout d’abord est l’importance primordiale que du Maurier attache aux maisons qu’elle a habitées, avec un lot de sensations qu’elle perçoit à l’intérieur des murs et aussi dehors chez cette femme très sportive qui aimait naviguer, ou effectuer de longues marches à l’allure athlétique. Elle avait un besoin viscéral de sensations pour entourer ses histoires. Autre détail frappant chez Daphné du Maurier est le besoin de passion, un maelstrom de sensations nécessaire  pour créer, pour démarrer une fiction. (Ce qui me rappelle aussi que le poète Pablo Neruda avait besoin de cette même exaltation pour écrire ses vers).

Daphné du Maurier était une personne excessivement timide, mais qui pouvait aller  jusqu’au bout de ses pulsions parce qu’en fait elle avait une forte personnalité. Mais cette personnalité était double: d’une part une belle et svelte jeune femme, un peu froide et distante et dans son for intérieur  un être  qu’elle avait baptisé Éric Avon et qui correspondait à son alter ego masculin. Daphné était la fille préférée de son père, lequel n’avait jamais caché qu’il aurait préféré avoir un fils.

C’était une famille très bohème et fantasque du côté des Maurier, à commencer par le grand père Kiki du Maurier, écrivain assez connu qui s’était inventé des ancêtres nobles alors que le vrai nom de la famille était simplement Busson (du lieu dit Le Maurier). Puis il y eut Gérald du Maurier, le père de Daphné, un acteur de théâtre très célèbre et adulé par les femmes; Gérald épousa une actrice Muriel Beaumont qui se consacra par la suite à son rôle de mère et de maitresse de maison chez les du Maurier qui menaient grand train à Londres. Le ménage eut trois filles : Angela l’aînée, écrivain sans succès, Daphné et Jeanne, peintre. Seule Daphné se mariera en grande pompe avec Frederick Browning, beau militaire de très bonne famille. Ils auront trois enfants: Tessa, Flavia et Kits, ce dernier étant les yeux de sa mère.

Les maisons vont jouer un rôle important tout le long de sa vie. D’abord les maisons des parents : Cumberland Terrace où elle est née ( au 24) puis Cannon Hall à Hampstead où la timide Daphné se cachait pour lire et avait du mal à éviter les incessantes mondanités des parents. Vint ensuite la maison de campagne que les parents achetèrent en 1926 à Fowey et qu’ils baptisèrent Ferryside. Cette maison va jouer un rôle important dans l’atmosphère créative de Daphné. Au cours de promenades elle fera la découverte d’une maison isolée et très romanesque qui va devenir une véritable obsession :Menabilly dans le Cornouailles. Daphné n’aura  de cesse que d’obtenir cette maison en location car le propriétaire ne vend pas. Ainsi elle réussira à obtenir, sous certaines conditions, un bail de longue durée; elle aménagera cette maison à son goût et ne voudra plus la quitter, c’est là qu’elle aime écrire. Lorsque le bail  viendra à expiration, plus de vingt ans plus tard; le propriétaire lui louera une autre maison, dénommée Kilmarth, dans le même secteur, maison qu’elle aménagera aussi à son goût et où elle finira ses jours : .

La vie affective de Daphné sera riche mais compliquée. On peut dire que après avoir souhaité ardemment épouser Tommy Browning et avoir eu de lui trois magnifiques enfants, elle s’est détachée de lui et le couple sera brisé. Tommy Browning occupait des postes de plus en plus importants au sein de Buckingham Palace, mais il a du faire face seul. Daphné est restée dans sa maison où elle menait une vie créative, mais aussi faisait des voyages et des rencontres loin de son mari. Elle s’est entiché plusieurs fois de femmes très féminines et séduisantes, mais le sentiment n’a pas été toujours réciproque; elle a connu parfois une dépression grave après des amours non abouties.

Un personnage hors du commun que cette Daphné du Maurier. Il n’y a qu’à regarder la photo qui orne la couverture du livre : Daphné dans l’éclat de sa jeunesse, une cigarette au bec avec un air de défi souverain.

J’ai beaucoup apprécié les courts chapitres introductifs de Tatiana de Rosnay qui est partie en pèlerinage visiter tous ces  lieux hantés par Daphné du Maurier  où elle nous raconte ses impressions sur le vif. J’ai apprécié retrouver page 170 un mot dans le livre que je trouve exquis et peu usité, le mot procrastination, tellement adéquat dans ce contexte !

Un grand merci à mon amie Christiane N. pour ce superbe cadeau !

MANDERLEY, Albin Michel-Héloïse d’Ormesson 2015, ISBN 978-2-226-31476-5