Nymphéas noirs de Michel Bussi

"Nymphéas noirs" de Michel Bussi

Michel Bussi est un écrivain, professeur de géographie et politologue français (Louviers 1965); c’est un auteur de polars connu et apprécié  et le 5ème écrivain le plus vendu en 2015 (800 000 exemplaires); il est aussi  l’écrivain de polars le plus lu en France. Presque tous ses romans se passent en Normandie. Il a reçu une vingtaine de prix et certains livres ont été primés plusieurs fois.

J’ai publié en février 2015  un billet sur son livre Gravé dans le sable (2007), anciennement intitulé Omaha crimes; dont j’ai bien aimé le sujet ainsi que le suspense.

Depuis lors plusieurs personnes m’ont dit qu’à leur avis le meilleur polar de Bussi était Nymphéas noirs et j’avais hâte de le lire ! Voilà, c’est  fait; mais de l’avoir lu après un polar de Pierre Lemaître, je dois préciser que je préfère de loin le livre de Lemaître: j’ai trouvé des longueurs à Nymphéas noirs, je l’ai trouvé bavard, je me suis un peu ennuyée par moments et j’avais hâte de connaitre la fin parce que je peinais et m’essoufflais dans ma lecture.

En revanche, j’ai trouvé que le sujet était enchanteur avec cette promenade à Giverny sur les traces du grand maître impressionniste qui fut Monet. Quel plaisir de savoir que les lieux et les paysages sont encore préservés. Et toute l’atmosphère de la maison de Monet est très bien rendue grâce à la plume de Michel Bussi qui devient presque colorée par moments. L’écriture du livre comporte des touches d’humour acide qui me rappellent le talent si particulier de Pierre Lemaître, mais loin de moi de vouloir les mettre en compétition; ce sont deux auteurs assez différents.

Il y a dans le livre des personnages ( 3 femmes, 3 destins) à des époques différentes qui vont plonger le lecteur dans les affres du doute et ce, jusqu’au bout. C’est un polar  qui s’articule entre 1937 et 1963 avec une succession de meurtres qui semblent obéir à un rituel. Qui est qui dans ce roman ??? Ne comptez pas sur moi pour vous dévoiler un iota de l’intrigue sous peine de vous gâcher une bonne lecture ! J’ai apprécié particulièrement le personnage de la vieille dame de la tour, une espèce de Tatie Danielle de Giverny qui surveille tout le monde, qui est au courant de tout et qui est une véritable teigne. La fin du polar est bluffante.

Et cerise sur le gâteau, non seulement il est question de la  peinture de Monet dans ce livre , mais aussi on fait allusion à Aurélien d’Aragon, cette longue rêverie d’amour impossible au sein du couple…

[…]

Il faudrait rendre sens aux mots blasphématoires
 Refaire un coeur saignant à ceux qui n'en ont plus
 Ceux qui ne pleurent pas pour une belle histoire
 Méritent-ils le ciel qui leur est dévolu.

NYMPHEAS NOIRS, Pocket 14971 (Presses de la Cité 2011),  ISBN 978-2-22237-2

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s