Fleur et sang de François Vallejo

François Vallejo est un professeur et écrivain français (Le Mans 1960). Il enseigne actuellement les lettres classiques au Havre. Il a été couronné par plusieurs prix et il a été finaliste du Goncourt, du Fémina et du Renaudot !

Fleur et sang de 2014 est son onzième roman, il narre en parallèle la vie de deux médecins de la même famille tourangelle, les Delatour qui ont constitué une véritable dynastie de médecins au fil des siècles. Fleur c’est Urbain Delatour dit « le Jeune » au XVII siècle qui voulait se consacrer aux fleurs, puis il a accepté l’idée de prendre la suite de son père Urbain Delatour, chirurgien barbier et apothicaire  dit « l’Aîné ». Sang c’est Étienne Delatour, chirurgien cardiaque, chef de service à Paris de nos jours, dont le métier est d’ouvrir des thorax et de plonger ses mains dans le sang.

Ces deux histoires ont des points communs forts : une volonté de toute puissance médicale, une forte dose de manipulation et l’art consommé du mensonge.

Il y a un effet d’écho entre les deux intrigues, ce qui perturbe le lecteur: les personnages portent le même nom à travers les siècles . Et il y a une histoire d’amour avec deux boiteuses aux deux époques: Isabelle de Montchevreüil restée boiteuse après une vilaine chute de cheval et  Irène Saint Albin qui est devenue boiteuse après un grave accident de voiture dans l’enfance…

Au XVII siècle il y a des rivalités entre seigneurs et paysans, il y a l’ingérence d’un curé de campagne, les dérives d’un évêque plus mondain que prélat. On atteint le sordide.

De nos jours le chirurgien cardiaque doit faire face aux médisances et jalousies des collègues, aux statistiques de surmortalité de son service avec des chiffres manipulés par ceux qui lui veulent du mal et il doit lutter avec le budget alloué à l’hôpital pour son service. On atteint le sordide aussi.

L’écriture de François Vallejo se veut adaptée à chaque période concernée et je dois avouer que j’ai eu beaucoup de mal avec les deux écritures qui m’ont paru emberlificotées, peu claires, pour accompagner un texte compliqué qui nécessitait de la clarté.

En revanche, il y a une intrigue du tonnerre, très bien ourdie avec un dénouement digne d’un thriller. Original.

Au cœur du roman il y a la réflexion suivante : les hommes répètent régulièrement des évènements qui ont déjà eu lieu dans leur passé et tentent de libérer des destins écrits par avance. C’est très troublant.

Merci Michèle et Philippe pour ce cadeau sympa.

FLEUR ET SANG, Éditions Viviane Hamy 2014,  ISBN 978-2-87858-596-4

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s