Un étranger dans la maison de Patricia Macdonald

Patricia  Macdonald est un écrivain et journaliste américaine (Connecticut 1949) diplômée d’un doctorat de journalisme de Boston; elle écrit des romans à suspense; elle est mariée avec l’écrivain Art Bourgeau qui possède à Philadelphie, la meilleure librairie spécialisée dans les polars des USA, c’est peu dire.

Un étranger à la maison (Stranger in the house, 1985) est son deuxième roman; aujourd’hui elle a publié plus de quinze titres (en moyenne un par an) et a été traduite dans plusieurs langues. Quatre de ses livres ont été adaptés pour la TV et en France elle a vendu plus de 1 million 800 000 livres !

Alors que j’ étais en vacances, je me suis retrouvée à court de lecture en français, et l’ hôtel m’a prêté gentiment celui-ci (merci aux voyageurs anonymes qui laissent des livres sur place !).

C est un polar psychologique et un vrai roman à suspense,  un peu « naïf » au goût de ce jour compte tenu de ce qui se publie actuellement  parce que les polars d’aujourd’hui ne sont plus des histoires purement policières, mais,  selon les cas, des histoires ayant une orientation ethnologique, sociologique, historique, etc. J’ ai retrouvé une vague ressemblance entre ce roman et les thrillers psychologiques de l’efficace et talentueuse Laura Kasischke, mais sans le côté malsain et terriblement perturbateur des livres de Mme Kasischke. La ressemblance tient a mon avis à cette lente montée de l’ angoisse dans un cadre parfaitement huilé et « normal » .

Cette histoire s’articule autour de la disparition d’un petit garçon  de 4 ans  alors que sa  maman l ‘avait laissé seul dans le jardin, dans son parc, pour aller s’occuper de sa fille de 7 ans, alitée avec de la fièvre. Cette disparition va durer onze années pendant lesquelles la mère n’abandonnera jamais une intuition que lui dit qu’elle récupérera son fils. Et quand le garçon resurgira, ce sera un étranger pour sa famille.

Ceci pose le problème de fond suivant: nous sommes, certes, le résultat du mélange de gènes légués par les parents, mais aussi, le résultat direct d’une éducation, d’un environnement, d’une culture, d’un milieu social. Les personnages sont assez bien campés dans ce roman: la mère de famille dévouée, le rapport avec les voisins, la vie de couple, les occasions d’aventure pour les hommes insatisfaits dans leur couple, l’adolescence et sa crise inévitable, les rapports avec la police.

Bon polar psychologique qui nous prend aux tripes, il se laisse lire jusqu’au bout.

 

UN ETRANGER , Albin Michel 1985,  ISBN 2-226-02350-X

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s