Le nain du roi de Pologne de Béata de Robien

Écrivain d’origine polonaise, diplômée de l’Université de Cracovie où elle a suivi des études de lettres. Elle vit en France depuis 1974;  elle écrit des pièces de théâtre, des scénarios pour la TV, des romans et des biographies directement en français.

J’ai publié un billet, en juillet 2014, sur un autre de ses livres, le très intéressant Roman de la Pologne qui nous explique la  foisonnante et compliquée histoire de ce grand pays qui est la Pologne.

Le nain du roi de Pologne est un livre dans la même veine, c’est à dire, intéressant et par moments très drôle. Le livre est écrit sous forme de journal apocryphe dudit nain Jan Krassowski connu aussi sous le pseudonyme de Domino ou petit Polacron. Il faut dire que ce nain je l’avais déjà croisé, au moins deux fois: la première fois, dans la monumentale biographie de Catherine de Médicis de Jean Orieux, et la seconde,  dans Le roman de la Pologne de Béata de Robien.

Ce nain est un nain hors normes, d’abord il est d’excellente extraction puisque fils d’un nobliau désargenté qui le vendit à la Cour de France contre une véritable fortune: deux mille écus d’or; physiquement il est une rareté car c’est un nain harmonieux, gracieux, beau, une miniature d’homme aux proportions parfaites, mesurant un mètre à peine . En revanche, il est largement doté  du côté intrigant, calculateur, fourbe, traître, comme on le dit de la gente lilliputienne. Car il faut savoir que un nain ne déteste rien de plus que…un autre nain. Jan Krassowski est très imbu de sa personne, conscient du rôle important qu’il joue à la Cour de France et adorant sa souveraine, la Reine noire, la controversée Catherine de Médicis.

Catherine de Médicis raffolait des nains et en avait une collection . Elle avait même essayé de créer une race de nains: on avait creusé une fosse dans laquelle nains et naines se livraient à toutes sortes de fantaisies érotiques sous les yeux de la famille royale et de toute la noblesse rassemblée. La reine avait été bien déçue par son élevage. Il n’était pas venu de petits nains…

Jan Krassowski est arrivé à la Cour de Catherine de Médicis à l’âge de quinze ans et il est devenu assez rapidement le favori. Ils étaient une trentaine de nains à se faire la guerre sans merci à la Cour, à s’espionner, à médire les uns sur les autres. C’était un milieu impitoyable.

C’est Jan Krassowski qui a donné l’idée à Catherine de Médicis de récupérer le trône de Pologne pour son fils préféré, le Duc d’Anjou, car le dernier roi  « Jagellon » se mourait en Pologne sans descendance mâle. Et en France les trois rejetons Valois  s’entretuaient pour le trône de France: Charles IX régnait, le Duc d’Anjou se morfondait et l’avorton prénommé Hercule- François, complotait contre ses deux frères quitte à abjurer sa propre religion catholique et il se voyait régner comme François III, soutenu par les protestants .

Catherine de Médicis s’est piquée au jeu et elle a envoyé en Pologne son nain favori, d’origine polonaise, vingt-cinq années après que celui-ci ait quitté sa Pologne natale, pour plaider la cause du Duc d’Anjou qui n’était pas le seul candidat à vouloir ceindre la couronne de Pologne ( il y avait aussi le prince de Ferrare, Stéphane Bathory (palatin de Transylvanie), le fils de l’empereur Maximilien (l’archiduc Ernest), le tsar de Russie…), mais aussi pour épouser la soeur du défunt roi de Pologne, Anna Jagellonka, une pieuse vieille fille de l’âge de Catherine de Médicis. Pour arriver à ses fins le nain va mentir comme un arracheur de dents ou comme un fieffé politicien, nous dirions de nos jours. Lisez plutôt: «  Habilement, j’amenai les Polonais qui m’entouraient à se demander avec inquiétude qui succéderait à leur roi si celui-ci, malade, venait à mourir. Je mis en avant le duc d’Anjou qui, n’étant point marié, se flatterait qu’une aussi noble dame que la serenissima infante (une Jagellon), accepte sa demande en mariage. A toutes les objections des magnats, je trouvais immédiatement une réponse sensée et irréfutable. En politique comme en amour, il ne faut pas manquer de tout promettre. J’acceptais toutes les conditions. Je ne m’encombrais d’aucun scrupule- le roi aura toujours le loisir d’annuler les engagements de son nain. J’affirmai que si on l’élisait, le Duc d’Anjou gouvernerait conformément à la Constitution et en respect des libertés acquises par les nobles; qu’il n’y aurait aucune place pour la violence, car son âme ignore l’inclémence et l’injustice. Le duc ne manquerait pas de bénéficier du soutien du pape, car il ne cesse de répandre la foi catholique. Il n’hésiterait pas, même à solder les dettes de la Pologne : je m’y engageais… »(déjà au XVIè siècle, on surendettait cette pauvre France).

Ce sera une ambassade très réussie  puisque le duc d’Anjou sera Roi de Pologne sous le nom de Henri I et y régnera exactement 2 ans, au bout desquels il fuira la Pologne en catimini en volant au passage tous les bijoux de la couronne de Pologne et de la Lituanie. Il partira pour la France, afin de récupérer le trône après  la mort de son frère le roi Charles IX, mort de tuberculose avancée. Il faut lire la description que font les Polonais de leur éphémère roi  français : » la fistule qui porte sous l’œil droit n’est pas belle à voir. Lorsqu’il se signe, on aperçoit sous son aisselle une autre plaie ouverte et suintante. Il se gausse de nos nuques rasées mais à vingt et un ans, il est presque chauve. On croirait qu’il a renversé sous lui un seau de senteur pour embaumer autant la violette. Attifé, pommadé, fardé de poudre rose, les lèvres avivées de rouge, deux boucles à chaque oreille, des grappes de perles sur la toque, des cocardes sous les chausses, le pourpoint tellement ajusté à la taille, on dirait une demoiselle, ricanent les Polonais ».

Une histoire truculente, racontée avec faconde, sur un petit épisode de l’Histoire de Pologne où Jan Krassowski a été le roi des nains.

In memoriam: pour toi ma Yola.

 

LE NAIN DU ROI DE POLOGNE, Plon 1994,  ISBN 2-259-18052-3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s