Mystère rue des Saints-Pères de Claude Izner

Claude Izner est le nom de plume de deux sœurs écrivains: Liliane (1940) et Laurence (1951) Korb, parisiennes, romancières et réalisatrices de cinéma. Liliane Korb était chef monteuse de cinéma puis bouquiniste sur les bords de Seine. La cadette, Laurence (connue aussi comme Laurence Lefèvre) a étudié l’archéologie, puis est devenue romancière et finalement, aussi bouquiniste. Elles signent depuis 2003 les enquêtes de Victor Legris :  des romans policiers historiques dans le Paris de fin du XIXè siècle, une époque qu’on appellera après la Grande Guerre, la Belle Époque. C’est Sylvie L. qui m’a prêté ce livre.

Mystère rue des Saints-Pères est le premier fascicule sur 12, échelonnés entre 2003 et 2014. Ce premier opus a été récompensé par le prix Michel Lebrun 2003, prix du roman policier francophone qui existe depuis 1986 et qui porte le nom de l’écrivain Lebrun depuis 1996.

Ces romans mettent en scène un libraire de trente ans, Victor Legris, propriétaire de la librairie Elzévir, rue des Saints Pères à Paris, dans un Paris des années 1880-1890. Il y a une bonne description de la IIIè République française, de l’Expo Universelle de 1889 qui voit l’inauguration de « la Tour de Monsieur Eiffel »,  vedette incontestée de ce premier roman. Mais la série met aussi en scène des personnages historiques comme Anatole France, un client de la librairie, Gustave Eiffel, Sadi Carnot, et d’autres

C’est un roman policier assez convenu, où l’intrigue est lente, parsemée de détails sur Paris, mais où le principal intérêt réside dans la description minutieuse d’un Paris de l’époque,  avec beaucoup de personnages dans les petits métiers, disparus aujourd’hui, des descriptions de la vie courante des gens. Le plus drôle pour moi c’est que dans ce premier tome, celui qui a plus de flair déductif pour l’affaire en cours est Kenji Mori, l’associé japonais de Victor Legris.,ce dernier, étant plus préoccupé par ses conquêtes féminines que par son commerce . Le personnage de Kenji Mori est assez énigmatique et l’on devine qu’il  cache un secret qui sera  vraisemblablement dévoilé dans les opus qui suivront.

L’histoire policière est très rocambolesque: des meurtres seront perpétrés avec du curare dans un Paris accaparé par l’Expo Universelle de 1889. À première vue ces morts n’ont pas de point commun, mais au fil de l’enquête on apprendra le lien logique qui les relie. Le volage Victor Legris fera la connaissance de la pétulante dessinatrice rousse d’origine russe, Tasha, de laquelle il tombera éperdument amoureux, mais cela lui posera un cas de conscience car il la soupçonne d’agissements troubles….

Un livre agréable et intéressant à lire qui laissera sur leur faim les amateurs d’émotions fortes, mais qui ravira les amoureux de Paris.

MYSTERE RUE…,   Coll. 10/18 Grands Détectives N°3505,  ISBN 978-2-264-03491-5

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s