Limonov d’ Emmanuel Carrère

Afficher l'image d'origine

 

Emmanuel Carrère est un écrivain, scénariste et réalisateur français (Paris 1957), diplômé de l’Institut d’études politiques. C’est le fils de la distinguée russologue française et académicienne Hélène Carrère d’Encausse qui a des origines russes,  ce qui explique en partie son engouement pour la Russie.

Ce livre, Limonov a reçu plusieurs prix dont le Renaudot 2011, livre traduit dans plus de 20 langues, vendu à plus de 300 000 exemplaires…Il fut meilleur livre de l’année en France et en Italie en 2012, en Espagne et en Argentine en 2013, c’est peu dire. Il figure parmi les 3 livres français les plus commentés des 10 dernières années avec Les bienveillantes de Jonathan Littell et La carte et le territoire de Michel Houellebecq.

C’est  une biographie romancée du polyfacétique personnage russe réel Édouard Savenko, alias Édouard Limonov (lui-même écrivain russe). Son père le prénomma Édouard par prédilection pour le poète russe mineur Édouard Bagritski. Il choisit comme nom d’écrivain « Limonov » pour fuir son triste nom de famille  (Savenko), nom de bouseux ukrainien qui sonnait mal, par assemblage de « limon » qui signifie citron et de « limonka » qui est la grenade qu’on dégoupille; et ça, ça lui allait bien.

Mais en réalité c’est un livre inclassable entre le roman, la biographie et l’essai. C’est un cadeau que l’on m’a fait, sans que j’arrive  à me souvenir qui me l’a offert: qu’il ou elle soit ici remercié.

C’est un très bon livre,  bien écrit et extrêmement intéressant, et plus particulièrement dans le contexte actuel de conflit russo-ukrainien. Ce livre nous éclaire sur le contexte russe post URSS par le paradigme vivant qui est cet in-cro-ya-ble Limonov, incroyable parce que complexe, ambigu, insaisissable, la plus part du temps contradictoire: écrivain sulfureux et branché, personnage orgueilleux, rusé, ombrageux, mégalo se revendiquant grand seigneur,  irascible, amoral, sans scrupules, exalté, ayant une trajectoire personnelle à grand spectacle. Quelques critiques ont souligné le fait que Carrère se soit inspiré un peu trop directement des écrits de Limonov, mais si tel est le cas, le résultat incombe à Carrère, et c’est une réussite. D’autres critiques ont souligné le fait que Carrère mêlait sa propre histoire par moments avec l’histoire de l’ineffable Limonov; mais por moi ces deux histoires emmêlées ont rendu le récit encore plus intéressant, plus agréable à lire.

D’aucuns disent que le véritable Limonov  va au delà en tant qu’écrivain, poète, homme politique, personnage publique, leader nationaliste, figure d’opposition démocratique ( à Poutine),  maître à penser, aventurier, mercenaire (pro- serbe).

Un excellent article de Nathalie Crom dans le numéro 3216 de Télérama disait que c’est un roman d’aventures ancré dans le réel avec pour scène de théâtre, l’URSS vitrifiée de Brejnev, le délitement du communisme, le basculement de la Russie dans le capitalisme mafieux et le désordre à grande échelle, avec en face, un Occident déclinant où triomphent le scepticisme, l’ironie et le relativisme moral.

Que dit-on de Limonov en Russie? Qu’il est d’une modernité extrême. Que sa pensée est rapide et impitoyable. Qu’il est courageux. Qu’il est dans la tradition de la grande école littéraire russe. Qu’il ne se contente pas d’écrire de beaux textes, mais qu’il a construit aussi son destin (cf Zakhar Prilepine).

Le livre est le roman flamboyant d’une existence qui rivalise avec la fiction la plus exubérante, c’est une trajectoire à grand spectacle, c’est un livre foisonnant en excès en tout genre, en transgressions parfois les plus sordides: son enfance pauvre de voyou ukrainien, son rôle d’idole underground soviétique, son rôle de clochard puis de valet de chambre à New York, son statut d’écrivain à la mode à Paris, son rôle de mercenaire dans les Balkans, et pour la fin un beau rôle de vieux chef charismatique dans une Russie bordélique actuelle . Une vie comme celle-ci, personne n’aurait pu l’inventer.

Il faut lire ce qu’il dit sur la guerre, lui le mercenaire pro-serbe: en deux heures à la guerre, on en apprend plus sur la vie et les hommes qu’en quatre décennies de paix. La guerre c’est sale, c’est vrai, la guerre est insensée, mais merde ! La vie civile est insensée aussi à force  d’être morne et raisonnable et de brider les instincts. La vérité, que personne n’ose dire, c’est que la guerre est un plaisir, le plus grand des plaisirs, sinon elle s’arrêterait tout de suite. Une fois qu’on y a goûté, c’est comme l’héroïne, on veut en reprendre. On parle d’une vraie guerre, bien sûr, pas de « frappes chirurgicales » et autres saloperies bonnes pour les Américains qui veulent faire le gendarme chez les autres sans risquer leur précieux pioupious dans les combats  » au sol ». Le goût de la guerre, la vraie, est aussi naturel à l’homme que le goût de la paix, il est idiot de vouloir l’en amputer en répétant vertueusement: la paix c’est bien, la guerre c’est mal.

On peut approcher le personnage à travers les femmes qu’il a aimé, avec passion et brutalité, mais  avec fidélité. En tout cas il est très difficile de résumer un livre comme celui-ci parce que le personnage est tellement polyfacétique et aventureux que le morcellement de son histoire est impossible. Personnellement je me suis beaucoup amusée avec son épisode newyorkais (1975-1980).

LIMONOV, P.O.L. 2011,  ISBN 978-2-8180-1405-9

2 réflexions sur “Limonov d’ Emmanuel Carrère

  1. Je vois que vous avez lu avec profit mon site TOUT SUR LIMONOV, et vous en remercie .
    N’hésitez pas à parcourir les 70 pages : il y a des petites pépites cachées à l’intérieur, comme des infos inédites et des vidéos introuvables sur Edouard Limonov, ses proches, et la Russie en général :
    http://www.tout-sur-limonov.fr/

  2. Me entusiasmó mucho tu presentación . Puede que sea porque que tengo una debilidad por todo lo que es »ruso » ( conozco muy bien su historia ) y por las novelas con fondo histórico .

    Nunca olvidaré la pelicula  » LE SOLEIL TROMPEUR  » con un gran abanico de todas la facetas del alma rusa , lo que parece estar tratando en este libro .

    GRACIAS

    GABRIELA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s