Le pays de l’absence de Christine Orban

"Le pays de l'absence" de Christine Orban (éditions Albin Michel)

Christine Orban (Casablanca 1954) est une romancière et critique littéraire française. J’ai écrit un billet dans ce blog sur son très bon livre Virginia et Vita, paru en 2012 :(https://pasiondelalectura.wordpress.com/2012/02/17/virginia-et-vita-de-christine-orban-2/)

Ce petit livre de 160 pages  narre la maladie d’Alzheimer de sa mère et a été publié par Albin Michel en 2011. C’est un livre douloureux, magnifique, écrit avec élégance et sincérité pour raconter une histoire très personnelle, entre elle et sa mère, avec les mots qui lui sortaient du cœur et qu’elle est allée chercher loin, dans son enfance. J’ai lu quelques critiques de ce livre disant que son ton était froid et détaché pour parler de sa mère, mais je crois que pour exorciser son histoire, elle se devait de rester sincère et concise et je trouve qu’elle a réussi parfaitement bien. C’est SON histoire, nulle à une autre pareille.

Le récit se cantonne à un séjour parisien de sa mère afin de passer Noël en famille, alors que la maladie dégénérative est déjà bien avancée. C’est probablement le dernier Noël avec sa mère.  Christine Orban a les mots justes pour raconter le quotidien, l’enfer quotidien que doit être la vie avec une mère qui habite déjà le pays de l’absence. Comment ne pas se sentir interpellée par le vécu de ce chemin de croix qui touche tant de familles (une prévalence d’environ 18% d’Alzheimer  après 75 ans et une prévision d’environ 225 000 cas nouveaux par an).

J’ai trouvé que le ton était juste, avec cette introspection de la fille envers son passé, sa jeunesse avec une mère qui ne fut pas une vraie mère câline pour elle, mais qui en revanche deviendra sa fille par  maladie . L’écrivain décrit très bien son dégoût physique pour toucher cette mère qui ne l’avait jamais câlinée quand elle était petite. Certes, c’est douloureux, mais cela sonne juste.

Quelques extraits:…Le plus beau cadeau qu’une mère puisse offrir à ses enfants, c’est d’être heureuse. Ce n’est pas le plus simple…Et si vieillir était devenir ce que l’on est en pire?…Le vide a rempli le cerveau de ma mère; elle flotte dans le temps, elle flotte dans l’espace, elle est là et elle n’est pas là…Elle est là et pas là, maman. C’est une présence qui pèse en voulant ne pas peser. Là, pas là. Vient et repart. Parle mais ne dit rien. Rien qui compte. Quelques phrases toujours les mêmes. Cinq ou six sujets seulement.

Elle a écrit son histoire comme elle se devait, avec le tempo bien a elle. Avec sa façon claire et élégante, diaphane. Beau petit livre plein de nostalgie et d’amour filial non formulé , mais exprimé de façon subliminale et assez douloureuse. Livre intéressant et très instructif que je recommande aux enfants dont les parents vieillissent.

LE PAYS DE L’ABSENCE, Le Livre de Poche 33001, (Albin Michel 2011),  ISBN 978-2-253-17554-4

Une réflexion sur “Le pays de l’absence de Christine Orban

  1. D’après ta critique j’avais trouvé que le sujet était fort intéressant, ce qui m’a poussé à le lire. Je suis déçue, même si le style est fluide et facile à suivre, je fais partie de ceux qui pensent qu’il est écrit dans un ton froid et détaché, manquant d’émotion et j’irai jusqu’à dire que j’ai perçu de la rancœur
    à l’égard de cette mère malade.
    Je m’attendais à toute une autre chose, j’aurais préféré qu’il ressemble à La petite fille de Mr Linh de Philippe Claudel, touchant et plein d’émotion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s