Le potentiel érotique de ma femme de David Foenkinos

David Foenkinos - Livre sur la Place 2014Romancier français (Paris 1974) ayant fait des études de lettres à la Sorbonne et ayant une solide formation musicale (jazz). Dans ses livres il décline le thème de l’amour, surtout autour du couple, avec humour et pas mal de sensibilité, parfois loufoquerie; c’est un parisien fin observateur des comportements humains un peu névrosés et nombrilistes de ses contemporains, et qui traite de l’absurdité et d’une certaine fascination pour la sensualité (cette dernière affirmation émane de lui). Il a déjà publié une quinzaine de romans qui ont été traduits dans une trentaine de langues. Il a récolté quelques prix. Son roman à succès La délicatesse de 2009 a obtenu plusieurs prix et fut porté à l’écran par lui même et un frère; ce film fut nominé au César de la meilleure adaptation en 2012.

Le potentiel érotique de ma femme date de 2004 et reçut le Prix Roger Nimier de la même année. C’est le premier livre que je lui lis et je l’ai acheté sur une autoroute ayant été alléchée par son côté loufoque. Comme je l’ai déjà souligné, cela fait tellement du bien de se détendre les zygomatiques de temps en temps…

C’est un roman sympathique qui se lit bien et rapidement, mais qui m’a laissé un sentiment mitigé. C’est l’histoire de Hector,  un gars un peu paumé, très névrosé, voire légèrement psychotique avec son hypomanie dévorante. De la collectionnite la plus kitsch et parfois minable, il va passer à l’étape supérieure en collectionnant et savourant les gestes hautement érotiques (pour lui), de sa femme (autre allumée) quand elle fait les carreaux de l’appartement… Oh la la la, il faut lire ce roman au deuxième degré car sinon on aura tendance à s’ennuyer et à le trouver un peu bébête.

Le côté positif vient du style assez original de Foenkinos, avec un phrasé particulier, nerveux et rapide, assez parisien, et quelques bons mots qui ont eu le mérite de me faire sourire dans ce monde de brutes. Vous êtes avertis, c’est de la littérature light pour passer le temps sans se prendre la tête. Avec quelques invraisemblances comme par exemple page 16, lorsque notre héros est hospitalisé à la suite d’un vague malaise, on lui administre de la morphine, et entre deux administrations de morphine, il commence à  trouver son infirmière  sensuelle. (Alors que jamais on ne va administrer de la morphine à un patient qui rentre pour  malaise : il faut être en phase terminale d’une maladie ou avoir une balafre grosse comme un camion pour avoir droit au nirvana de la morphine). Ben, voyons.

LE POTENTIEL ÉROTIQUE…, Folio 4248 ( Gallimard 2004),  ISBN 978-2-07-030977-1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s