Une petite légende dorée de Adrien Goetz

Description de cette image, également commentée ci-aprèsAdrien Goetz (Caen, 1966) est docteur en Histoire de l’Art, spécialisé dans la période romantique. Aujourd’hui il est maître de conférences à Paris-Sorbonne. En 2007 il a reçu le Prix de l’Académie Française pour l’ensemble de son oeuvre.

Dans ce blog, j’ai commenté déjà deux de ses livres : Intrigue à Venise en juillet 2012 et La dormeuse de Naples en juillet 2013.

La petite légende dorée fait référence au livre de Jacques de Voragine, dominicain auteur de La légende dorée, ouvrage en latin du XIII ème siècle qui raconte la vie de 150 saints, saintes et martyrs chrétiens ainsi que certains événements de la vie du Christ et de la Vierge. Ainsi, les 7 chapitres du livre de Goetz commencent par une citation de Jacques de Voragine.

Ce livre est articulé autour de l’oeuvre du peintre connu comme Maître de l’Observance, peintre siennois actif entre 1420-1440 dont l’existence reste controversée. Page 102 nous lisons…cette ville construite avec toutes les autres était à lui: c’était Sienne, il le savait maintenant, à l’époque où peignait un inconnu mystérieux qui n’avait pas même laissé de nom dans l’histoire des hommes, vers 1430, le Maître de l’Observance. Il vivait sa petite légende dorée.

La lecture de ce  livre de à peine 150 pages m’a prodigieusement agacée, car voici un roman à énigmes tellement emberlificoté qu’il en résulte un véritable salmigondis de connaissances , de citations, d’ énumérations qui rendent la lecture fastidieuse. Boîte de Pandore à partir de laquelle  l’écrivain sort des connaissances tous azimuts qui nous assomment par la surabondance: sur la peinture,  l’art,  Paris,  l’Italie,  Yale,  Washington, l’opéra et j’en passe, il est même question de polo argentin !  Le protagoniste, Carlo, qui se prend pour un émule de 007 est un snobinard frôlant le maniérisme ( féru de plumes Omas!)  qui mène une histoire sentimentale bizarre entre l’américaine Marge et Irène, une espionne comme lui.

Non, franchement c’est l’over-dose de clichés, de stéréotypes,  pour une intrigue tellement faible que j’ai l’ai oubliée à mi-chemin. De quoi s’agissait-t-il au juste? Quel était le sujet du livre ? Insupportable…! Roman à claques. A se demander si Adrien Goetz n’avait pas fumé de la moquette en écrivant son livre…

UNE PETITE LÉGENDE DORÉE, Le Passage 2005,  ISBN 2-84742-068-1

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s