Bilbao- New York- Bilbao de Kirmen Uribe

C’est un écrivain basque né en 1970 au port de Ondarroa – petit village de pêcheurs de  Biscaye- , poète, romancier, essayiste et auteur de pièces de théâtre. Il a traduit en euskara (= langue basque) des oeuvres de Carver, Plath et d’autres. Celui-ci est son premier roman, écrit en euskara et déjà traduit dans plusieurs langues, dont le français et le japonais, livre  qui lui a valu plusieurs prix. Uribe  est licencié en Philologie basque, ensuite il a poursuivi des études en Littérature comparée à Trento, Italie. Son père était d’une famille de pêcheurs depuis plusieurs générations ce qui va marquer sa thématique. On dit de lui que c’est un être sensible et ouvert aux autres; je cite une belle phrase de lui entendue lors d’une interview : écrire est peindre avec des mots.

Les écrits dans cette belle langue basque sont rares:  le grand classique en euskara est Pedro Axular du XVIème siècle. L’euskara  est une langue non indo-européenne, considérée comme le seul isolat d’Europe, c’est la langue la plus ancienne d’Europe de l’ Ouest et dont l’origine reste inconnue à ce jour. D’aucuns disent qu’elle viendrait directement de la Tour de Babel.  J’ai été sensibilisée par ce livre car il parle des basques : j’ai une double origine basque du côté de ma mère.

Ce livre est très bien traduit en français par Gersende Camenen, il est intéressant , c’est de l’autofiction et il a été construit de façon originale, articulé autour d’un vol Bilbao- New York avec des détails anodins sur le vol et réminiscences sur la vie de tous les jours, des choses en apparence différentes, mais qui vont se rejoindre. L’ écrivain va insérer de façon cohérente un récit des traditions et connaissances du pays basque à partir de lettres, journaux intimes, courriers électroniques, entretiens, créant une mosaïque de souvenirs et d’histoires. Particulièrement sur la vie des pêcheurs puisque ses ancêtres ont un long passé d’ hommes de la mer. Ces générations de marins pêcheurs ont connu un monde où la solidarité était une réalité. Las ! aujourd’hui cette solidarité n’existe plus.

Mais le récit dépasse aussi cette thématique. Uribe nous instruit et nous initie à la culture de son terroir. Ainsi j’ai appris que le grand peintre Aurelio Arteta  refusa de peindre un tableau sur le massacre de Guernica pour le pavillon de la République à l’ Exposition Universelle de Paris en 1937. Ce tableau dont  la commande échut à Pablo Picasso, devint un symbole de la violence de la répression franquiste et , par la suite, le symbole de l’horreur de la guerre en général.  S’il avait peint le tableau sur Guernica, Arteta aurait définitivement changé le cours de sa carrière mais il s’y refusa. Aurelio Arteta  s’exila au Mexique après la guerre pour rejoindre sa famille en exil. A l’art, il préféra la vie. Il choisit sa famille plutôt que de passer à la postérité. Vous  avez ci -dessous un exemple de tableau de cet artiste :

L’écriture d’Uribe prend parfois un ton poétique, par exemple lorsqu’il parle du temps qui passe:...le temps œuvre de la même façon. A l’intérieur de nous, les zones qui avant étaient sombres soudain s’illuminent. Et celles qui étaient dans l’ombre pendant la jeunesse s’éclairent à l’âge adulte. Quand on est jeune, certaines choses ont de l’importance, les amis, la nuit, les idéaux. Et on en laisse d’autres totalement de côté. On ne sait même pas qu’elles existent( pg 142) .

BILBAO- NEW YORK – BILBAO,  Gallimard 2012,  Seix Barral 2009,  ISBN 978-2-07-013132

Une réflexion sur “Bilbao- New York- Bilbao de Kirmen Uribe

  1. Si es tuyo me apunto para el préstamo porque mis orígenes maternos también son doblemente vascos y todo lo que toca a ese pueblo me interesa sobremanera.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s