Le coeur d’une autre de Tatiana de Rosnay

Écrivain, journaliste et scénariste franco-britannique née en France en 1961 et qui peut écrire directement en français ou en anglais. Au moins trois de ses livres ont été publiés d’abord en anglais. Elle connaît un  franc succès à partir de 2007 avec le roman  » Sarah’s key » traduit en français par  « Elle s’appelait Sarah« , livre porté à l’écran en 2010  par Gilles Paquet-Brenner et avec Kristin Scott Thomas dans le rôle de la journaliste américaine; film  qui connut un grand succès mérité car l’adaptation à partir du livre était remarquable.

Tatiana de Rosnay a été le huitième écrivain le plus lu en Europe en 2010 et le cinquième auteur français le plus lu en 2011. Beau palmarès.

Je l’ai connu   avec le livre  » Elle s’appelait Sarah » que j’avais énormément apprécié: une double histoire parfaitement imbriquée avec un tempo impeccable. J’avais particulièrement aimé le côté « pieds dans le plat » du personnage de l’américaine vis à vis de la réalité historique française.

D’autres lectures ont suivi :  » L’appartement témoin«  qui reprend l’envoûtement exercé par des lieux, roman très bien écrit et bien ficelé, ayant le mot juste, l’émotion au fil des lignes, le portrait parfait et l’intrigue palpitante. Puis  » Rose«  que j’ai moins aimé car se voulant roman historique axé sur le Paris du Baron Haussmann en 1860, livre aussi hanté par des lieux , ici la rue Childebert dans le Marais, livre  qui m’a semblé un peu long.  Puis un vrai thriller avec  » La mémoire des murs« , histoire d’une malheureuse divorcée de 40 ans qui loue un appartement ayant  été le lieu d’un crime atroce perpétré par un tueur en série . Sans oublier  » Moka «  qui est aussi un roman sur l’obsession des lieux :  un adolescent est renversé par une voiture et se retrouve dans le coma, avec la descente aux enfers de la famille;  bon livre, à l’écriture nerveuse, efficace. Un autre roman sur le mode du thriller super efficace est  » Le voisin « : du pur style à la Tatiana de Rosnay, avec un suspense qui va crescendo avec sa dose d’angoisse.

J’apprécie de cet écrivain le style direct, non alambiqué, sa préférence pour les lieux fermés qui recèlent des secrets, ses histoires familiales compliquées, la pertinence des sentiments, la justesse du ton, le sens du rythme et la maîtrise du suspense.

Quant au livre de cet article, il m’a bien plu par l’originalité du sujet abordé: un quadragénaire, Bruce Boutard, divorcé, bourru, gros fumeur, misogyne (  » les bonnes femmes et les artichauts c’est pareil. Le coeur est sous les poils !) et pas mal négligé de sa personne, apprend brutalement qu’il est atteint de cardiomyopathie dilatée et que seule une greffe cardiaque peut le sauver. La transplantation d’organe aura lieu assez rapidement, ce qui est une chance immense, mais notre homme notera avec stupéfaction que sa personnalité va changer au fil des jours.

Tout d’abord il deviendra ordonné, propret, même coquet, voulant tout changer autour de lui. Mais le plus étonnant ce sera la découverte de la violente émotion qu’il éprouve devant la peinture en général, et , en particulier, du Maître florentin du Quattrocento : Paolo Uccello. Ce sont de véritables crises de tachycardie allant jusqu’au malaise qu’il sentira devant cette peinture . Mais ici il ne s’agit nullement du syndrome de Stendhal, puisque seulement la peinture d’Uccello lui provoque l’accélération du pouls. De fil en aiguille il va comprendre que cette nouvelle sensibilité lui vient de son nouveau coeur et il deviendra obsédé d’apprendre l’identité du donneur. Grâce à la secrétaire du cardiologue qui l’a operé, il saura qu’il s’agissait d’une jeune femme morte dans un accident de la route, restauratrice de tableaux anciens, ceci lui fera comprendre certaines nouvelles sensations  éprouvées:  son changement radical de caractère, sa sensibilité nouvelle. Dès lors il n’aura cesse de connaître un peu plus sur la donneuse d’organe.

Tatiana de Rosnay émet une hypothèse intéressante : la greffe d’un organe, peut-elle modifier une personnalité ? dans quelle mesure ? Son père , le scientifique Joël de Rosnay dans la préface de la dernière réédition , donne une réponse possible avec la nouvelle branche de la Génétique appelée l’épigénétique où les scientifiques pensent que l’action de certaines hormones, de nouvelles régulations du métabolisme, le ressenti intérieur de ce qui se déroule dans le corps ont certainement une influence sur le cerveau et , indirectement, sur les fonctions fondamentales des organes et leurs interdépendances ( préface de Joël de Rosnay, édition 2011 ).

Lorsque Bruce Boutard découvre le panneau d’Uccello aux Uffici de Florence ( un panneau sur les trois existants sur La Bataille de San Romano, les deux autres étant, l’un à Londres et l’autre au Louvre à Paris ), la description faite du tableau est superbe :...je fus frappé par la netteté des contours et des tons. C’était un grand tableau  sombre aux teintes ocre et bistre, peint avec une vigueur candide et une rigueur des lignes qui me fascina. Intrigué par le tumulte discipliné de l’oeuvre, la symétrie parfaite des lances et des plumes plantées dans les armets, il me semblait que je me trouvais transporté au milieu d’une bataille. J’entendais la clameur sourde d’une lutte, le choc de boucliers contre armures, les bruits métalliques des cuirasses, des épées, des glaives, les hennissements des chevaux enchevêtrés, harnachés de pourpre et d’or, dont deux gisaient au sol, l’un agonisant, l’autre figé par la mort… Derrière la violence de la bataille s’étirait un paysage tranquille; des vendangeurs travaillaient dans les vignes, et un chien poursuivait des lièvres à travers champs ( pg 61 )…

Il est question à plusieurs reprises de la peinture de ce Maître, raison pour laquelle je vous donne un lien afin de l’admirer et de s’imprégner de sa thématique.

http://www.aparences.net/le-quattrocento/paolo-uccello/

LE CŒUR D’UNE AUTRE, Le Livre de Poche, 2011  ISBN  978-2-253-12772-7

2 réflexions sur “Le coeur d’une autre de Tatiana de Rosnay

  1. Hola
    Gracias por el commentario de ese libro cuyo tema me parace original .
    En cuanto al malestar físico del protagonista , por qué no ?? Todo está ligado según los chinos.Conocía la autora por la prensa sin haber leído nada de ella . Tu comentario me da ganas de probar y te diré lo que me pareció . GENIAL el sitio Apparences.net sobre UCELLO me encanta cuando agregas videos o sitios adjuntos que le dan un suplemento de vida a tus comentarios.

    No sé si es el lugar pero quería comentarte que estoy leyendo un libro que me encanta
    LE ROMAN DU DANUBE de Bernard PIERRE ( en francés ) Tengo débilidad por los libros con fondo histórico y arte . Aquí se trata de su viaje lo largo de este río de Alemania a el mar Negro comentando las ciudades o pueblitos , su arte, sus monuments , sus leyandas , su historia y tradiciones .Muy bien documentado pero no pesado.Aparentemente el autor escrbió tambien sobre el NILO y el Mississsipi .( parece ser su monomanía )

    • Pues Gabriela, te sugiero que sigas con la lectura de  » Danube  » del profesor italiano Claudio Magris, especialista de los Habsbourg y de la cultura austríaca de fines del siglo XX. Este libro fue premiado como el mejor libro extranjero, categoría ensayo en 1990. Viaje en el espacio y en el tiempo al filo sinuoso del Danubio- que no es azul – e itinerario iniciático que atraviesa ritos y mitos de la Mittel-europa. (Ed. Gallimard).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s