Le manoir de Tyneford de Natasha Solomons

Natasha Solomons est née en 1980, elle vit dans le Dorset, région rurale d’ Angleterre, avec son mari et prépare un PhD en poésie anglaise du XVIII.  Son premier livre «  Mr Rosenblum rêve en anglais  » connut un bon  succès (  » Mr Rosenblum’s list » ) et celui-ci a été encensé sur France Info par un libraire, ce qui m’a donné envie de l ‘acheter.

Cela a été une déception car si l ‘idée du livre était bonne, le personnage de la jeune fille juive, Elise Landau,  protagoniste de l’histoire, m’a paru manquant de consistance .Une famille juive autrichienne aisée et libérale se trouve en danger lors de l’Anchluss de l’Autriche avec l’Allemagne nazie en 1938. Les parents, Anna et Julien ont une très bonne position à Vienne: Anna est soprano de renom international et Julien un écrivain à succès. Ils ont deux filles: la fille aînée est mariée depuis peu et s’exilera avec son mari aux Etats Unis. La cadette, Elise sera envoyée comme servante en Angleterre. Comment imaginer que une famille juive aussi aisée que celle-ci avec un réseau de connaissances plus que probable, devra envoyer une jeune fille de 19 ans dans un pays étranger et comme servante…

Lorsque Elise parle de ses parents,  elle les appelle par leur prénom : Anna et Julien , jamais papa et maman. C’est d’une froideur dérangeante. De plus la fille ainée, mariée, part à New York avec son mari, comment ne pas imaginer qu’ils auraient pu emmener Elise…Et quand Elise apprendra la mort de sa mère dans un camp de concentration avec la mort du père par désespoir, elle , certes sera triste, mais cela manque de dramatisme.

Cette histoire est inspirée par des faits historiques : le village de Tyneham dans le Dorset fut confisqué par le War Office en 1943 afin d’utiliser les maisons comme cible pour les exercices de tir. Les habitants furent déplacés d’office et ne purent jamais retourner dans leurs maisons.  Aussi il est vrai que au  début de la Deuxième Guerre Mondiale et à partir des années 30, beaucoup de jeunes filles juives aisées arrivèrent en Angleterre avec un visa d’employées de maison.

Beaucoup trop de clichés dans ce livre, livre trop superficiel, on ne croit pas à l’histoire. Je regrette cet achat. Je me suis ennuyée.

La mère d’Elise Landau aimait composer des bouquets de fleurs dans sa cuisine en fredonnant le Duo des Fleurs de  Delibes ( pg 149 ), air qui est très beau à entendre et que je vous offre en version courte :

/www.youtube.com/watch?v=5Ek_VLRavGk

LE MANOIR DE TYNEFORD, Editions Calmann-Lévy 2012    ISBN 978-2-4314-8

2 réflexions sur “Le manoir de Tyneford de Natasha Solomons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s