Freedom de Jonathan Franzen

Ce roman magnifique et bouleversant m’ a été offert par Christine, infirmière  avec qui je partage cette passion de la lecture et avec qui j’ échange des livres bien volontiers. Christine partage aussi avec moi la passion de bons films et nous n’ oublions JAMAIS de dire à l’autre lorsque nous avons repéré un bon film. Nos goûts sont assez proches.

 Lorsque Christine m’a  offert   » Freedom« , elle m’ a dit  « Vous, qui avez un fils aux USA, vous devriez lire ceci ». Elle avait entièrement raison. Merci, ma chère Christine car ce livre apporte une lumière intéressante sur la perception que j’ai  vis-à-vis de l ‘Amérique du Nord.

Ce roman, lu après  « Les corrections« , livre très apprécié à l’époque, m’a laissée épuisée par la force des sentiments dégagés de la lecture.

C ‘ est l’histoire accidentée d’une famille nord-américaine moderne.

Ils vont faire l’apprentissage de la liberté après un parcours chaotique et douloureux qui va de l’adolescence des parents jusqu’à leur âge adulte avancé. Ceci sur fond d’Amérique profonde et immense par sa géographie, sur fond d’économie moderne viciée par  d’énormes enjeux économiques.

Mais le thème du livre est universel . Un des sujets traite de  la difficulté de se faire aimer et accepter au sein de sa propre famille, car les êtres humains sont divers et secrets et les destins ne sont pas toujours tracés au cordeau. Les gens ont le droit de se tromper, mais encore doit-on avoir la possibilité de faire table rase de son passé et de repartir de zéro.

Comme souvent dans la littérature nord-américaine, cela finit par une note d’espoir et de repartie dans le POSITIF : c’est, entre autres, la raison pour laquelle j’aime l’Amérique du Nord. Les gens et les situations rebondissent presque toujours.

FREEDOM, Editions de l’Olivier 2011,  ISBN 978-03-1257-646-2

3 réflexions sur “Freedom de Jonathan Franzen

  1. J’ ai vraiment envie de lire ce livre. J aimerais comprendre comment l’ homme, le personnage de ce livre, assume sa memoire du vecu quand il rebondit. Changer sa facon de vivre est toujours une facon d’ assumer son passe…

  2. La lecture de ce roman terminé, me revoici avec quelques commentaires.
    Peut-être était-ce mes muscles lecteurs que l’inactivité auraient diminués : j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce livre. Une histoire relativement simple entre ces trois personnages qui ne prend de l’ampleur que par l’épaisseur de son prologue qui donne corps au trio, par leurs passés encyclopédiques qui les révèlent dans toutes leurs faiblesses et contradictions. Ces trois personnes – que j’ai trouvées toutes antipathiques, chacune à leur manière – semblent se rejoindre dans leurs quêtes divergentes de grandeur morale, d’autojustification, qui finit par les enfermer chacun dans leur bulle de solitude. La liberté comme impératif se faire un choix, forcément contre les autres.
    Ce qui m’a plu le plus dans la lecture de ce roman, après avoir construit un jugement plein de condescendence envers ces personnages imparfaits, a été d’apercevoir au hasard de quelques paragraphes des petites médiocrités dont la familiarité a vite cédé à la surprise de se reconnaître, un reflet fugitif qui fait redescendre le lecteur de son piedestal, avant que les personnages finissent par faire de même.
    Tous libres et prisonniers du sentiment de sa supériorité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s